09/02/2024 les-crises.fr  5 min #242502

Dividendes des majors pétrolières : plus de 100 milliards de dollars pour les actionnaires des grands groupes pétroliers en 2023

En attendant, 2023 a vu des températures record dans ce que le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a appelé « une ère d'ébullition mondiale ».

Source :  Truthout, Julia Conley
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Des personnes marchent devant un logo ExxonMobil lors du troisième jour du 24e Congrès mondial du pétrole au BMO Center, Stampede Park, le 18 septembre 2023, à Calgary, au Canada.
ARTUR WIDAK / NURPHOTO

L'année 2023 a été marquée par des événements météorologiques qui ont montré de plus en plus clairement que la Terre est entrée dans ce que le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a appelé « l'ère de l'ébullition mondiale », avec des incendies de forêt et des vagues de chaleur prolongées qui ont touché des millions de personnes, et des scientifiques qui ont confirmé que leurs souffrances étaient le résultat direct de l'extraction des combustibles fossiles et du réchauffement de la planète.

Mais pour les cinq plus grands géants pétroliers du monde, l'année a été marquée par des bénéfices records et l'approbation de plusieurs nouveaux projets majeurs dans le domaine des combustibles fossiles, ce qui a permis aux entreprises de prodiguer à leurs actionnaires des dividendes qui devraient dépasser les 100 milliards de dollars, signe que les dirigeants ne craignent guère une baisse de la demande pour leurs produits, a déclaré un économiste.

Les entreprises - BP, Shell, Chevron, ExxonMobil et TotalEnergies - ont dépensé 104 milliards de dollars en versements aux actionnaires en 2022, et devraient récompenser les investisseurs avec encore plus de rachats et de dividendes pour 2023, a rapporté The Guardian.

Shell a annoncé en novembre son intention de verser au moins 23 milliards de dollars à ses investisseurs, soit plus de six fois le montant qu'elle prévoyait de consacrer à des projets d'énergie renouvelable, tandis que BP a promis à ses actionnaires une augmentation de 10 % de ses dividendes et que Chevron pourrait dépasser les 75 milliards de dollars de rachat d'actions qu'elle avait annoncés au début de l'année dernière.

Alice Harrison, chargée de campagne pour Global Witness, a fait remarquer que les actionnaires des entreprises d'énergie fossile profiteront de leurs « salaires » alors que les ménages européens sont confrontés à la pauvreté énergétique et que le monde doit faire face à la menace croissante de catastrophes climatiques provoquées par cette industrie.

« La crise mondiale de l'énergie a été un gigantesque pactole pour les entreprises du secteur des combustibles fossiles », a déclaré Harrison au Guardian. « Au lieu d'investir leurs bénéfices records dans les énergies propres, ces entreprises redoublent d'efforts dans le domaine du pétrole, du gaz et de la rémunération des actionnaires. Une fois de plus, des millions de familles n'auront pas les moyens de chauffer leur maison cet hiver, et des pays du monde entier continueront à souffrir des phénomènes météorologiques extrêmes liés à l'effondrement du climat. C'est l'économie des combustibles fossiles, et elle est biaisée en faveur des riches. »

En 2023, les militants ont intensifié leurs demandes de responsabilisation des industries du pétrole, du gaz et du charbon et, le mois dernier, ils avaient réussi à faire pression sur plus de 1 600 universités, fonds de pension et autres institutions pour qu'elles se désengagent des combustibles fossiles. Aux États-Unis, les dispositions de la loi sur la réduction de l'inflation, présentée comme « le plus grand investissement de l'histoire américaine dans le domaine du climat et de l'énergie », sont entrées en vigueur.

Dieter Helm, professeur de politique économique à l'université d'Oxford, a déclaré au Guardian que si l'industrie craignait vraiment que les décideurs politiques mettent un terme à l'extraction des combustibles fossiles et accélèrent la transition vers les sources d'énergie renouvelables, elle dépenserait beaucoup moins pour de nouveaux projets et pour rémunérer ses actionnaires.

« Pour que ce soit le cas, il faudrait croire que la transition énergétique est en marche et que la demande de combustibles fossiles va diminuer », a déclaré Helm au Guardian.

En 2023, le président américain Joe Biden a exaspéré les défenseurs du climat en approuvant le projet de forage pétrolier Willow en Alaska, qui pourrait entraîner l'émission d'environ 280 millions de tonnes de dioxyde de carbone piégeant la chaleur. Son administration a également inclus dans l'accord sur la limite de la dette des dispositions visant à accélérer l'approbation du Mountain Valley Pipeline, qui pourrait émettre l'équivalent de plus de 89 millions de tonnes de dioxyde de carbone, tandis que le gouvernement britannique a donné son feu vert à un énorme champ de forage pétrolier en mer du Nord et que la société française TotalEnergies a poursuivi la construction de l'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est, d'une longueur de 1 450 km, qui transporterait jusqu'à 230 000 barils de pétrole brut par jour.

« Ces entreprises investissent des sommes considérables dans de nouveaux projets et distribuent des dividendes plus importants parce qu'elles sont convaincues qu'elles obtiendront des rendements élevés, a déclaré Helm. Et si l'on considère l'état actuel de nos progrès en matière de climat, qui peut dire qu'elles se trompent ? »

Vanessa Nakate, militante pour le climat, a fait remarquer que la rémunération des actionnaires était attendue à la suite d'un accord sur un fonds pour les pertes et les dommages lors de la 28e conférence annuelle des Nations unies sur le changement climatique, qui vise à aider les pays en développement à lutter contre le changement climatique. Ce fonds a été qualifié « d'historique » et comprenait un engagement de 700 millions de dollars de la part des pays riches - une somme qui devrait être éclipsée par les bénéfices des investisseurs en combustibles fossiles.

« Ils ont fait les poches des gens, alimenté l'inflation et la pollution, et aggravé la pauvreté », a déclaré Prem Sikka, membre de la Chambre des Lords du Royaume-Uni et cofondateur du Tax Justice Network, à propos des géants pétroliers. « Les gouvernements ne font rien pour mettre fin à leur monopole. Il faut démanteler ce cartel. »

Source :  Truthout, Julia Conley, 01-01-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter