Finanzcapitalisme : de l'économie réelle à la spéculation financière

Finanzcapitalisme: de l'économie réelle à la spéculation financière

Ilaria Bifarini

Source:  ilariabifarini.com

"De toutes les façons d'organiser la banque, la pire est celle que nous avons aujourd'hui"

(Sir Mervyn King, ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre)

L'une des transformations les plus inhumaines du système capitaliste industriel, fondé à l'origine sur la fabrication et plus généralement la production, est celle du capitalisme financier, dans lequel le pouvoir est concentré dans quelques grandes banques. Les banques ont cessé leur rôle de soutien et de prêt au développement, préférant investir dans des produits financiers qui génèrent plus de capital, dans un système autoréférentiel où les profits proviennent de la spéculation, sans passer par le travail et la production.

Le système capitaliste a déplacé l'axe de l'économie réelle vers l'économie financière et, pire encore, vers la spéculation qui l'accompagne, à tel point qu'il a été rebaptisé "capitalisme financier" ou "capitalisme ultra-financier".

Orientée vers la maximisation du profit à partir de l'argent lui-même, la richesse n'y passe pas par la production de biens ou de services, et il n'y a pas non plus de plan de redistribution entre les travailleurs et les consommateurs, mais seulement une centralisation dans les mains de quelques-uns, d'un très petit nombre. Après avoir toujours soutenu l'économie capitaliste, la finance s'est transformée, avec l'avènement du néolibéralisme, de serviteur en maître de l'économie mondiale, l'engloutissant et se reproduisant à une vitesse vertigineuse.

Depuis 1980, le montant des actifs générés par le système financier a dépassé la valeur du PIB de la planète entière. Depuis lors, la course au profit de la finance est devenue si rapide qu'elle a quintuplé l'économie réelle en termes de masse d'actifs en l'espace de trente ans.

Sous la présidence de Bill Clinton, deux étapes ont été franchies pour achever la dérégulation du système financier néolibéral. Avec l'abolition du Glass-Steagall-Act - introduit par Roosevelt l'année suivant la crise de 29 - la séparation entre banques d'investissement et banques d'affaires a été supprimée, ces dernières retrouvant ainsi des concentrations de pouvoir économique.

Dans le même temps, l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a donné le feu vert aux transactions de gré à gré en annulant les règles antérieures, jugées restrictives, sur le contrôle des produits dérivés.

Chaque jour, de nouveaux types de produits dérivés de plus en plus sophistiqués et complexes sont créés et peuvent être négociés de gré à gré, c'est-à-dire en dehors des bourses. S'agissant de titres "transitoires", ils ne répondent pas à l'obligation d'inscription au bilan des banques et échappent aux réglementations sectorielles. En exploitant les failles du système qu'ils ont eux-mêmes générées, les grands groupes financiers ont créé une myriade de sociétés indépendantes auxquelles ils transfèrent des montants importants de capitaux hors bilan, qui deviennent ainsi invisibles. Ces instruments ont les mêmes caractéristiques que l'argent: ils peuvent être revendus plusieurs fois, sont facilement monétisés et échangés sans détenir la propriété de leur sous-jacent. Ainsi, les produits dérivés, mis en circulation en masse par les banques, sont devenus une nouvelle forme de monnaie circulante, qui échappe à l'analyse et rend les interventions de politique monétaire problématiques et inefficaces. C'est le monde de la finance de l'ombre, ce vaste marché parallèle, né au milieu des intrigues du système bancaire international, qui a rendu la masse des produits financiers en circulation gigantesque et incontrôlable.

Une grande partie de ces produits financiers a pour sous-jacent des formes de dettes, comme les hypothèques sur les maisons. Avec un mécanisme pervers, dans lequel l'argent est créé par la dette, on assiste à une forme de spéculation absolue qui n'a rien à voir avec la création de valeur, mais plutôt avec sa destruction.

Il est clair qu'un système économique basé sur la spéculation découplée de la production et fondé sur l'endettement, tant public que privé, n'est pas viable.

Le paradoxe du capitalisme financier est qu'il trouve son terreau idéal dans le chaos et la pauvreté, puisque c'est précisément la spéculation sur la dette et la souffrance qui est sa sève. Son fonctionnement est régulé par des mécanismes complexes et artificiels basés sur l'application de modèles issus de la physique et de la cybernétique : rien n'est plus éloigné de l'économie réelle.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter