Ia : la tentation transhumaniste

IA : la tentation transhumaniste

Karl Richter

Source:  facebook.com

Ce que l'on appelle l'intelligence artificielle (IA) commence à peine à envahir notre monde du travail, mais aussi tous les autres domaines de notre vie quotidienne. Nous ne parlons encore que de programmes vocaux de plus en plus sophistiqués - c'est-à-dire de robots textuels comme ChatGPT ou "Alexa" d'Amazon - et de générateurs d'images comme Image Creator, Midjourney ou Leonardo. Mais comme le développement est exponentiel à l'ère du numérique, l'IA deviendra de plus en plus puissante dans un avenir proche, effectuera de plus en plus de tâches jusqu'ici réservées à l'intelligence humaine et se rapprochera encore plus de nous, au sens littéral du terme. L'assistant vocal d'Amazon, Alexa, et une foule d'appareils ménagers "intelligents" nous indiquent la direction à prendre. Nous nous entourons d'un cocon de plus en plus dense de vampires de données numériques qui ne font rien de moins que de s'emparer de notre identité.

Il ne faut pas oublier que tout cela n'a rien à voir avec "l'intelligence", c'est-à-dire la compréhension de relations complexes. En réalité, il ne s'agit que de processus complexes de calcul (algorithmes) qui reposent sur la probabilité avec laquelle, par exemple, un mot donné est suivi d'un autre dans le flux de texte, ou avec laquelle certains éléments structurels sont associés les uns aux autres dans la structure des graphiques ou des images. L'IA "apprend" ces probabilités mathématiques au fur et à mesure de son optimisation, pour finalement fournir, après un nombre infini d'heures de travail, des résultats qui doivent se rapprocher le plus possible des opérations du cerveau humain, c'est-à-dire de la pensée. On peut s'attendre à des améliorations drastiques des performances dans ce domaine à l'avenir.

Un autre aspect important, que l'on perd facilement de vue, est que tous les petits "bots", qu'il s'agisse de programmes de texte, de dialogue ou de graphisme, font partie de l'agenda transhumaniste. En fin de compte, il s'agit de rendre le cerveau humain "lisible" pour les ordinateurs et de pouvoir transférer des données dans les deux sens - du cerveau à l'ordinateur (ou aux supports de stockage), mais aussi de l'ordinateur au cerveau, par exemple au moyen d'une puce implantée. Des fichiers d'images et de textes calculés à grands frais pourraient un jour devenir le support intermédiaire décisif. L'objectif final est - outre la possibilité de contrôle total de l'humanité - la possibilité de mémoriser la conscience humaine, afin de la rendre indépendante de son existence physique et finalement immortelle. Hollywood en parle depuis de nombreuses années, et des intervenants tels que le journaliste israélien Yuval Harari ("Homo Deus", 2017), qui est également un invité apprécié du Forum économique mondial de Klaus Schwab, font des déclarations sans équivoque à ce sujet.

L'un des chercheurs les plus en vue dans la recherche de l'"interface homme-machine" est d'ailleurs Elon Musk. Depuis 2017 déjà, il fait étudier, sous l'égide d'une société spécialement créée à cet effet, Neuralink, les possibilités de relier le cerveau humain aux ordinateurs. Il s'agit d'une "interface directe avec le cortex cérébral". En 2020, en pleine année Corona, Musk a présenté au public le prototype de sa puce cérébrale : huit millimètres d'épaisseur, 23 millimètres de diamètre.

Pour l'implantation de haute précision dans le cerveau, Neuralink a spécialement développé un robot spécial. Officiellement, la puce doit surveiller la santé et, grâce à ses capteurs, donner l'alerte en cas de risque d'infarctus ou d'attaque - pour l'instant. Musk défend depuis longtemps le point de vue visionnaire selon lequel "les hommes devront à l'avenir relier leur cerveau à des ordinateurs afin de pouvoir suivre le rythme de l'intelligence artificielle à venir".

C'est là que la boucle est bouclée. Les programmes d'IA de plus en plus sophistiqués ne vont pas seulement révolutionner notre quotidien et notre monde du travail. Ils seront tôt ou tard capables de communiquer directement avec le cerveau en comprenant son "langage", qui repose sur des calculs et des algorithmes incroyablement nombreux et incroyablement complexes. Des millions d'utilisateurs dans le monde entier contribuent à l'entraînement et à l'optimisation de ces programmes.

Le linguiste et journaliste américain Noam Chomsky évoque un autre aspect dans ce contexte. En mars 2023, il a appelé dans le New York Times à cesser d'appeler les programmes d'IA pertinents "intelligence artificielle", mais plutôt : "(...) appelons-les ce qu'ils sont et ce qu'ils font, des"logiciels de plagiat", car ils ne"créent"rien, mais copient des œuvres existantes d'artistes existants et les modifient au point d'échapper aux lois sur le droit d'auteur de l'auteur. Il s'agit du plus grand vol de propriété intellectuelle depuis l'arrivée des colons européens sur les terres des Amérindiens".

Et : bien sûr, chaque petite image, chaque brouillon, chaque saisie de l'utilisateur reste enregistré par Google, Microsoft et les autres "Grands Frères". En plus de toutes les autres traces de données que chacun laisse chaque jour sur son ordinateur ou son téléphone portable, cela constitue un profil assez significatif des intérêts, des préférences individuelles, en un mot : de la personnalité de l'utilisateur. Bien entendu, les instances de surveillance gouvernementales en tirent profit depuis longtemps, et pas seulement en Chine.

La récompense pour la participation est une belle image de synthèse colorée sans valeur intellectuelle ou politique. C'est déjà bien assez pauvre. Chacun devrait décider jusqu'à quel point il souhaite collaborer avec le moloch de l'IA. L'un dans l'autre, les images et les textes obtenus de manière prétendument "intelligente" sont risqués. Il faut les utiliser de manière réfléchie.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter