Les États-Unis intensifient la guerre en frappant un groupe qui avait pourtant obéi à l'ordre de calmer le jeu


Par  Moon of Alabama - Le 8 février 2024

Le 28 janvier, une attaque de drone tuait des soldats américains près d'une base américaine (illégale) dans le triangle frontalier entre la Syrie, l'Irak et la Jordanie. Cette attaque faisait suite au soutien ouvert des États-Unis à la tentative israélienne de génocide à Gaza.

Hier, une frappe de "représailles" américaine contre des dirigeants d'une milice irakienne sous  le commandement du ministère irakien de l'intérieur a tué deux officiers supérieurs du Kataib Hezbullah. (La milice irakienne Kataib Hezbollah n'a aucun lien avec le Hezbollah du Liban) :

 La frappe étasunienne à Bagdad a tué le commandant d'une milice soutenue par l'Iran ( archivé) - New York Times, Feb 7 2024

Les vidéos de la scène montrent l'épave carbonisée d'un véhicule dans un quartier de l'est de Bagdad, ainsi qu'un incendie à proximité.

Un haut responsable du Hezbollah Kata'ib et du Corps des gardiens de la révolution iranienne ont tous deux déclaré que deux commandants avaient été tués dans l'attaque. Des témoins ont déclaré que des cartes d'identité trouvées à proximité les identifiaient comme étant Arkan al-Elayawi et Abu Bakir al-Saadi.

En réaction, des foules se sont rassemblées devant l'ambassade des États-Unis à Bagdad, scandant "L'Amérique est le diable".

La frappe de mercredi est intervenue après trois jours plus calmes au Moyen-Orient, à la suite des salves américaines de vendredi et samedi, les premières de ce que Biden et ses collaborateurs ont déclaré être une campagne de représailles soutenue.

La frappe américaine est intervenue quelques jours après que le Kataib Hezbullah avait promis de suivre les ordres du gouvernement irakien de se retirer et de cesser toute activité hostile.

Comme le rapportait Reuters la semaine dernière :

 Le Kataib Hezbollah irakien déclare qu'il suspend ses attaques contre les forces américaines - Reuters, 30 janvier 2024

Le groupe armé irakien Kataib Hezbollah, allié à l'Iran, a annoncé mardi la suspension de toutes ses opérations militaires contre les troupes américaines dans la région, dans une décision visant à éviter "l'embarras" du gouvernement irakien, a déclaré le groupe.

"Alors que nous annonçons la suspension des opérations militaires et de sécurité contre les forces d'occupation - afin d'éviter d'embarrasser le gouvernement irakien - nous continuerons à défendre notre peuple à Gaza par d'autres moyens", a déclaré le secrétaire général du Kataib Hezbollah, Abu Hussein al-Hamidawi, dans un communiqué.

Dimanche, trois soldats américains ont été tués lors d'une attaque de drone près de la frontière entre la Jordanie et la Syrie. Selon le Pentagone, cette attaque portait les "empreintes" des Kataib Hezbollah, bien qu'une évaluation finale n'ait pas encore été faite.

Un porte-parole du Pentagone a refusé de commenter la déclaration du groupe, ajoutant : "Les actes sont plus éloquents que les mots".

L'ordre de retrait a été donné par le Premier ministre irakien, mais il a également été soutenu par le gouvernement iranien, qui exerce une certaine influence idéologique sur les Kataib Hezbollah :

La décision des Kataib Hezbollah a été prise après plusieurs jours d'efforts intensifs de la part du premier ministre irakien pour éviter une nouvelle escalade après l'attaque en Jordanie, a déclaré son conseiller pour les affaires étrangères, Farhad Alaadin.

"Le premier ministre Mohammed Shia Al-Sudani a travaillé d'arrache-pied ces derniers jours, s'entretenant avec toutes les parties concernées à l'intérieur et à l'extérieur de l'Irak", a déclaré M. Alaadin lors d'une interview.

"Toutes les parties doivent soutenir les efforts du premier ministre pour prévenir toute escalade possible", a-t-il ajouté.

Dans sa déclaration, le Kataib Hezbollah a également fait état de désaccords avec ses alliés au sujet de ses attaques, en pointant du doigt l'Iran.

Il a déclaré que ses homologues de l'axe de la résistance "s'opposent souvent à la pression et à l'escalade contre les forces d'occupation américaines en Irak et en Syrie", selon le communiqué.

Mais une semaine après que les Kataib Hezbullah, sur ordre du premier ministre irakien, ont annoncé leur retrait, les États-Unis ont aggravé la situation en tuant deux dirigeants des Kataib, Abu Baqir al-Saadi et Hajj Arkan al-Alaywi, lors d'une attaque de drone en plein Bagdad.

Les Kataib Hezbollah sont membres des Forces de mobilisation populaire irakiennes, qui font officiellement partie des services de sécurité irakiens. Les attaquer, c'est attaquer l'État irakien.

Il me semble qu'il s'agit là d'une escalade intentionnelle de la part des États-Unis, destinée à aggraver les conflits au Moyen-Orient.

La première "frappe de représailles" des États-Unis après l'attentat du 28 janvier, qui a touché quelque 85 cibles présumées, était déjà très exagérée.

Plusieurs autres "frappes de représailles" contre les positions des Houthis dans le centre du Yémen ont également semblé beaucoup plus dévastatrices que les actions des Houthis contre les ressources maritimes, liées à Israël et aux États-Unis/Royaume-Uni, ne l'autorisait.

Il semble que l'administration Biden riposte intentionnellement beaucoup plus durement qu'il ne le faudrait.

Elle espère peut-être que ces frappes exagérément "vengeresses" auront un effet dissuasif.

Mais ce n'est pas le cas.

Puisque les dirigeants des Kataib Hezbullah sont tués, alors qu'ils suivaient les ordres de se calmer, les autres membres des Kataib ignoreront tous les futurs ordres de retrait et recommenceront leurs propres attaques contre les positions américaines en Irak et ailleurs.

Les États-Unis veulent-ils aggraver la guerre au Moyen-Orient ?

Au vu de leur comportement, cela risque de se passer ainsi.

Le bureau du Premier ministre irakien a réagi à l'attaque américaine :

المكتب الإعلامي لرئيس الوزراء 🇮🇶 @IraqiPMO - 8:09 UTC - Feb 8, 2024

Les forces américaines ont répété de manière irresponsable toutes les actions susceptibles de saper les accords établis et d'entraver l'amorce d'un dialogue bilatéral. Elles ont procédé à un assassinat flagrant par une frappe aérienne au cœur d'un quartier résidentiel de la capitale, Bagdad, au mépris de la vie des civils et des lois internationales.

Par cet acte, les forces américaines mettent en péril la paix civile, violent la souveraineté irakienne et font fi de la sécurité et de la vie de nos concitoyens. Plus préoccupant encore, la coalition s'écarte constamment des raisons et des objectifs de sa présence sur notre territoire.

Cette trajectoire oblige plus que jamais le gouvernement irakien à mettre fin à la mission de cette coalition, qui est devenue un facteur d'instabilité et menace d'enfermer l'Irak dans un cycle de conflits, et nos forces armées ne peuvent pas négliger leurs devoirs et responsabilités constitutionnels, qui exigent de préserver la sécurité des Irakiens et la terre d'Irak de toutes les menaces.

Que Dieu accorde sa miséricorde et son honneur aux martyrs de cette attaque et à tous les martyrs irakiens.

Général de division des forces spéciales

Yehia Rasool

Porte-parole du commandant en chef des forces armées

Ceci provient également d'une autre milice des FMP :

Marwa Osman ||مروة عثمان @Marwa__Osman - 5:43 UTC - 8 fev. 2024

Déclaration publiée par le Mouvement de la résistance islamique irakienne Al-Nujabaa après l'assassinat par les États-Unis du chef de la brigade du Hezbollah à Bagdad :

"Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux. Ô vous qui croyez, combattez ceux des mécréants qui vous sont voisins, et qu'ils trouvent en vous la dureté. Et sachez qu'Allah est avec les pieux." [Coran 9:123]

Ô vaillants résistants, vous qui combattez l'occupant oppresseur, c'est maintenant votre heure, c'est votre combat. Par Allah, ce n'est rien d'autre qu'une mort unique, alors que ce soit avec honneur et dignité. Que notre vengeance pour le sang des martyrs soit de demander des comptes à l'Amérique, à ses alliés, à ses partenaires et à ses intérêts. Que ce soit notre première et principale cause à partir de maintenant.

Aujourd'hui, au cœur de la capitale irakienne Bagdad, un perfide avion américain a pris pour cible le commandant vénéré des Forces de mobilisation populaire et des Brigades du Hezbollah, le martyr Abu Baqir Al-Saadi. Le commandant Al-Saadi était affilié à une institution irakienne officielle liée au commandant général des forces armées, ce qui a conduit à son martyre.

Où sont la souveraineté et le caractère sacré du sang et de la terre ? Peuple irakien, que ce mépris pour le sang irakien soit un rappel constant. Par Allah, cela ne se limitera pas aux fils des forces de mobilisation populaire ou aux seuls hommes de la résistance. La main de la trahison s'étendra à tous ceux qui s'opposent à cet occupant oppressif, même à ceux qui pensent être à l'abri des flammes de l'occupation. Si le gouvernement irakien n'adopte pas une position officielle ferme et décisive, notre réponse sera résolue, avec la permission d'Allah. Ces crimes ne resteront pas impunis et vous saurez alors que notre patience est à bout.

Attendez notre réponse, car nous choisirons le moment et le lieu appropriés, et le résultat sera pour les justes.

Le Mouvement de résistance islamique d'Al-Nujaba

Jeudi 8 février 2024 correspondant au 27 Rajab, 1445 Hijriyah".

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter