Exclusive: Tucker Carlson Interviews Vladimir Putin

Poutine a subverti les médias traditionnels et alternatifs dans son interview avec Tucker Carlson

par Andrew Korybko

Poutine n'est pas le monstre ou le fou que les médias occidentaux grand public dépeignent, bien qu'il ne soit pas non plus le cerveau révolutionnaire anti-occidental que la communauté des médias alternatifs prétend. Le président Poutine n'est qu'un politicien pragmatique qui veut préserver la société conservatrice et nationaliste de la Russie, développer vigoureusement son économie et assurer ses intérêts en matière de sécurité nationale, tout en coopérant avec d'autres pays dans la poursuite d'un bénéfice mutuel.

 L'interview de Tucker avec le président Poutine a été plébiscitée par les médias grand public (MSM) et la  communauté des médias alternatifs (AMC) qui ont excité leur public avec des attentes irréalistes. Tous deux ont prédit que le dirigeant russe cracherait un tas de points de discussion, que le premier a décrits comme de la propagande, tandis que le second a spéculé qu'ils écraseraient la réputation de l'Occident, mais les deux se sont trompés. Au lieu d'un simple talk-show, le président Poutine a précisé dès le début qu'il s'agirait d'une conversation sérieuse.

Il n'a pas non plus perdu de temps pour prouver son intention, se lançant immédiatement dans un examen historique détaillé de ce que l'on peut décrire comme la «question ukrainienne» entre la Russie et la Pologne au cours des siècles, après quoi il a enchaîné sur la façon dont ce sujet a été abordé pendant la période soviétique. L'objectif était d'informer de manière exhaustive son auditoire du contexte qui a précédé l' opération spéciale, en prenant soin d'expliquer les motivations et les nuances de chaque camp afin que les auditeurs comprennent parfaitement tout.

Alors qu'il approchait de la fin de l'ancienne guerre froide, le président Poutine a ensuite réaffirmé l'intérêt sincère de la Russie à cultiver une nouvelle ère de relations avec l'Occident, soulignant qu'il avait même demandé une fois à Clinton si son pays pouvait rejoindre l'OTAN et exploré la possibilité d'une coopération antimissile conjointe avec Bush Jr. Les deux initiatives ont finalement échoué pour des raisons qu'il a attribuées à l'obsession de l'élite américaine pour la domination, laissant entendre tout au long de l'interview que la CIA est celle qui mène vraiment la danse en matière de politique étrangère.

Au lieu d'une coopération mutuellement bénéfique, l'Occident dirigé par les États-Unis a continué à pousser ses intérêts à somme nulle définis subjectivement aux dépens des intérêts nationaux objectifs de la Russie, ce qui a pris la forme d'une expansion de l'OTAN vers l'Est en violation de sa parole et d'une tentative de balkaniser la Russie dans le Caucase du Nord. Malgré cela, le président Poutine a continué à poursuivre la vision qu'il a admis il y a plusieurs mois être  naïve avec le recul, qui s'est manifestée à travers les actions de la Russie pendant l'Euromaïdan et après.

Il a révélé qu'à l'époque il avait demandé à l'ancien président ukrainien Ianoukovitch de démissionner et de ne pas utiliser une force sérieuse contre l'opposition armée, et qu'il lui avait conseillé d'accepter ce qu'il a lui-même admis être un coup d'État par des moyens pacifiques par le biais d'une série impromptue d'élections anticonstitutionnelles. En réponse à sa naïveté, la CIA a mené à bien ses plans de coup d'État armé malgré le fait que l'Allemagne, la France et la Pologne aient agi en tant que garants de l'accord susmentionné.

Ce violent changement de régime a incité la Crimée à se réunifier démocratiquement avec sa patrie historique après que les putschistes ont juré d'opprimer les Russes, à cette époque le Donbass s'est rebellé et la guerre civile ukrainienne a éclaté après que Kiev a bombardé cette région et l'a envahie. Une fois de plus, le président Poutine a préféré la paix et le pragmatisme à la guerre et aux ultimatums, optant pour les accords de Minsk avant tout, même si  les dirigeants allemand et français ont admis plus tard qu'ils n'avaient jamais eu l'intention de les honorer.

Cette séquence d'événements, telle que décrite par nul autre que le président Poutine lui-même, a contredit les attentes des médias et de l'AMC à son égard en tant que « monstre, fou ou cerveau », révélant qu'il était en fait un pragmatique apolitique sans soif de sang, instabilité psychologique ou motivations idéologiques. La seule raison pour laquelle il a lancé l'opération spéciale était d 'assurer l'intégrité des lignes rouges de sécurité nationale de son pays en Ukraine après que l'OTAN les ait franchies clandestinement et refusé de battre en retraite.

Il n'y a jamais eu d'arrière-pensée puisqu'il reste attaché à l'opinion mise en avant dans son  magnum opus de l'été 2021 selon laquelle les Russes et les Ukrainiens sont le même peuple qui n'a divergé que de manière superficielle à la suite d'ingérences extérieures au cours des siècles. C'est pourquoi il a cherché à mettre rapidement fin à la dernière phase du conflit de longue date que son opération spéciale  était censée terminer peu de temps après son début via le processus de paix d'Istanbul, pour être une fois de plus trompé, avec tout le respect que je lui dois.

Après que le président Poutine a ordonné à ses troupes de se retirer de Kiev en signe de bonne volonté pour conclure l'accord que la délégation ukrainienne avait déjà paraphé, l'ancien Premier ministre britannique Johnson les a convaincus d'abandonner ce pacte politico-militaire détaillé en faveur de la poursuite du combat. Néanmoins, le dirigeant russe a tout de même déclaré qu'il  envisageait une fin politique au conflit, mais a rappelé à tous que l'Ukraine devait d'abord abroger sa législation interdisant les pourparlers avec Moscou pour que cela se produise.

Cependant, le monde ne sera plus jamais le même lorsque cette guerre par procuration prendra fin, car il croit qu'elle a porté un coup puissant à la domination antérieure de l'Amérique. En fait, une grande partie de cela a été auto-infligée après que son élite ait convaincu les décideurs de tenter d'infliger une « défaite stratégique » à la Russie, ce qui a toujours été un fantasme politique. À cette fin, ils ont même utilisé le dollar comme une arme, bien que cela se soit retourné contre eux en accélérant les processus de dédollarisation (y compris parmi les alliés des États-Unis) qui, à leur tour, sapent la base de la puissance américaine.

 L'ordre mondial multipolaire émergent qui prend forme devrait se concentrer sur la sécurité collective au lieu de se diviser en blocs, a-t-il déclaré, et il espère que le droit international tel qu'il est inscrit dans la Charte des Nations Unies sera à nouveau respecté par tous avec le temps. L'IA et la génétique devraient être réglementées au même titre que les armes nucléaires, bien qu'il faille qu'il y ait une confiance mutuelle pour que cela se produise, ce qui fait évidemment défaut. Dans l'intervalle, des accords pragmatiques sont possibles sur d'autres questions telles que les échanges d'espions, mais on ne s'attend pas à grand-chose d'autre.

Tout ce dont le président Poutine a parlé dans son interview avec Tucker, du contexte historique de la «question ukrainienne» aux détails sur l'évolution de la politique russe ainsi que ses interactions avec les dirigeants américains, a subverti les attentes des médias et de l'AMC parce qu'il ne s'agissait pas de simples points de discussion. Bien au contraire, il s'agissait d'une série de master classes sur ces sujets complexes qui ont probablement dépassé la tête de la plupart des gens, mais il était tout de même important d'en discuter pour le bien de ceux qui sont intéressés.

La première chose à retenir pour les téléspectateurs/lecteurs moyens est que la politique étrangère américaine est en fait contrôlée par des membres de l'élite de sa bureaucratie permanente («l'État profond») tels que ceux de la CIA, et non par le président, puisque les intérêts initiaux de Clinton et de Bush à coopérer avec la Russie ont été sabordés par cette agence. Le deuxième point est que l'ingérence étrangère en Ukraine a transformé la question de l'identité de son peuple en une arme géopolitique pour affaiblir la Russie, qui veut vivre en paix et en prospérité avec ce pays.

Troisièmement, le président Poutine n'a lancé l'opération spéciale de son pays qu'après avoir senti que l'échec de cette opération entraînerait des problèmes de sécurité irréversibles qui risquaient d'aboutir avec le temps à la balkanisation de la Russie, qu'il a explicitement affirmé que l'Occident poursuivait comme  moyen de contenir la Chine. Le quatrième point est que c'est cette obsession de la domination au sein de son élite politique (c'est-à-dire la CIA) qui est responsable de la déstabilisation du monde, le dernier point étant qu'il veut la paix par la diplomatie.

*

Entretien de Vladimir Vladimirovitch Poutine avec Tucker Carlson

par Sylvain Treton

Le mot anglais «poise» - qu'on peut traduire par maintien, élégance, équilibre, port de tête - m'est passé par la tête spontanément devant cette rencontre qui devait laisser pantois tout le monde encore sain de corps et d'esprit. Larry Johnson a attribué la première fausse transcription présumée de l'interview à l'intelligence artificielle ! Voici quelques propos empruntés à Dominique :

«Vous trouverez ci-après l'interview tant attendue de Vladimir Poutine par Tucker Carlson qui a montré, dans cette affaire une grande détermination et un grand courage. La meute médiatique occidentale, surtout européenne et encore plus française se répand en commentaires désobligeant voire injurieux envers Tucker Carlson pour tenter de discréditer le personnage et de minimiser l'impact de cette interview

Hélas pour eux, ils n'y parviendront que dans une petite partie seulement de l'entre soi otanien : la partie qui croit encore que nos médias disent la vérité sur les sujets qu'ils traitent. Voir les médias mainstream en France :  Les médias à la solde du capital - l'exemple français (Halimi-Rimbert) - les 7 du quebec

Dans le reste du monde, cette interview sera écoutée religieusement par l'énorme majorité planétaire qui a vu ce dont l'occident otanien était capable en Palestine: soutenir une gouvernance nazie et génocidaire. De nombreux chefs d'État du Sud global attendent aujourd'hui de la Russie qu'elle les libère de la tyrannie de l'hégémon US-OTAN. L'interview est longue: deux heures et sept minutes. On peut avoir une traduction automatique en français en allant sur «sous-titre», «anglais généré automatiquement», puis cliquer sur «traduire» et choisir la langue. Sinon cliquer directement sur la version de l'interview :  reseauinternational.net

Vladimir Poutine reste lucide jusqu'au bout. Il semble en excellente santé. La partie historique est un peu trop longue. La dernière heure de l'interview est plus intéressante que la première. L'internaute pressé peut démarrer après la première heure. Tucker Carlson fait très correctement son boulot. Il laisse parler son interlocuteur. Il ne fait pas les questions et les réponses. Il ne cherche pas à imposer son point de vue à celui qu'il interroge. Il sait rester à sa place. Bref il n'est pas aussi mauvais que les journalistes que l'on peut entendre sur nos chaînes TV nationales. D'autres états-uniens, avant lui, s'étaient également très bien comportés lors de longues entrevues avec le président Russe (Oliver Stone par exemple). A chacun de se forger son opinion, bien sûr.

*

Un avis sur cette entrevue.

 Andrew Korybko

source :  Les 7 du Québec

 reseauinternational.net

 Commenter