10/02/2024 reseauinternational.net  11 min #242589

Pourquoi Medvedev est libre de la jouer «Born to Be Wild»

🇬🇧 🇪🇸

par Pepe Escobar

Washington s'emploie activement à diviser l'UE en faveur d'un axe Vilnius-Varsovie-Kiev radicalement russophobe.

«Yeah, darlin' gonna make it happen
Take the world in a love embrace
Fire all of your guns at once
And explode into space
»
(Steppenwolf, «Born to be Wild», 1967)

Le monde doit être reconnaissant au vice-président du Conseil de sécurité russe, Dimitri Medvedev. Paraphrasant cette HEINEKEN: Refreshes the Parts Other Beers Can't Reach (Compilation) (Best Beer Ads of All Time) de l'époque de la guerre froide sur une bière qui rafraîchit les parties que les autres bières ne peuvent atteindre, Medvedev rafraîchit ces parties - sensibles - que le Kremlin et le ministère des affaires étrangères, pour des raisons diplomatiques, ne peuvent pas atteindre.

Alors que d'étonnants glissements tectoniques continuent de bouleverser la géopolitique et la géoéconomie, et que l'ange de l'histoire regarde vers l'est tandis que les États-Unis, corrodés de l'intérieur, s'accrochent désespérément aux miettes de leur  domination à spectre complet qui s'amenuise, Medvedev ne cache pas à quel point il aime «la fumée et l'éclairage», sans parler du «tonnerre de heavy metal».

La première pièce à conviction est quelque chose d'historique. Elle mérite d'être citée dans son intégralité :

«Les politiciens occidentaux qui ont chié dans leur pantalon et leurs généraux médiocres de l'OTAN ont une fois de plus décidé de nous faire peur. Ils ont lancé les plus grands exercices militaires depuis la guerre froide.

Ces exercices impliquent 90 000 soldats de 31 pays de l'Alliance et du «quasi bloc» suédois, environ 50 navires de guerre, 80 avions, 1100 véhicules de combat terrestres, dont 133 chars d'assaut.

Certaines étapes devraient se dérouler dans les pays les plus ouvertement russophobes et les plus dégoûtants pour nous, tels que la Pologne, la Lettonie, la Lituanie et l'Estonie, c'est-à-dire à proximité immédiate des frontières de la Russie.

Les responsables de l'OTAN n'ont pas osé dire directement contre qui ces exercices étaient destinés et se sont limités à un bavardage creux sur la «mise en pratique des plans de défense et la dissuasion d'une agression potentielle de la part des adversaires les plus proches».

Mais il est évident que cette convulsion des muscles mous de l'Occident est un avertissement pour notre pays. C'est comme s'ils disaient : ne devrions-nous pas menacer la Russie comme il se doit et montrer au hérisson russe un gros cul européen transgenre ?

En fin de compte, ce n'est pas effrayant, mais très significatif.

Après tout, si l'Alliance elle-même a décidé de mener des exercices de ce niveau, cela signifie qu'elle a vraiment peur de quelque chose.

Et plus encore, ils ne croient pas seulement à la victoire, mais à tout succès militaire du régime néo-nazi pourri de Kiev. De plus, bien sûr, ils élaborent l'agenda anti-russe à des fins de politique intérieure, en consolidant leur électorat mécontent.

Dans l'ensemble, il s'agit d'un jeu avec le feu très dangereux.

Des forces importantes ont été rassemblées. Des exercices de cette ampleur n'ont pas été menés depuis le siècle dernier. Il s'agit donc d'une vieille histoire bien oubliée.

Nous n'allons attaquer aucun pays de ce bloc. Toutes les personnes raisonnables en Occident le comprennent. Mais s'ils se montrent trop agressifs et empiètent sur l'intégrité de notre pays, ils recevront immédiatement une réponse adéquate.

Cela ne signifiera qu'une chose : une grande guerre, dont l'OTAN ne se détournera plus.

La même chose se produira si un pays de l'OTAN commence à mettre ses aérodromes à la disposition des partisans de Bandera ou à loger ses troupes avec des néo-nazis. Ils deviendront certainement une cible légitime pour nos forces armées et seront détruits sans pitié en tant qu'ennemis.

Tous ceux qui portent des casques avec des symboles de l'OTAN et qui aujourd'hui font claquer leurs armes non loin de nos frontières devraient s'en souvenir».

Défaite humiliante ou Totalen Krieg

Le tonnerre de heavy metal de Medvedev est complété par une  superbe analyse de Rostislav Ishchenko, que j'ai eu le plaisir de rencontrer à Moscou il y a quelques années.

Voici deux éléments clés à retenir :

1. «Aujourd'hui, l'état de préparation des armées des membres européens de l'OTAN à une véritable guerre est inférieur à celui de l'armée russe à l'époque la plus difficile des années 90».

2. Ishchenko dessine clairement le choix de l'Occident, «entre la reconnaissance d'une défaite honteuse, avec une défaite sur le champ de bataille des unités de l'OTAN proprement dites, et le début avec la Russie d'une véritable guerre, que les armées européennes ne peuvent pas mener, et pour laquelle les Américains n'ont pas de force, car ils vont s'engager en Chine».

Conclusion inévitable : toute l'architecture américaine d'«endiguement de la Russie» est en train de «s'effondrer».

Ishchenko note à juste titre que «l'Occident n'est pas en mesure de mener une guerre par procuration contre la Russie au-delà de 2024» (le ministre de la Défense, Choïgou, a déjà déclaré l'année dernière que l'opération militaire spéciale prendrait fin en 2025).

Ishchenko ajoute : «Même s'ils parviennent à tenir non seulement jusqu'à l'automne, mais jusqu'en décembre 2024 (ce qui est très douteux), la fin de l'Ukraine est encore proche, et pour les remplacer, l'Occident n'a pas été en mesure de préparer encore un autre qui voulait mourir pour les États-Unis dans une guerre par procuration contre la Russie».

Eh bien, ils essaient. Avec acharnement. Par exemple, en enrégimentant une bande de hyènes pour NATO and the future of deterrence and defense on Europe's eastern front . Et en donnant à Boudanov, le chouchou de la CIA à Kiev, les coudées franches pour organiser des attaques terroristes en série à l'intérieur de la Fédération de Russie.

Pendant ce temps, un mémo confidentiel conçu à la London School of Economics suggère une coopération étroite entre le gouvernement allemand, l'USAID et la Fondation Friedrich Ebert pour construire une sorte de «nouveau Singapour à Kiev» : c'est-à-dire une «reconstruction» permettant à l'entreprise allemande de tirer profit d'un trou perdu où les salaires sont bas.

Personne ne sait quel type de «Kiev» survivra, ni sous quelle forme. Il n'y aura donc pas de «Singapour» remixé.

Il n'y aura pas de compromis

L'analyste allemand Patrik Baab a présenté une  analyse méticuleuse des faits essentiels qui sous-tendent la déclaration de Medvedev.

Bien sûr, il doit citer Stoltenberg de l'OTAN, qui a déjà confirmé de manière elliptique, officiellement, qu'il ne s'agit pas d'une guerre d'agression «non provoquée» - l'OTAN l'a en fait provoquée ; de plus, il s'agit d'une guerre par procuration, qui porte essentiellement sur l'expansion de l'OTAN vers l'est.

Baab reconnaît également à juste titre qu'après les négociations de paix à Istanbul en mars/avril 2022, implosées par les États-Unis et le Royaume-Uni, la confiance dans le Kremlin - et dans le ministère des Affaires étrangères - des politiciens de l'Occident collectif est nulle.

Baab fait également référence à l'une des sources de l'État profond de Sy Hersh :

«La guerre est terminée. La Russie a gagné».

Toutefois, le point essentiel - qui n'échappe pas à l'attention de Medvedev - est qu'«aucune concession n'est à attendre de Washington. La confrontation militaire se poursuit. La guerre est devenue une bataille d'usure». Ce point est lié au fait que Medvedev a déjà explicitement déclaré qu'Odessa, Dnipropetrovsk, Kharkov, Mykolaev et Kiev sont des «villes russes».

Par conséquent, «un compromis est de facto exclu».

Le Conseil de sécurité de la Russie a bien compris que le concept stratégique adopté par l'OTAN lors du sommet de Madrid en 2022 militarise totalement l'Europe. Baab : «Il propose une guerre multi-domaine contre un concurrent doté de l'arme nucléaire. En d'autres termes, une guerre nucléaire. Il affirme que l'élargissement de l'OTAN a été un succès historique».

C'est la rhétorique que Stoltenberg répète sans cesse, tout droit sortie du groupe de réflexion de l'OTAN, le Conseil de l'Atlantique.

En tâtant le pouls de Moscou, dans une série d'échanges approfondis, il apparaît clairement que le Kremlin est préparé à une méchante guerre d'usure qui pourrait durer des années - au-delà des actuelles « Raging Twenties» (années folles). Pour l'heure, la chanson reste la même en Ukraine : un croisement entre la technique de l'escargot et l'inéluctable hachoir à viande.

La finalité, comme le comprend clairement Baab, est que «Poutine cherche à conclure un  accord de sécurité fondamental avec l'Occident». Même si nous savons tous que cela n'arrivera pas avec les néocons Straussiens qui dictent les politiques à Beltway, les faits sur le terrain - géoéconomique - sont indubitables : la Russie, sanctionnée à mort, a déjà dépassé l'Allemagne et le Royaume-Uni et est désormais l'économie la plus forte d'Europe.

Il est rafraîchissant de voir un analyste allemand citer  l'historien Emmanuel ToddLa troisième guerre mondiale a déjà commencé») et l'analyste militaire suisse  Jacques Baud, qui a expliqué qu'il existait «une philosophie de guerre sophistiquée en Russie depuis l'époque soviétique», incluant des considérations économiques et politiques.

Baab se réfère également à l'inimitable Sergei Karaganov, pilier du Conseil scientifique du Conseil de sécurité, dans une interview accordée à Rossiyskaya Gazeta : «La Russie a achevé son voyage européen... Les élites européennes, et surtout allemandes, sont dans un état d'échec historique. Le fondement de leur domination depuis 500 ans - la supériorité militaire sur laquelle la domination économique, politique et culturelle de l'Occident a été construite - leur a été enlevé (...) L'Union européenne se dirige (...) lentement mais sûrement vers la désintégration. C'est pourquoi les élites européennes ont fait preuve d'une attitude hostile à l'égard de la Russie depuis une quinzaine d'années. Elles ont besoin d'un ennemi extérieur».

En cas de doute, lisez Shelley

Il est désormais clair comme de l'eau de roche que Washington divise activement l'UE en faveur d'un axe Vilnius-Varsovie-Kiev radicalement russophobe.

Pendant ce temps, le «pas de compromis» en Ukraine est profondément déterminé par la géoéconomie : l'UE a désespérément besoin d'accéder au lithium ukrainien pour l'escroquerie de la «décarbonisation», aux vastes richesses minérales, au riche sol de terre noire (aujourd'hui principalement propriété de BackRock, Monsanto et cie), aux routes maritimes (en supposant qu'Odessa ne revienne pas à son statut de «ville russe») et, surtout, à la main-d'œuvre ultra bon marché.

Quoi qu'il en soit, le diagnostic de Baab pour l'UE et l'Allemagne est sombre : «L'Union européenne a perdu sa fonction centrale» et «historiquement, elle a échoué en tant que projet de paix». Après tout, c'est l'axe Washington-Vilnius-Varsovie-Kiev qui «donne le ton».

Et ce n'est pas tout : «Nous sommes en train de devenir non seulement l'arrière-cour des États-Unis, mais aussi l'arrière-cour de la Russie. Les flux d'énergie et le trafic de conteneurs, les centres économiques se déplacent vers l'est, se formant le long de l'axe Budapest-Moscou-Astana-Pékin».

Alors que nous croisons Medvedev, Ishchenko et Baab, la conclusion inévitable est que la guerre par procuration contre le pays 404 se poursuivra encore et encore - à de multiples niveaux. Des négociations de «paix» sont absolument hors de question - certainement pas avant les élections de novembre aux États-Unis.

Ishchenko comprend qu'«il s'agit d'une catastrophe civilisationnelle» - peut-être pas «la première depuis la chute de l'Empire romain» : après tout, plusieurs civilisations se sont effondrées en Eurasie depuis le IVe siècle. Ce qui est clair, c'est que l'Occident collectif tel que nous le connaissons est en train de flirter avec un aller simple pour la poubelle de l'Histoire.

Cela nous amène au génie de Shelley, résumé dans l'un des sonnets les plus dévastateurs de l'histoire de la littérature, Ozymandias, publié en 1818 :

«J'ai rencontré un voyageur venu d'un pays antique,
Qui a dit : «Deux vastes jambes de pierre sans troncs d'arbre
Se dressent dans le désert.... Près d'eux, sur le sable,
À moitié enfoncé, un visage brisé gît, dont le froncement de sourcils,
Et la lèvre ridée, et le rictus de commandement froid,
Disent que son sculpteur a bien lu ces passions
Qui survivent encore, marquées sur ces choses sans vie,
La main qui s'est moquée d'eux, et le cœur qui les a nourris ;
Et sur le piédestal, ces mots apparaissent :
Mon nom est Ozymandias, Roi des Rois ;
Regardez mes œuvres, Puissants, et désespérez !
Il ne reste rien d'autre. Autour de la décomposition
De cette épave colossale, sans limites et sans vie
Les sables solitaires et plats s'étendent au loin.
»

Alors que nous continuons à chercher la lumière dans les ténèbres de la folie - avec un génocide en cours 24 heures sur 24 - nous pouvons visualiser le piédestal se dressant au milieu d'un vaste désert, peint par Shelley avec deux allitérations sublimes, «boundless and bare» (sans limites et nu) et «lone and level» (solitaire et plat).

Il s'agit d'un vaste espace vide reflétant un vide politique noir : la seule chose qui compte est l'obsession aveugle pour le pouvoir total, le «rictus du commandement froid» affirmant la perpétuité d'un «ordre international fondé sur des règles» flou.

Oh oui, c'est un sonnet de tonnerre heavy metal qui survit aux Empires - y compris à l'«épave colossale» qui disparaît sous nos yeux.

 Pepe Escobar

source :  Strategic Culture Foundation

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter