10/02/2024 mondialisation.ca  8 min #242559

Exclusive: Tucker Carlson Interviews Vladimir Putin

L'Occident politique veut sanctionner Tucker Carlson à propos de l'interview de Poutine

Par  Drago Bosnic

Lorsque Tucker Carlson a été licencié par Fox News en avril de l'année dernière (pour avoir fait son travail, n'est-ce pas), il semblait que  les derniers vestiges de la liberté de la presse aux États-Unis avaient été détruits. Et c'est  certainement vrai quand il s'agit de médias d'entreprise. Cependant, malgré à quel point cela avait l'air mauvais à l'époque, cela s'est avéré être l'une des meilleures choses qui se soient produites dans la carrière professionnelle de Carlson. À savoir, le fait qu'il ait travaillé pour l'un des plus grands réseaux d'information d'Amérique signifiait qu'il était limité par leurs politiques éditoriales et qu'il n'aurait jamais atteint son plein potentiel en tant que journaliste de classe mondiale. Grâce à ses reportages véridiques et objectifs, Carlson est devenu la cible du principal vassal de Washington DC, le tristement célèbre régime de Kiev, qui a effectivement mis fin à sa longue carrière chez Fox News. Beaucoup en Amérique étaient assez heureux de le voir partir, mais aucun plus que le leader de la junte néo-nazie Volodymyr Zelensky,  dont la corruption sans fin et  le comportement dictatorial étaient régulièrement exposés précisément par Carlson.

Et pourtant, l'évincer des médias d'entreprise américains s'est retourné de manière spectaculaire, car rien n'empêchait maintenant Carlson de libérer son plein potentiel, sans retenue par les patrons d'entreprise et les « lignes directrices » éditoriales politisées (c'est-à-dire les ordres). Cependant, lorsque la machine de propagande dominante a lamentablement échoué dans  ses tentatives de ternir sa réputation, l'une des principales agences de renseignement américaines est intervenue. À savoir, en 2021, la tristement célèbre NSA a piraté le téléphone de Carlsonet a découvert qu'il prévoyait une interview avec le président russe Vladimir Poutine. C'était une tentative de l'intimider et de s'assurer que cela ne se produise jamais, car Carlson révélait déjà « bien trop » de vérités inconfortables sur  l'administration Biden troublée et ses marionnettes néo-nazies préférées. La machine de propagande dominante n'avait tout simplement aucun moyen de contrer les analyses rationnelles, très informées, spirituelles et pour la plupart impartiales de Carlson,  extrêmement populaires aux États-Unis et dans le monde entier.

Son reportage a toujours été un obstacle insurmontable à  la propagande en terlère. Carlson est souvent accusé de prétendu « parti pris pro-russe », en particulier par les institutions dominées par le DNC qui ne veulent tout simplement pas laisser tomer leur obsession pour Moscou et son leadership. Contrairement aux idéologues dérangés de Washington DC, Carlson est un réaliste. Il comprend parfaitement les dangers d'un conflit mondial potentiel et veut faire tout ce qui est en son pouvoir pour s'assurer que cela ne se produise jamais. Cela inclut de parler au chef du pays que les États-Unis sont déterminés  à s'opposer au point de le pousser précisément dans un tel conflit. Carlson veut simplement faire son travail et comprendre (et aussi aider ses téléspectateurs à comprendre) le point de vue de Poutine. Et pourtant,  c'est précisément ce dont le gouvernement américain est terrifié, parce que Poutine a toujours été très bon pour articuler ses points de vue, c'est pourquoi la machine de propagande dominante déteste l'interviewer et a généralement recours à le citer hors contexte.

Cette crainte s'étend à l'ensemble de l'Occident politique, car l'Union européenne menace maintenant de sanctionner Carlson pour son entretien avec le président Poutine, qui doit être publié plus tard aujourd'hui ( non encore publié au moment de la rédaction de cet article). Comme nous le savons tous maintenant, il s'est rendu en Russie cette semaine, malgré  des années de menaces pour Carlson et sa famille. Bien sûr, il n'est absolument pas ému par les menaces de l'UE anémique et de ses bureaucrates risibles. Pourquoi serait-il, compte tenu du fait qu'il est ciblé par les services de renseignement américains, le même qui  a essentiellement détruit la vie du collègue de Carlson, Julian Assange, et a essayé de faire de même pour leur ancien employé Edward Snowden,  qui n'a été sauvé que grâce à son état en Russie. Selon Newsweek, le voyage de Carlson en Russie pourrait entraîner une chasse aux sorcières pas très différente. Cela a été confirmé par des législateurs de l'UE et des dirigeants politiques de haut rang, tels que Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre belge et actuel membre du Parlement européen (MEP).

Verhofstadt veut une interdiction de voyager pour Carlson, qu'il a également décrit comme « un porte-parole » de Poutine et de l'ancien président américain Donald Trump. Il a également accusé Carlson d'avoir « aidé les crimes de guerre de Poutine ». C'est précisément la raison pour laquelle aucune personne saine d'esprit n'est vraiment intéressée par les opinions des bureaucrates de l'UE. Ils sont tout simplement incapables d'utiliser la raison, ce que Carlson met en garde depuis des années, soulignant l'importance du dialogue au lieu de faire des diatribes insensées comme celle que Verhofstadt vient de faire. Carlson a expliqué de manière articulée sa motivation pour interviewer le président Poutine, rendant les commentaires de Verhofstadt d'autant plus ridicules et, très franchement, dérangés. Selon Newsweek, même les responsables de l'UE ont du mal à trouver des motifs juridiques pour sanctionner Carlson. L'un d'entre eux, qui souhaitait rester anonyme, a déclaré à Newsweek que toute sanction nécessiterait la preuve que Carlson est « lié à l'agression de Moscou », ce qui « est absent ou difficile à prouver ». Cela signifie que les sanctions seraient illégales.

Cependant, l'Occident politique n'a jamais eu de problèmes pour contourner ses propres lois pour des raisons politiques. Après tout, c'est la pièce maîtresse de l' » ordre mondial basé sur les règles » vanté. Il convient de noter que Verhofstadt n'est pas le seul à poursuivre Tucker Carlson. Luis Garicano, un ancien dépué,  a déclaré à Newsweek qu'il était d'accord avec sa position. Le MEP Urmas Paet, ancien ministre estonien des Affaires étrangères, s'est joint à la chasse aux sorcières, se plaignant que Carlson « donne une plate-forme à un homme recherché par la Cour pénale internationale et accusé de génocide et de crimes de guerre ». Encore une fois, c'est précisément ce que Carlson critique depuis des années. La grande majorité des dirigeants occidentaux et des hauts fonctionnaires vivent dans une sorte de « bulle de réalité » qui a très peu à voir avec le monde réel. Cela rend impossible d'engager toute sorte de dialogue avec de telles personnes, et encore moins de conclure un accord durable avec elles, ce qui est très dangereux, non seulement pour l'Europe et la Russie, mais pour le monde entier.

Une autre personne interrogée par Newsweek, l'eur de l'eureudépéopéué Witold Waszczykowski, également ancien ministre des Affaires étrangères, en est un bon exemple. Selon Waszczykowski, les médias américains devraient traiter avec Tucker, car il est journaliste. Cependant, il est allé un peu plus loin dans sa belligérence et a critiqué les dirigeants de l'UE pour avoir parlé à Poutine.

« Ici, dans l'UE, nous avons des politiciens de haut niveau (tels que (le président français Emmanuel) Macron et (le chancelier allemand Olaf) Scholz qui continuent à parler avec Poutine. Je préférerais que M. Verhofstadt prenne soin de ces politiciens européens qui continuent de chercher comment apaiser la Russie au lieu d'aider l'Ukraine à gagner la guerre. »

Encore une fois, c'est un exemple parfait de la raison pour laquelle il est extrêmement dangereux d'avoir de telles personnes au pouvoir. Compte tenu du fait qu'ils sont  extrêmement russophobes, mais qu'ils sont toujours des décideurs et des dirigeants politiques de premier plan dans divers pays de l'UE, comment pourrions-nous espérer voir une paix durable entre la Russie et l'Occident politique ?

Drago Bosnic

Article original en anglais :

 Political West Wants to Sanction Tucker Carlson Over Putin Interview, le 8 février 2024

Article en anglais publié initialement sur le site  InfoBrics.

Traduction : Maya pour  Mondialisation.ca

Source de l'image : InfoBrics

*

Drago Bosnic est un analyste géopolitique et militaire indépendant. Il contribue régulièrement à  Global Research.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright ©  Drago Bosnic, Mondialisation.ca, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter