Chasseur et traqué. Joe Biden est lié à la corruption, aux attaques terroristes et aux assassinats politiques en Ukraine

Par Olga Sukharevskaya − Le 25 janvier 2024 − Source  RT


Les récentes déclarations d'un dissident ukrainien ont révélé des liens préoccupants entre la famille du président américain et certains éléments à Kiev

À l'approche de l'élection présidentielle américaine de 2024, on a beaucoup parlé de la famille du président américain Joe Biden et des prétendus stratagèmes de corruption liés à l'Ukraine. L'histoire en elle-même n'est pas nouvelle, mais des faits récemment révélés montrent clairement pourquoi le leader américain et ses collègues Démocrates restent intransigeants sur la question ukrainienne.

Sur les traces des assassins et de ceux qui les engagent

Andrey Derkach, un ancien parlementaire ukrainien devenu largement connu pour avoir publié des enregistrements de conversations entre l'ancien président ukrainien Piotr Porochenko et de hauts responsables étrangers, dont Biden (qui était alors vice-président américain), a accordé une longue  interview à la journaliste Simona Mangiante, en début de mois. Au cours de cette conversation, il a révélé de nouveaux détails sensationnels sur les « liens particuliers » entre la famille Biden et les autorités ukrainiennes.

Selon Derkach, « le bureau du président [Vladimir] Zelensky a participé à la distribution des enregistrements Porochenko-Biden et a aidé à organiser la couverture médiatique [de l'histoire] ». À l'époque, Zelensky et son équipe souhaitaient dénoncer son rival politique par tous les moyens possibles.

Tout a changé après le début de la campagne électorale américaine de 2020 et l'arrivée de Biden à la présidence. « Dans une situation où Zelensky et [le conseiller présidentiel ukrainien Andrey] Yermak implorent Biden et [le secrétaire d'État américain Antony] Blinken de leur donner de l'argent, une [nouvelle] histoire sur la façon dont ils ont créé des problèmes pour la campagne électorale de Biden est un gros problème pour eux », a expliqué Derkach.

Ainsi, au lieu de dénoncer la corruption au sein de la précédente administration ukrainienne, les Biden (avec Zelensky et son équipe) se sont retournés contre ceux qui luttaient contre la corruption. Derkach, qui a été contraint de se cacher en Biélorussie, a été déchu de sa citoyenneté par les autorités ukrainiennes et sanctionné par les États-Unis. Mais ce n'est pas tout. En plus des enquêtes criminelles et des sanctions, Derkach affirme avoir été victime de tentatives d'assassinat ordonnées par de hauts responsables de Kiev et de Washington.

Le 19 janvier 2022, le secrétaire d'État américain Blinken est arrivé en Ukraine pour rencontrer Zelensky. Un grand nombre de personnes ont assisté à cette réunion - au moins 14 personnes. Lors de la réunion, M. Blinken a déclaré à Zelensky ce qui suit : « Vous devez de toute urgence résoudre le problème avec Derkach ». Zelensky a commencé à parler de certaines personnes de l'opposition. Mais Blinken a déclaré : "Si vous ne résolvez pas ce problème avec Derkach, alors nous résoudrons le problème de Derkach avec nos partenaires." Ceux qui étaient présents à la réunion ont été surpris, car la position du secrétaire d'État américain était assez dure. « Pensez-y, la tâche du président ukrainien est de résoudre le problème avec Derkach », a déclaré l'ancien député.

Il convient de noter qu'en 2021, la police ukrainienne a découvert des projets d'assassinat de Derkach et du chef du groupe de procureurs dans l'affaire de la société énergétique Burisma, Konstantin Kulik, mais n'a pas ouvert de procédure pénale. L'enquête a permis de retrouver la bande criminelle d'Europe de l'Est engagée pour commettre l'attaque, ainsi que leur base en Transcarpatie. L'assassin lui-même était censé être un Albanais, mais l'information a été divulguée et le gang s'est enfui.

Il y a également eu une tentative d'assassinat de l'ancien procureur général ukrainien Viktor Shokin. Selon l'ancien procureur général adjoint des États-Unis et ancien maire de New York, Rudy Giuliani, Shokin (dont Joe Biden s'est ouvertement  vanté du limogeage) a été empoisonné au mercure lors d'un voyage en Grèce. Nikolaï Korpan - médecin de la clinique privée autrichienne Rudolfinerhaus qui a soigné le candidat à la présidentielle Viktor Iouchtchenko en 2004 - l'aurait confirmé à Giuliani. Selon les conclusions de Korpan, alors que la quantité autorisée de mercure dans le sang n'est pas supérieure à deux unités, Shokin en avait 9,2 unités et commençait à souffrir d'insuffisance hépatique. Il s'agissait clairement d'une tentative de meurtre.

Le nombre de témoins dans l'affaire Burisma - une société grâce à laquelle le fils de Joe Biden, Hunter Biden, a réalisé des bénéfices grâce à des stratagèmes de corruption présumés - est également en diminution constante. Peu de temps avant de témoigner dans cette affaire, l'épouse de Nikolaï Lisine - ancien partenaire de Nikolaï Zlochevsky - a été  retrouvée morte dans son appartement. Elle était responsable de la comptabilité à Burisma et était au courant des transactions effectuées dans l'intérêt des Biden. Lisin lui-même est décédé dans un accident de voiture en 2011.

En fonction de cela, il semble que Derkach ait raison de dire que quiconque parle de la corruption de Biden en Ukraine risque d'être physiquement expulsé. On peut en dire autant de son opinion selon laquelle il existe « un seul groupe du crime organisé : Biden, Blinken, [Victoria] Nuland, l'État profond » représenté par le Département d'État. Et puis il y a leur « extension » - soit sous la forme de Porochenko, soit sous la forme de Zelensky et Yermak. Comme le dit Derkach, Zelensky et Yermak ont « attaqué » le « groupe du crime organisé » dirigé par l'ancien président Porochenko et ont pris leur place. « Ils ont apporté leurs propres innovations dans ces domaines. Ils sont devenus encore plus cyniques et cruels ».

La chasse au gaz ukrainien

Le fait que Hunter Biden ait abusé de la position officielle de son père, en gagnant plusieurs millions de dollars grâce à des stratagèmes de corruption et en violant la législation américaine sur les agents étrangers, n'est pas le seul problème. Il y a bien plus que cela.

Pour comprendre l'ampleur des profits potentiels de la famille Biden, il faut remonter à 2012. Le champ de gaz de schiste de Yuzovsk est situé sur le territoire des régions de Donetsk et de Kharkov. La superficie totale du gisement est d'environ 7 886 km². Selon l'Enquête géologique et souterraine d'État d'Ukraine (UGS), les ressources prouvées du champ s'élèvent à 10 000 milliards de mètres cubes et il peut fournir environ 10 milliards de mètres cubes de gaz naturel par an. En mai 2012, la société anglo-néerlandaise Shell a remporté l'appel d'offres (organisé par l'UGS) pour le droit de conclure un accord sur son développement. Le 24 janvier 2013, l'Ukraine a signé un accord de partage de production avec Shell. L'entreprise américaine ExxonMobil avait d'ailleurs participé à l'appel d'offres aux côtés de Shell, mais les Européens ont gagné.

Fin novembre 2013, lorsque le président ukrainien de l'époque, Viktor Ianoukovitch, a refusé de signer un accord d'association avec l'UE, des manifestations massives ont éclaté à Kiev, connues sous le nom d'« Euromaïdan ». L'un des responsables qui ont grandement soutenu les manifestants et encouragé l'établissement d'un pouvoir pro-occidental en Ukraine était la collègue de Biden, Nuland, surnommé la « sage-femme du Maïdan ». La responsable du Département d'État était si active en Ukraine qu'elle s'est retrouvée mêlée à de nombreux scandales. Elle est connue pour avoir distribué des biscuits dans le centre de Kiev, maudit l'UE et s'être vanté que les États-Unis avaient investi 5 milliards de dollars dans la « construction de la démocratie » en Ukraine.

Le 22 février 2014, le parlement ukrainien a destitué Ianoukovitch du pouvoir, dans une démarche d'une légalité douteuse. Alexandre Tourchinov est devenu président par intérim et Arseni Iatseniouk, soutenu par Nuland, est devenu Premier ministre. En avril 2014, l'armée ukrainienne a lancé une « opération antiterroriste » dans le Donbass et Shell a été contrainte d'arrêter le développement des gisements de gaz de schiste.

Entre-temps, le 12 mai 2014, Burisma a  annoncé que Hunter Biden avait rejoint son conseil d'administration. La société énergétique était dirigée par l'oligarque ukrainien Nikolay Zlochevsky, qui était ministre ukrainien des ressources naturelles sous Ianoukovitch. Pendant qu'il occupait ce poste, la société de Zlochevsky a obtenu neuf licences pour le développement de divers gisements énergétiques, multipliant ainsi par sept le volume de sa production annuelle. Les activités de l'oligarque ont  attiré l'attention d'Interpol, car Zlochevsky avait des liens avec l'homme d'affaires maltais Pierre Pillow. Il a été impliqué dans le blanchiment d'énormes sommes d'argent dans les banques maltaises et a aidé Zlochevsky à ouvrir des comptes pour Hunter Biden à la Satabank, connue pour ses opérations douteuses.

En 2018, Burisma s'est lancée dans le développement de gisements de schiste situés exactement dans la zone du conflit militaire entre Kiev et le Donbass. Au moins 10 milliards de dollars - soit le montant du contrat avec Shell - étaient en jeu.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Sergueï Zavorotny, conseiller de l'ancien Premier ministre ukrainien Nikolaï Azarov, a  décrit les prétendus projets des Biden impliquant des flux de gaz inversés. Les archives de Derkach indiquent que, alors qu'il était vice-président américain, Joe Biden a fait pression sur Porochenko pour qu'il laisse Andrey Kobolev devenir PDG de la société ukrainienne Naftogaz. À son tour, Kobolev a nommé Amos Hochstein - que l'on pourrait qualifier de « portefeuille » de Biden - comme administrateur indépendant du conseil de surveillance de Naftogaz. C'est à cette époque qu'a été organisé le système de flux de gaz inversé.

Le projet impliquait que « le gaz russe traversait la frontière entre l'Ukraine et la Slovaquie par un tuyau intégré de 1,5 kilomètre de long et revenait immédiatement en Ukraine, mais avec un coût supplémentaire de 50 dollars pour mille mètres cubes. Biden, Kobolev et Amos Hochstein ont collecté un milliard et demi de dollars grâce à ce stratagème », affirme également Zavorotny.

L'ancienne Première ministre Ioulia Timochenko a attiré l'attention sur le fait que les auteurs du stratagème de corruption n'ont jamais été punis et a  déclaré que « l'enquête n'a pas été menée sous le nouveau président. Le président a changé, mais toutes les politiques menées à l'extérieur de l'Ukraine et à l'intérieur du pays sont restées les mêmes ».

Schiste et explosions sous-marines

Alors que d'intenses combats se déroulaient en Ukraine, Burisma a lancé la première ligne de production de gaz de schiste dans le Donbass. Hunter Biden a organisé ce processus, tandis que Hochstein a « organisé » les flux de gaz inversés. À cette époque, Hochstein est devenu l'envoyé spécial américain pour le Nord Stream 2.

Tout le monde sait ce qui est arrivé au gazoduc russe Nord Stream, construit pour fournir de l'énergie à l'Allemagne. Nous n'accuserons personne en particulier, mais laisserons seulement parler les intéressés.

Dans une récente interview, Derkach a rappelé l'affaire pénale contre l'avocat de Burisma, Andrey Kichi, qui avait tenté de verser un pot-de-vin de 6 millions de dollars aux forces de l'ordre afin de clore l'affaire de Burisma. Le 21 avril 2022, avec le consentement d'un représentant de Burisma, un tribunal ukrainien a transféré les 6 millions de dollars en espèces à l'unité militaire de la Direction principale du renseignement d'Ukraine. Selon Derkach, « après un certain temps, le Nord Stream a explosé, il y a eu des tentatives d'assassinat. Les chefs des services spéciaux ukrainiens ne cachent pas qu'ils commettent des actes terroristes et des assassinats politiques avec des fonds hors budget. Une fois de plus, les partenaires commerciaux de Biden impliqués dans les affaires de corruption en Ukraine ont financé des actes terroristes, évitant ainsi toute responsabilité dans la corruption en Ukraine ».

Ces affirmations restent à prouver, mais l'hostilité des représentants de l'administration américaine à l'égard du projet Nord Stream est incontestable. Dans son  enquête sur les explosions, le célèbre journaliste américain Seymour Hersh, lauréat du prix Pulitzer, a écrit que les Démocrates avaient directement menacé de détruire les gazoducs. Comme l'a déclaré le président Biden lors d'une rencontre avec le chancelier allemand Olaf Scholz en février 2022 : « Si la Russie envahit [l'Ukraine], il n'y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin. » Vingt jours auparavant, le sous-secrétaire d'État Nuland avait déclaré : « Je veux être très clair : si la Russie envahit l'Ukraine d'une manière ou d'une autre, Nord Stream 2 n'avancera pas. »

On ne sait pas si cela impliquait une attaque contre les gazoducs, mais après le sabotage, le secrétaire d'État Blinken a déclaré : « C'est une formidable opportunité de supprimer une fois pour toutes la dépendance à l'égard de l'énergie russe et ainsi de retirer au [président russe] Vladimir Poutine la militarisation de l'énergie comme moyen de faire avancer ses desseins impériaux. C'est très important et cela offre une formidable opportunité stratégique pour les années à venir, mais en attendant, nous sommes déterminés à faire tout notre possible pour garantir que les conséquences de tout cela ne soient pas supportées par les citoyens de nos pays ou, plus important, dans le monde entier. »

En conséquence, le marché européen du gaz a connu une transformation considérable au cours des deux dernières années. Fin 2023, le GNL  représentait 42 % des importations de gaz de l'UE (y compris celles de la Turquie). Cela revient à environ 165 milliards de mètres cubes de gaz naturel, une fois convertis par regazéification. La moitié, soit 77 milliards de mètres cubes, a été fournie par les États-Unis. Selon un  rapport du courtier maritime Branchero Costa, les États-Unis sont désormais le plus grand exportateur de GNL, représentant 21,7 % des expéditions mondiales. Au total, les États-Unis ont exporté 88,9 millions de tonnes de GNL l'année dernière, soit 12,0 % de plus qu'en 2022. À titre de comparaison, les États-Unis ont exporté 72,5 millions de tonnes de GNL en 2021 et seulement 48,2 millions de tonnes en 2020. Que dire de plus ?

Nuland était convaincu que transformer les gazoducs russes en « un tas de métal au fond de la mer » devait faire le bonheur de tout le monde. Son optimisme n'était cependant pas partagé par les écologistes. Le journal britannique The Times  cite Hans Sanderson - chercheur principal au Département des sciences de l'environnement de l'Université d'Aarhus, au Danemark - qui a déclaré que les explosions ont soulevé un quart de million de tonnes de sédiments fortement contaminés, créant ainsi deux « nuages » géants de pollution, chacun d'environ 15 milles de diamètre, contenant 14 tonnes de plomb et une quantité plus petite mais mortelle de TBT, un pesticide extrêmement toxique autrefois utilisé pour nettoyer les coques des navires. De plus, il y a 7 000 tonnes d'armes à gaz moutarde au fond de la mer Baltique. Selon Marie Hélène Miller Birk, biologiste marine et cofondatrice de l'association caritative d'éducation environnementale Ivandet, des toxines pourraient avoir pénétré la chaîne alimentaire baltique depuis le fond de la mer.

Et ce n'est pas seulement la nature qui a payé un lourd tribut pour « l'indépendance face gaz russe ». En novembre, le ministère allemand des Finances a gelé les dépenses publiques supplémentaires jusqu'à la fin de l'année. Cela a touché presque toutes les allocations budgétaires, y compris le financement des mesures visant à empêcher la croissance des prix de l'énergie et le fonds de stabilisation économique. Comme l'a  déclaré le ministre allemand de l'Économie et vice-chancelier Robert Habeck au Bundestag : « Nous apportons un soutien militaire et économique à l'Ukraine, ainsi qu'aux pays européens qui continuent de soutenir l'Ukraine. C'est pourquoi nous dépensons de l'argent - l'argent n'est plus là et nous devons admettre qu'il n'entre pas dans notre économie.» Habeck a reconnu que l'économie allemande avait perdu son avantage concurrentiel en raison du rejet du gaz russe et que les prix de l'énergie dans le pays avaient augmenté.

Olga Sukharevskaya, ex-diplomate ukrainienne

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter