30/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  6 min #245869

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

Guerres statistiques et attractivité de la Chine en matière d'investissement

Konstantin Batanov

Source:  geopolitika.ru

Le 18 février 2024, l'Administration nationale des changes de Chine a publié un rapport sur la balance des paiements pour 2023. Sur la base des données fournies dans ce rapport, les médias occidentaux, en particulier le Wall Street Journal, Newsweek et d'autres, ont fait état de la sortie de capitaux étrangers de Chine.

Ils ont indiqué que les engagements de la Chine en matière d'investissements étrangers pour 2023 s'élevaient à 33 milliards de dollars, soit 80 % de moins qu'en 2022 et 90 % de moins qu'en 2021.

Cette information a suscité une vive réaction dans le monde entier: les analystes occidentaux ont commencé à déclarer que la Chine perdait son attrait pour les investisseurs étrangers en raison de facteurs économiques. Certains sont arrivés à la conclusion que cette situation résultait des conséquences de la guerre commerciale et de la complication générale des relations avec les États-Unis.

D'une manière générale, il faut dire qu'au cours des dix dernières années, les analystes occidentaux ont régulièrement évoqué le thème de l'effondrement économique de la Chine: ils font des prévisions sombres et prédisent même parfois à la Chine le sort de l'URSS.

Les experts chinois et certains experts étrangers ont commencé à expliquer qu'en fait la situation n'est pas critique: selon le ministère chinois du commerce, l'utilisation réelle de capitaux étrangers par la Chine en 2023 s'élevait à 1133,9 milliards de yuans, soit 8% de moins qu'en 2022. Si vous le comptez en dollars, il s'agit de 163,3 milliards de dollars américains, et la baisse est alors de 13,7%.

Cependant, il est noté que tandis que 53.766 nouvelles entreprises d'investissement direct étranger ont été établies au cours de l'année dernière, ce qui est 39,7% de plus qu'en 2022.

Les pays qui participent à l'initiative "Une ceinture, une route" ont investi 122,1 milliards de yuans (en baisse de 11,4%) ou 17,6 milliards de dollars américains (en baisse de 16,7%) en Chine. Le nombre de nouvelles entreprises impliquant leur investissement a atteint 13.649, en hausse de 82,7%.

Dans le même temps, les investissements réels en Chine de la France (+ 84%), du Royaume-Uni (+ 81%), des Pays-Bas (+ 31,5%), de la Suisse (+ 21,4%) et de l'Australie (+ 17,1%) ont augmenté en 2023. Les investissements directs de l'Allemagne en Chine ont augmenté de 4,3% pour atteindre 11,9 milliards d'euros, un record dans les relations sino-allemandes.

Les experts chinois expliquent que le rapport sur la balance des paiements de la State Administration of Foreign Exchange of China faisait référence aux engagements d'investissements étrangers, et non à l'utilisation réelle des capitaux étrangers. L'utilisation effective se réfère aux projets réels, tandis que les engagements en matière d'investissements étrangers se réfèrent aux investissements en actions (y compris les nouveaux investissements en actions et le réinvestissement des bénéfices) et à la dette des filiales (c'est-à-dire les prêts accordés par les actionnaires étrangers des entreprises à investissements étrangers). Les organisations utilisent des termes différents pour mesurer l'activité et l'attractivité des investissements, en fonction de leurs objectifs.

Par exemple, le Fonds monétaire international a tendance à utiliser les "engagements d'investissement étranger", tandis que la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED) utilise "l'utilisation effective des capitaux étrangers". Les engagements en matière d'investissements étrangers sont un concept plus complexe et sont influencés par une série de facteurs, notamment les modifications des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine.

Cela dit, la situation économique globale de la Chine n'est pas mauvaise. Le 29 février, le Bureau national des statistiques de la République populaire de Chine a publié un rapport sur le développement économique et social pour 2023, selon lequel le PIB s'élevait à 126058,2 milliards de yuans, soit une hausse de 5,2% en glissement annuel. Le PIB par habitant a augmenté de 5,4% pour atteindre 89.358 yuans.

Le taux de croissance économique de la Chine est nettement plus élevé que celui des États-Unis (2,5%), de l'Union européenne (0,5%) et du Japon (1,9%).

En d'autres termes, l'application de méthodes statistiques différentes conduit à des résultats différents en matière d'évaluation de l'attractivité des investissements.

Cependant, la Chine, en raison de sa forte intégration dans l'économie mondiale, ne peut pas abandonner les méthodes qui, selon les spécialistes chinois, donnent une image erronée de l'économie du pays.

Si nous considérons la situation non pas du point de vue des statistiques, mais sur la base de la pratique quotidienne, nous pouvons supposer que si la situation de l'économie chinoise était vraiment si mauvaise que les investisseurs étrangers retireraient la majeure partie de leurs investissements, il est très probable que nous le verrions dans la vie de tous les jours, car la Chine est le plus grand pays manufacturier du monde, et si la position de la Chine dans l'économie mondiale est fortement ébranlée, ce serait une catastrophe qui affecterait le monde entier.

On peut donc conclure que l'environnement commercial et macroéconomique de la Chine reste au même niveau. Dans le même temps, l'une des caractéristiques de ces dernières années est la libéralisation dans le domaine de l'attraction des investissements étrangers - les exigences concernant l'enregistrement des sociétés à capitaux étrangers, leur dotation en capital social, le remboursement de certaines taxes et l'amélioration générale du régime fiscal sont en train d'être assouplies.

En août 2023, le Conseil d'État de la République populaire de Chine (un analogue du gouvernement) a publié des "Propositions sur la poursuite de l'optimisation des conditions de l'investissement étranger et le renforcement de la dynamique d'attraction de l'investissement étranger", qui comprennent 59 mesures.

Sur la base des informations ci-dessus, plusieurs conclusions peuvent être tirées.

Premièrement, les pays occidentaux mènent une guerre de l'information contre la Chine dans divers domaines, en essayant de détériorer son image, y compris dans le système des relations économiques internationales.

Deuxièmement, ces efforts ont peut-être un effet positif pour les sociétés transnationales, mais dans le contexte d'une diminution du montant total des investissements, on observe en fait une augmentation du nombre de projets, ce qui signifie que le nombre de participants à la coopération de la part des petites et moyennes entreprises, en particulier de la part des pays occidentaux, est en augmentation.

Troisièmement, les autorités chinoises s'efforcent de rendre les conditions plus confortables pour les entrepreneurs étrangers qui font des affaires en Chine. Par conséquent, il est conseillé aux participants russes à la coopération avec la Chine de profiter de cette opportunité pour une interaction plus étroite avec le consommateur final chinois (dans le cas des exportations vers la Chine) ou un environnement commercial favorable (lorsqu'il s'agit de la fabrication et de l'approvisionnement en Chine).

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter