28/02/2024 arretsurinfo.ch  6 min #243787

Aaron Bushnell s'est immolé pour attirer l'attention sur Gaza

Se sacrifier pour la Palestine: de Rachel Corrie à Aaron Bushnell

Par  Aya Youssef

Le silence défaitiste des États-Unis sur ses propres citoyens affectés par ses propres politiques en dit long.

« Je pense que c'est une bonne idée pour nous tous de tout laisser tomber et de consacrer nos vies à faire cesser cela. Je ne pense plus que ce soit une chose extrémiste à faire ». Rachel Corrie, 2003
« Comparé à ce que les gens ont vécu en Palestine aux mains de leurs colonisateurs, [ceci] n'est pas du tout extrême ». Aaron Bushnell, 2024

Il y a presque deux décennies d'écart entre ces deux phrases. Cependant, elles émanent toutes deux de témoins américains des crimes israéliens en Palestine occupée.

Rachel Corrie et Aaron Bushnell ont courageusement sacrifié leur vie pour soutenir la cause palestinienne, dénonçant le rôle de leur pays dans l'occupation israélienne qui dure depuis 75 ans.

Pourtant, la question qui se pose est la suivante : combien d'autres militants devront mourir tragiquement ? Combien d'autres militants devront mourir tragiquement avant que les États-Unis n'écoutent vraiment leurs citoyens ?

21 ans plus tôt : L'histoire de Rachel Corrie

Le 16 mars 2003,  Rachel Corrie, une militante pacifiste américaine, a été tragiquement écrasée et tuée par un bulldozer blindé israélien alors qu'elle protestait pacifiquement contre la démolition de maisons palestiniennes à Gaza.

La mort de Rachel Corrie a ébranlé le monde entier, surprenant les grands médias qui couvraient rarement les morts palestiniens et les massacres israéliens. Sa mort a d'autant plus choqué qu'il s'agissait d'une jeune Américaine tuée par l'allié indéfectible des États-Unis, « Israël ».

En mars 2003, le représentant américain Brian Baird a présenté au Congrès une résolution exhortant le gouvernement à mener une enquête approfondie et rapide sur la mort de Corrie. Toutefois, la Chambre des représentants n'a pas donné suite à cette résolution.

Bien que les États-Unis aient exprimé leurs condoléances à la famille de Mme Corrie, ce qui est le strict minimum, Washington a été critiqué pour ne pas avoir adopté une position plus ferme ou pour n'avoir pas fait pression sur « Israël » avec plus de vigueur pour qu'il rende des comptes. Certains estiment que les États-Unis auraient pu faire davantage pour demander justice au nom de Mme Corrie et pour lutter contre les violations des droits de l'homme en Palestine occupée.

Les États-Unis, souvent présentés comme les champions des droits de l'homme et de la démocratie, n'ont jamais réussi à obliger « Israël » à rendre compte de ses crimes. Malgré les preuves de plus en plus nombreuses des crimes de guerre et des violations des droits de l'homme commis par les forces israéliennes, les États-Unis continuent d'apporter un soutien politique et militaire indéfectible au génocide israélien. Cela est particulièrement évident aujourd'hui à la lumière de l'agression israélienne en cours sur la bande de Gaza, où près de 30 000 Palestiniens ont été assassinés par le régime israélien.

Comme toujours, « Israël » a persisté à manipuler les événements en fonction de son propre agenda et de ses intérêts, et continue de le faire aujourd'hui encore.

Près de 20 ans plus tard... « Free Palestine » (Palestine libre)

Les manifestations, les hommages et les messages sur les réseaux sociaux affluent pour commémorer Aaron Bushnell, un membre actif de l'armée de l'air américaine âgé de 25 ans, qui s'est immolé par le feu devant l'ambassade d'Israël à Washington pour protester contre le génocide israélien à Gaza financé par les États-Unis.

Cependant, le président Joe Biden est resté silencieux. Le président a semblé s'exprimer pour dire que « de braves soldats et civils ukrainiens sont en train de mourir », mais il n'a pas dit un mot sur Bushnell.

Ce silence a suscité des critiques sur la politique de deux poids deux mesures de l'administration Biden, surtout après que le Hamas, que les États-Unis ont désigné comme une « organisation terroriste », a rendu la politique de Joe Biden responsable de la mort de M. Bushnell en raison de son soutien et de son aide aux crimes israéliens dans la bande de Gaza.

De courageux soldats et civils ukrainiens meurent. Et la Russie a réalisé ses premières avancées notables en Ukraine depuis près d'un an. Mais ici, en Amérique, le président a donné deux semaines de vacances à la Chambre des représentants. Ils doivent revenir et adopter notre projet de loi bipartisan sur la sécurité nationale.

Président Biden (@POTUS) 26 février 2024

Un président, leader d'une nation, ne devrait-il pas reconnaître les événements au cours desquels l'un de ses propres citoyens proteste contre sa politique ? Nous ne nous attendons pas à un changement d'avis, mais comment les États-Unis peuvent-ils préserver leur façade « démocratique » après tout ?

Il convient de noter que le scénario de la révolte d'un seul homme n'est pas nouveau aux États-Unis. Il y a près de 60 ans, le militant anti-guerre américain Norman Morrison a mis le feu aux poudres en s'aspergeant de kérosène et en s'immolant devant le bureau du secrétaire à la défense Robert McNamara, au Pentagone, pour s'opposer à l'engagement des États-Unis dans la guerre du Viêt Nam.

Pourtant, tout au long de son histoire, le gouvernement américain a souvent ignoré le sort de ses citoyens affectés par ses politiques, fermant les yeux sur les dissensions internes.

Qui va donc pleurer les héros ?

Alors que la soi-disant communauté internationale observe en silence le génocide en direct de Gaza, les manifestations mondiales et les perturbations continuent d'amplifier la cause palestinienne, la contestation des politiques des gouvernements occidentaux s'amplifie, les discours sont interrompus et l'on crie « Palestine libre » en signe de défi à l'oppression.

Ceux qui résistent sous toutes les formes sont ceux qui pleurent nos héros. Pendant ce temps, ceux qui ont fermé les yeux sur les crimes de guerre seront hantés par chaque pierre, chaque balle et chaque cri en faveur de la liberté.

Les martyrs de la Palestine sont honorés et commémorés par ceux qui partagent leur douleur et qui ont été témoins des véritables horreurs du génocide, de l'occupation et de l'apartheid.

À ceux qui se sont sacrifiés et se sacrifient encore pour la cause palestinienne, que votre héritage vive longtemps, résonnant à travers les générations comme un testament de votre juste position morale dans l'histoire.

Aya Youssef

Lire aussi sur le même sujet:

 À Alice, Nick, Tom, Rachel, Brian

 Rachel : Ce qui lui est arrivé est une tragédie et un meurtre

 J'accuse l'armée israélienne

Article original en anglais publié le 28 février 2024 sur  Al - Mayadeen

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter