09/02/2024 legrandsoir.info  8 min #242512

Pourquoi Joe Biden est un échec en matière de politique étrangère

Jeffrey SACHS

Seul un président d'exception pourrait résister aux profits de guerre sans fin de cette gigantesque machine de guerre ; hélas, Joe Biden n'essaie même pas.

En matière de politique étrangère, le président des États-Unis a deux rôles essentiels. Le premier est de freiner le complexe militaro-industriel (CMI), qui pousse toujours à la guerre. Le second consiste à maîtriser les alliés des États-Unis qui attendent d'eux qu'ils fassent la guerre en leur nom. Quelques présidents avisés réussissent, mais la plupart échouent. Joe Biden est certainement un échec.

Dwight Eisenhower a été l'un des présidents les plus avisés. À la fin de l'année 1956, il a été confronté à deux crises simultanées. La première est une guerre désastreuse et malavisée lancée par le Royaume-Uni, la France et Israël pour renverser le gouvernement égyptien et reprendre le contrôle du canal de Suez après sa nationalisation par l'Égypte. Eisenhower a contraint les alliés à mettre fin à leur attaque effrontée et illégale, notamment par le biais d'une résolution de l'Assemblée générale des Nations unies parrainée par les États-Unis. La deuxième crise est le soulèvement hongrois contre la domination soviétique sur la Hongrie. Bien qu'Eisenhower ait sympathisé avec le soulèvement, il a sagement maintenu les États-Unis en dehors de la Hongrie, évitant ainsi une dangereuse épreuve de force militaire avec l'Union soviétique.

Le discours d'adieu historique d'Eisenhower au peuple des EU en janvier 1961 a alerté le public sur le pouvoir croissant du CMI :

« Dans les instances gouvernementales, nous devons nous prémunir contre l'acquisition d'une influence injustifiée, qu'elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le potentiel de montée en puissance désastreuse d'un pouvoir mal placé existe et persistera.

Nous ne devons jamais laisser le poids de cette combinaison mettre en danger nos libertés ou nos processus démocratiques. Nous ne devons rien tenir pour acquis. Seule une citoyenneté vigilante et bien informée peut obliger l'énorme machine industrielle et militaire de la défense à s'adapter à nos méthodes et objectifs pacifiques, de sorte que la sécurité et la liberté puissent prospérer ensemble. »

Même Eisenhower n'a pas complètement maîtrisé le complexe militaro-industriel, en particulier la Central Intelligence Agency. Aucun président ne l'a fait entièrement. La CIA a été créée en 1947 avec deux rôles distincts. Le premier, valable, était celui d'agence de renseignement. Le second, désastreux, était de servir d'armée secrète au président. Dans ce dernier rôle, la CIA a conduit un échec calamiteux après l'autre depuis l'époque d'Eisenhower jusqu'à aujourd'hui, y compris des coups d'État, des assassinats et des "révolutions colorées" mises en scène, qui ont tous produit des ravages et des destructions sans fin.

Après Eisenhower, John F. Kennedy a brillamment résolu la crise des missiles de Cuba en 1962, évitant de justesse l'Armageddon nucléaire en affrontant ses propres conseillers bellicistes pour parvenir à une solution pacifique avec l'Union soviétique. L'année suivante, il a négocié avec succès le traité d'interdiction partielle des essais nucléaires avec l'Union soviétique, malgré les objections du Pentagone, puis a obtenu la ratification du Sénat, éloignant ainsi les États-Unis et l'Union soviétique du bord de la guerre. Nombreux sont ceux qui pensent que les initiatives de paix de Kennedy ont conduit à son assassinat par des agents malhonnêtes de la CIA. Joe Biden s'inscrit dans la longue lignée des présidents qui ont gardé secrets ou expurgé des milliers de documents qui auraient pu faire la lumière sur l'assassinat de Kennedy.

Soixante ans plus tard, le complexe militaro-industriel tient d'une main de fer la politique étrangère des EU. Comme je l'ai récemment décrit, la politique étrangère est devenue un racket d'initiés, le complexe militaro-industriel contrôlant la Maison Blanche, le Pentagone, le département d'État, les commissions des services armés du Congrès et, bien sûr, la CIA, tous étroitement liés aux principaux fournisseurs d'armes. Seul un président d'exception pourrait résister aux profits de guerre sans fin de cette gigantesque machine de guerre.

Hélas, Biden n'essaie même pas. Tout au long de sa longue carrière politique, Biden a été soutenu par le CMI et a, à son tour, soutenu avec enthousiasme les guerres de choix, les ventes massives d'armes, les coups d'État soutenus par la CIA et l'élargissement de l'OTAN.

Le budget militaire de Biden pour 2024 bat tous les records, atteignant au moins 1 500 milliards de dollars de dépenses pour le Pentagone, la CIA, la sécurité intérieure, les programmes d'armes nucléaires hors Pentagone, les ventes d'armes étrangères subventionnées, d'autres dépenses liées à l'armée, et les paiements d'intérêts sur les dettes passées liées à la guerre. En plus de cette montagne de dépenses militaires, M. Biden cherche à obtenir 50 milliards de dollars de "financement supplémentaire d'urgence" pour la "base industrielle de défense" étasunienne, afin de continuer à expédier des munitions à l'Ukraine et à Israël.

Biden n'a aucun plan réaliste pour l'Ukraine et a même rejeté un accord de paix entre la Russie et l'Ukraine en mars 2022 qui aurait mis fin au conflit sur la base de la neutralité ukrainienne en mettant fin à la tentative futile de l'Ukraine d'adhérer à l'OTAN (futile parce que la Russie ne l'acceptera jamais). L'Ukraine est une grosse affaire pour le CMI - des dizaines et potentiellement des centaines de milliards de dollars de contrats d'armement, des usines de fabrication à travers les États-Unis, la possibilité de développer et de tester de nouveaux systèmes d'armes - donc Biden continue la guerre malgré la destruction de l'Ukraine sur le champ de bataille, et la mort tragique et inutile de centaines de milliers d'Ukrainiens. Le CMI, et donc Biden, continuent d'éviter les négociations, même si des négociations directes entre les États-Unis et la Russie concernant l'OTAN et d'autres questions de sécurité (comme le placement de missiles américains en Europe de l'Est) pourraient mettre fin à la guerre.

En Israël, l'échec de M. Biden est encore plus flagrant. Israël est dirigé par un gouvernement extrémiste qui rejette la solution des deux États, selon laquelle les Israéliens et les Palestiniens devraient vivre côte à côte dans deux États souverains, pacifiques et sûrs, ou même toute solution qui accorderait aux Palestiniens leurs droits politiques. La solution à deux États est profondément ancrée dans le droit international, y compris dans les résolutions du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale des Nations unies et, soi-disant, dans la politique étrangère des États-Unis. Les dirigeants arabes et islamiques se sont engagés à normaliser et à garantir des relations sûres avec Israël dans le cadre de la solution à deux États.

Pourtant, Israël est dirigé par des fanatiques violents qui prétendent que Dieu a donné à Israël toute la terre de l'actuelle Palestine, y compris la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. Ces zélotes insistent donc sur la domination politique des millions de Palestiniens qui vivent parmi eux, ou sur leur annihilation ou leur expulsion. Netanyahou et ses collègues ne cachent même pas leurs intentions génocidaires, bien que la plupart des observateurs étrangers ne comprennent pas pleinement les références bibliques que les dirigeants israéliens invoquent pour justifier leur massacre continu du peuple palestinien.

Israël fait aujourd'hui l'objet d'accusations très crédibles de génocide devant la Cour internationale de justice, dans le cadre d'une affaire portée par l'Afrique du Sud. Les documents présentés par l'Afrique du Sud et d'autres pays sont aussi clairs qu'effrayants. La politique israélienne n'est pas une politique pragmatique et encore moins une politique de paix. C'est la politique de l'apocalypse biblique.

Joe Biden fournit néanmoins à Israël les munitions nécessaires à la réalisation de ses crimes de guerre massifs. Au lieu d'agir comme Eisenhower et de faire pression sur Israël pour qu'il mette fin à ses massacres, en violation du droit international et notamment de la Convention sur le génocide, M. Biden continue d'expédier des munitions, en contournant même l'examen du Congrès dans toute la mesure du possible. Le résultat est l'isolement diplomatique des États-Unis par rapport au reste du monde et l'implication croissante de l'armée américaine dans une guerre qui s'étend rapidement et de manière trop prévisible au Liban, à la Syrie, à l'Irak, à l'Iran et au Yémen. Lors du récent vote de l'Assemblée générale des Nations unies en faveur de l'autodétermination politique du peuple palestinien, les États-Unis et Israël ont fait cavalier seul avec deux voix d'avance : La Micronésie (tenue par un accord de voter avec les États-Unis) et Nauru (12 000 habitants).

La politique étrangère des EU est sans gouvernail, avec un président dont la seule recette en matière de politique étrangère est la guerre. Alors que les États-Unis sont déjà engagés jusqu'au cou dans les guerres en Ukraine et au Moyen-Orient, Joe Biden a également l'intention d'expédier davantage d'armes à Taïwan, malgré les objections véhémentes de la Chine, qui estime que les États-Unis violent ainsi les engagements pris de longue date par les États-Unis en faveur de la politique d'une seule Chine, y compris l'engagement pris il y a 42 ans dans le communiqué commun des États-Unis et de la République populaire de Chine, selon lequel le gouvernement américain "ne cherche pas à mener une politique à long terme de vente d'armes à Taïwan". La terrible prophétie d'Eisenhower s'est confirmée. Le complexe militaro-industriel menace notre liberté, notre démocratie et notre survie même.

Jeffrey D. Sachs est professeur d'université et directeur du Centre pour le développement durable de l'université Columbia, où il a dirigé l'Institut de la Terre de 2002 à 2016. Il est également président du Réseau des solutions pour le développement durable des Nations unies et commissaire de la Commission à haut débit des Nations unies pour le développement. Il a été conseiller de trois secrétaires généraux des Nations unies et est actuellement défenseur des ODD auprès du secrétaire général Antonio Guterres.

15 janvier 2024

»»  italienpcf.blogspot.com

 legrandsoir.info

 Commenter