13/02/2024 dedefensa.org  10 min #242769

Toujours attaquer le mauvais pays

 Les Carnets de Dimitri Orlov  

Samedi soir, Washington a lancé 120 missiles de croisière sur ce qui a été déclaré comme étant les positions de groupes chiites pro-iraniens. Ces tirs étaient destinés à punir plus de 167 attaques contre des bases militaires américaines en Syrie, en Irak et, plus récemment, en Jordanie, ainsi que des attaques contre des navires en mer Rouge. Ces attaques ont été très vaguement attribuées à des "forces de résistance islamique" inconnues (il ne s'agit pas du nom d'un ou de plusieurs groupes armés) que les Washingtoniens semblent avoir simplement imaginées. Ce qui a provoqué ce dernier lancement d'une volée de missiles de croisière, c'est la mort de trois militaires américains, ainsi qu'un nombre beaucoup plus important de blessés, lors d'une attaque contre la base logistique curieusement nommée al-Tower en Jordanie, près des frontières syrienne et irakienne.

Pourquoi cet incident particulier a-t-il provoqué une telle réaction ? Nous l'ignorons. Nous ne savons pas non plus pourquoi l'attaque a été attribuée à une organisation associée à l'Iran plutôt qu'à celle qui en a réellement assumé la responsabilité, à savoir un groupe sunnite associé au Qatar. C'est comme blâmer les mormons pour quelque chose que les témoins de Jéhovah ont dit avoir fait. Cela peut sembler très étrange, mais seulement lorsque l'on se rend compte que c'est tout à fait typique des Washingtoniens. Ce qui suit est un article que j'ai publié en  mars 2016 – il y a huit ans. En le lisant, vous remarquerez que rien n'a changé.

Il existe de nombreuses tactiques à la disposition de ceux qui visent à aggraver les problèmes tout en prétendant les résoudre, mais la fausse piste est toujours l'une de leurs préférées. La raison de vouloir aggraver les problèmes est que les problèmes sont rentables – pour quelqu'un. Et la raison de prétendre les résoudre est que le fait de causer des problèmes, puis de les aggraver, donne une mauvaise image de ceux qui en profitent.

Sur la scène internationale, ce type d'erreur d'aiguillage tend à prendre des allures de farce. Ceux qui profitent des problèmes du monde sont les membres de la politique étrangère et de l'establishment militaire des États-Unis, les entreprises de défense et les hommes politiques du monde entier, et en particulier de l'UE, qui ont été achetés par eux. Leur tactique de détournement de l'attention est conditionnée par une certaine bizarrerie du public américain, qui ne se préoccupe pas trop du reste du monde. Le citoyen américain moyen n'a aucune idée de l'emplacement des différents pays, ne peut distinguer la Suède de la Suisse, pense que l'Iran est peuplé d'Arabes et ne peut distinguer aucun des pays dont le nom se termine par "stan". C'est ainsi qu'est née une astuce pratique qui se résume au dicton suivant : "Attaquez toujours le mauvais pays".

Besoin d'exemples ? Après le 11 septembre, qui, selon l'histoire officielle (qui est probablement absurde), a été perpétré par des "kamikazes" (dont certains, de manière amusante, sont encore en vie aujourd'hui) qui étaient pour la plupart originaires d'Arabie saoudite, les États-Unis ont choisi de riposter en attaquant… l'Arabie saoudite ? Non, l'Afghanistan et l'Irak.

Lorsque le Printemps arabe a éclaté (en raison d'une vague de chaleur en Russie qui a fait grimper les prix du blé), l'Égypte, le pays arabe le plus peuplé et le point d'ancrage de toute la région, était l'endroit où il fallait manifestement concentrer les efforts pour éviter que la situation ne se dégrade gravement. C'est ainsi que les États-Unis et l'OTAN ont décidé d'attaquer… l'Égypte ? Non, la Libye.

Le 5 février 2024,  Club Orlov, – Traduction du ‘Sakerfrancophone'

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent "mal" en anglais nos propres traductions sans l'autorisation de l'auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l'amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l'auteur, on vous propose la 1ere partie de l'article ici. Vous pouvez lire la suite en français  derrière ce lien en vous abonnant au site  Boosty de Dmitry Orlov.

Toujours attaquer le mauvais pays

Samedi soir, Washington a lancé 120 missiles de croisière sur ce qui a été déclaré comme étant les positions de groupes chiites pro-iraniens. Ces tirs étaient destinés à punir plus de 167 attaques contre des bases militaires américaines en Syrie, en Irak et, plus récemment, en Jordanie, ainsi que des attaques contre des navires en mer Rouge. Ces attaques ont été très vaguement attribuées à des "forces de résistance islamique" inconnues (il ne s'agit pas du nom d'un ou de plusieurs groupes armés) que les Washingtoniens semblent avoir simplement imaginées. Ce qui a provoqué ce dernier lancement d'une volée de missiles de croisière, c'est la mort de trois militaires américains, ainsi qu'un nombre beaucoup plus important de blessés, lors d'une attaque contre la base logistique curieusement nommée al-Tower en Jordanie, près des frontières syrienne et irakienne.

Pourquoi cet incident particulier a-t-il provoqué une telle réaction ? Nous l'ignorons. Nous ne savons pas non plus pourquoi l'attaque a été attribuée à une organisation associée à l'Iran plutôt qu'à celle qui en a réellement assumé la responsabilité, à savoir un groupe sunnite associé au Qatar. C'est comme blâmer les mormons pour quelque chose que les témoins de Jéhovah ont dit avoir fait. Cela peut sembler très étrange, mais seulement lorsque l'on se rend compte que c'est tout à fait typique des Washingtoniens. Ce qui suit est un article que j'ai publié en  mars 2016 – il y a huit ans. En le lisant, vous remarquerez que rien n'a changé.

Il existe de nombreuses tactiques à la disposition de ceux qui visent à aggraver les problèmes tout en prétendant les résoudre, mais la fausse piste est toujours l'une de leurs préférées. La raison de vouloir aggraver les problèmes est que les problèmes sont rentables – pour quelqu'un. Et la raison de prétendre les résoudre est que le fait de causer des problèmes, puis de les aggraver, donne une mauvaise image de ceux qui en profitent.

Sur la scène internationale, ce type d'erreur d'aiguillage tend à prendre des allures de farce. Ceux qui profitent des problèmes du monde sont les membres de la politique étrangère et de l'establishment militaire des États-Unis, les entreprises de défense et les hommes politiques du monde entier, et en particulier de l'UE, qui ont été achetés par eux. Leur tactique de détournement de l'attention est conditionnée par une certaine bizarrerie du public américain, qui ne se préoccupe pas trop du reste du monde. Le citoyen américain moyen n'a aucune idée de l'emplacement des différents pays, ne peut distinguer la Suède de la Suisse, pense que l'Iran est peuplé d'Arabes et ne peut distinguer aucun des pays dont le nom se termine par "stan". C'est ainsi qu'est née une astuce pratique qui se résume au dicton suivant : "Attaquez toujours le mauvais pays".

Besoin d'exemples ? Après le 11 septembre, qui, selon l'histoire officielle (qui est probablement absurde), a été perpétré par des "kamikazes" (dont certains, de manière amusante, sont encore en vie aujourd'hui) qui étaient pour la plupart originaires d'Arabie saoudite, les États-Unis ont choisi de riposter en attaquant… l'Arabie saoudite ? Non, l'Afghanistan et l'Irak.

Lorsque le Printemps arabe a éclaté (en raison d'une vague de chaleur en Russie qui a fait grimper les prix du blé), l'Égypte, le pays arabe le plus peuplé et le point d'ancrage de toute la région, était l'endroit où il fallait manifestement concentrer les efforts pour éviter que la situation ne se dégrade gravement. C'est ainsi que les États-Unis et l'OTAN ont décidé d'attaquer… l'Égypte ? Non, la Libye.

Le 5 février 2024,  Club Orlov, – Traduction du ‘Sakerfrancophone'

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent "mal" en anglais nos propres traductions sans l'autorisation de l'auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l'amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l'auteur, on vous propose la 1ere partie de l'article ici. Vous pouvez lire la suite en français  derrière ce lien en vous abonnant au site  Boosty de Dmitry Orlov.

Toujours attaquer le mauvais pays

Samedi soir, Washington a lancé 120 missiles de croisière sur ce qui a été déclaré comme étant les positions de groupes chiites pro-iraniens. Ces tirs étaient destinés à punir plus de 167 attaques contre des bases militaires américaines en Syrie, en Irak et, plus récemment, en Jordanie, ainsi que des attaques contre des navires en mer Rouge. Ces attaques ont été très vaguement attribuées à des "forces de résistance islamique" inconnues (il ne s'agit pas du nom d'un ou de plusieurs groupes armés) que les Washingtoniens semblent avoir simplement imaginées. Ce qui a provoqué ce dernier lancement d'une volée de missiles de croisière, c'est la mort de trois militaires américains, ainsi qu'un nombre beaucoup plus important de blessés, lors d'une attaque contre la base logistique curieusement nommée al-Tower en Jordanie, près des frontières syrienne et irakienne.

Pourquoi cet incident particulier a-t-il provoqué une telle réaction ? Nous l'ignorons. Nous ne savons pas non plus pourquoi l'attaque a été attribuée à une organisation associée à l'Iran plutôt qu'à celle qui en a réellement assumé la responsabilité, à savoir un groupe sunnite associé au Qatar. C'est comme blâmer les mormons pour quelque chose que les témoins de Jéhovah ont dit avoir fait. Cela peut sembler très étrange, mais seulement lorsque l'on se rend compte que c'est tout à fait typique des Washingtoniens. Ce qui suit est un article que j'ai publié en  mars 2016 – il y a huit ans. En le lisant, vous remarquerez que rien n'a changé.

Il existe de nombreuses tactiques à la disposition de ceux qui visent à aggraver les problèmes tout en prétendant les résoudre, mais la fausse piste est toujours l'une de leurs préférées. La raison de vouloir aggraver les problèmes est que les problèmes sont rentables – pour quelqu'un. Et la raison de prétendre les résoudre est que le fait de causer des problèmes, puis de les aggraver, donne une mauvaise image de ceux qui en profitent.

Sur la scène internationale, ce type d'erreur d'aiguillage tend à prendre des allures de farce. Ceux qui profitent des problèmes du monde sont les membres de la politique étrangère et de l'establishment militaire des États-Unis, les entreprises de défense et les hommes politiques du monde entier, et en particulier de l'UE, qui ont été achetés par eux. Leur tactique de détournement de l'attention est conditionnée par une certaine bizarrerie du public américain, qui ne se préoccupe pas trop du reste du monde. Le citoyen américain moyen n'a aucune idée de l'emplacement des différents pays, ne peut distinguer la Suède de la Suisse, pense que l'Iran est peuplé d'Arabes et ne peut distinguer aucun des pays dont le nom se termine par "stan". C'est ainsi qu'est née une astuce pratique qui se résume au dicton suivant : "Attaquez toujours le mauvais pays".

Besoin d'exemples ? Après le 11 septembre, qui, selon l'histoire officielle (qui est probablement absurde), a été perpétré par des "kamikazes" (dont certains, de manière amusante, sont encore en vie aujourd'hui) qui étaient pour la plupart originaires d'Arabie saoudite, les États-Unis ont choisi de riposter en attaquant… l'Arabie saoudite ? Non, l'Afghanistan et l'Irak.

Lorsque le Printemps arabe a éclaté (en raison d'une vague de chaleur en Russie qui a fait grimper les prix du blé), l'Égypte, le pays arabe le plus peuplé et le point d'ancrage de toute la région, était l'endroit où il fallait manifestement concentrer les efforts pour éviter que la situation ne se dégrade gravement. C'est ainsi que les États-Unis et l'OTAN ont décidé d'attaquer… l'Égypte ? Non, la Libye.

Le 5 février 2024,  Club Orlov, – Traduction du ‘Sakerfrancophone'

Note du Saker Francophone

Depuis quelques temps, des gens indélicats retraduisent "mal" en anglais nos propres traductions sans l'autorisation de l'auteur qui vit de ses publications. Dmitry Orlov nous faisait l'amitié depuis toutes ses années de nous laisser publier les traductions françaises de ses articles, même ceux payant pour les anglophones. Dans ces nouvelles conditions, en accord avec l'auteur, on vous propose la 1ere partie de l'article ici. Vous pouvez lire la suite en français  derrière ce lien en vous abonnant au site  Boosty de Dmitry Orlov.

 dedefensa.org

 Commenter