10/03/2024 arretsurinfo.ch  15 min #244514

Pour l'Occident, Israël ne déclenche jamais la violence, il ne fait que « riposter »

Le mythe d'Israël comme « porte-avions américain » au Moyen-Orient

🇬🇧

Par  Diana Johnstone,  Jean Bricmont

Si l'apartheid israélien devait disparaître, le pétrole et le commerce continueraient de circuler du Moyen-Orient vers l'Occident, écrivent Jean Bricmont et Diana Johnstone.

Par  Jean Bricmont et  Diana Johnstone - Spécial pour  Consortium News

Pourquoi les États-Unis apportent-ils un soutien total à Israël ?

En réponse à cette question, il existe un mythe commun partagé à la fois par les champions et les critiques radicaux de l'État sioniste et qui doit être dissipé.

Le mythe est qu'Israël est un atout stratégique majeur des États-Unis, décrit comme une sorte de porte-avions américain insubmersible, vital pour les intérêts de Washington au Moyen-Orient.

L'argument principal de ceux qui partagent ce mythe est de montrer que les États-Unis ont des intérêts économiques et stratégiques dans le Moyen-Orient riche en pétrole (ce que personne ne nie) et de citer des personnalités politiques américaines (et, bien sûr, israéliennes) qui prétendent qu'Israël est le meilleur, voire le seul, allié des États-Unis dans la région.

Par exemple, le président américain Joe Biden est allé jusqu'à dire que si Israël n'existait pas, les États-Unis auraient dû l'inventer 1

Mais l'argument crucial, totalement absent de leur analyse, est le moindre exemple d'Israël servant réellement les intérêts américains dans la région.

Si aucun exemple n'est donné, c'est simplement parce qu'il n'y en a pas. Israël n'a jamais tiré un seul coup de feu en faveur des États-Unis ni mis une goutte de pétrole sous le contrôle américain.

Nous pouvons commencer par un argument de bon sens : si les États-Unis s'intéressent au pétrole du Moyen-Orient, pourquoi soutiendraient-ils un pays qui est détesté (quelqu'en soit la raison) par toutes les populations des pays producteurs de pétrole ?

Dans les années 1950, tel était le raisonnement de la plupart des experts américains, qui faisaient passer les bonnes relations avec les pays arabes avant le soutien à Israël. Cela contribue sans aucun doute à expliquer pourquoi l'AIPAC, le Comité américain des affaires publiques israéliennes, a été fondé en 1963 pour aligner la politique américaine sur celle d'Israël.

Guerre de 1967 et après

Le soutien américain à Israël a décollé après la guerre de 1967. Le succès d'Israël a porté un coup fatal au nationalisme arabe incarné par l'Égyptien Gamal Nasser, que certains décideurs politiques américains considéraient à tort comme une menace communiste potentielle (menace qu'ils voyaient un peu partout).

Mais la guerre a été menée par Israël pour ses propres intérêts et son expansion, sans aucun bénéfice pour les États-Unis.

Au contraire : un silence officiel remarquable a été maintenu sur le fait qu'au cours de cette courte guerre, le navire américain de collecte de renseignements USS Liberty, qui espionnait le conflit, a été bombardé pendant plusieurs heures par l'armée de l'air israélienne, avec l'intention évidente de le couler, tuant 34 marins et en blessant 174 2.

Dommages causés à l'USS Liberty, juin 1967. (Wikimedia Commons, domaine public)

S'il n'y avait pas eu de survivants, l'Égypte aurait pu être accusée (ce qui en aurait fait une opération « sous fausse bannière »). Les survivants ont reçu l'ordre de ne pas en parler, et l'incident n'a jamais fait l'objet d'une enquête approfondie, acceptant l'explication officielle israélienne selon laquelle il s'agissait d'une « erreur ». Quoi qu'il en soit, le comportement d'Israël là n'était pas exactement celui d'un allié précieux.

Lorsqu'Israël a attaqué le Liban en 2006, le gouvernement de ce pays était parfaitement « pro-occidental ». De plus, lors de la guerre contre l'Irak en 1991 à propos du Koweït, les États-Unis ont insisté sur le fait qu'Israël ne devait pas y participer, car une telle implication aurait fait s'effondrer leur coalition arabe anti-irakienne. Là encore, il est difficile de considérer Israël comme un « allié » indispensable.

Les guerres américaines post-11 septembre ont ciblé les ennemis d'Israël - l'Irak, la Libye, la Syrie - sans aucun avantage pour les compagnies pétrolières américaines, bien au contraire. La question se pose de savoir si le choix des ennemis au Moyen-Orient par les États-Unis n'a pas été déterminé par les intérêts d'un gouvernement étranger, contrairement aux intérêts américains dans la région.

Washington et Gaza aujourd'hui

Venons-en maintenant à la situation actuelle : quel intérêt les États-Unis ont-ils dans le massacre perpétré à Gaza ?

En réalité, ce que fait Washington, c'est essayer de maintenir de bonnes relations avec ses alliés arabes (Égypte, Arabie Saoudite, États du Golfe) en faisant semblant de rechercher un compromis sans exercer de pression efficace sur Israël - par exemple en lui coupant les fonds.

Et pourquoi ne le font-ils pas ? La réponse est évidente, mais l'affirmer est politiquement incorrect et est rarement évoquée par les défenseurs du mythe, sauf pour la récuser. C'est l'action du lobby pro-israélien, qui contrôle de facto le Congrès et sans lequel aucun président ne peut réellement agir.

Le lobby n'est pas une conspiration secrète. Il est ouvertement coordonné par l'AIPAC, qui répartit les dons des milliardaires à travers le système politique américain et dicte la ligne à adopter face à Israël pour garantir une carrière réussie.

En dehors de la réunion annuelle de l'AIPAC à Washington, mars 2016. (Susan Melkisethian, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

Le contrôle est pratiquement total sur les deux partis représentés au Congrès.

Cet objectif est atteint principalement grâce au financement des campagnes électorales. Tous ceux qui s'y conforment peuvent compter sur des dons de campagne, tandis que quiconque oserait défier les injonctions du lobby serait rapidement contesté par un opposant très bien financé lors des prochaines élections primaires, perdant ainsi le soutien de son propre parti lors des élections suivantes - comme c'est arrivé à la représentante géorgienne Cynthia McKinney en 2002.

Le lobby anime également des campagnes de diffamation contre tout critique d'Israël, comme on l'a vu récemment dans les attaques contre des présidents d'université (Harvard, MIT, Pennsylvanie) pour ne pas avoir suffisamment réprimé l'« antisémitisme » présumé des étudiants sur leurs campus 3.

Il existe plusieurs livres qui expliquent en détail le fonctionnement du lobby :

  • They Dare to Speak Out: People and Institutions Confront Israel's Lobby (1985) de Paul Findley, un membre du Congrès républicain de l'Illinois, qui détaille comment le lobby a politiquement « liquidé » tous ceux qui voulaient une politique différente au Moyen-Orient, précisément parce qu'ils voulaient défendre les intérêts des États-Unis.
  • Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine, de John Mearsheimer et Stephen Walt (2007), un livre complet et bien documenté sur le fonctionnement et les effets du lobby.
  • Against Our Better Judgment : L'histoire cachée de la façon dont les États-Unis ont été utilisés pour créer Israël, par Alison Weir, 2014, qui remonte à la déclaration Balfour.

On peut également regarder des reportages en caméra cachée d' Al Jazeera sur le travail du lobby aux États-Unis et en Grande-Bretagne 4.

La façon dont le leader du Parti travailliste Jeremy Corbyn a été « éliminé » politiquement repose entièrement sur l'action et les campagnes du lobby contre son antisémitisme (imaginaire). Le même processus est actuellement en cours en France avec Jean-Luc Mélenchon et son parti la France Insoumise.

Des présidents américains aussi différents que Richard Nixon et Jimmy Carter se sont plaints du fait que leurs actions étaient entravées par le lobby 5. En fait, tous les présidents américains ont voulu se débarrasser du « problème palestinien » (par le biais de la solution à deux États), mais ils en ont été empêchés par le Congrès.

Quant au Congrès lui-même, citons un témoignage privilégié très explicite, celui de James Abourezk, qui fut d'abord membre du Congrès puis sénateur du Dakota du Sud dans les années 1970 et  qui envoya cette lettre en 2006 à Jeff Blankfort, un militant antisioniste 6 :

« Je peux vous dire par expérience personnelle que, au moins au Congrès, le soutien dont Israël bénéficie dans cet organe est entièrement basé sur la peur politique - la peur de la défaite face à quiconque ne fait pas ce qu'Israël veut. Je peux également vous dire que très peu de membres du Congrès - du moins lorsque j'y servais - ont une quelconque affection pour Israël ou pour son lobby. Ce qu'ils ont, c'est du mépris, mais il est réduit au silence par la peur de savoir exactement ce qu'ils ressentent.

J'ai entendu trop de conversations dans les vestiaires au cours desquelles des membres du Sénat exprimeraient leurs sentiments amers face à la façon dont ils sont manipulés par le lobby pour penser autrement. En privé, on entend l'aversion pour Israël et les tactiques du lobby, mais aucun d'entre eux n'est prêt à risquer l'animosité du lobby en révélant publiquement ses sentiments.

Ainsi, je ne vois aucune volonté de la part des membres du Congrès de poursuivre les rêves impériaux américains en utilisant Israël comme leur pitbull. Les seules exceptions à cette règle sont les sentiments des membres juifs, qui, je crois, sont sincères dans leurs efforts pour que l'argent américain continue d'affluer vers Israël. »

Suppression de l'AIPAC

Abourezk a ajouté que le Lobby a fait tout son possible pour étouffer ne serait-ce qu'une seule voix dissidente au Congrès - comme la sienne - qui pourrait remettre en question les crédits annuels alloués à Israël, de sorte que

« Si le Congrès reste complètement silencieux sur la question, la presse n'aura personne à citer, ce qui la fera taire elle aussi. Tous les journalistes ou rédacteurs qui sortent des sentiers battus sont rapidement mis sous contrôle par une pression économique bien organisée contre le journal pris en flagrant délit.»

Abourezk a déjà voyagé au Moyen-Orient avec un journaliste qui a écrit honnêtement sur ce qu'il a vu. En conséquence, les dirigeants des journaux ont reçu des menaces de la part de plusieurs de leurs grands annonceurs, selon lesquels leur publicité serait interrompue s'ils continuaient à publier les articles du journaliste.

Abourezk circa 1977. (Handout photo, Wikimedia Commons, Public domain)

« Je ne me souviens pas d'un seul cas où une administration ait perçu la nécessité de la puissance militaire d'Israël pour faire avancer les intérêts impériaux américains. En fait, comme nous l'avons vu lors de la guerre du Golfe, l'implication d'Israël a été préjudiciable à ce que Bush père voulait accomplir dans cette guerre. Ils ont dû, comme vous vous en souvenez peut-être, supprimer toute aide israélienne afin que la coalition ne soit pas détruite par leur implication.

En ce qui concerne l'argument selon lequel nous devons utiliser Israël comme base pour les opérations américaines, je ne connais aucune base américaine d'aucune sorte dans ce pays. Les États-Unis disposent de suffisamment de bases militaires et de flottes dans la région pour pouvoir répondre à tout type de besoins militaires sans recourir à Israël. En fait, je ne peux pas penser à un cas où les États-Unis voudraient impliquer militairement Israël de peur de contrarier leurs alliés actuels, à savoir l'Arabie saoudite et les Émirats. L'opinion publique de ces pays ne permettrait pas aux monarchies de poursuivre leur alliance avec les États-Unis si Israël s'impliquait. »

Abourezk a déclaré que l'encouragement américain dans ses invasions du Liban « n'était qu'une extension de la politique américaine d'aide à Israël en raison de la pression continue du lobby.... Pour le Congrès, le Liban a toujours été un pays « à jeter », ce qui signifie que ce qui s'y passe n'a aucun effet sur les intérêts américains. Il n'existe pas de lobby pro-libanais.

"Le public doit comprendre que loin d'être un atout, Israël est un handicap chronique qui gaspille des milliards de dollars américains, entraîne les États-Unis dans des guerres et dont le traitement génocidaire des Palestiniens détruit radicalement les prétentions morales de l'Amérique dans la plupart des pays du monde."

Valeur stratégique alléguée

La prétendue valeur stratégique d'Israël n'est qu'un exemple parmi tant d'autres de l'affirmation selon laquelle un projet impérial/colonial est nécessaire au système capitaliste mondial.

La guerre du Vietnam était justifiée en partie par la théorie des dominos : toute l'Asie du Sud-Est deviendrait communiste si le Vietnam « tombait ». Le seul domino qui est tombé a été le Cambodge, à la suite des bombardements américains, après quoi l'intervention victorieuse du Vietnam a pu renverser le régime génocidaire qui avait résulté de ces bombardements.

L'apartheid sud-africain a été soutenu par l'Occident, en partie par crainte du communisme, mais la fin de l'apartheid n'a eu aucun effet dramatique sur l'impérialisme capitaliste en Afrique.

Si l'apartheid israélien devait disparaître en Palestine, le pétrole et le commerce continueraient de circuler du Moyen-Orient vers l'Occident, et les Houthis ne tenteraient pas de bloquer les vaisseaux dans la mer Rouge.

Une analyse réaliste montre que le traitement réservé par Israël aux Palestiniens et sa politique agressive envers ses voisins sont entièrement préjudiciables aux intérêts américains au Moyen-Orient, ce que la crise actuelle ne fait que mettre encore plus en évidence.

Le problème avec la thèse « Israël comme porte-avions américain » est que si elle est très confortable pour ses défenseurs, elle est également très préjudiciable à la cause palestinienne.

Elle est confortable parce que, si on la soutient, on ne risque pas d'être accusé d'antisémitisme, car elle rejette la responsabilité des atrocités israéliennes sur l'impérialisme américain et ses sociétés multinationales.

D'un autre côté, si vous soulignez le rôle moteur du lobby dans la politique américaine au Moyen-Orient, vous serez accusé de faire écho à des fantasmes et des « théories du complot » sur le « pouvoir juif » datant de l'époque où il n'y avait pas d'Israël et donc pas de lobby pro-israélien.

Le rejet de stéréotypes discrédités du passé n'est pas une raison pour ignorer les relations sans précédent qui se sont développées entre les États-Unis et Israël.

Dommage à la cause palestinienne

« Israël comme porte-avions américain » est précisément un argument israélien conçu pour gagner le soutien politique, financier et militaire total des États-Unis.

Il n'est donc pas étonnant que faire écho à cet argument soit extrêmement préjudiciable à la cause palestinienne. Si c'était vrai, comment pourrions-nous espérer mettre fin à ce soutien américain à Israël ?

Persuader la population américaine de se révolter contre quelque chose qui serait hautement bénéfique pour les intérêts américains ? Ou attendre l'effondrement de l'impérialisme américain ? Il est peu probable que cela se produise de si tôt.

Mais si le pouvoir du lobby est la clé du soutien américain, alors la stratégie à suivre est beaucoup plus simple et a de bien plus grandes chances de succès : il suffit d'oser s'exprimer et de dire la vérité.

Le public doit comprendre que loin d'être un atout, Israël est un handicap chronique qui gaspille des milliards de dollars américains, entraîne les États-Unis dans des guerres et dont le traitement génocidaire des Palestiniens détruit radicalement les prétentions morales de l'Amérique dans la plupart des pays du monde.

Une fois cela compris, le soutien à Israël s'effondrera et les électeurs pourraient exercer suffisamment de pression sur l'élite nationale, l'administration et même le Congrès intimidé par le lobby, pour réorienter la politique américaine en fonction des véritables intérêts nationaux.

Certains signes indiquent qu'une partie de la classe économique dirigeante évolue dans cette direction : la défense de la liberté d'expression par Elon Musk sur les réseaux sociaux est un pas dans la bonne direction (qui provoque la rage des partisans d'Israël).

Même si Donald Trump, en tant que président, a fait tout ce qu'il pouvait pour Israël, son slogan populaire « L'Amérique d'abord » signifie quelque chose de tout à fait différent, ce qui est compris par des anti-interventionnistes de droite comme Tucker Carlson.

Malheureusement, beaucoup de gens à gauche s'accrochent à une vision superficiellement « marxiste » selon laquelle le soutien américain à Israël doit être motivé par des intérêts économiques, par les profits capitalistes, par le contrôle des flux de pétrole du Moyen-Orient. Non seulement cette croyance n'est pas étayée par les faits, mais elle revient également à inviter les dirigeants américains à maintenir cette croyance.

Alors que l'indignation mondiale monte contre l'attaque génocidaire contre Gaza, comment est-il possible pour un Américain de prétendre qu'Israël « agit dans l'intérêt américain » ? Israël est responsable de ses crimes, et il est à la fois vrai et dans l'intérêt national des États-Unis de reconnaître que, loin d'être un atout stratégique, Israël constitue le principal handicap de l'Amérique.

 Diana Johnstone et  Jean Bricmont

Spécial pour  Consortium News,  6 mars 2024

Jean Bricmont est professeur retraité de physique théorique à l'Université catholique de Louvain (Belgique) et auteur de nombreux articles et livres, dont Impérialisme humanitaire, Les censeurs contre la République et Impostures intellectuelles (avec Alan Sokal).

Diana Johnstone a été attachée de presse du Groupe des Verts au Parlement européen de 1989 à 1996. Dans son dernier livre, Circle in the Darkness : Memoirs of a World Watcher (Clarity Press, 2020), elle raconte les épisodes clés de la transformation en Allemagne du Parti Vert qui est passé d'un parti de la paix à un parti de la guerre. Ses autres livres incluent Fools' Crusade : Yougoslavia, NATO and Western Delusions (Pluto/Monthly Review) et en co-auteur avec son père, Paul H. Johnstone, From MAD to Madness : Inside Pentagon Nuclear War Planning (Clarity Press). Elle est joignable à diana.johnstone@wanadoo.fr

Notes

1 US President Joe Biden:

2 Voir  israelpalestinenews.org pour des détails de cette histoire.

3 Voir Pro-Israel billionaires vs academic freedom pour une réfutation de ces accusations d'antisémitisme.

4 en.wikipedia.org(TV_series)

5 Voir Youtube.com. Pour Carter, voir  Twitter.com/ivan

6  miftah.org

(Traduit de l'anglais par les auteurs de cet excellent texte)

 arretsurinfo.ch

 Commenter