La menace de Trump et la situation critique des pays euro-atlantiques

Markku Siira

Source:  markkusiira.com

Les euro-atlantistes espèrent probablement que le mandat de Joe Biden, 81 ans, en tant que président des États-Unis se poursuivra après les prochaines élections. Les dirigeants européens ont traditionnellement plus de points communs avec les démocrates américains qu'avec les républicains.

Ces espoirs risquent de ne pas se concrétiser. Malgré toutes les accusations judiciaires dont il fait l'objet, Donald Trump, 77 ans, pourrait revenir à la Maison-Blanche et reprendre là où il s'était arrêté lors de son précédent mandat. Peut-être les cercles capitalistes sont-ils heureux qu'un autre vieil homme, "agent du chaos", le fanfaron Trump, mette à bas l'ancien ordre mondial dans notre ère de crises multiples ?

Trump est le premier président américain à traiter ses partenaires européens avec une suspicion ouverte, avec du mépris et même de l'hostilité. Bien sûr, Washington a toujours traité l'Europe de cette manière et exploité ses vassaux transatlantiques à volonté, mais Trump l'a fait plus ouvertement que ses prédécesseurs.

Malgré les attaques rhétoriques de l'ère Trump, la politique étrangère américaine a peu changé, mais les Euro-Atlantiques craignent toujours sa réélection. Encore une fois, on spécule que le retour de Trump augmenterait l'instabilité, ferait le jeu de Poutine et pourrait soulever une nouvelle vague de résistance en Europe pour déstabiliser également les politiques de Bruxelles.

Les experts en politique étrangère et de sécurité soupçonnent qu'au cours de son second mandat, Trump pourrait devenir encore plus hostile à l'Europe et aux "valeurs européennes", ce qui augmenterait considérablement les risques pour la sécurité du continent et exacerberait ses difficultés actuelles. Les partisans de l'OTAN n'attendent pas avec impatience le retour de Trump, mais ils appellent déjà, eux aussi, à une augmentation des budgets de défense pour maintenir l'alliance militaire à flot.

Sous une seconde présidence Trump, les relations entre les États-Unis et la Chine se détérioreraient probablement davantage, avec des répercussions économiques et politiques pour l'Europe. La ligne nuancée à l'égard de la Chine continuerait-elle à ne concerner que le commerce et la concurrence technologique, et comment Trump traiterait-il la question de Taïwan ?

Bien que les politiques de Trump aient été défendues en affirmant qu'il n'avait pas déclenché de nouvelles guerres, Israël a obtenu davantage de concessions pendant son mandat, ce qui se reflète également dans la crise actuelle à Gaza. Le général iranien Suleimani a été assassiné par Trump et l'homme à la chevelure jaune canari a également poursuivi le vol de pétrole américain en Syrie.

Sous Biden également, les États-Unis ont agi sans consulter leurs "partenaires" européens. Les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l'Allemagne ont explosé dans la mer Baltique, mais en cette année électorale, l'administration Biden, qui peaufine son programme de politique climatique, a décidé de "suspendre temporairement" la fourniture de gaz naturel liquide de substitution à l'Europe en proie au stress énergétique.

En matière de politique économique également, Washington prend des mesures protectionnistes "à la Trump" aux dépens des pays de l'euro. Un exemple en est la loi signée par M. Biden, qui utilise des subventions pour inciter les entreprises à délocaliser de l'Europe vers les États-Unis. La désindustrialisation menace l'Euroland, mais qu'importe si la ligne politique de l'Occident collectif est "America first".

La politique de sanctions imposée par les États-Unis à la Russie a également coûté cher aux pays de l'euro, mais l'économie russe n'a fait que se renforcer malgré les sanctions. Pour couronner le tout, Washington elle-même continue de commercer avec Moscou. Même si Trump ne remporte pas les élections en novembre, les États-Unis ne peuvent pas être considérés comme un partenaire bon et fiable pour l'Europe, qui semble même payer le prix du conflit en Ukraine.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter