22/02/2024 lesakerfrancophone.fr  9 min #243357

Les trois volets de l'« essaimage de Biden »

🇬🇧 🇪🇸 🇸🇹

Les États-Unis semblent vouloir trouver un moyen de nuire aux forces iraniennes et à celles de la Résistance, juste assez pour montrer que Biden est "très en colère".

Par Alastair Crooke - Le 2 février 2024 - Source  Strategic Culture


"Les Iraniens ont une stratégie, et nous n'en avons pas"
, a déclaré à  Al-Monitor un ancien haut fonctionnaire du ministère américain de la défense : "Nous nous enlisons dans des questions tactiques - qui cibler et comment - et personne ne pense stratégiquement".

L'ancien diplomate indien MK Bhadrakumar a inventé le terme "essaimage" pour décrire ce  processus d'acteurs non étatiques qui embourbent les États-Unis dans l'attrition tactique - du Levant au golfe Persique.

Plus récemment, le terme "essaimage" a été associé à une évolution radicale de la guerre moderne (particulièrement évidente en Ukraine), où l'utilisation de drones autonomes en essaim, communiquant continuellement entre eux par le biais de l'intelligence artificielle, sélectionne et dirige l'attaque vers des cibles identifiées par l'essaim.

En Ukraine, la Russie a procédé à une attrition patiente et calibrée pour chasser les ultranationalistes de la droite dure du champ de bataille (dans le centre et l'est de l'Ukraine), ainsi que leurs facilitateurs occidentaux de l'OTAN.

Les tentatives de dissuasion de l'OTAN à l'égard de la Russie (qui se sont récemment transformées en attaques "terroristes" à l'intérieur de la Russie, par exemple à Belgorod) n'ont notamment pas donné de résultats. Au contraire, la proximité de Biden avec Kiev l'a exposé politiquement, à mesure que le zèle américain et européen pour le projet implosait. La guerre a enlisé les États-Unis, sans qu'il y ait de sortie acceptable pour les électeurs - et tout le monde le voit. Moscou a attiré Biden dans un réseau d'attrition élaboré. Il devrait se retirer rapidement, mais la campagne de 2024 le retient.

L'Iran a donc mis en place une stratégie très similaire dans tout le Golfe, en s'inspirant peut-être du conflit ukrainien.

Moins d'un jour après l'attaque de la Tour 22, la base militaire perchée  de manière ambiguë sur la ligne de démarcation entre la Jordanie et la base américaine illégale d'al-Tanaf en Syrie, Joe Biden a promis que les États-Unis apporteraient une réponse rapide et déterminée aux attaques menées contre eux en Irak et en Syrie (par ce qu'il appelle des milices "liées à l'Iran").

Simultanément, le porte-parole de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, John Kirby, a déclaré que les États-Unis ne souhaitaient pas étendre leurs opérations militaires à l'encontre de l'Iran. Tout comme en Ukraine, où la Maison Blanche a répugné à provoquer une guerre totale entre Moscou et l'OTAN, Biden se méfie (à juste titre) d'une guerre pure et simple contre l'Iran dans la région.

En cette année électorale, les considérations politiques de Biden seront primordiales. Et cela dépendra, du moins en partie, de la précision avec laquelle le Pentagone évaluera l'exposition des forces américaines en Irak et en Syrie aux attaques de missiles et de drones.

Les bases sont des "cibles faciles", il serait embarrassant de l'admettre. Mais une évacuation précipitée (avec des relents des derniers vols de Kaboul) serait pire ; elle pourrait être désastreuse sur le plan électoral.

Les États-Unis semblent vouloir trouver un moyen de nuire aux forces iraniennes et de la Résistance juste assez pour montrer que Biden est "très en colère", mais sans peut-être causer de réels dommages - c'est-à-dire qu'il s'agit d'une forme de "psychothérapie militarisée" plutôt que de politique dure.

Les risques demeurent : si l'on bombarde trop, la guerre régionale s'enflammera et atteindra un niveau supérieur. Si les bombardements sont insuffisants, l'essaim continuera à déferler sur les États-Unis sur de multiples fronts jusqu'à ce qu'ils finissent par céder - et par quitter le Levant.

Biden se retrouve donc dans une guerre secondaire épuisante et permanente avec des groupes et des milices plutôt qu'avec des États (que l'Axe cherche à protéger). En dépit de son caractère milicien, la guerre a toutefois causé d'importants dommages aux économies des États de la région. Ceux-ci ont compris que la dissuasion américaine ne donnait pas de résultats (par exemple, avec Ansarallah dans la mer Rouge).

Certains de ces pays - dont l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis -  ont pris des mesures "privées" qui n'ont pas été coordonnées avec les États-Unis.

La stratégie visant à "essaimer" de multiples fronts contre les États-Unis a été clairement énoncée lors de la récente réunion du "format d'Astana" entre la Russie, l'Iran et la Turquie, les 24 et 25 janvier. Ce dernier triumvirat est occupé à préparer la fin de la partie en Syrie (et, en fin de compte, dans l'ensemble de la région).

MK Bhadrakumar a  noté que  la déclaration commune publiée à l'issue de la réunion du format d'Astana au Kazakhstan :

"est un document remarquable qui repose presque entièrement sur la fin de l'occupation américaine de la Syrie. Il exhorte indirectement Washington à renoncer à son soutien aux groupes terroristes et à leurs affiliés "opérant sous différents noms dans diverses parties de la Syrie" dans le cadre des tentatives de créer de nouvelles réalités sur le terrain, y compris des initiatives illégitimes d'autonomie sous le prétexte de "lutter contre le terrorisme". Elle exige la fin de la saisie et du transfert illégaux par les États-Unis de ressources pétrolières "qui devraient appartenir à la Syrie".

La déclaration énonce donc clairement les objectifs. En résumé, la patience est épuisée face aux États-Unis qui arment les Kurdes et tentent de revitaliser ISIS afin de perturber les plans tripartites pour un règlement de la situation en Syrie. Le trio veut que les États-Unis s'en aillent.

C'est avec ces objectifs - insister pour que Washington renonce à son soutien aux groupes terroristes et à leurs affiliés dans le cadre des tentatives de créer de nouvelles réalités sur le terrain, y compris des initiatives illégitimes d'autonomie sous le prétexte de "combattre le terrorisme" - que la stratégie russe et iranienne d'"Astana" pour la Syrie trouve un terrain d'entente avec la stratégie de la Résistance.

Cette dernière peut refléter une stratégie iranienne dans son ensemble, mais la déclaration d'Astana montre que les principes sous-jacents sont également ceux de la Russie.

Dans sa première déclaration de fond après le 7 octobre, Seyed Nasrallah (s'exprimant au nom de l'Axe de la Résistance dans son ensemble) a indiqué un pivot stratégique de la Résistance : alors que le conflit déclenché par les événements de Gaza était essentiellement lié à Israël, Seyed Nasrallah a également souligné que le comportement perturbateur d'Israël avait pour toile de fond les "guerres éternelles" de l'Amérique visant à diviser pour régner en faveur d'Israël.

En bref, il a lié la causalité des nombreuses guerres régionales de l'Amérique aux intérêts d'Israël.

Nous en arrivons donc au troisième volet de l'"essaimage de Biden".

Seulement, ce ne sont pas les acteurs régionaux qui s'efforcent d'enfermer Biden, c'est le propre protégé de l'Amérique : le Premier ministre Netanyahou.

Netanyahou et Israël sont la principale cible de l'"essaim" régional, mais Biden s'est laissé piéger. Il semble qu'il ne puisse pas dire "non". Biden se retrouve donc coincé par la Russie en Ukraine, en Syrie et en Irak, et par Netanyahou et un Israël qui craint de voir les murs se refermer sur son projet sioniste.

Il n'y a probablement pas d'avantage électoral à trouver pour Biden, entre l'insertion de l'Amérique dans une guerre impopulaire et électoralement désastreuse au Moyen-Orient, et le "feu vert" à l'énorme pari d'Israël de gagner la guerre contre le Hezbollah.

La confluence entre le stratagème ukrainien raté pour affaiblir la Russie et le stratagème risqué pour la guerre d'Israël contre le Hezbollah n'échappera probablement pas aux Américains.

Netanyahou se  trouve lui aussi entre le marteau et l'enclume. Il sait qu'une "victoire" qui se résumerait à la libération des otages et à des mesures de confiance visant à créer un État palestinien ne rétablirait pas la dissuasion israélienne, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur de l'État. Au contraire, elle l'éroderait. Ce serait "une défaite" - et sans une victoire claire dans le sud (sur le Hamas), une victoire dans le nord serait exigée par de nombreux Israéliens, y compris des membres clés de son propre cabinet.

Rappelons l'état d'esprit qui règne en Israël : la dernière  enquête du Peace Index montre que 94 % des Juifs israéliens pensent qu'Israël a utilisé la bonne intensité de feu à Gaza - ou pas assez (43 %). Et les trois quarts des Israéliens pensent que le nombre de Palestiniens blessés depuis octobre est justifié.

Si Netanyahou est coincé, Biden l'est aussi.

Mardi, Netanyahou a déclaré :

Nous ne mettrons pas fin à cette guerre sans avoir atteint tous ses objectifs [...] Nous ne retirerons pas les forces de défense israéliennes de la bande de Gaza et nous ne libérerons pas des milliers de terroristes. Rien de tout cela ne se produira. Que se passera-t-il ? Une victoire totale.

"Netanyahou est-il capable de virer fortement à gauche... de s'engager dans un processus historique qui mettra fin à la guerre à Gaza et conduira à un État palestinien - couplé à un accord de paix historique avec l'Arabie saoudite ? Probablement pas. Netanyahou a donné un coup de pied dans de nombreux autres seaux similaires avant qu'ils ne soient remplis", a déclaré Ben Caspit, commentateur chevronné, dans Ma'ariv (en hébreu).

Biden fait un pari énorme. Mieux vaut attendre les réponses du Hamas et de la Résistance de Gaza à la proposition de libération d'otages. Les augures, cependant, ne semblent pas positifs pour Biden.

De hauts responsables du Hamas et du Jihad islamique ont réagi hier à la dernière proposition :

La proposition de Paris n'est pas différente des propositions précédentes soumises par l'Égypte... [La proposition] ne conduit pas à un cessez-le-feu. Nous voulons des garanties pour mettre fin à la guerre génocidaire contre notre peuple. La résistance n'est pas faible. Aucune condition ne lui sera imposée" (Ali Abu Shahin, membre du bureau politique du Djihad islamique).

Notre position est un cessez-le-feu, l'ouverture du passage de Rafah, des garanties internationales et arabes pour la restauration de la bande de Gaza, le retrait des forces d'occupation de Gaza, la recherche d'une solution de logement pour les déplacés et la libération des prisonniers selon le principe du "tous contre tous"... Je suis confiant que nous nous dirigeons vers la victoire. La patience de l'administration américaine s'épuise parce que Netanyahou ne produit pas de résultats" (haut responsable du Hamas, Alli Baraka).

Alastair Crooke

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter