07/02/2024 francais.rt.com  3 min #242371

Sabotage de Nord Stream: le parquet suédois clôt son enquête, se dit incompétent


Source: AFP

Fuite du gazoduc Nord-Stream II dans la zone économique suédoise en Mer baltique, 29 septembre 2022.

«La conclusion de l'enquête est qu'elle n'est pas du ressort de la juridiction suédoise et que l'enquête doit donc être clôturée», a déclaré ce 7 février le procureur suédois Mats Ljungqvist dans un communiqué, précisant avoir partagé les éléments de son enquête avec les autorités judiciaires allemandes. «Rien n'indique que la Suède ou des citoyens suédois aient été impliqués dans cette attaque qui s'est déroulée dans les eaux internationales», ajoute-t-il.

Une décision suédoise qualifiée de «remarquable» par Dmitri Peskov. «La Russie a demandé ces données à plusieurs reprises, mais personne ne nous les a jamais fournies», a souligné le porte-parole du Kremlin devant la presse.

«Nous avons notre propre enquête sur laquelle je ne peux rien dire pour l'instant. Tout dépendra des résultats. Nous attendons avec intérêt le verdict et les décisions qui seront prises. Il s'agit d'un sabotage contre une infrastructure internationale critique. On ne saurait s'abstenir de trouver les coupables, l'exécuteur et le commanditaire», a-t-il ajouté.

Quatre énormes fuites de gaz précédées d'explosions sous-marines se sont produites le 26 septembre 2022 à quelques heures d'intervalle sur Nord Stream 1 et 2, conduites reliant la Russie à l'Allemagne et acheminant l'essentiel du gaz russe vers l'Europe.

Trois enquêtes avaient été ouvertes, en Allemagne, en Suède et au Danemark. L'enquête suédoise est la première à s'achever.

La «principale hypothèse est qu'un État est derrière» le sabotage, avait pourtant affirmé en avril 2023 le procureur suédois Ljungqvist, ajoutant que ses auteurs savaient «très bien qu'ils laisseraient des traces».

La coopération judiciaire avec le Danemark et l'Allemagne a été «bonne», souligne le procureur ce 7 février. «Dans le cadre de cette coopération juridique, nous avons pu remettre des documents qui peuvent être utilisés comme preuves dans l'enquête allemande», a ajouté Mats Ljungqvist.

Les services suédois estiment que le sabotage ne menaçait pas le pays

Dans un communiqué séparé, les services de renseignements suédois ont indiqué que l'enquête avait été ouverte «afin de déterminer si le sabotage visait la Suède et menaçait ainsi la sécurité du pays, et il a été établi que ce n'était pas le cas».

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en particulier, a nié à plusieurs reprises que son pays puisse être impliqué. «Je ne ferais jamais cela», a-t-il déclaré en juin dernier au quotidien allemand Bild, ajoutant qu'il «aimerait voir des preuves».

«Ceux qui mènent l'enquête en Occident ne sont pas intéressés par la vérité», avait fustigé, le 26 septembre 2023 à New York, le représentant permanent à l'ONU de la Fédération de Russie, Vassili Nebenzia. «L'attentat a été perpétré au moyen d'explosifs et relève donc de la Convention internationale du 15 décembre 1997» (relative à la répression des attentats), avait ajouté le représentant russe, avant d'attirer l'attention de l'auditoire sur le fait que l'Allemagne, le Danemark et la Suède en faisaient partie et étaient donc «engagées par cette convention à enquêter sur les faits».

 francais.rt.com

 Commenter

Référencé par :

1 article