Bonsens.org alerte les députés sur les excès liberticides du projet de loi sur les dérives sectaires.

Retour de l'Inquisition. Critiquer la connaissance médicale du moment, passible désormais de prison

par Charles Sannat

«Et pourtant elle tourne» ! Dans ce monde d'incultes, il est plus facile de traiter ceux qui pensent de complotistes ou de fascistes que d'entamer le débat avec eux. Ne nous laissons pas intimider par ces fous mes amis. Résistons, à la pointe du stylo. Résistons avec les mots, les concepts et la pensée. Résistons en convoquant l'histoire à la barre.

Souvenez-vous de Galilée.

«Le procès de Galilée, ou l'affaire Galilée, est l'enquête et la condamnation du savant astronome Galilée par l'Inquisition pour avoir critiqué le géocentrisme et soutenu l'héliocentrisme.

L'affaire commence vers 1610, quand Galilée publie Sidereus nuncius. Il y décrit ses observations astronomiques à l'aide d'une lunette astronomique. Ses observations l'amènent à réfuter le géocentrisme et à confirmer la théorie héliocentrique exposée par le chanoine Nicolas Copernic dans son œuvre Des révolutions des sphères célestes (1543). L'Église catholique s'oppose à cette vision des choses. Elle déclare officiellement hérétique l'héliocentrisme en 1616, met à l'Index les œuvres qui abordent le sujet et interdit à Galilée d'enseigner cette théorie.

Galilée se conforme plus ou moins à l'interdiction de l'Église. L'affaire connaît plusieurs étapes car le pape Urbain VIII avait été le mécène de Galilée et lui avait permis de publier ses travaux sur le système copernicien tant qu'il le présentait comme une simple hypothèse : le véritable conflit date de 1632, lorsque Galilée publie son Dialogue sur les deux grands systèmes du monde, ce qui entraîne son procès. Le savant est condamné en 1633 à l'incarcération, qui est en fait une résidence surveillée jusqu'à sa mort en 1642».

Il n'appartient pas à l'État de déterminer la vérité scientifique, or c'est exactement ce qu'il veut faire et c'est d'une gravité absolue car c'est la négation de notre histoire et de la science.

Tout ce que nous pensons vrai aujourd'hui sera faux dans 2 siècles

Si vous connaissez l'histoire et la science, vous savez que la science évolue.

Tout ce que nous pensions juste hier, tout ce qui était des certitudes, de la terre qui était au centre de l'Univers, aux saignées des médecins de Molière, est désormais faux.

Tout ce qui est vrai aujourd'hui sera pour l'essentiel réfuté.

Notre physique sera radicalement différente dans 2 siècles et nos connaissances médicales d'aujourd'hui sembleront à nos descendants de dans 500 ans aussi barbares et ignares que les saignées d'autrefois le sont pour nous aujourd'hui.

Ainsi vont l'histoire et la science.

Mais nos abrutis de dirigeants, pensent qu'ils peuvent s'arroger le droit de savoir ce qui est vrai et ce qui faux et c'est exactement le sens de cette législation sur les dérives sectaires, qui part d'un bon sentiment comme à chaque fois, mais l'enfer est toujours pavé de bonnes intentions !

L'article 4 du projet de loi «contre les dérives sectaires» a été remis hier à l'Assemblée nationale malgré un avis défavorable du Conseil d'État et sa suppression au Sénat

«L'article 4 punit de 15 000 euros d'amende et d'1 an de prison «la provocation à s'abstenir de suivre un traitement médical thérapeutique ou prophylactique alors «qu'en l'état des connaissances médicales» cette abstention serait manifestement dangereuse pour leur santé» selon les autorités médicales en place et l'état des connaissances actuelles».

Cela implique qu'il est interdit de remettre en cause les connaissances médicales ou scientifiques du moment.

Cela veut dire que c'est la fin de la science et de l'évolution.

Car toute tentative d'aller au-delà de ce qui est réputé «vrai» sera alors passible de prison et d'amende.

C'est bien évidemment une nouvelle Inquisition.

Cela ne souffre aucune hésitation.

On comprend bien pourquoi ces dirigeants veulent faire cela, ils veulent pouvoir contrôler parfaitement et totalement la thèse officielle du moment.

On pourrait presque dire d'ailleurs que c'est une loi anti Raoult tant elle aurait permis d'embastiller tous ceux qui ont émis des doutes plus que légitimes sur le vaccin anti-Covid, car c'est bien de cela dont nous parlons.

C'est bien d'empêcher un immense scandale sanitaire dont il est question.

La vérité scientifique est toujours très temporaire.

Vouloir la graver dans le marbre est une folie démocratique, législative, et scientifique d'une classe politique de nains minables aux capacités intellectuelles affligeantes.

La France, ce n'est pas la Corée du Nord, mais on commence à vouloir faire comme sous Staline.

Il est déjà trop tard, mais tout n'est pas perdu.

source :  Insolentiae

 reseauinternational.net

 Commenter