10/03/2024 arretsurinfo.ch  15 min #244516

La piste de la torture - Le rôle d'Israël dans le scandale d'Abu Ghraib

Par  William Van Wagenen

Les tortures et les mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens peuvent être comparés aux tactiques employées par les États-Unis pendant l'occupation de l'Irak, mais un examen plus approfondi révèle leurs origines distinctes, enracinées dans l'entité sioniste.

Cinq jours seulement après le début de la guerre contre Gaza, des soldats et des colons israéliens ont arrêté trois Palestiniens dans le village de Wadi al-Seeq, en Cisjordanie occupée. Déshabillés jusqu'à leurs sous-vêtements, ils ont eu les yeux bandés, ont été sauvagement battus avec un tuyau de métal, ont été photographiés pendant qu'ils subissaient leur humiliation et ont été soumis à l'indignité ultime : on leur a uriné dessus.

L'une des victimes, Mohammad Matar, racontant son calvaire au journal israélien Haaretz, a comparé cette barbarie au tristement célèbre scandale d'Abou Ghraib en Irak. "C'est exactement ce qui s'est passé là-bas", a-t-il déclaré. "Abou Ghraib avec l'armée [israélienne]".

Les humiliations sexuelles et les tortures infligées aux Palestiniens se sont poursuivies - et amplifiées - après l'invasion terrestre de Gaza par Israël deux semaines plus tard. Rapidement, les soldats israéliens ont détenu et  humilié un grand nombre d'hommes et de  femmes palestiniens, les soumettant à des abus sexuels dans divers centres de détention.

Le 21 février, Khaled al-Shawish a été le neuvième Palestinien mort dans les prisons israéliennes depuis le 7 octobre, probablement sous la torture.

Toutefois, les similitudes entre les tortures perpétrées contre les Palestiniens aujourd'hui et contre les Irakiens 20 ans plus tôt en Irak ne sont pas surprenantes. Israël et les techniques de torture mises au point par ses services de renseignement au cours de décennies d'occupation ont joué un rôle important et largement ignoré dans le scandale de la prison d'Abou Ghraib en 2004, notamment en recourant à l'humiliation sexuelle et au viol.

Les sous-traitants civils

Au lendemain de l'invasion illégale de l'Irak par les États-Unis en 2003, le général de brigade Janis Karpinski, qui n'avait aucune expérience préalable de la gestion des prisons, s'est retrouvée à superviser Abu Ghraib et d'autres centres de détention - 15 au total, dans le sud et le centre de l'Irak. Bien que la police militaire sous son commandement soit mal équipée pour les interrogatoires, le général de division Geoffrey Miller, tristement célèbre pour son mandat au camp X-Ray de Guantanamo Bay, a plaidé en faveur de leur implication dans le processus.

Karpinski a  déclaré qu'après la visite de Miller, un grand nombre de contractants civils ont commencé à arriver à Abu Ghraib pour conduire des interrogatoires. Ces prestataires civils ont ensuite donné des ordres aux policiers militaires réservistes subalternes qui ont pratiqué les tortures décrites d'après les fameuses photos de torture publiées par la suite dans les médias.

Elle note en outre que les policiers militaires que l'on voit torturer et humilier des Irakiens sur les images divulguées ont été déployés à Abou Ghraib juste avant que les premières photos ne soient prises. Cela signifie qu'ils ont commencé à torturer les prisonniers irakiens de manière sophistiquée dès leur arrivée à la prison : "Ils ont remplacé l'unité de la garde nationale qui y servait parce qu'elle était en mission depuis un an. Les soldats ne décident pas un beau matin d'aller torturer des prisonniers. Certaines photographies sont datées de la fin octobre ou du mois de novembre. Que s'est-il passé ?"

Parmi les sous-traitants chargés d'interroger les prisonniers se trouvaient des employés de la société de sécurité privée CACI. L'un des interrogateurs, Eric Fair, était en poste à la prison d'Abu Ghraib et dans la ville instable de Fallujah en 2004. Il a déclaré que les interrogateurs en Irak avaient appris à utiliser un instrument de torture  connu sous le nom de "chaise palestinienne" par l'armée israélienne au cours d'un exercice de formation commun.

En janvier de la même année, le président de la CACI,  Jack London, s'est rendu en Israël dans le cadre d'une délégation de hauts fonctionnaires du Congrès américain, de sous-traitants de la Défense et de lobbyistes pro-israéliens.

Au cours de cette visite, le ministre israélien de la défense de l'époque, Shaul Mofaz, a remis à London un prix lors d'un dîner de gala pour ses "réalisations dans le domaine de la défense et de la sécurité nationale".

Le voyage comprenait une visite à Beit Horon, "le camp d'entraînement central pour les forces anti-terroristes de la police israélienne et de la police des frontières", en Cisjordanie occupée par Israël.

Le général de brigade Karpinski a également noté la présence d'interrogateurs israéliens en Irak. Elle a  expliqué que dans un centre de renseignement de Bagdad, "j'ai vu un individu que je n'avais jamais eu l'occasion de rencontrer auparavant, et je lui ai demandé ce qu'il faisait là-bas". Il m'a répondu : "Eh bien, je fais une partie des interrogatoires ici. Je parle arabe, mais je ne suis pas arabe, je viens d'Israël".

Qui est Stephen Cambone ?

En novembre, à peu près au moment où les premières photos montrant des actes de torture à Abou Ghraib ont été prises, le lieutenant-général américain Ricardo Sanchez, commandant en chef en Irak, a  signé un ordre visant à transférer le commandement d'Abou Ghraib de Karpinski au colonel Thomas Pappas, commandant de la 205e brigade de renseignement militaire.

À l'époque, le renseignement militaire américain était placé sous le contrôle du Secrétaire à la Défense pour le renseignement, Stephen Cambone. Le poste a été créé pour lui en mars 2003, au moment où l'invasion de l'Irak était en cours.

Le journaliste Jason Vest a  rapporté à The Nation que le poste de Cambone avait été conçu à l'origine par le Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld comme une "mesure centralisatrice", un moyen de lui donner "un seul cheval à abattre" plutôt que "toute une troupe" d'agences de renseignement de défense civiles et en uniforme.

Bien que Cambone n'ait aucune expérience dans le domaine du renseignement, Rumsfeld le considérait comme un protégé et un partisan loyal. Sous le patronage de Rumsfeld, Cambone est passé du poste d'adjoint principal au sous-secrétaire Doug Feith, un autre artisan de la guerre en Irak. Vest a ajouté qu'un mémo du Secrétaire à la Défense Paul Wolfowitz, le supérieur immédiat de M. Cambone, indiquait que ce dernier avait le pouvoir de superviser et d'orienter les activités de renseignement de toutes les organisations au sein du ministère de la Défense des États-Unis.

En d'autres termes, Cambone contrôlait le renseignement militaire américain, qui contrôlait Abu Ghraib en novembre 2003, lorsque les premières photos de torture ont été prises. Comme Feith, Rumsfeld et Wolfowitz, Cambone était un néoconservateur pro-israélien qui avait travaillé pour le Project for the New American Century ( PNAC), un think tank américain qui a accueilli des néocons républicains hors du gouvernement pendant la présidence Clinton dans les années 1990.

En 1998, le PNAC  s'est fait connaître en prônant une évolution vers une politique étrangère américaine plus affirmée, incluant le renversement de Saddam Hussein, qui n'interviendrait qu'à la suite "d'un événement catastrophique et catalyseur, une sorte de nouveau Pearl Harbor".

Des similitudes frappantes

Un article paru en novembre 2003 dans le Los Angeles Times  décrivait les relations étroites entre les services de renseignements militaires israéliens et américains sous la direction de Cambone. "Ceux qui sont confrontés à des problèmes similaires ont tendance à partager leurs informations du mieux qu'ils le peuvent", aurait déclaré M. Cambone. Un haut responsable de l'armée américaine a également déclaré au journal :

"[Les Israéliens] ont certainement une grande expérience, d'un point de vue militaire, de la terreur domestique, de la terreur urbaine, des opérations militaires en milieu urbain, et il y a actuellement un grand partage de renseignements et de connaissances, ce qui est tout à fait logique... Nous puisons certainement dans leur expérience pour savoir ce qu'il faut faire dans ce genre de situation."

Les tortures infligées aux Irakiens à Abu Ghraib ont été révélées deux mois plus tard, en janvier 2004, après qu'un député de la prison, Joseph Darby, a transmis à la division des enquêtes criminelles (CID) de l'armée un CD contenant des photos montrant les tortures.

Les tactiques utilisées pour torturer les détenus ont été  résumées dans un courriel qui a circulé au sein du ministère de la Défense. Le courriel indique que 10 soldats ont été montrés, impliqués dans des actes tels que "Des détenus masculins posant nus pendant que des gardiennes pointaient leurs organes génitaux, des détenues féminines nues devant les gardiens, des détenus se livrant à des actes indécents entre eux, et des gardiens agressant physiquement des détenus en les battant et en les traînant avec des chaînes d'étranglement."

Ces tactiques ont été décrites plus en détail par le major général Antonio Taguba, chargé d'enquêter sur les événements survenus à Abou Ghraib. En mai 2004, Taguba a été convoqué à une réunion avec Rumsfeld, Wolfowitz, Cambone et d'autres fonctionnaires du ministère de la Défense, qui ont tous avoué ignorer ce qui s'était passé à Abou Ghraib. Taguba a  déclaré : "J'ai décrit un détenu nu allongé sur le sol mouillé, menotté, avec un interrogateur qui lui enfonçait des objets dans le rectum, et j'ai dit : 'Ce n'est pas de la maltraitance, c'est de la torture'. Le silence s'est fait".

Taguba a déclaré ailleurs qu'il avait vu "une vidéo d'un soldat américain en uniforme sodomisant une détenue" ainsi que "des photographies d'hommes arabes portant des culottes de femmes". C'est ce qu'il explique : "D'après ce que je savais, les soldats ne prennent pas l'initiative de faire ce qu'ils ont fait sans que la hiérarchie en soit informée."

Mais Taguba n'a été autorisé à enquêter que sur la police militaire, et non sur la brigade de renseignement militaire qui contrôlait la prison après le mois de novembre, ni sur aucun responsable supérieur supervisant le renseignement militaire, comme Cambone, ni sur d'autres hauts responsables du ministère de la Défense ayant des liens étroits avec Israël, notamment Rumsfeld et Wolfowitz. "Ces troupes de la police militaire n'étaient pas si créatives... Quelqu'un leur donnait des directives, mais la loi m'empêchait d'enquêter plus avant sur les autorités supérieures."

La plus célèbre des photos de torture  montre un Irakien, Saad, debout sur une boîte, vêtu d'une couverture noire et d'une cagoule, avec des fils électriques attachés à ses mains, à ses pieds et à son pénis.

Le site 1391

Mais les techniques de torture "créatives" axées sur l'humiliation sexuelle et le viol ont une origine très claire. Les interrogateurs israéliens enseignaient aux entrepreneurs et aux députés américains des techniques de torture qu'Israël utilise depuis longtemps contre les Palestiniens et autres Arabes.

En novembre 2003, alors que Cambone louait Israël pour son aide en Irak, The Guardian publiait un rapport détaillant les tortures auxquelles Israël soumettait les prisonniers dans une prison secrète connue sous le nom de "Facility 1391". "J'étais pieds nus et en pyjama lorsqu'ils m'ont arrêté, et il faisait très froid", raconte Sameer Jadala, chauffeur de bus scolaire palestinien. "Lorsque je suis arrivé, ils m'ont demandé de me déshabiller et m'ont donné un uniforme bleu. Puis ils m'ont donné un sac noir" pour la tête.

D'autres anciens prisonniers du site 1391 ont décrit comment ils ont été déshabillés pour être interrogés, ont eu les yeux bandés, ont été menottés et menacés de viol. Le rapport du Guardian explique en détail comment la torture a été pratiquée dans ce centre pendant des décennies. Les premiers prisonniers du centre étaient des Libanais enlevés par les forces israéliennes au cours de leur occupation du Sud-Liban durant  18 ans à partir de 1982.

Le cheikh Abd al-Karim Obeid, chef spirituel du groupe de résistance libanais Hezbollah, a été  enlevé en 1989 et emmené au centre 1391. Obeid avait participé à des opérations de guérilla visant à expulser les forces israéliennes qui occupaient le pays. Il a été enlevé à son domicile dans le village de Jibchit, dans le sud du Liban, par des commandos israéliens arrivés par hélicoptère.

Au cours du raid visant à s'emparer d'Obeid, les forces israéliennes ont également  enlevé un jeune homme, Hashem Fahaf, qui rendait visite au cheikh pour obtenir des conseils religieux. Fahaf n'a jamais été accusé d'un crime, mais il a été détenu dans des prisons israéliennes, dont le site 1391, pendant les onze années qui ont suivi.

Israël a détenu Fahaf et 18 autres Libanais comme otages, ou comme monnaie d'échange, pour obtenir le retour de l'aviateur israélien Ron Arad, dont l'avion s'est écrasé au Liban alors qu'il bombardait des cibles de l'OLP. Haaretz  rapporte qu'un colonel de réserve de l'unité 504, connu sous le nom de "Het", a raconté comment un interrogateur de l'installation "a déshabillé un suspect et l'a forcé à boire du thé ou du café dans un cendrier rempli de cendres de cigarettes, puis a introduit la crème à raser ou le dentifrice dans la bouche du suspect".

Het se souvient d'un autre cas où l'interrogateur, connu sous le nom de "Major George", a introduit "une matraque dans le rectum d'un suspect et lui a demandé de s'asseoir sur la matraque à moins qu'il ne veuille parler".

Plutôt que de poursuivre le major George, les autorités israéliennes ont ouvert une procédure pénale contre Het pour avoir révélé les tortures pratiquées dans l'installation 1391.

Diviser l'Irak pour servir les intérêts d'Israël

La colère suscitée par les révélations d'Abou Ghraib est largement considérée comme ayant alimenté l'insurrection irakienne visant à expulser les forces américaines. L'insurrection elle-même a commencé après que les mêmes conservateurs pro-israéliens de l'administration Bush ont pris la  décision fatidique de dissoudre l'armée irakienne.

Cette bévue a laissé sans emploi des centaines de milliers de militaires qualifiés, dont beaucoup ont ensuite rejoint les rangs de l'insurrection. Grâce à leur connaissance intime des armes et des tactiques de l'armée irakienne, ces anciens soldats sont devenus de redoutables adversaires dans la campagne contre les forces d'occupation américaines.

La violence a rapidement échappé à tout contrôle et s'est transformée en une guerre civile sectaire, divisant les populations sunnites, chiites et kurdes de l'Irak. Des centaines de milliers d'Irakiens ont été tués alors que le pays était déchiré.

Wired a  souligné des années plus tard que, bien qu'un consensus ait fini par se dégager au sein de l'establishment de la défense américaine sur le fait que "le choix d'envahir l'Irak était irréfléchi et que le plan initial pour stabiliser le pays était bien pire", Stephen Cambone avait un autre point de vue.

Pour l'ancien chef des services de renseignement de Donald Rumsfeld, la guerre en Irak et le chaos qu'elle a engendré constituent "l'une des grandes décisions stratégiques de la première moitié du XXIe siècle, si elle ne s'avère pas être la plus grande".

Aux yeux des néoconservateurs sionistes, le coût en vies et souffrances humaines était un sacrifice nécessaire pour atteindre leurs objectifs de longue date en Asie occidentale. Les artisans de la guerre d'Irak, notamment Cambone, Rumsfeld, Feith et Wolfowitz, considéraient la dévastation qu'ils ont engendrée comme un moyen d'arriver à leurs fins : neutraliser les menaces potentielles pour Israël.

Pourtant, il est clair, à la lumière des actions entreprises par la  Résistance islamique en Irak, que leurs grands projets ont finalement échoué.

William Van Wagenen

Article original en anglais publié le 5 mars 2024 sur  Thecradle.co - Crédit photo : The Cradle

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Référencé par :

1 article