La guerre économique mondiale est imminente et la menace qui pèse sur le dollar américain est réelle

🇬🇧

Par Brandon Smith − Le 9 février 2024 − Source  Alt-Market

Dans une déclaration récente publiée sur les médias sociaux, Tucker Carlson a expliqué succinctement ses nombreuses raisons de se rendre en Russie pour interviewer le président Vladimir Poutine. Sa décision, qui a suscité une avalanche d'indignations de la part des médias gauchistes et d'une multitude de politiciens occidentaux, a été inspirée par l'inquiétude de Carlson quant au fait que les Américains ont été mal orientés par la propagande des entreprises, laissant le public complètement ignorant de la guerre en Ukraine et de ce que les tensions avec l'Est pourraient engendrer.

Je suis d'accord. En fait, je ne pense pas que la majorité des Américains aient la moindre idée des conséquences réelles d'une guerre mondiale avec la Russie et ses alliés. Même si le conflit n'aboutissait jamais à des coups de feu et restait confiné au domaine de la guerre économique, les États-Unis et la majeure partie de l'Europe seraient dévastés par ses effets.

Carlson a spécifiquement mentionné les dangers pour le statut du dollar américain, et je soupçonne que ce commentaire a probablement mystifié un grand nombre de personnes. La plupart des gens ne peuvent pas concevoir l'idée d'une implosion du dollar américain déclenchée par un dumping étranger du billet vert en tant que monnaie de réserve mondiale. Ils croient vraiment que le dollar est invincible.

Les personnes les plus délirantes sont, malheureusement, celles qui appartiennent aux cercles économiques dominants. Ils n'arrivent pas à comprendre que l'Occident est déjà en plein effondrement financier et qu'une guerre en accélérerait les effets à des niveaux jamais atteints depuis la Grande Dépression.

J'ai mis en garde contre cette issue depuis de nombreuses années. Je pense avoir clairement exprimé ma position dans le passé ; je soupçonne que le conflit entre l'Est et l'Ouest a été soigneusement élaboré au cours d'une décennie ou plus, et la Russie n'est pas innocente dans cette affaire.

La Russie a toujours collaboré avec les institutions globalistes, y compris le Fonds monétaire international, dans le but de créer un nouveau " système mondial de monnaie de réserve". En d'autres termes, les intérêts de la Russie et des globalistes se recoupent à bien des égards et la guerre en Ukraine n'a pas nécessairement changé la donne. Time Magazine s'est même  plaint l'année dernière que le FMI ait publié des rapports positifs sur l'économie russe - ils pensaient que l'organisation allait répéter le faux récit de l'OTAN selon lequel la Russie était au milieu d'une implosion financière. Au lieu de cela, le FMI a essentiellement fait l'éloge de la résilience de la Russie face aux sanctions.

Comme je l'ai noté en 2014 dans mon article " Le faux paradigme Est/Ouest cache la montée en puissance d'une monnaie mondiale" en référence à la guerre naissante avec l'Ukraine.

Je rappelle aux pom-pom girls pro-Poutine que Poutine et le Kremlin ont d'abord poussé le FMI à prendre le contrôle de l'économie ukrainienne, et que le FMI exige maintenant que l'Ukraine combatte la Russie en échange d'un soutien financier. Cela peut sembler ironique pour les observateurs les plus téméraires, mais pour ceux qui sont conscients du faux paradigme Est/Ouest, tout cela fait partie d'un plan plus vaste de consolidation du pouvoir.

J'ai également affirmé que :

J'ai prévenu depuis un certain temps que le développement des tensions Est/Ouest servirait de couverture à l'effondrement du système du dollar. J'ai prévenu que, dans les médias américains, cet effondrement serait imputé à un déversement à l'Est de réserves de change et de trésors publics, ce qui entraînerait un effet domino mondial mettant fin au statut de réserve mondiale des États-Unis.

À partir du moment où le président ukrainien Viktor Yanukovych a été destitué (beaucoup affirment que cela a été fait avec l'aide des agences de renseignement occidentales), l'ordre du jour de la Troisième Guerre mondiale a été mis en mouvement. Les deux parties ont semblé créer les circonstances qui rendraient la conflagration inévitable.

La Russie, étrangement, a soutenu l' intervention du FMI pour sécuriser l'économie ukrainienne. Le FMI a ensuite affirmé que l'Ukraine devrait se battre contre la Russie pour garder le contrôle du Donbas, sous peine de  perdre l'aide financière qui maintenait le pays en vie. Est-ce de l'ironie, ou y a-t-il autre chose qui se passe ici ?

L'OTAN a commencé à armer l'Ukraine, qui a utilisé ces armes pour  massacrer des civils dans le Donbass. La population de l'Est voulait rejoindre la Russie et l'Ukraine n'avait pas l'intention de le permettre (le financement du FMI était en jeu). Entre-temps, le gouvernement a commencé à discuter ouvertement de l'inclusion officielle de l'Ukraine dans l'OTAN. La Russie a alors envahi l'Ukraine et s'est emparée du Donbass. Aujourd'hui, toute la région est une poudrière et les deux parties sont prêtes à mettre le feu aux poudres.

Mais examinons cette situation comme s'il n'y avait pas d'implication mondialiste dans la facilitation de la crise, juste pour un moment, comme un exercice de pensée critique...

Si je devais choisir un camp qui est "plus à droite" dans sa position, ce serait la Russie, mais pas pour les raisons que de nombreux gauchistes pourraient imaginer lorsque les conservateurs défendent la Russie. L'essentiel est que la gauche suit aveuglément les diktats de l'establishment alors que le reste d'entre nous est au moins prêt à examiner la situation des deux côtés (ce que fait Tucker Carlson, qui est accusé de trahison pour cela).

Imaginez que la Chine travaille à la création d'une alliance militaire avec le Mexique, avec la possibilité pour l'armée chinoise d'installer des armes de longue portée et des soldats à la frontière sud des États-Unis. Imaginez le chaos que cela provoquerait aux États-Unis (peut-être qu'ils finiraient par sécuriser la frontière) ? C'est ce à quoi la Russie était confrontée avec l'Ukraine. L'Amérique a failli déclencher une guerre nucléaire mondiale lorsque les Soviétiques ont installé des missiles à Cuba en 1962. On ne plaisante pas avec des opérations militaires menées si près des frontières de grandes puissances nationales.

C'est exactement la justification de la guerre contre l'Ukraine citée par Poutine dans sa discussion avec Tucker Carlson, et elle est logique. Encore une fois, si nous examinons les événements sans la perspective d'une ingérence globaliste. Mais qu'en est-il si nous commençons à considérer qui profite le plus de cette guerre ?

Je ne fais certainement pas confiance à Poutine, mais cela n'enlève rien au comportement orwellien des dirigeants politiques européens et américains. Il se passe ici quelque chose qui va au-delà des mécanismes typiques de la politique de la corde raide géopolitique. Le conflit a de vastes conséquences et ne sert que les objectifs d'un groupe restreint d'élites. Je soupçonne des éléments des gouvernements de la Russie et de l'OTAN de servir sciemment ou involontairement ces intérêts.

C'est indéniable. C'est une réalité vérifiable : nombre de nos dirigeants politiques et de nos institutions élitistes sont corrompus au point de dépasser l'entendement. Ils recherchent une réforme autoritaire, une "grande remise à zéro économique" et déclenchent de multiples conflits dans le monde. Nous avons vu le masque tomber pendant la crise Covid. Ces gens ne sont pas simplement malavisés, ce sont des monstres, et ils ont faim. Ils n'hésiteront pas à provoquer une catastrophe mondiale et à sacrifier l'Occident comme une chèvre sur l'autel pour obtenir la centralisation totale qu'ils désirent.

Le paradigme Est/Ouest s'inscrit parfaitement dans ce plan. Les nations BRICS sont prêtes à abandonner le dollar en tant que réserve mondiale ; certaines l'ont déjà fait dans le cadre d'échanges bilatéraux. Ne vous y trompez pas, si le conflit en Ukraine (et dans d'autres parties du monde comme la Syrie ou l'Iran) continue de s'intensifier, des pays comme la Chine se débarrasseront de leurs avoirs en dollars, tout comme la Russie l'a fait. En tant que premier importateur/exportateur mondial, de nombreux pays suivront l'exemple de la Chine et opteront pour un panier de devises au lieu du dollar pour leurs échanges internationaux.

Qu'est-ce que cela signifie ?

Le dollar, qui a été hyperinflaté par plus d'une décennie d'impression monétaire de la Réserve fédérale, a continué à rester stable uniquement parce qu'il est la monnaie de réserve mondiale et une pétro-monnaie. C'est précisément pour cette raison que les banques étrangères détiennent des milliers de milliards de dollars américains dans leurs coffres à l'étranger. Avec la perte du statut de réserve, un flot ininterrompu de dollars reviendra aux États-Unis à mesure que les investisseurs étrangers se détourneront des billets de la Fed. Résultat ? Un effondrement inflationniste massif.

Voilà ce qui est en jeu. C'est ce à quoi Tucker Carlson faisait référence, et beaucoup trop d'Américains ne le comprennent pas. Les globalistes en profitent parce que c'est ce à quoi ils travaillent depuis des décennies - la déconstruction de la société et de l'économie américaines afin que "l'ancien ordre mondial" puisse être remplacé par leur "nouvel ordre mondial" (NOM) de monnaies numériques des banques centrales. Un panier monétaire mondial unique du FMI et une foule d'autres changements socialistes très désagréables suivraient rapidement.

Les BRICS pourraient collaborer avec le FMI parce qu'ils voient dans le détrônement du dollar une occasion d'exercer une plus grande influence sur le commerce international. Ou alors, il s'agit d'une opposition contrôlée et ils se démènent pour obtenir une place à la table du NOM. En fin de compte, la chute du dollar serait un moment décisif pour la formation d'un système monétaire mondial.

Et le meilleur pour les globalistes, c'est qu'ils seront considérés comme les "héros" lorsque tout sera terminé. Ils ont passé la majeure partie du siècle dernier à préparer l'Amérique à l'échec économique en dévaluant le dollar et en créant un piège de la dette nationale. Le système allait s'effondrer de toute façon, mais ils peuvent maintenant rejeter toute la responsabilité sur la guerre et "l'arrogance des États-nations", puis venir à la rescousse avec leur monnaie numérique dystopique.

Un conflit Est/Ouest ouvre la porte à la grande remise à zéro. C'est, à bien des égards, le cœur de la réinitialisation. Tout le programme du nouvel ordre mondial en dépend. À l'heure actuelle, la seule chose qui freine la marée est le refus général du public de se battre. Personne n'a envie d'aller mourir à l'étranger dans une bataille insignifiante pour l'Ukraine (Zelensky se fait vraiment des illusions s'il pense que les Américains vont verser du sang dans ses tranchées - même une conscription serait un échec total). Personne n'est intéressé par le déclenchement d'une troisième guerre mondiale, qu'elle soit nucléaire ou simplement économique.

Je pense que l'indignation de l'establishment face à l'interview de Poutine par Tucker Carlson repose sur la crainte que le public occidental soit déjà sceptique quant aux motivations du conflit et qu'une discussion non filtrée sur la guerre puisse galvaniser ce sentiment. La notion de guerre est de plus en plus difficile à faire accepter par l'establishment.

Toutefois, cela n'enlève rien à la capacité de l'OTAN ou de la Russie à étendre la crise au-delà de l'Ukraine, dans d'autres régions ou dans des subterfuges financiers (là encore, gardez un œil sur la Syrie et l'Iran). En fin de compte, ils veulent que nous choisissions un camp, mais seulement à partir de la liste des camps qu'ils approuvent. Les groupes occidentaux soucieux de liberté doivent choisir leur PROPRE camp et se battre pour leurs propres intérêts. Il ne s'agit pas d'opposer l'OTAN à la Russie, mais les peuples libres aux globalistes. C'est la seule façon de mettre fin à ces catastrophes.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter