13/02/2024 infomigrants.net  4 min #242790

Ceuta : 57 mineurs marocains atteignent l'enclave à la nage, dans une mer déchaînée

Un jeune marocain arrive épuisé sur la plage de Benzu, à Ceuta. Crédit : capture d'écran/Youtube

Des arrivées à bout de force. En un peu plus de deux jours, de samedi 10 à lundi 12 février au matin, 57 exilés ont traversé à la nage, dans une mer démontée, les quelques centaines de mètres qui séparent le Maroc de la plage de Benzu, au nord-ouest de l'enclave espagnole de Ceuta.

Des images filmées par la presse espagnole montrent de jeunes Marocains, certains avec des palmes, tenter d'atteindre le rivage au milieu des vagues qui les poussent malgré eux sur les rochers. À leur arrivée sur la plage, à genoux, certains s'effondrent. La Guardia civil, présente, vient à leurs secours. Certains agents offrent leurs vestes pour réchauffer les naufragés.

La tempête Karlotta qui a frappé le détroit de Gibraltar ce week-end, avec des rafales à plus de 100 km/heure, n'a donc pas entamé la détermination des migrants, plus nombreux depuis le 1er février. Face à l'augmentation des arrivées ces derniers jours, "la Garde civile a intensifié sa présence sur les deux digues de Ceuta", indique  El Mundo. Un navire de sauveteurs en mer et une équipe de la Croix-Rouge ont aussi été mobilisés.

Lundi matin, les garde-côtes marocains ont quant à eux intercepté deux jeunes candidats à l'exil qui nageaient près de la digue de Benzu. Ils ont été ramenés sur la plage marocaine de Belyounech, à 400m de là.


L'enclave espagnole de Ceuta est frontalière du Maroc. Crédit : Google Maps

Depuis le début de l'année, 144 mineurs ont atteint Ceuta à la nage. Et environ 230 sont hébergés actuellement par l'Etat dans l'enclave. Le conseiller à la Présidence du Gouvernement de l'enclave, Alberto Gaitán, a demandé la semaine dernière "d'accélérer les mécanismes de répartition des mineurs qui entrent dans la ville". Celle-ci "dispose de ressources limitées qui débordent rapidement et la rendent incapable de faire face à des situations d'afflux massifs", a-t-il défendu.

Dans l'eau, porté par des bouteilles en plastique

Régulièrement, de nombreux Marocains, mineurs pour la plupart, tentent d'atteindre l'enclave espagnole de Ceuta, une des deux frontières terrestres de l'Union européenne avec le continent africain. Beaucoup empruntent le chemin qui passe par la digue de Tarajal, à l'est de l'enclave.

Cette même plage avait déjà fait la une de l'actualité en mai 2021, quand  près de 10 000 migrants s'y étaient rendus en quelques heures. Une photo d'un enfant marocain en pleurs dans l'eau face à la plage de Tarajal avait ému de nombreux internautes. Le garçon au visage juvénile avait fait la traversée équipé de bouteilles en plastique accrochées à ses bras en guise de flotteurs.


Un jeune Marocain en pleurs, équipé de bouteilles en plastique en guise de flotteurs, débarque à Ceuta. Crédit : Reuters

Chaque année, des milliers de Marocains, mineurs ou jeunes adultes notamment, quittent le pays, poussés par le manque de perspectives. Selon le Haut-Commissariat au plan, près de 50 % des 15-24 ans en milieu urbain sont sans emploi.

Hazim, 14 ans, porté disparu

Malgré les courtes distances qui séparent les plages marocaines de l'Espagne, les courants dans la zone et la présence de rochers rendent cette traversée très dangereuse.

Début février, Baker, 17 ans, s'est noyé à cet endroit. Originaire d'Ahrik, dans le nord du royaume, cet adolescent passionné de cyclisme a tenté à plusieurs reprises d'atteindre Ceuta à la nage, raconte  El Faro de Ceuta. Lors de sa dernière tentative, son cousin, Amin, l'accompagnait. Mais à cause du mauvais temps, ce dernier a fini par rebrousser chemin. Le corps de Baker, lui, a été retrouvé quelques jours plus tard à Marina Smir, à une vingtaine de kilomètres au sud de Ceuta.

A lire aussi
 Ceuta : un migrant porte plainte devant l'ONU 10 ans après la noyade de 15 exilés dans l'enclave espagnole

Depuis décembre, Hazim, lui, reste introuvable. La venue de ses proches sur les plages espagnoles et les témoignages d'autres enfants n'ont rien donné. Un de ses amis, Ismael, a assuré que le jeune garçon de 14 ans avait bien nagé à ses côtés durant quelques minutes. Avant finalement de le perdre de vue, au milieu des vagues.

 infomigrants.net

 Commenter