Ukraine Sitrep. Le nouveau commandant est détesté. un manque criant d'infanterie


Par  Moon of Alabama - Le 9 février 2024

Le président ukrainien Zelenski a limogé le commandant en chef des forces armées ukrainiennes, le général Zaluzny.

Zaluzny a été remplacé par le général Syrski, un choix quelque peu inattendu car Syrski est détesté par les troupes pour les avoir poussées dans des hachoirs à viande sans perspective de victoire. Syrski, qui est né russe, a perdu les batailles de Debaltsevo (2015), Soledar (2023) et Bakhmut (2023). Actuellement, Avdeevka est encerclée et risque de tomber.

Les rumeurs disent que Syrski a déjà ordonné aux réservistes de renforcer les troupes à Avdeevka. Les bombes FAB russes les  accueilleront.

The Economist  décrit Syrski comme suit :

Le général Syrski a la réputation d'être prêt à engager l'ennemi, même si le coût en hommes et en machines est élevé. C'est un personnage qui divise et qui suscite de vives réactions de la part des officiers en service. Certains louent son professionnalisme, d'autres disent qu'il terrifie ses subordonnés et qu'il gouverne par la peur. Il est moins enclin à remettre en question les priorités de son président. Au fur et à mesure de sa prise de fonction, il devra assouplir son style de commandement et apprendre à dire la vérité au pouvoir.

La réorganisation entraînera également des perturbations, car les officiers occuperont de nouveaux postes dans la chaîne de commandement. Il est important que ces changements ne dégradent pas la capacité de l'Ukraine à se battre. D'ici peu, le pays aura besoin d'une nouvelle mobilisation, même si le général Syrsky utilise ses troupes essentiellement à des fins défensives - comme il devrait le faire pour l'instant.

Simplicius  évoque la raison la plus plausible pour laquelle Zalauzny a été licencié et Syrski promu :

Pourquoi Zelensky aurait-il nommé un commandant que l'ensemble des forces armées détestent ?

En fait, il s'agit d'une "caractéristique de conception" et non d'un bogue.

Rappelons que la raison pour laquelle Zaluzhny a été renvoyé est qu'il était devenu trop puissant : il était trop aimé des troupes et de la population. Pourquoi ? L'une des raisons est probablement qu'il s'est battu à plusieurs reprises pour les troupes. Au début de l'année 2023, des documents ont été divulgués montrant qu'il avait presque supplié Zelensky de retirer les troupes de Bakhmut, mais que le narco-Fuhrer avait refusé, voulant qu'il s'agisse d'une défense symbolique de la ville - peut-être pris d'illusions romantiques genre Stalingrad.

Au cours de la grande "contre-offensive" de l'été, Zaluzhny a retiré les brigades du 10e corps d'armée et a commencé à les utiliser avec parcimonie - au grand dam et à la désapprobation des commanditaires américains - après que, lors des premiers assauts, furent dévastés les colonnes de Léopards et de Bradleys le long de la tristement célèbre route de la mort près de Rabotino et de Mala Tokmachka.

Récemment, on a prétendu que Zaluzhny avait également tenté d'obtenir le retrait total d'Avdeevka. Il ne semble pas qu'il aime gaspiller des hommes pour ce qu'il sait être des efforts infructueux. Syrsky, en revanche, semble heureux de les réduire à néant.

Alors, est-ce que c'est devenu évident ? Zelensky a besoin d'un commandant en chef qu'il peut contrôler, quelqu'un qui n'est pas universellement aimé par les troupes ; quelqu'un qui ne peut pas utiliser ces troupes à un moment opportun pour "marcher sur Kiev" et évincer Zelensky de sa citadelle. Syrsky semble correspondre au rôle prototypique parfait : indéfectible, impopulaire, peu charismatique et, surtout, non tenté par des ambitions politiques - le factotum servile idéal du régime de Zelensky.

On ne sait pas encore ce que Zaluzny va faire. Il jouit du respect des troupes et entretient de bonnes  relations avec les "nationalistes", c'est-à-dire les milices nazies ukrainiennes. Il a également le soutien de certains politiciens opposés à Zelenski.

Un coup d'État est donc une conséquence possible de ce changement.

Hier,  un article du Washington Post, tiré d'entretiens sur le front ukrainien, décrivait l'état de délabrement total dans lequel se trouvent les forces ukrainiennes :

Lors d'entretiens réalisés ces derniers jours sur la ligne de front, près d'une douzaine de soldats et de commandants ont déclaré au Washington Post que le manque de personnel était leur problème le plus grave à l'heure actuelle, alors que la Russie a repris l'initiative offensive sur le champ de bataille et intensifie ses attaques.

Le commandant d'un bataillon d'une brigade mécanisée combattant dans l'est de l'Ukraine a déclaré que son unité comptait actuellement moins de 40 soldats d'infanterie, c'est-à-dire les soldats déployés dans les tranchées de la ligne de front qui repoussent les assauts russes. Un bataillon entièrement équipé en compterait plus de 200, selon le commandant.

Dans des circonstances normales, un bataillon mécanisé est censé tenir une ligne de front de 3 kilomètres de long. Avec seulement 40 soldats d'infanterie disponibles, cela devient une tâche impossible. La détérioration de cet état sera rapide.

Oleksandr, un commandant de bataillon, a déclaré que les compagnies de son unité sont en moyenne dotées d'environ 35 % des effectifs nécessaires. Un deuxième commandant de bataillon d'une brigade d'assaut a déclaré que c'était typique pour les unités qui effectuent des tâches de combat.

Interrogé sur le nombre de nouveaux soldats qu'il a reçus - sans compter ceux qui sont revenus après avoir été blessés - Oleksandr a indiqué que son bataillon avait reçu cinq personnes au cours des cinq derniers mois. Selon lui et d'autres commandants, les nouvelles recrues ont tendance à être mal formées, ce qui crée un dilemme : faut-il envoyer quelqu'un immédiatement sur le champ de bataille parce qu'on a tellement besoin de renforts, même si cette personne risque d'être blessée ou tuée parce qu'elle n'a pas le savoir-faire nécessaire ?

"La base de tout, c'est le manque de personnel", a déclaré Oleksandr.

"Où allons-nous ? Je ne sais pas", a-t-il ajouté. "Il n'y a aucune perspective positive. Absolument aucune. Cela va se terminer par beaucoup de morts, un échec global. Et le plus probable, je pense, c'est que le front s'effondrera quelque part, comme cela a été le cas pour l'ennemi en 2022, dans la région de Kharkiv".

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation, qui est censée remplir l'armée avec des corps frais, est toujours en cours d'examen par le parlement ukrainien. Elle n'entrera probablement en vigueur qu'en avril. Il faudra attendre juillet pour que les premières troupes enrôlées en vertu de cette loi soient aptes au combat. On peut se demander si l'armée ukrainienne actuelle pourra tenir aussi longtemps.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter