30/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #245868

Notre ennemi s'appelle « remplacisme »!

Notre ennemi s'appelle "remplacisme"!

Par Frédéric Andreu

Il nous faut tout d'abord comprendre que le monde dans lequel nous survivons est essentiellement une doublure factice. Comprendre cela, c'est déjà lui résister, se déprendre autant que possible de son essence subliminale. Je crie cela depuis des millénaires – vox clamans in deserto, parmi les dunes et les serpents, à quoi cela sert-il ?

Avant le temps du désert qui croît, le règne du scorpion, il y eut, parait-il, un temps mythique où régnaient l'aigle et le faucon. Les grands rapaces tournoyaient en lacets au-dessus des falaises et des mers... Les Hommes étaient alors aristocrates et souverains. Mais il y eut, en leur sein, le «bourgeois» corrupteur, dont le tropisme du coucou le prédisposait à occuper les nids des aigles et des faucons.

Est-ce que la loi du remplacisme s'explique par cet irrésistible instinct de parodie en l'Homme ? Qui saurait me répondre ?

Je me suis dis un jour: un bourgeois n'est bourgeois qu'en imitant et remplaçant l'Aristocrate. Le régime politique du bourgeois est lui-même hautement remplaçant. Jugez-en plutôt: la république n'est république qu'en remplaçant la monarchie...

Ainsi, le président de la république se recouvre de tous les apparats du roi, tous, sauf la légitimité. Il joue le jeu de la pacotille, de la pièce à deux faces dont il occupe l'invisible.

Le président entre dans l'Histoire comme le coucou entre dans le nid de l'aigle. Il prend des airs parodiques et des manières de roi, la bouche pleine de paroles subliminales apprises dans des écoles à mentir vrai. Vous dites des mots qui ne veulent rien dire, des mots macronoïdes.

Mais il y a un autre remplacisme encore plus subliminal que le premier. Ce remplacisme-là est celui de la technique qui envahit aujourd'hui tous les espaces extérieurs et intérieurs de l'Homme. Les iPhones plus envahissants que les virus. Les virus, au moins, l'homme cherche à s'en prémunir, tandis qu'il recherche le progrès technique. En cela, l'homme moderne est un esclave consentant, un pute à machine.

Je sais, j'ai vu, je sens le double captatif et subliminal qu'est la technoscience ! En tant que voyageur au long cours (à pied et à bicyclette), je sais les distances qu'il faut désormais parcourir pour rencontrer la nature authentique, non remplacée par son double technomorphique. Une rivière propre, une forêt pas trop ravagée par les bulldozers. Les mots eux-même subissent l'emprise du double.

Le double parodique de la nature, c'est ce monde de plastique et de ferraille qui colonise la terre entière. Une occupation totalement étrangère qui se fait passer pour le monde réel. Son essence hautement remplaciste est aussi celui de tous les autres doubles. Le monde original est aujourd'hui devenu un rêve. Celui dont rêvent les Ecolo-bobos faisant du jogging le dimanche. Il dort dans un cercueil de verre, leur monde onirique ! Le Bourgeois - surtout d'obédience Industrielle - est le prince de ce monde parodique et subliminal. Le Bourgeois Industriel dirige tous les Etats du monde. C'est lui le boss de notre temps. Par temps de guerre, il fournit les armes à tous les camps pour être certain de ne pas perdre la guerre; par temps de paix, ses usines fabriquent des médicaments et de l'agro-alimentaire.

Des camps de concentration, il faudrait en ouvrir quelques-uns pour enfermer ces gens de nuisance. Vous direz que mes propos sont excessifs, et peut-être auriez vous raison ? Mais, un camp de concentration de quelques kilomètres carrés vaut mieux que le camps de consommation sans limites dans lequel le Bourgeois nous enferme. Qui empêchera la planète de se transformer en un immense supermarché sinon un camp pour enfermer cette classe hautement nuisible ?

Sur la chemise rayée du bourgeois, il faudra coudre une petite roue dentée de couleur noire. Le soleil noir dont le Bourgeois industriel est le germe vivant. La roue inversée du soleil des vivants.

Et l'art dans tout cela ? L'art, vous savez, il ne faut pas lui raconter d'histoires ! L'art.… il enregistre toujours les secousses sismiques qui ébranlent la société ! Les secousses et les sismographes, il faut les entendre s'agiter dans les œuvres d'art ! Alors, me direz-vous, à quoi riment donc ces arts bidulaires qui emplissent nos espaces publics ? L'autre jour, on montrait une écrevisse en plastique géante, accrochée à un plafond du château de Versailles...

Il rime pourtant bien à quelque chose, n'est-ce pas cet art biduloïde à la mode Jeff Koons ? Mais alors, à quoi rime-il ?

Tout d'abord, ne dites pas, ces œuvres s'exposent ; elles s'imposent au contraire dans nos espaces publics.

Assez de cet AC ! Ces crustacés, on en a assez ! Sauvons au moins les extincteurs des salles d'imposition ! Sauvons les extincteurs rouge-pompiers ! Au moins, les extincteurs sont beaux ! Si ces bidules d'art se mettaient à brûler, il ne faudrait surtout pas éteindre les flammes ! Je vous dis que l'extincteur est l'objet le plus «pompier» de ces salles blanches comme la mort.

Ni beau, ni laid, cet art dit «conceptuel» est pour moi un hors champ de l'art. Il pourrait être en temps qu'oeuvre, un enregistrement cybernétique de toutes les doublures de notre temps, la technique, le Bourgeois ?

Pour fabriquer un Bourgeois, le Bourgeois prétentieux et cupide que l'on connaît, il lui faut un Aristocrate à remplacer. A partir de là, ce lécheur de bottes copiera tout ce qu'il peut, les habits, les gestes, les rictus, tout en rejetant les valeurs ancestrales de l'Aristocrate. On se dit, la technoscience fait de même avec la nature : elle est un calque mimétique de la nature. Sa courbe de croissance vise le remplacement total du réel par son réel factice.

Et l'art dans tout cela ? Je vous dis : il est à la fois le calque et la réplique – au sens sismique du terme – de ce qui se passe dans la société remplacée. Combien d'autres mondes parodiques se projettent cybernétiquement dans l'artefact conceptuel ? Je l'ignore.

Le bidule conceptuel imposé au regard public, pourrait bien être la réplique de tous les doubles ? Le porte-clé de tous les mimétismes. C'est tout ce que j'entrevois dans ce texte écrit avec les yeux du coeur.

Le vrai est dentelle ; le faux est surface.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter