29/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  12 min #245810

Désordre mondial et contrôle des routes maritimes

Désordre mondial et contrôle des routes maritimes

Par Mario Porrini

Source:  centroitalicum.com

La crise des Etats-Unis est la crise d'un empire thalassocratique, c'est-à-dire fondé sur la domination des mers. La question de Taïwan s'inscrit dans le vaste contexte géographique de la mer de Chine méridionale où la Chine, si elle supplantait les États-Unis, deviendrait la première puissance mondiale. Les attaques des Houthis dans le détroit de Bab el Mandeb contre les navires commerciaux naviguant vers le canal de Suez pourraient entraîner une hausse vertigineuse du coût de l'énergie et des marchandises, sachant que 10 à 13 % du commerce mondial et 20 % des importations de gaz et de pétrole en Europe passent par là. La Méditerranée est le trait d'union entre l'Atlantique, contrôlé par l'alliance Europe-Amérique du Nord, et l'Indo-Pacifique, où se joue la compétition entre les Chinois et les Américains. La mer Méditerranée est vitale pour notre survie et l'Italie doit agir pour regagner le terrain perdu.

L'importance et la force d'une nation se révèlent dans sa capacité à contrôler les routes maritimes. La mer occupe une place de plus en plus centrale sur le plan géostratégique. 70 % de la surface de la Terre est recouverte d'eau et 80 % de la population mondiale est concentrée dans une ceinture située à moins de 200 km de la côte. La plupart des activités productives de l'humanité se développent sur la mer : le transport le long des lignes de communication maritimes, l'écoulement du pétrole et du gaz, les activités de pêche et l'exploitation des ressources énergétiques et minérales trouvées dans les fonds marins. Aujourd'hui, 90 % des marchandises et des matières premières transitent par la mer et 75 % de ce flux passe par quelques passages vulnérables, les "choke points" ("points d'étranglement" ou "goulots d'étranglement"), constitués par les canaux internationaux et les détroits. L'histoire nous a appris comment les empires occidentaux, du britannique à l'américain, sont nés et se sont consolidés en dominant la mer. La crise des États-Unis et du monde occidental en général provoque des situations d'instabilité qui poussent de nombreux pays émergents, même de taille moyenne, à agir sans scrupules pour exploiter toutes les opportunités possibles de mettre en pratique leurs "doctrines bleues", fondées sur l'hypothèse que "si vous ne dominez pas en mer, vous n'avez pas de pouvoir".

Comme nous le disions, le monopole de la puissance américaine semble s'estomper progressivement et les zones de crise se multiplient. La question de Taïwan s'inscrit dans le vaste contexte géographique de la mer de Chine méridionale où se développe depuis quelque temps le grand enjeu stratégique pour le contrôle de l'océan Pacifique et de l'Asie du Sud-Est. L'île reste en effet la clé de l'accès de la mer de Chine orientale à la mer de Chine méridionale, car elle fait partie, avec Okinawa et les Philippines, de ce que l'on appelle la "première chaîne d'îles", qui conditionne la sortie des navires civils, commerciaux et militaires de la Chine populaire dans le vaste océan Pacifique, en conjonction avec la "deuxième chaîne d'îles", qui s'étend des îles japonaises à Guam et aux îles Mariannes. Si la Chine y parvenait en supplantant les États-Unis, elle franchirait une étape décisive pour s'établir et se consolider en tant que première puissance mondiale. Cette perspective va également à l'encontre des intérêts du Japon et de la Corée du Sud, en termes de sécurité de leurs flux commerciaux, car elle impliquerait un renforcement décisif du contrôle politico-militaire de Pékin sur la mer de Chine méridionale, qui constitue à son tour la clé obligatoire pour l'accès au détroit de Malacca. Afin d'empêcher toute modification du statu quo, les États-Unis maintiennent des bases terrestres et navales au Japon et en Corée du Sud, ainsi que leurs propres débarquements militaires aux Philippines, en Australie, en Nouvelle-Zélande, à Guam et à Singapour, ainsi que sur l'île de Diego Garcia et en Thaïlande, cette dernière étant située au milieu de l'océan Indien. Les contacts entre les avions de la marine chinoise et américaine sont pratiquement quotidiens et les risques d'un accident pouvant conduire à la guerre ne sont pas si éloignés.

Une autre zone de crise dangereuse est représentée par la mer Rouge, où ces dernières semaines les attaques se sont multipliées dans le détroit de Bab el Mandeb, contre des navires commerciaux naviguant vers le canal de Suez, touchés par des drones et des missiles lancés depuis le Yémen par les rebelles houthis, les miliciens pro-iraniens, qui ont annoncé vouloir stopper les navires marchands à destination d'Israël si les bombardements sur Gaza ne cessent pas. Chaque année, 23 000 navires transitent entre Suez et Bab el Mandeb, mais au cours des deux derniers mois, ces volumes ont diminué d'un tiers. Pour des raisons de sécurité, en effet, plusieurs compagnies maritimes ont décidé de changer de route, à commencer par la Mediterranean Shipping Co (MSC), la plus importante compagnie de transport de conteneurs au monde, qui a ordonné à ses navires de se diriger vers le cap de Bonne-Espérance, en allongeant considérablement la route, afin de ne pas courir le risque d'attaques. Depuis octobre dernier, plus de 100 navires marchands ont déjà opté pour le contournement de l'Afrique. Sachant que 10 à 13 % du commerce mondial et 20 % des importations de gaz et de pétrole de l'Europe passent par là, il est certain que des hausses vertigineuses du coût de l'énergie et des marchandises se produiront. Si la situation d'insécurité devait perdurer, elle causerait d'énormes dommages économiques aux pays riverains de la Méditerranée, car les navires marchands chargés de marchandises destinées à l'Europe feraient escale à Rotterdam et dans d'autres ports de l'Atlantique. À Trieste et à Gênes, on est déjà en état d'alerte et l'on s'inquiète beaucoup de l'avenir. Ceux qui tremblent sont surtout l'Égypte, qui perçoit 9,3 milliards de dollars par an sur le péage du canal de Suez. Les États-Unis ont annoncé qu'ils voulaient combattre les rebelles et, en vue d'une éventuelle intervention militaire, ils renforcent leur flotte dans la région. Ils ont également annoncé la mise en place d'une coalition internationale, sans que l'on sache exactement qui en fait partie. L'Italie, quant à elle, se prépare à envoyer la frégate "Fasan" en mer Rouge. Cependant, toute intervention militaire risque d'impliquer l'Iran, qui protège les rebelles houthis, et de déclencher une guerre aux conséquences totalement imprévisibles.

De nombreux pays émergents misent sur la mer pour s'affirmer sur tous les plans, économique, géostratégique et militaire. De la Chine à la Turquie, de l'Inde au Nigeria, plusieurs acteurs se disputent la primauté sur des espaces maritimes même très étendus. L'accès aux principales routes commerciales représente une "condition sine qua non" pour étendre son influence, à tel point que les mers sont traitées comme des terres et que la compétition pour dessiner les zones économiques exclusives respectives suit les mêmes principes que la géopolitique classique, ignorant toute règle de droit international.

Malgré les apparences, l'étroit bassin méditerranéen revêt une importance particulière car, avec seulement 1 % de la surface mondiale des eaux, il est traversé par 20 % du trafic maritime mondial. Pour rappeler les dimensions du jeu méditerranéen, il semble opportun de fournir quelques données géopolitiques et quelques chiffres de base. La mer qui est déjà "la nôtre" se révèle géopolitiquement comme le résultat du jeu entre les Etats-Unis et la Chine, dont l'enjeu ultime est le contrôle du maximum de routes océaniques, donc des détroits, des goulets d'étranglement, qui les facilitent. La Méditerranée est en effet un connecteur entre l'Atlantique, océan sous contrôle total de l'alliance Europe-Amérique du Nord, et l'Indo-Pacifique, où se joue la compétition entre Chinois et Américains. Comme nous l'avons déjà mentionné, l'Océan central assure non seulement 20 % du trafic maritime mondial, mais aussi 27 % du commerce de conteneurs, développant ainsi 10 % du PIB mondial. Après le récent élargissement du canal de Suez, ces pourcentages devraient encore augmenter. La route méditerranéenne est trop importante pour le commerce mondial et les grandes puissances ne peuvent pas permettre que sa navigation soit entravée.

L'Italie, avec ses quelque 8 000 km de côtes au milieu de ce qui était pour les Romains la "Mare Nostrum", est le premier pays d'Europe en termes de quantité de marchandises importées par voie maritime, tandis qu'environ 80 % du pétrole nécessaire aux besoins nationaux arrive dans ses ports. Notre pays possède la 11e flotte marchande du monde et la 3e flotte de pêche d'Europe, avec plus de 12 700 bateaux de pêche et 60 000 employés travaillant dans le secteur. Le secteur maritime national génère à lui seul environ 3 % du PIB, avec un multiplicateur économique de 2,9 fois le capital investi. Pour nous tous, l'économie bleue représente plus de 50 milliards d'euros par an, avec près d'un million d'employés et plus de 200 000 entreprises, dans un contexte géoéconomique en pleine croissance. Pour le "système-pays", expression très en vogue aujourd'hui, le rôle de la mer est déterminant pour la prospérité et la sécurité nationale. Les routes maritimes par lesquelles transitent les matières premières importées sont cruciales pour une économie de transformation comme celle de l'Italie. Il s'agit d'une vaste zone, pleine d'opportunités pour notre réalité commerciale, mais aussi de menaces qui mettent en péril ses intérêts. Malheureusement, en termes de logistique et d'installations portuaires en général, nous, Italiens, sommes à la traîne, notamment en raison de rivalités de clocher et d'un manque de coordination de la part de l'État. Nous devrions investir massivement dans les infrastructures, car l'Italie est au centre d'une mer stratégique et occupe une position plus que privilégiée. Dommage que la grande majorité de nos hommes politiques, depuis des décennies, ne semblent pas s'en rendre compte.

La mer Méditerranée devient chaque jour plus encombrée. Compte tenu du retour des Russes, à partir de l'intervention en Syrie en 2015 et des guerres en Ukraine et à Gaza qui ont marqué le renforcement de l'US Navy, nous nous trouvons au centre de la zone possible de confrontation entre les puissances qui étaient déjà des protagonistes de la guerre froide. Les bases US/OTAN sur notre territoire, presque toutes situées à proximité de la mer, témoignent de la manière dont, depuis Washington, la Botte est considérée comme une plate-forme logistique et stratégique irremplaçable ainsi qu'un carrefour entre l'Eurasie et l'Afrique, avec le détroit de Sicile comme jonction fondamentale. L'occupation américaine de notre territoire, qui remonte à la Seconde Guerre mondiale, ainsi que la passivité de nos hommes politiques, limitent considérablement notre indépendance en nous empêchant d'agir dans le sens de nos intérêts nationaux. Le gouvernement soi-disant souverainiste de Giorgia Meloni s'est lié pieds et poings à l'Algérie, qui a assumé un rôle clé dans notre approvisionnement énergétique et considère donc comme siennes de vastes zones de la mer de Sardaigne, y envoyant ses sous-marins pour y faire flotter son drapeau. La situation est délicate, mais nous ne pouvons pas rester passifs en permettant à quiconque de s'introduire dans nos eaux territoriales. Ces dernières années, sur notre frontière maritime méridionale, dans ce qui fut la Libye et qui est aujourd'hui une terre disputée entre milices et puissances étrangères, la Russie s'est installée en Cyrénaïque et la Turquie en Tripolitaine sans que rien ne soit fait de notre part pour contrer l'intrusion de nations géographiquement éloignées dans une région qui devrait relever de notre sphère d'influence. La Turquie elle-même est très active pour étendre sa présence loin de ses frontières. Nous avons évoqué la Libye, mais le contrôle du détroit des Dardanelles par Ankara lui permet non seulement de tenir en échec la Russie qui, sans son autorisation, ne peut faire transiter sa flotte de la mer Noire à la Méditerranée, mais aussi l'Ukraine dont les exportations de blé partent exclusivement d'Odessa. La Turquie, installée à Chypre depuis des décennies, revendique la possession des îles grecques au large de ses côtes et, dans ce contexte d'agitation générale, pourrait profiter d'une occasion favorable pour faire un coup d'État. Enfin, Ankara, par l'intermédiaire de sociétés turques, a obtenu des concessions dans les ports d'Oslo, de Stockholm, de Trieste, de Tarente, de Malte et de Bizerte, utiles à la fois pour stimuler l'économie nationale - la demande de produits turcs est forte dans les pays d'Europe centrale en raison des vagues migratoires - et pour se projeter géopolitiquement dans le centre-ouest de la Méditerranée et, grâce au système autoroutier africain, dans l'Afrique sub-saharienne.

La mer Méditerranée est vitale pour notre survie et l'Italie doit agir pour regagner le terrain perdu. Un saut qualitatif décisif dans notre approche de la géopolitique devrait consister à ajouter la dimension sous-marine aux cinq domaines stratégiques classiques : terre, mer, air, espace et cyberespace. La face cachée de la mer, dont nous ignorons presque tout, concerne les ressources stockées dans les fonds marins, mais surtout les câbles Internet sous-marins, par lesquels transitent 95 % des données, et les oléoducs et gazoducs. L'environnement sous-marin est important pour de nombreuses questions stratégiques pour le pays : de l'énergie à la sécurité alimentaire, en passant par la recherche technologique, la santé et la médecine. La vulnérabilité des cibles situées dans les fonds marins a été confirmée par le sabotage du gazoduc de la Baltique Nord Stream. Un premier signe de l'intérêt particulier que nous portons à cette dimension et de la construction d'une stratégie nationale en la matière est la nouvelle de l'inauguration, ces derniers jours à La Spezia du Pôle sous-marin national, coordonné par la Marine italienne, basé sur la coopération entre structures publiques et privées - ministères, industries, dont Leonardo et Fincantieri, universités et organismes de recherche - pour développer des synergies entre les différentes excellences nationales dans le domaine de la sécurité environnementale sous-marine. La Marine met à disposition le Centre de Soutien et d'Expérimentation Navale et bénéficie de la proximité du "Centre de Recherche Maritime", organe exécutif de l'OTAN qui s'occupe de la recherche scientifique et technologique dans le domaine de la navigation.

La création de ce pôle serait également louable, mais l'élément essentiel doit être la volonté politique de protéger fermement les intérêts nationaux pour ne pas courir le risque d'être étranglé. C'est pourquoi il semble étrange que le gouvernement "souverainiste", qui prétend vouloir défendre les infrastructures sous-marines par lesquelles transitent toutes les informations, y compris les informations confidentielles, ait donné un avis favorable à la vente de TIM au fonds américain KKR, cédant ainsi le contrôle d'un secteur stratégique comme les télécommunications à une entreprise privée étrangère. La défense de nos intérêts est une question de survie. Sans une action décisive, cohérente et soutenue dans ce sens, nous sommes destinés à disparaître, en tant que nation et en tant que peuple.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter