23/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  29 min #243473

Traditionalistes contre globalistes: le grand chambardement planétaire

Traditionalistes contre globalistes: le grand chambardement planétaire

par Pierre-Emile Blairon

1.

Etat des lieux

En 2020 a eu lieu un événement sans précédent dans l'histoire du monde : un groupe d'oligarques psychopathes a fomenté un coup d'État planétaire, qu'il a dénommé le Great Reset, la « grande réinitialisation » en français, une expression à l'évidence inspirée par la main-mise de la technologie informatique sur le monde que nous vivons. Ce coup d'État est toujours en cours ; il trouve ses origines funestes et son but pernicieux dans un lointain passé de l'humanité, transmis de siècle en siècle, de sociétés secrètes en officines « satanistes » (terme revendiqué par ces mêmes officines et, actuellement, par ces mêmes psychopathes), de cooptation en cooptation d'individus malfaisants jusqu'à la secte maléfique qui s'est emparée de quasiment toutes les structures civilisationnelles du monde d'aujourd'hui 1. Pourquoi cette engeance a-t-elle décidé d'intervenir à ce moment ? Parce que la fin de notre cycle, qui s'accompagne, comme tous les précédents, de nombreux troubles, d'origine humaine ou naturelle, présente une vulnérabilité que les globalistes attendent depuis bien longtemps et qu'il s'agit d'empêcher la naissance de celui qui va suivre.

C'est amusant, ces personnages nuisibles qui semblent issus en droite ligne d'Epiméthée, le frère idiot de Prométhée, plus que de Prométhée lui-même, ont ouvert la boîte de Pandore (qui, dans la mythologie, était une jarre) répandant tous les malheurs qui vont inévitablement leur tomber sur la tête. Oui, l'existence des racailles en col blanc qui dirigent le monde procède de cette filiation mythologique dont ils se réclament.

En effet, par cette soudaine entrée en scène et la répression qui l'a suivie, les globalistes se sont révélés au monde et, de ce fait, ont déclenché une prise de conscience de tous ceux qui ne se sentaient pas concernés jusque là par les agissements de leurs gouvernants, valets, complices ou adeptes de la secte.

Les mondialistes avaient méticuleusement préparé leur coup depuis de longues années ; leur première tâche avait consisté à prendre le contrôle de tous les médias afin de conditionner les populations ; il faut reconnaître que cette étape décisive a parfaitement fonctionné ; les techniques d'ingénierie sociale sont très au point ; et les quelques rares esprits lucides qui n'ont pas été atteints par cette épidémie de crétinisation ont regardé avec effarement les masses se plier sans broncher à toutes les absurdes injonctions qui leur étaient lancées afin de tester leur degré de soumission.

En quelques mois, toutes les valeurs qui constituaient le socle même des sociétés civilisées depuis des siècles ont disparu ; en moins de quatre ans, ce qu'on a appelé l'Occident s'est effondré sur tous les plans: spirituel, économique, diplomatique, technologique, culturel, intellectuel, sapientiel, mémoriel...

L'infime minorité qui a su conserver son esprit critique a pu se relever, se regrouper et entamer une résistance courageuse avec ses faibles moyens. Des personnes venues de tous horizons, qui ne se côtoyaient pas auparavant, se sont reconnues comme faisant partie d'une même communauté, sentiment accru du fait qu'elles sont passées par les mêmes épreuves, surtout lors de la troisième offensive lancée contre les peuples, celle d'une pseudo-vaccination mortifère, après l'entreprise de conditionnement planétaire des populations - de leur lobotomisation - et après la fabrication du coronatralalavirus en Chine et sa diffusion.

Les clivages artificiels économiques (de classe) ou politiques (gauche-droite) laissent place désormais à une reconfiguration des archétypes sociaux avec d'un côté, les individus conformistes qui ont été conditionnés par l'ingénierie sociale (les plus nombreux) adhérant par défaut - de cerveau - au camp mondialiste ou, pour les autres, plus éveillés mais en minorité, rejoignant le camp traditionaliste.

Mais nous verrons que ces nouveaux résistants n'ont pas le profil attendu de gens passéistes qui s'accrochent à leurs privilèges, à leur confort ou à une idéologie conservatrice ; ceux-ci rejoignant le camp mondialiste sans se poser de questions. Les cartes ont été rebattues avec l'accélération et la multiplication d'événements significatifs qui ont divisé le monde selon des critères inattendus.

En voici quelques exemples.

- La guerre déclenchée par les Occidentistes 2 en Ukraine a, contrairement aux espérances des Américains, de l'OTAN et de leur entité vassale, l'Union Européenne, renforcé ces dissidents occidentaux qui se sont rapprochés de la Russie, laquelle brandit sans complexe et avec fermeté le flambeau des valeurs pérennes indo-européennes de nos origines communes.

- La création de l'alliance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) ouvre une alternative à l'hégémonie planétaire américaine ; la Russie, bien loin de succomber économiquement face aux sanctions occidentales, s'est, au contraire, consolidée sur le plan économique, déclenchant même un marasme sans précédent dans beaucoup d'Etats européens (dont la France).

- La récente entrevue du journaliste-vedette américain Tucker Carlson avec Vladimir Poutine, qui a pu enfin exposer le point de vue de la Russie sur la guerre en Ukraine, a déclenché un tsunami médiatique et une vague de sympathie pour le dirigeant russe à laquelle ne s'attendaient pas les globalistes.

- Les Etats-Unis - « dirigés » par un vieillard sénile compromis, en compagnie de son fils, dans d'innombrables affaires douteuses - sont en complète déliquescence, à tel point que de nombreux Etats songent à faire sécession.

- Autre théâtre de troubles internationaux, le massacre en cours perpétrée par Israël sur la population palestinienne ne peut, à terme, que fragiliser l'état sioniste et ses alliés, Israël constituant l'un des trois principaux composants du bloc occidental avec les Etats-Unis et l'Union européenne.

- Les Africains commencent à se réveiller et chassent les Français (dont c'était la « chasse gardée », la Françafrique), à cause de l'ignorance, de la bêtise, de la vanité et de la maladresse d'Emmanuel Macron ; la France est brusquement remplacée par la Chine et la Russie.

- Enfin, la fronde des paysans européens contre le projet sournois de l'Union européenne visant à les éradiquer (fronde toujours en cours à l'heure où nous publions) a radicalisé les franges les plus traditionnelles de la population qui semblent décidées à ne plus se laisser manipuler.

C'est ainsi que se dessine lentement un monde bipolaire (à défaut, pour l'instant, d'être multipolaire) à la fois sur le plan économique mais aussi sociétal, les BRICS, composés essentiellement de très anciennes civilisations traditionnelles, solidement structurées par des valeurs ancestrales, refusant unanimement les errances d'un Occident déboussolé et suicidaire.

Quelles sont les caractéristiques de chacun des deux blocs ainsi constitués ?

2.

Le camp traditionaliste

Le terme de « tradition » vient du latin traditio, action de transmettre et du verbe tradere  : transmettre ; on confond souvent les traditionalistes avec les conservateurs ; le latin précise bien qu'il y a une action qui est requise ; la tradition n'est donc pas un simple « retour au passé », un concept figé, contrairement au mot « conservation » qui suppose une préservation, certes, mais aussi le « maintien d'un statu quo », selon le Larousse. C'est exactement la différence que décrit l'adage russe : « Le passé n'est pas un port, c'est un phare ». c'est-à-dire ce qui éclaire notre présent pour envisager notre avenir.

Il faut toujours remonter à la source pour comprendre le présent et tenter de deviner le futur. Remonter à la source, c'est prendre de la hauteur, l'eau coule toujours du haut vers le bas ; l'eau qui sourd de la source est un renouvellement constant, comme une fontaine de Jouvence.

Nos ancêtres avaient observé la nature et les astres et en avaient conclu que le temps était cyclique et que le processus pérenne « naissance-vie-mort » n'avait ni début ni fin. Les anciennes civilisations indo-européennes indiennes, grecques et iraniennes avaient partagé les grandes périodes de ce temps cyclique en quatre âges représentés par des métaux qui allaient du plus précieux au plus vil (or, argent, bronze et fer), l'or étant incorruptible et le fer se décomposant en rouille jusqu'à disparaître avec la fin du cycle avant qu'en renaisse un nouveau. L'Âge d'or représentant le plus haut sommet d'une civilisation, chacun des citoyens vivait selon les préceptes d'une spiritualité raffinée, productrice de valeurs admirables, aristocratiques et chevaleresques qui structuraient une société policée et enracinée au sol qui lui avait été dédié, ces vertus s'émoussant au fil du temps et des âges jusqu'au déclin de l'Âge de fer qui voit la totale décomposition de cette société par l'inversion de ses valeurs, l'abêtissement et l'ensauvagement de l'humanité et le règne du matérialisme le plus abject.

Nous sommes à la fin de ce dernier âge et l'on peut constater les méfaits qui l'accompagnent inévitablement et inexorablement dans la vie de tous les jours.

Une certaine catégorie d'hommes et de femmes (que Julius Evola appelle « les êtres différenciés ») se consacre, au fil des siècles et des générations, à la transmission et à la maintenance des valeurs de l'Âge d'or qui devraient être les valeurs naturelles et spirituelles de l'humanité si elles n'avaient pas été détournées. La réactivation de ces valeurs étant la condition indispensable à la résurgence du nouveau cycle lorsque le temps sera venu.

Le camp globaliste veut coûte que coûte empêcher cette réactivation qui, si elle est menée à bien, signifierait la fin de son hégémonie matérielle. C'est tout le combat des « êtres différenciés » dont nous parlerons en fin d'article. Toutes les actions qui visent à retarder la chute de cette modernité matérialiste constituent une production d'énergie en pure perte ; le seul combat utile consiste à préparer le grand retournement en rassemblant les bagages (les valeurs) pour franchir le gué qui mène au nouveau cycle, au nouvel Âge d'or, et en empêchant les satanistes d'interrompre le processus d'avènement du nouveau cycle.

Ce processus est expliqué dans la plupart de mes ouvrages et articles ; je ne pourrai pas ici l'expliciter plus avant. Je donne juste quelques indications qui, dans le cadre de cette intervention, permettent de comprendre les événements qui nous préoccupent actuellement, c'est-à-dire les raisons de l'offensive inattendue et brutale des forces négatives qui ont pris le pouvoir sur l'ensemble de la planète.

3.

Le camp globaliste

Je parlerai indifféremment de mondialistes, globalistes, satanistes ou transhumanistes puisque ce sont autant de sectes nuisibles qui interfèrent, se complètent et se substituent l'une à l'autre selon les situations ou les besoins du moment, mais qui visent le même but sous des apparences quelquefois patelines et anodines : la réduction puis la mise en esclavage et/ou en robotisation de ce qui restera de la population planétaire, « l'élite » (que ces groupes s'arrogent le droit exclusif de représenter) ne se préoccupant que d'accroître sa durée de vie et son bien-être matériel au prix de bien de turpitudes et de misères infligées aux peuples sans le moindre état d'âme, ce qu'a amplement prouvé l'épisode sanitaire et ses suites tragiques.

Nos globalistes se veulent les héritiers de la race des Titans qui, dans la mythologie grecque, ont voulu se mesurer aux dieux par la révolte de leur figure la plus emblématique qui s'appelle Prométhée, lequel est réputé avoir créé les humains ; le prométhéisme, ou le titanisme, a donné naissance au surhumanisme, qui est lui-même l'antichambre de l'actuel transhumanisme qui milite pour un « homme augmenté », équivalent du surhomme. Humanisme (domination de l'Homme sur les autres règnes), surhumanisme, transhumanisme et, but ultime : posthumanisme qui voit l'Homme transformé en robot dans un épouvantable cliquetis de ferraille...

Cette vanité, cet orgueil qui a poussé les Titans à défier les dieux s'appelle l'hubris, la démesure élevée en mode de fonctionnement de nos sociétés actuelles, la folie titanesque qui voit, par exemple, s'élever des tours toujours plus hautes au sein de mégapoles toujours plus gigantesques.

Et ce n'est pas un hasard si l'équivalent des Titans chez les monothéistes sont les anges rebelles, et de ce fait déchus, dont le chef s'appelle évidemment Satan, dont la racine serait la même que celle de Titan, selon le chercheur Daniel E. Gershenson. La cause de la déchéance de ces « anges » est identique à celle qui a poussé Prométhée à défier les dieux : l'hubris, l'orgueil, la vanité, la volonté de se mesurer à Dieu, voire de le remplacer.

Les ancêtres de nos modernes transhumanistes sont les auteurs d'une grande manipulation, bien avant celles de la pseudo-pandémie et des pseudo-vaccins, une totale inversion des valeurs et de la logique.

Cette manipulation s'est révélée à la faveur, d'une part, des multiples inventions scientifiques qui ont jalonné la fin du 19e siècle (inventions qui ne pourront que tourner la tête des foules et les persuader qu'une ère nouvelle était en train de bouleverser leur vie, celle du progrès sans fin) et, d'autre part, à la même époque, de la parution du livre de Charles Darwin, L'Origine des espèces, qui professe que l'ancêtre de l'homme est un singe. Ces nouveaux « progressistes » en ont profité pour diriger l'humanité vers une croyance entièrement tournée vers le matérialisme et le monde artificiel qui ne pouvait qu'avantager leur ambition démesurée de contrôler la planète par ce biais, ces individus d'alors, tout comme leurs successeurs d'aujourd'hui, étant incapables de toute démarche spirituelle.

La théorie du progrès (lequel ne peut être que technique, et encore sous certaines réserves) et celle de l'évolution qui procèdent toutes deux d'un même illogisme sont des aberrations dans un monde qui, quand on observe la nature, ne peut que nous conduire à constater que tout ce qui vit sur Terre vit sous le principe traditionnel de l'involution, expliqué par Julius Evola 3, c'est-à-dire, dans un sens qui va du meilleur au pire, de la naissance à la mort et non pas le contraire 4. Ces aberrations ont également infesté le raisonnement de l'archéologie naissante qui voit dans les ossements humains qu'elle découvre encore aujourd'hui des ancêtres de l'homme actuel alors que ce sont, dans un flux naturel qui coule en sens contraire, des restes de branches humaines dégénérées qui appartiennent vraisemblablement à des fins de cycles antérieurs au nôtre, tout comme les peuplades primitives qui sont nos contemporaines 5.

Toujours selon Evola, seule une petite minorité de personnes a conscience de cette manipulation parce que ces personnes ont conservé ce qu'il appelle « cette hérédité des origines, cet héritage qui nous vient du fond des âges qui est un héritage de lumière. […] Seul peut adhérer au mythe de l'évolutionnisme et du darwinisme l'homme chez qui parle l'autre hérédité (celle introduite à la suite d'une hybridation) car elle a réussi à se rendre suffisamment forte pour s'imposer et étouffer toute sensation de la première 6».

Le constat d'involution est la plus grande idée révolutionnaire que l'on puisse émettre car, à partir de ce constat, tous les fondements illusoires de notre société matérialiste basés sur les notions de progrès et d'évolution s'écroulent.

4.

Qui est Laurent Alexandre ?

Le chantre du transhumanisme en France, bien connu depuis la parution de son livre en 2011, La Mort de la mort, se nomme Laurent Alexandre.

Chirurgien-urologue, diplômé de Sciences-Po, d'HEC, de l'ENA, il vit actuellement en Belgique (histoire de ne pas payer d'impôts ?) avec sa famille, après avoir vendu son site internet Doctissimo pour 139 millions d'euros au groupe Lagardère.

Dans son livre, il nous prédit une révolution technologique notamment dans le domaine médical, si radicale que la notion même de mort sera caduque dans les quelques dizaines d'années qui viennent. Ces progrès spectaculaires tiennent, dit-il, en quatre lettres : NBIC, pour : Nanotechnologies, Biologie, Informatique, et sciences Cognitives. « Grâce à ces révolutions concomitantes de la nano-technologie et de la biologie, chaque élément de notre corps deviendra ainsi réparable, en partie ou en totalité, comme autant de pièces détachées. »

Alexandre tente, avec beaucoup de maladresse et de désinvolture – on sent bien que c'est le moindre de ses soucis – de se doter d'une morale, ou plutôt d'une philosophie, ou tout au moins d'une posture pour contrebalancer l'excessivité de ses positions matérialistes et le cynisme qui va avec. Le résultat est un naufrage, l'auteur se contredisant d'une page sur l'autre et émettant tous les poncifs en vogue. On se demande ce que vient faire ici, dans ce livre où il est question d'une révolution majeure, l'épuisant et mesquin conflit gauche-droite : « Le mouvement transhumaniste deviendra l'allié de l'Etat-providence, et défendra l'accès pour tous aux technologies bionanomédicales. Répétons-le, le transhumanisme est une idéologie de gauche très égalitariste. Ce n'est pas la défense d'une race supérieure contre les autres… » (page 247) mais, page 301 : « L'alliance des transhumanistes et des humanistes égalitaristes de gauche pourrait conduire à la généralisation de normes administratives réductrices de libertés. » Seulement administratives ?

Page 303 : « Dans les siècles qui viennent, les souvenirs pourront être manipulés directement dans les cerveaux humains. De quoi donner un nouvel élan aux sinistres mouvements ˝conspirationnistes˝ qui contestent les vérités les plus établies, de la Shoah à la conquête de la lune, en passant par les attentats du 11 septembre. » Un nouvel élan dans plusieurs siècles ? Il faut être patient. Mais, page 309 : « Le problème, c'est que le lobby transhumaniste est très organisé et puissant alors que l'on attend toujours qu'une contestation aux technologies NBIC s'organise. »

Page 248 : « Les transhumanistes sont fondamentalement des sociaux-démocrates et pas du tout une nouvelle extrême-droite. » (retenez bien ceci qui va nous servir dans un moment) mais, page 317 : « Rien ne garantit qu'une humanité augmentée sera tolérante vis-à-vis des humains traditionnels. […] La possible tyrannie de la minorité transhumaniste doit être envisagée avec lucidité. ».

Et voici une perle : en 2011, Laurent Alexandre avait « prédit » ce qui allait se passer en 2020, mais ce ne sont pas des terroristes qui sont à l'origine de cette attaque, ce sont ses amis, et il avait même prévu le pseudo-vaccin qui allait suivre  : « Une attaque terroriste virale, avec par exemple une version génétiquement modifiée du SRAS, de la variole ou autre, pourrait provoquer des millions de victimes avant qu'un vaccin ne soit disponible. » Mais Alexandre nous met la puce… à l'oreille ; les transhumanistes sont prêts à tout pour arriver à leur fin : « La hantise de la mort chez beaucoup des transhumanistes pourrait bien les conduire à accélérer l'histoire technologique, quitte à utiliser la force ».

C'est ce qu'ils ont déjà commencé à faire ; la tactique des globalistes consiste à conditionner les populations aux abominations qu'ils ont préparées pour elles, tout en laissant croire qu'il ne s'agit que d'une fatalité contre laquelle personne ne peut rien, et sûrement pas eux.

Le grand chambardement dont il est question dans le titre de cet article ne fait pas seulement référence à la création des BRICS, il est aussi européen, mais surtout français parce qu'il concerne notre classe politique qui ne réagit pas du tout comme nous étions en droit de l'attendre.

5.

La trahison des droites populaires

Georgia Meloni n'est pas le seul dirigeant européen à avoir trahi ses électeurs, mais elle a été la première à l'avoir fait avec une telle rapidité et un tel dédain de ses électeurs et elle est encore actuellement le modèle des deux courants principaux de la droite populaire française : RN et Reconquête qui, désormais, ne se distinguent pratiquement plus : Marion Maréchal a annoncé récemment son intention de rejoindre le groupe de Meloni au Parlement européen si elle est élue et nous allons voir que les deux partis cochent toutes les cases du politiquement correct sous la houlette de l'Union européenne.

En décembre 2023, Georgia Meloni, en reniant ses promesses électorales et surtout celle concernant l'arrêt de l'immigration pour laquelle elle a été élue, a décidé d'accueillir légalement 452.000 travailleurs étrangers en Italie (en plus des clandestins qui débarquent à flots à Lampedusa) pour combler les prétendus déficits en main-d'œuvre de l'agriculture, de la pêche et de la restauration ; situation similaire à celle de la France : si les ouvriers et employés étaient bien payés et si les indépendants ne succombaient pas sous les charges, les mondialistes n'auraient pas besoin d'appeler au secours des migrants pour les traiter en esclaves ; les secteurs concernés apprécieront, surtout les paysans 7.

Tout comme les Fratelli d'Italia (le parti de Meloni), RN et Reconquête ont coché et cochent encore toutes les cases du politiquement correct de l'Union européenne :

- Pendant la crise sanitaire, les deux partis français étaient favorables à la « masquarade », au confinement et à l'injection des pseudo-vaccins.

- Les deux partis ont pris position pour l'Otan lors de la guerre que cette organisation a initiée en Ukraine contre la Russie.

- les deux partis se sont rangés derrière Israël pour dénoncer l'agression du Hamas contre Israël et, du même coup, soutenir le massacre en cours des Palestiniens par les sionistes.

- L'immigration devrait encore être le cheval de bataille des deux partis puisqu'ils sont mandatés par le peuple pour l'arrêter même si, à l'arrivée aux affaires de l'un des deux, il n'aurait strictement aucun pouvoir, - la reculade de Meloni l'a prouvé - puisque tous les organismes satellites de l'Union européenne ayant force de loi sur ce sujet sont pleinement favorables à une invasion migratoire sans limite. Rappelons cependant que Marine Le Pen n'a pas attendu les élections pour donner des gages de soumission à l'Europe (alors qu'on ne lui demandait rien) puisque, au début de ce mois de février, elle a « mis en garde » le parti dit « d'extrême-droite » allemand, l'AFD, sur son projet d'organiser la remigration des étrangers non-européens contre lequel elle est vent debout (par souci électoral?)

Nous en serions là de ces « droites populaires » acquises à presque toutes les dérives mondialistes si le RN, jamais en retard d'un asservissement, n'avait pas poussé le bouchon beaucoup plus loin !

6.

Laurent Alexandre : coucou, le revoilou ! Il joue au gourou ! chez Bardella !

Oui, ce personnage, d'apparence qui ne peut pas être qualifiée de guillerette, se trouve désormais être l'un des principaux conseillers du RN, propulsé à cette fonction par Marine Le Pen et Jordan Bardella ; rappelons ce qu'écrivait Laurent Alexandre dans son ouvrage La mort de la mort, p. 248 : « Les transhumanistes sont fondamentalement des sociaux-démocrates et pas du tout une nouvelle extrême-droite. »

Son ralliement à « l'extrême-droite » nous fait penser à la position de l'éminence grise qui se tenait derrière l'élection de chacun de nos présidents depuis des décennies, je veux parler de Jacques Attali (celui qui rêve de voir disparaître les personnes âgées de plus de 65 ans parce qu'elles sont « improductives »), personnage pour lequel Alexandre a la plus grande sympathie 8 et qu'il rêve peut-être de remplacer. Et quoi de plus facile à faire avec le RN quand on sait avec quel empressement les dirigeants de ce parti saisissent n'importe quelle occasion de s'immiscer dans la cour fermée des lanceurs de fatwa du politiquement correct pour tenter d'être épargnés de leurs traits redoutables.

Le philosophe Gaspard Koenig 9 a publié dans le journal Les Echos du 11 octobre 2023 un article au sujet de cette marotte inattendue de Marine Le Pen et Jordan Bardella sous le titre : Pourquoi l'extrême-droite est devenue technophile ?

« Le transhumanisme a trouvé un écho très favorable dans les milieux d'extrême droite, satisfait de voir se dessiner une humanité homogénéisée, faite de clones hyperconnectés dressés dans le culte de la performance, regrette Gaspard Koenig. Les masques tombent : le transhumanisme est un antihumanisme. Qui, parmi la classe politique, parle aujourd'hui de colonisation du cosmos, de sélection embryonnaire, d' Homo deus ou d'IA forte (« l'autre grand remplacement ») ? Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, qui se fait remarquer depuis un an par sa technophilie galopante et qui vante avec candeur les progrès des NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives) en déplorant les ardeurs régulatrices de l'Europe. Il se fait ainsi l'écho fidèle de  Laurent Alexandre , l'importateur zélé des rêves de la Silicon Valley, qui parle aux politiques de tous bords et semble avoir trouvé oreille attentive. »

Cet engouement du RN pour le transhumanisme ne date pas d'hier, déjà, en 2020, le journal L'Opinion s'en faisait l'écho sous le titre : Laurent Alexandre, le docteur qui phosphore avec la droite radicale 10 : « Son allure sage, chemise à rayures et lunettes invisibles, est trompeuse : Laurent Alexandre est le showman qui parle de repousser les limites de la mort. Marine Le Pen l'écoute. Elle a invité l'ancien chirurgien-urologue à  sa rentrée politique à Fréjus, en septembre , quitte à dérouter un public militant peu porté sur le transhumanisme. Qu'importe, la patronne du RN sort ravie de l'amphithéâtre :  la preuve que son parti « réfléchit »  ! Quoi de mieux qu'un futurologue médiatique pour dépoussiérer un meeting ronronnant ? « Je les perturbe », rigole l'intéressé auprès de l'Opinion. »


Un article du Monde du 10 février 2023 relate que Jordan Bardella a été fortement impressionné par le livre Homo deus, une brève histoire du futur de Yuval Harari, le principal théoricien des sectes mondialistes et transhumanistes.

Enfin, pour couronner le tout, Laurent Alexandre a été invité à participer à un débat avec le philosophe Olivier Rey le 28 juin 2023 sur le thème de « L'irruption de l'IA (intelligence artificielle) : un bouleversement sous-estimé pour nos sociétés » lors du colloque de la Fondation ID intitulé « Relever le défi de l'IA en Europe » présenté par le jeune député RN de l'Hérault Aurélien Lopez-Liguori, président du groupe d'études de l'Assemblée nationale consacré à la souveraineté numérique 11.

Eliezer Yudkowsky, l'un des experts de cette nouvelle science met en garde le monde, dans le Guardian du 17 février 2024 contre les dangers de l'intelligence artificielle 12. Et le magazine Geo rapporte ainsi l'entretien: « Selon lui, l'IA pourrait nous mener à notre perte. Pour détruire l'humanité toute entière... Elle n'aurait besoin que de quelques années. "Si vous me mettez au pied du mur, si vous m'obligez à faire des probabilités, [je peux vous dire que] j'ai le sentiment que notre calendrier actuel ressemble plus à cinq ans qu'à cinquante ans, a-t-il confié au quotidien. Cela pourrait mettre deux ans, cela pourrait en mettre dix."

En bref, Yudkowsky prévient le monde qu'il serait très dangereux de laisser n'importe quel apprenti-sorcier farfelu s'occuper d'I.A car les conséquences pourraient être très graves.

Disons-le clairement: cette dérive des droites populaires est consternante et gravissime, dérive qui s'effectue dans l'indifférence ou l'ignorance des militants et électeurs de ces mêmes droites, dont les espérances légitimes pour un retour aux valeurs saines qui ont fondé nos sociétés traditionnelles européennes sont entièrement bafouées.

Nous aurions pu espérer au moins que les théoriciens des milieux identitaires et traditionalistes auraient promptement et vivement réagi à ces dévoiements. Il semble bien que ce soit tout le contraire; ces structures quelquefois vieilles de plus de 50 ans sont restés cantonnées dans leur microcosme intellectuel parisien, dans leur attachement désuet au concept surhumaniste qu'elles n'ont pas vu bifurquer vers le transhumanisme; ces mêmes « élites » qui, tout au long de ces cinquante années, n'ont jamais pu prendre le moindre pouvoir effectif sur le plan spirituel, culturel, idéologique, politique, métapolitique, économique, etc., tous détenus par la gauche, l'extrême-gauche et les mondialistes d'une manière générale, auraient, paradoxalement (?), retrouvé un nouveau souffle en se ralliant aux structures mondialistes et ainsi favorisé le dérapage globaliste de ces droites renégates si l'on en croit l'étude de Périne Schir, rapportée par Marine Turchi dans Médiapart du 18 déc 2023 sous le titre : « Sous la présidence Bardella, la Nouvelle Droite retrouve un rôle de premier plan au RN » :


« Chercheuse à l'université George-Washington, Périne Schir (photo) démontre l'influence que retrouvent au Rassemblement national deux cercles radicaux : la Nouvelle Droite sur l'idéologie, la « GUD Connection » sur les finances. Tout en partageant les mêmes connexions avec l'extrême droite italienne.

Sous la présidence de Jordan Bardella, deux réseaux radicaux ont retrouvé une place de premier plan au Rassemblement national (RN) : la Nouvelle Droite et la « GUD Connection ». Et ces cercles, qui bénéficient de connexions étroites avec l'extrême droite italienne, pourraient aider le nouveau président du RN à se rapprocher de la première ministre italienne, Giorgia Meloni. »

La boucle est bouclée.

7.

Les êtres différenciés

On comprend mieux l'expression du visionnaire Julius Evola, « les êtres différenciés », ceux qui sont chargés de faire repartir la roue du nouveau cycle depuis l'offensive, en 2020, des sectes globalistes.

En effet, on pouvait prévoir que ces êtres différenciés surgissent des habituels cercles d'une vieille droite nationale qui ne semblait pas très éloignée du concept traditionnel.

Il s'est avéré que ces êtres différenciés étaient des êtres différents de ceux que l'on attendait.

Ce ne sont pas ces militants qui se disent « nationalistes » (par opposition au mondialisme) qui se sont érigés en résistants lors de ces agressions mondialistes ; ceux-ci sont restés, pour la plupart, confinés en leur demeure, comme l'ordre leur en avait été donné. Ce sont d'autres personnes, souvent issues du milieu médical qui, par leur courage et leur charisme, ont pu rassembler autour d'eux, l'embryon d'une communauté destinée à préparer l'après-fin de notre cycle.

C'est ainsi que l'on a pu voir une librairie nationaliste être saccagée par des gauchistes qui ont rallié le grand capital (notamment celui de Big Pharma) tout comme l'ont fait les droites dites « populaires » ; c'est sans doute ce que Guillaume Faye appelait la « convergence des catastrophes » ! Et, oh surprise ! Les vitrines de cette librairie dénonçaient comme « facho » un Louis Fouché, médecin de son état, qui fut l'un des grands lanceurs d'alerte se dressant courageusement et avec talent contre la dictature sanitaire 13, un homme que ces mêmes gauchistes appellent un « covidonégationniste » ! Il se fait que Louis Fouché a, ou avait, plutôt des sympathies de gauche si l'on s'en tient encore à ce manichéisme suranné droite-gauche ; les terroristes gauchistes expliquent ainsi leur « action » dans un style qui nous a quand même fait pouffer de rire :

Malgré ses positionnements politiques, il est traité avec complaisance par une partie de celleux (sic !) qui devraient être ses ennemis, parce qu'il mobilise des références prisées à l'extrême-gauche telles qu'Alain Damasio ou Murray Bookchin dans le cadre d'une stratégie confusionniste, et parce que le mouvement antifasciste n'a pas entièrement pris la mesure de la menace continue que constitue le covidonégationnisme. Louis Fouché, comme tous ceux qui nient la gravité du Covivid-19, l'efficacité du vaccin et des masques, est un eugéniste, prêt à sacrifier les personnes les plus vulnérables à la maladie. Il est également clair que lui et ses amis sont des fascistes, et doivent désormais être traités comme tel par tou-tes les révolutionnaires. »

On peut classer aussi comme « covidonégationnistes » toutes les grandes personnalités du monde médical comme le professeur Raoult, le professeur Perronne, la généticienne Alexandra Henrion-Caude, le regretté prix Nobel Luc Montagnier, etc. qui se sont élevés contre Big pharma et la secte mondialiste.

Dans d'autres domaines ont surgi aussi sur le devant de la scène des êtres différenciés tel l'ingénieur-physicien Philippe Guillemant (photo), lui aussi spécialiste de l'intelligence artificielle, mais qui n'en tire pas, loin de là, les mêmes conclusions que Laurent Alexandre ou que Jordan Bardella. Philippe Guillemant inclut dans ses recherches la dimension spirituelle qui fait cruellement défaut aux transhumanistes et autres chercheurs scientistes. On le voit ici en photo en compagnie de Georges Gourdin (ci-dessous), le créateur et rédacteur en chef du site Nice-Provence Info.

Les préoccupations de son livre paru en 2021 chez Trédaniel, Le grand virage de l'humanité, rejoignent celles que nous avons exprimées en tout début de cet article et dans les paragraphes traitant du transhumanisme, avec le grand plus de son expertise en matière scientifique et notamment de science physique, et son talent de prospectiviste, tel que nous l'indique la dernière de couverture de ce même ouvrage : « Si la crise du coronavirus représente un grand tournant dans l'histoire de l'humanité, vers quel futur nous dirige-t-elle dorénavant ? D'après Philippe Guillemant, la physique peut répondre à cette question. L'avenir serait en effet déjà tracé, mais pourrait radicalement changer, comme le parcours d'un GPS, en produisant des coïncidences étranges suivies de défaillances irrationnelles. L'auteur en déduit que les événements sidérants que nous avons vécus de 2019 à 2021 sont des signes que, dans le futur, l'humanité s'est débarrassée du transhumanisme pour s'orienter vers une nouvelle destinée, construite par par un éveil de conscience à la véritable nature de l'humain. »

Je conclurai cet article comme je le fais désormais pour tous les autres, à savoir rappeler que ces forces négatives qui veulent arrêter le cours de la vie sur Terre en défiant Dieu ou les dieux ne réussiront JAMAIS à venir à bout de leur projet qui ne peut se situer que sur un plan matériel, la spiritualité qui gouverne tous les autres plans, y compris le plan matériel, leur étant inaccessible du fait même de leur origine satanique ou du pacte qu'ils auraient éventuellement conclu avec un supposé diable, dont ils se revendiquent en permanence 14.

Pierre-Emile Blairon

Notes:

1. Voir sur ce même site mon article : Mais quelles est cette secte qui dirige le monde ?

2. Comme nomment les Occidentaux les anciens dissidents russes Zinoviev et Boukowski, bien placés, de par leur expérience en Union soviétique, pour prédire que l'Europe dite de Bruxelles allait devenir une dictature. Voir mon livre La Roue et le sablier, p. 202.

3. « Alors que l'homme moderne, jusqu'à une époque toute récente, a conçu le sens de l'histoire comme une évolution et l'a exalté comme tel, l'homme de la Tradition eut conscience d'une vérité diamétralement opposée à cette conception. Dans tous les anciens témoignages de l'humanité traditionnelle, on retrouve toujours, sous une forme ou sous une autre, l'idée d'une régression, d'une "chute" : d'états originels supérieurs, les êtres seraient descendus dans des états toujours plus conditionnés par l'élément humain, mortel et contingent. Ce processus involutif aurait pris naissance à une époque très lointaine. ». Julius Evola, Révolte contre le monde moderne.

4. Consulter à ce sujet sur ce même site les articles que j'ai signés : La France, laboratoire de la secte mondialiste et aussi : Evola et la Tradition primordiale : une autre vision de l'Histoire.

5. « Il est très significatif, d'autre part, que les populations où prédomine encore ce que l'on présume être l'état originel, primitif et barbare de l'humanité ne confirment guère l'hypothèse évolutionniste. Il s'agit de souches qui, au lieu d'évoluer, tendent à s'éteindre, ce qui prouve qu'elles sont précisément des résidus dégénérescents de cycles dont les possibilités vitales étaient épuisées, ou bien des éléments hétérogènes, des souches demeurées en arrière du courant central de l'humanité ». Julius Evola, Révolte contre le monde moderne.

6. Julius Evola, Révolte contre le monde moderne

7.  youtube.com

8.  tiktok.com

9. Lequel n'a pas compris que le transhumanisme n'est pas un « antihumanisme » mais la suite logique de l'humanisme et du surhumanisme.

10.  lopinion.fr

11.  youtube.com

12.  geo.fr

13.  paris-luttes.info

14. Voir à ce sujet sur ce même site mes articles : La France, laboratoire de la secte mondialiste et, auparavant : Mais quelle est cette secte qui dirige le monde ?

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Se réfère à :

1 article