12/02/2024 arretsurinfo.ch  23 min #242711

Diana Johnstone: Le génocide rencontre la dévotion française envers Israël

Par  Diana Johnstone

Le soutien français à Israël est politique et de longue date, mais teinté d'une dévotion semi-religieuse enracinée dans l'histoire récent

Manifestation à Paris contre l'antisémitisme, le 12 novembre 2023. (S5A-0043, Wikimedia Commons, CC BY-SA 4.0)

 Par  Diana Johnstone

Paris, 12 février 2024
Special to Consortium News

Les fidèles partisans d'Israël en Occident combattent l'indignation mondiale croissante face aux souffrances du peuple palestinien en changeant de sujet.

Lorsque des familles gazaouies sont ensevelies sous les décombres de leurs maisons, il ne s'agit pas du sort des Palestiniens dépossédés ; il s'agit de victimes juives éternelles ; il s'agit du « terrorisme islamique » ; ou bien il s'agit d'une menace pour les « valeurs occidentales ».

C'est la ligne adoptée par la plupart des médias et de la classe politique française.

Ou bien il y a le recours aux récits bibliques, mettant en scène la vengeance, le massacre ethnique et la prophétie de malheur. En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare une lutte entre le bien et le mal :

« Nous sommes le peuple de la lumière, eux sont le peuple des ténèbres et la lumière triomphera des ténèbres. Maintenant, mon rôle est de conduire tous les Israéliens vers une victoire écrasante... Nous réaliserons la prophétie d'Isaïe... »

Aux États-Unis d'Amérique, les folles prophéties du leader israélien trouvent le soutien d'une variante américaine du judéo-christianisme, plus judéo que chrétien, dont les adeptes apprennent à croire que le doux Jésus reviendra sur terre en tant que vengeur meurtrier pendant que ses fidèles flottent jusqu'au ciel.

La France et la Shoah

La France sceptique est très loin de tels fantasmes. Le soutien français à Israël est politique et de longue date, mais teinté d'une dévotion semi-religieuse enracinée dans l'histoire récente.

La France est officiellement, voire ostensiblement, une nation laïque, considérablement déchristianisée au cours des deux cents dernières années.

Au cours du dernier demi-siècle, ce vide religieux a été comblé par le souvenir sacré de la Shoah, comme on appelle habituellement ici l'Holocauste.

Tout a commencé en 1954, lorsqu'un journaliste juif de 27 ans, Eliezer Wiesel, rencontre à Paris le romancier catholique François Mauriac, âgé de 70 ans.

Mauriac a été profondément ému par la « résurrection » de Wiesel de son expérience de prisonnier à Auschwitz, le considérant comme une figure du Christ. Pour Mauriac, le sacrifice des Juifs rappelle la crucifixion de Jésus.

Avec l'aide de l'éminent écrivain français, Wiesel a transformé ses nombreuses notes yiddish en un mémoire français, La Nuit, témoignage qui a fait de lui une figure spirituelle majeure de l'après-Seconde Guerre mondiale.

C'est Mauriac, le fervent chrétien, qui voyait chez Wiesel et son peuple des parallèles avec le christianisme, qui, avec la Shoah, était destiné à prendre les attributs d'une religion d'État en France à mesure que les souvenirs de l'occupation nazie se transformaient en mythe sacré.

Une alliance contre le nationalisme arabe

Lorsque les nazis ont envahi la France, environ 320 000 Juifs vivaient en France, dont un grand nombre d'étrangers ayant fui l'antisémitisme en Europe de l'Est.

Ces malheureux exilés constituaient la majeure partie des 74 000 Juifs qui furent brutalement arrêtés et déportés sous l'occupation allemande. Ces déportations constituent la principale base factuelle de ce qui est devenu un sentiment de responsabilité nationale dans la Shoah comparable à celui de l'Allemagne elle-même.

Cependant, de tous les pays occupés par les nazis, la France est le pays où le plus grand pourcentage de Juifs ont échappé aux déportations nazies. On estime que 75 pour cent des Juifs ont survécu à l'occupation sans être déportés, dont environ 90 pour cent des Juifs ayant la nationalité française.

Les raisons de cette situation sont controversées, mais l'une des conséquences est que la France compte aujourd'hui la plus grande population juive d'Europe - environ un demi-million, soit la troisième plus grande population juive au monde, bien que loin derrière Israël ou les États-Unis (avec environ 7 millions chacun).

Ces dernières années, de nombreux Juifs ont quitté la Russie et Israël pour s'installer en Allemagne (118 000 au total), ce qui fait de la France et de l'Allemagne les foyers avec plus de Juifs que tout autre État membre de l'Union européenne. Ce sont aussi les pays où la repentance institutionnalisée pour la Shoah est la plus développée.

La différence est qu'un certain nombre d'éminents juifs d'Allemagne critiquent vivement Israël (ce qui pourrait leur causer des démêlés avec la justice), alors que la communauté juive française est plus résolument sioniste. Le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), une sorte d'AIPAC française, défend farouchement les intérêts israéliens.

Une particularité importante de la France est que la plus grande population juive d'Europe cohabite avec la plus grande population d'origine musulmane d'Europe continentale, majoritairement arabe. Bien que la France évite officiellement les comptages ethniques ou raciaux, cette population est estimée à environ 15 millions.

Bien que politiquement désorganisée, cette communauté est considérée - en particulier par les dirigeants de la communauté juive - comme hostile à Israël. Le potentiel de conflit entre ces deux communautés - l'une très petite et très influente, l'autre très grande et disparate - hante depuis des années les dirigeants politiques français.

La France et le nationalisme arabe

Guy Mollet, alors ancien Premier ministre français, avec son épouse, à droite, et la politicienne israélienne Golda Meir, à gauche, lors du défilé du Jour de l'Indépendance d'Israël à Tel Aviv, le 13 mai 1959. (Wikimedia Commons, domaine public)

Lorsque l'État juif n'était qu'un rêve, certains y voyaient une sorte de projet socialiste, basé sur le kibboutz. S'appuyant sur les relations amicales de longue date entre les socialistes français et le sionisme, la France était l'alliée occidentale la plus proche du nouvel État d'Israël.

En 1954, le gouvernement du Premier ministre socialiste Guy Mollet accepta de vendre à Israël tout l'équipement militaire qu'il souhaitait. La France a même aidé Israël à développer des armes nucléaires.

À cette époque, Tel Aviv et Paris étaient alliés contre le nationalisme arabe, dans la mesure où les États arabes laïcs et de gauche (Égypte, Syrie, Irak) sympathisaient à la fois avec les Palestiniens et avec le mouvement de libération nationale montant en Algérie française.

Mais cela a changé sous Charles De Gaulle, qui a concédé l'indépendance de l'Algérie en 1962, a imposé un embargo sur les armes dans la région en 1967 et a cherché à construire des relations équilibrées avec les États arabes dans le cadre d'un effort visant à développer des relations amicales et postcoloniales avec le Sud global..

En juin 1967, la victoire éclair d'Israël dans la guerre des Six Jours fut célébrée dans les rues de Paris par de joyeux klaxons. Mais le président De Gaulle s'était opposé à l'expansion israélienne et avait appelé à une paix durable basée sur l'évacuation des territoires conquis par Israël et la reconnaissance mutuelle des États belligérants.

Lors d'une conférence de presse remarquable le 27 novembre 1967, De Gaulle a exprimé son soutien continu à l'existence d'Israël comme fait accompli tout en exprimant de fortes réserves quant à l'avenir de la domination juive sur les territoires palestiniens.

Après avoir rappelé l'admiration partagée pour le peuple juif et la sympathie pour ses souffrances, de Gaulle a observé, à propos de la création d'un État juif, que :

« Certains redoutaient même que les Juifs, jusqu'alors dispersés, mais qui restaient ce qu'ils avaient toujours été, c'est-à-dire un peuple d'élite, sûr de lui et dominateur, une fois réunis sur le lieu de leur ancienne grandeur, viendraient transformer les vœux très émouvants exprimés depuis dix-neuf siècles dans une ambition ardente et conquérante".

Charles de Gaulle à Londres diffusant une émission de radio de la BBC en 1941. (Wikimedia Commons, domaine public)

De Gaulle a rappelé qu'il avait promis que la France défendrait Israël de toute attaque arabe, mais a imploré Israël de ne pas utiliser son avantage pour attaquer ses voisins arabes.

« Nous savons que la voix de la France n'a pas été entendue. Israël ayant attaqué, s'empare en six jours de combat des objectifs qu'il souhaitait atteindre. Aujourd'hui, sur les territoires conquis, elle organise une occupation qui ne peut se poursuivre sans oppression, répression, expulsions et résistance à tout ce qu'elle appellera terrorisme.»

En réponse à ces déclarations, d'éminents intellectuels et dirigeants communautaires juifs ont cessé de vénérer De Gaulle en tant que chef de la Résistance. À cette époque, la Résistance elle-même en tant que mythe patriotique national fut rapidement discréditée à mesure que l'imaginaire public de l'occupation nazie se concentrait sur l'Holocauste.

Le cinéma a joué un rôle. En 1969, le film documentaire de Marcel Ophuls, « Le chagrin et la pitié », convainc le public que la collaboration plutôt que la Résistance a largement dominé la France occupée. Le film a eu un fort impact sur l'opinion publique, notamment sur les jeunes de gauche qui avaient mené l'année précédente une révolte libertaire ciblant les deux héritiers politiques de la Résistance : le Parti communiste français et le président Charles De Gaulle.

Dans l'ambiance révisionniste de l'époque, la fierté nationale issue de la Résistance a cédé la place à la honte nationale suscitée par la déportation des Juifs. Cette culpabilité est devenue une sorte de rituel public pour le public qui a regardé le documentaire de neuf heures « Shoah » de Claude Lanzmann, sorti en 1985. En 1990, la France a adopté une mesure appelée loi Gayssot qui peut entraîner de lourdes amendes, voire des peines d'emprisonnement, pour toute mise en question de la version officielle de l'Holocauste.

Comme je l'ai écrit dans mon livre Circle in the Darkness, l'hérésie définit la religion. Un citoyen français peut nier l'existence de Napoléon, ou de tout autre événement historique, mais toute remise en cause de la version officielle de la Shoah est un blasphème. Ainsi, en sacralisant un événement historique unique, la loi Gayssot a en effet institué la Shoah comme religion d'État.

La Shoah est célébrée officiellement et officieusement, non seulement lors de la commémoration annuelle de la Shoah, mais presque constamment dans les salles de classe, lors de voyages à Auschwitz, dans des programmes de radio et de télévision, dans des livres et des films. Elle a de facto remplacé le christianisme, qui avait succombé à la laïcité il y a plus d'un siècle, comme religion d'État. Elle a ses martyrs et ses saints, ses saintes écritures, ses rituels, ses pèlerinages, tout ce que le christianisme avait sauf la rédemption.

Rôle croissant de l'islam politique

Pendant ce temps, le développement industriel français d'après-guerre attirait des milliers de travailleurs d'Algérie.

Ce n'est que lorsque de nouvelles lois dans les années 1970 ont autorisé le « regroupement familial » que le regroupement de travailleurs étrangers avec épouses et enfants a commencé à créer de grands quartiers d'immigrés, notamment dans les banlieues de Paris et d'autres grandes villes, avec leurs propres pratiques religieuses ethniquement distinctes, leur nourriture et leur habillement, notamment les femmes voilées, qui contrastent visiblement avec les coutumes françaises.

La croissance de ces communautés a eu un fort impact sur l'environnement politique. Le Front national, une coalition de groupes d'extrême droite dirigée par Jean-Marie Le Pen, a appelé à l'arrêt de l'immigration, et la nouvelle gauche issue du mouvement de Mai 68 est devenue la championne des immigrés.

Au début des années 1980, afin de se concilier avec l'unification européenne, le président socialiste François Mitterrand abandonne le programme de nationalisations et de mesures sociales pour lequel il avait été élu en coalition avec le Parti communiste français (PCF).

Le PCF a quitté la coalition et a perdu par la suite son rôle d'influence à la fois dans l'assimilation des travailleurs étrangers et dans l'opposition à l'immigration illimitée. Les socialistes ont alors adopté les droits de l'homme et l'antiracisme comme leurs thèmes déterminants, condamnant l'opposition à l'immigration comme étant raciste. Accusé d'antisémitisme, le Front national a été condamné comme un paria n'ayant pas sa place dans la République. Cet ostracisme a été renforcée par la condamnation de Le Pen en vertu de la loi Gayssot pour avoir déclaré, dans une interview, que les chambres à gaz étaient « un point de détail de la Seconde Guerre mondiale ».

Alors que la gauche a de plus en plus adopté une acceptation « des frontières ouvertes » de l'immigration, elle a aussi, de plus en plus, préconisé des mesures visant à interdire les coutumes musulmanes considérées comme violant la doctrine officielle française de la laïcité.

La laïcité française a été institutionnalisée par la loi de 1905 sur la séparation de l'Église et de l'État, qui a finalement privé l'Église catholique de son rôle traditionnel en matière d'éducation. En réponse à une apparente croissance de la pratique religieuse parmi les jeunes musulmans, la laïcité a été revitalisée en interdisant la signalisation de l'identité religieuse dans les écoles publiques, notamment en interdisant aux écolières de porter un foulard musulman pour se couvrir les cheveux. Cette focalisation sur l'habillement féminin a ensuite abouti à l'interdiction du port de la burqa en public. Bien que destinées à promouvoir l'assimilation culturelle, de telles mesures peuvent également alimenter le ressentiment des musulmans à l'idée d'être une minorité discriminée.

La schizophrénie occidentale envers l'islam

Des manifestants palestiniens affrontent les troupes israéliennes dans la ville de Gaza en 1987, lors de la première Intifada. (Efi Sharir / Agence de presse et de photo israélienne, Wikimedia Commons, CC BY 4.0)

En 1979, les attitudes occidentales à l'égard de l'Islam sont entrées dans une période radicalement schizophrénique, dénonçant la révolution islamique en Iran comme un désastre politique et en matière de droits de l'homme, tout en apportant leur plein soutien aux moudjahidines islamiques de l'Afghanistan voisin.

L'exhibitionniste politique français Bernard Henri Lévy était un partisan des plus zélés des musulmans afghans opposés à l'incursion russe qui n'a pas réussi à sauver les forces progressistes modernisatrices à Kaboul.

C'est le stratège en chef du président Jimmy Carter, Zbigniew Brzezinski, qui a vu le potentiel de l'islam militant pour vaincre l'influence soviétique en Asie centrale. Dans les années 1990, les États-Unis ont secrètement soutenu l'armement illégal des moudjahidines pour combattre aux côtés des islamistes en Bosnie, contre la Serbie, considérée par Washington comme une Russie miniature. Pour les dirigeants de l'Occident "éclairé", les expressions les plus médiévales de l'Islam étaient considérées comme un outil utile contre la version rivale des Lumières, à l'Est, fondée sur le marxisme.

Les premiers ennemis d'Israël étaient liés au nationalisme arabe laïc : les Forces populaires de libération (FPL), le Fatah et le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP). À Gaza, la branche locale des Frères musulmans, interdite en Egypte et hostile aux groupes laïcs, semblait inoffensive, d'autant que son chef, Cheikh Ahmad Yassin, était tétraplégique, confiné dans un fauteuil roulant et à moitié aveugle.

Yassin a construit un centre islamique, appelé Moujamma, qui a gagné en popularité grâce à diverses activités sociales et caritatives. Les maîtres israéliens ont favorisé cette évolution car elle rivalisait avec les groupes de résistance laïque. Israël a officiellement reconnu la Moujamma en 1979 et le nombre de mosquées à Gaza a doublé sous l'administration israélienne.

"Pour les dirigeants de l'Occident éclairé, les expressions les plus médiévales de l'Islam étaient considérées comme un outil utile contr la version rivale des Lumières, à l'Est, fondée sur le marxisme."

Ce n'est que lors du soulèvement palestinien de décembre 1987, connu sous le nom de Première Intifada, que Cheikh Yassine crée le Hamas, voué à la résistance islamiste. Proche du peuple par ses activités culturelles et sportives, l'organisation islamique disposait d'une base populaire qui a finalement conduit à un succès électoral à Gaza contre l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) laïque en 2006.

L'instrumentalisation complexe d'Al-Qaïda par les États-Unis en Afghanistan, la révolution islamiste en Iran, le soutien américain à l'Irak de Saddam Hussein contre l'Iran avant de lancer une guerre contre Saddam Hussein, ont conduit de manière mystérieuse aux dramatiques attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center. à New York et au Pentagone, dont le seul effet politique évident a été de cimenter l'alliance américano-otano-israélienne contre le « terrorisme islamique ».

Ce terme implique de confondre différents groupes, souvent mutuellement hostiles, ainsi que d'associer faussement des musulmans pacifiques à des groupes armés. Les dirigeants israéliens ont toujours dénoncé les résistants palestiniens comme des terroristes, y compris ceux qui sont chrétiens. Mais le terrorisme islamiste était une menace qui permettait d'identifier plus facilement Israël comme la ligne de front dans la défense de la civilisation judéo-chrétienne occidentale.

8 octobre 2023 : Ruines laissées par les frappes aériennes israéliennes à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza. (Mahmoud Fareed, Wafa pour APAimages)

Depuis lors, les États-Unis et leurs partisans de l'OTAN ont ravagé le Moyen-Orient, utilisant l'extrémisme islamiste comme ennemi officiel ou allié factuel, pour détruire les trois États les plus laïcs et pro-palestiniens de la région, l'Irak, la Libye et la Syrie - en exécutant Saddam Hussein, en assassinant Mouammar Kadhafi et en persistant dans l'occupation illégale et les sanctions contre la Syrie visant à renverser Bashar al Assad.

Attaques terroristes en France

Suivant la tradition gaulliste, le président Jacques Chirac a tenu la France à l'écart de l'invasion de l'Irak menée par les États-Unis en 2003. Mais les gouvernements suivants se sont alignés sur les États-Unis et Bernard-Henri Lévy a ostensiblement incité la France à attaquer la Libye. La France a payé un lourd tribut à cause de ses rencontres ambiguës avec l'Islam. Au cours des 12 dernières années, le pays a connu un nombre extraordinaire d'attaques terroristes islamistes authentiques contre des civils, perpétrées par des fanatiques criant « Allahu Akbar ».

- En mars 2012, un homme nommé Mohammed Merah a abattu sept personnes, dont un rabbin français et trois jeunes enfants juifs, dans le sud de la France. Ses motivations déclarées incluaient la Palestine et l'interdiction française de la burqa.

- Le 7 janvier 2015, deux attaques coordonnées ont eu lieu, provoquant un choc majeur dans l'opinion publique. Des hommes armés sont entrés dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo et ont assassiné huit caricaturistes de renom et deux gardiens, pour se venger de la publication de caricatures insultantes à l'égard du Prophète. Entre-temps, un complice a tué plusieurs personnes lors d'une prise d'otages dans une épicerie casher.

- L'attaque la plus meurtrière a eu lieu dans la soirée du 13 novembre de la même année, tuant 131 personnes et en blessant 413 autres lorsque des fanatiques islamistes se sont fait exploser devant un événement sportif majeur, ont lancé des coups de feu et des grenades dans un théâtre lors d'un concert de rock et aux terrasses des cafés parisiens. L'État islamique en Irak et en Syrie (EIIS) a qualifié ces attaques de représailles aux bombardements français en Syrie.

- Le 14 juillet 2016, un Tunisien a foncé avec un camion de 19 tonnes sur une foule en vacances sur la Promenade des Anglais à Nice, tuant 86 personnes et en blessant 434 avant d'être abattu par la police.

-Douze jours plus tard, un prêtre de 86 ans est tué à coups de couteau alors qu'il disait la messe dans une église de Normandie. L'Etat islamique a revendiqué la responsabilité du meurtre.

- Le 6 octobre 2020, lors d'un cours sur la liberté d'expression, l'enseignant de collège Samuel Paty a montré à sa classe les caricatures du Prophète de Charlie Hebdo, après avoir autorisé les élèves musulmans à sortir s'ils le souhaitaient. Dix jours plus tard, en représailles, l'enseignant a été poignardé et décapité dans la rue par Abdullakh Anzorov, 18 ans, un réfugié islamique tchétchène bénéficiant de l'asile politique en tant qu'exilé de Russie. Cela a provoqué un énorme choc en France, notamment parmi le corps enseignant.

- Le 13 octobre 2023, un réfugié politique tchétchène de 20 ans criant Allahu Akbar a attaqué une école d'Arras, dans le nord de la France, poignardant à mort le professeur de littérature française Dominique Bernard.

Dans ce contexte, les Français sont particulièrement sensibles au terme de « terrorisme islamique » [comme si toute la religion islamique en était responsable, plutôt que de parler de terrorisme islamiste, qui fait référence à l'islam politique.]

Lorsque, le 7 octobre, des combattants de Gaza ont réussi à entrer en Israël, les médias et les hommes politiques français ont immédiatement condamné l'attaque comme étant du « terrorisme islamique », la reliant implicitement à la longue chaîne d'attaques islamistes en France.

Contrairement à ces attaques, les combattants du Hamas, bien organisés, ont mené une opération militaire réussie, brisant le mur israélien qui emprisonne Gaza et envahissant les bases militaires israéliennes. Cette opération avait des objectifs clairs, notamment la prise d'otages pour les échanger contre quelques-uns des milliers de prisonniers palestiniens détenus par Israël. La prise d'otages était une invitation claire à des négociations, mais le régime israélien déteste toute négociation susceptible de « légitimer » un mouvement palestinien.

"Lorsque, le 7 octobre, des combattants de Gaza ont réussi à entrer en Israël, les médias et les hommes politiques français ont immédiatement condamné l'attaque en la qualifiant de "terrorisme islamique", la reliant implicitement à la longue chaîne d'attaques islamistes en France."

Le gouvernement a initialement interdit les manifestations protestant contre les attaques massives d'Israël sur la population de Gaza. Des manifestants pacifiques ont été brutalisés et condamnés à une amende par la police. Toutefois, les interdictions ont été levées et les manifestations pro-palestiniennes se sont poursuivies. L'opposition aux représailles génocidaires d'Israël contre la population de Gaza est certainement forte au sein de la population française, en particulier parmi les jeunes, mais elle a très peu de voix politique et jusqu'à présent, aucun sondage ne la mesure.

Les médias français ont fait écho aux rapports israéliens extrêmement exagérés sur les atrocités du Hamas et la « montée de l'antisémitisme ».

Les journaux ont fait état des craintes croissantes des Juifs d'être attaqués ici en France. Le gouvernement israélien a délibérément exploité la peur de l'antisémitisme pour encourager les Juifs français à s'installer en Israël, mais le succès des incursions du Hamas risque d'ébranler la confiance en Israël en tant que refuge sûr des Juifs - en entassant la moitié de la population juive mondiale dans un petit espace entouré par des ennemis.

Les positions de gauche et de droite qui s'échangent.

Jean-Luc Mélenchon en 2019. (La Gauche, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

Dans les jours qui ont suivi le 7 octobre, les intervieweurs des grands médias ont mis à l'épreuve tous les politiciens en exigeant de condamner le Hamas comme une « organisation terroriste islamiste ». Presque tous se sont conformés avec enthousiasme, soulignant leur soutien au « droit d'Israël à exister » (quoi que cela puisse impliquer).

Du chef du Parti communiste Fabien Roussel à Eric Zemmour, fondateur d'un parti nationaliste à droite de Marine Le Pen, les politiques français ont été unanimes à condamner « l'attaque terroriste brutale » du Hamas - à une exception près. L'exception notable était le principal homme politique de gauche du pays, Jean-Luc Mélenchon.

Mélenchon a refusé de dénoncer le Hamas comme une « organisation terroriste ». Les meurtres de civils par le Hamas sont des « crimes de guerre », comme tout meurtre de civils, a-t-il déclaré. Les attaques, a-t-il tweeté, "ne prouvent qu'une chose : la violence ne fait que se produire et se reproduire. Horrifiées, nos pensées et notre compassion vont à toutes les populations en détresse, victimes de tout cela. Un cessez-le-feu doit être imposé. "

De nombreux parlementaires du parti de Mélenchon « La France Insoumise » (LFI) ont emboîté le pas, contrairement à d'autres sections de la gauche fragmentée. Danièle Obono, députée LFI Paris d'origine africaine, a été brutalement incitée par un journaliste de télévision hostile à déclarer que le Hamas « est un mouvement de résistance, c'est comme ça qu'il s'appelle... son objectif est la libération de la Palestine... il résiste à l'occupation ». En quelques heures, le ministre de l'Intérieur, Gérard Darmanin, a annoncé qu'il la mettait en examen pour « apologie du terrorisme ».

Un lynchage verbal s'est élevé contre Mélenchon, un chœur vigoureusement rejoint non seulement par ses ennemis de droite mais aussi par ses rivaux dans les petits partis appartenant à la coalition électorale de gauche en désintégration NUPES (Nouvelle Union Populaire, Ecologique et Sociale) qu'il a fondée. Mélenchon et LFI sont dénoncés comme des « islamo-gauchistes », flattant les terroristes pour conquérir le vote musulman.

Yonathan Arfi, le président du CRIF, a dénoncé avec colère Mélenchon comme « un ennemi de la République ». Mélenchon, a-t-il dit en étant enragé « a choisi de ne pas exprimer sa solidarité avec Israël mais de légitimer le terrorisme par une équivalence entre Israël et le Hamas ».

De son côté, Serge Klarsfeld, célèbre chasseur de nazis de toujours et président de l'association Fils et filles de juifs déportés de France, se réjouissait que Marine Le Pen ait complètement changé l'idéologie de son parti, le Rassemblement National, par rapport à celle de son père, Jean-Marie Le Pen.

Marine Le Pen a dirigé son parti lors d'une manifestation à Paris le 12 novembre 2023 contre l'antisémitisme tout en soulignant son soutien à Israël. Du coup, elle est « devenue respectable », a-t-il conclu. Une telle approbation rendra difficile sa diabolisation lors des prochaines élections, comme par le passé.

Faisant référence à Jean-Luc Mélenchon, Klarsfeld a regretté que « l'extrême gauche ait abandonné sa ligne d'action contre l'antisémitisme», tout en soulignant que « l'extrême gauche a toujours eu une tradition antisémite ».

Ainsi, un renversement politique qui se prépare depuis longtemps est en train de s'achever, non seulement en France mais dans toute l'Europe et même en Amérique. Israël, dont les premiers partisans étaient à gauche, de l'Union soviétique aux socialistes français, est défendu le plus vigoureusement par la droite, tandis que de plus en plus de personnes (mais rarement de politiciens) de gauche se joignent au choc et à l'horreur du monde non occidental face aux actions génocidaires d'Israël contre le peuple palestinien.

La guerre des civilisations

Les champions d'Israël les plus extrémistes, dont de nombreux commentateurs et Eric Zemmour, journaliste fondateur du parti nationaliste et anti-musulman appelé Reconquête à droite de Marine Le Pen, fusionnent le conflit israélo-palestinien dans une guerre mondiale des civilisations. Pour eux, le Hamas n'est qu'une partie d'une guerre islamique internationale contre la civilisation occidentale. Dans cette vision des choses, Israël est l'avant-garde de la civilisation occidentale dont le principal ennemi est l'antisémitisme.

Au milieu de cette tourmente, le président Emmanuel Macron suit les tendances européennes, mais avec des notes d'ambiguïté confirmant sa position de parfait centriste. Il a hésité avant de suspendre le financement de l'UNRWA, puis l'a fait en affirmant que son intention était d'obtenir un cessez-le-feu. Une telle incertitude ne peut que déplaire aux deux côtés de la nation aigrie et divisée autour de Gaza.

Il est resté à l'écart des manifestations politiquement surchargées du 12 novembre contre l'antisémitisme, mais a compensé en dirigeant une commémoration le 7 février à Paris des 42 victimes françaises et franco-israéliennes des attentats du 7 octobre. Le gouvernement français a affrété un avion pour transporter les proches des victimes d'Israël. Les participants ont hué et crié « fasciste ! » et « terroristes ! » aux parlementaires du parti de Mélenchon venus leur rendre hommage.

Sous une pluie froide, Macron a lu les prénoms des 42 victimes dont la vie, selon lui, a été « brisée par la fureur terroriste».

« Le 7 octobre, à l'aube, dit-il, l'innommable a refait surface des profondeurs de l'histoire, produisant « le plus grand massacre antisémite de notre siècle ». Ainsi, en France, il semble que le véritable sujet du 7 octobre ne concernait pas Gaza, ni Israël, et certainement pas les Palestiniens, mais fondamentalement une résurgence de l'impunité provoquée par l'omniprésente Shoah.

Diana Johnstone

Diana Johnstone a été attachée de presse du Groupe des Verts au Parlement européen de 1989 à 1996. Dans son dernier livre, Circle in the Darkness : Memoirs of a World Watcher (Clarity Press, 2020), elle raconte les épisodes clés de la transformation de l'Allemagne. Le Parti Vert passe d'un parti de la paix à un parti de la guerre. Ses autres livres incluent : La croisade des fous Yougoslavie, première guerre de la mondialisation (Éditions critiques) et en co-auteur avec son père, Paul H. Johnstone, From MAD to Madness : Inside Pentagon Nuclear War Planning (Clarity Press). Elle est joignable à diana.johnstone@wanadoo.fr

Article original en anglais traduit en français avec l'autorisation de l'auteur

Source:  Consortiumnews.com, 12 février 2024

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter