31/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  8 min #245881

Entre l'enclume et le marteau : les Hazara en Afghanistan

Entre l'enclume et le marteau: les Hazara en Afghanistan

Anjjali Srivastav & Shivam Shekhawat

Source:  geopolitika.ru

Le 6 janvier 2024, un minibus transportant des civils a été attaqué par l'État islamique de la province de Khorasan (ISKP) dans le quartier majoritairement hazara de Dasht-e-Barchi, dans l'ouest de Kaboul, faisant cinq morts et quinze blessés. Cet attentat a été suivi de deux autres revendiqués par l'ISKP et de trois autres non revendiqués, mais aux tactiques similaires, visant la communauté chiite minoritaire. Ces attaques s'inscrivent dans la continuité des attaques persistantes de l'ISKP contre les Hazaras depuis la chute de Kaboul. Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémiques qui leur sont infligées par l'Émirat islamique des talibans. Alors que les talibans consolident leur position en Afghanistan et que la communauté internationale développe une relation de travail avec ce groupe, il est impératif que nous prenions conscience de la double nature de la menace que les talibans et l'ISKP font peser sur les Hazaras, par le biais d'une persécution systématique et d'attaques violentes dirigées contre le groupe.

Pour les Hazaras, il ne s'agit là que d'une des formes de violence auxquelles ils sont confrontés, en plus de la discrimination et de la persécution systémique que leur inflige l'Émirat islamique des Talibans.

Aliénation systémique : les Hazaras dans l'émirat

La population chiite d'Afghanistan, principalement des Hazaras, représente environ 10% de la population totale du pays. Les talibans et l'ISKP les considèrent comme des "infidèles". En raison de leur identité ethnique et religieuse, les Hazaras ont toujours été la cible de violences de la part d'acteurs étatiques et non étatiques. Après leur retour en 2021, même si les talibans ont réaffirmé leur engagement à protéger les minorités du pays, en particulier les minorités religieuses, la peur des exécutions massives et le souvenir du précédent gouvernement taliban (1996-2001) ont poussé de nombreux Hazaras à se réfugier dans d'autres pays, comme les imambargahs de Quetta, au Baloutchistan. Certains secteurs ont également étendu leur soutien à l'Émirat; en novembre 2021, dans une tentative apparente de protéger leurs intérêts, près d'un millier d'anciens Hazaras se sont rassemblés à Kaboul pour prêter serment de soutien aux Talibans, saluant la fin de la "période sombre" sous la République soutenue par les États-Unis et réaffirmant leur loyauté envers l'Émirat.

Peu après leur arrivée au pouvoir, les talibans ont fait exploser la statue du chef hazara Abdul Ali Mazari à Bamiyan, portant ainsi un coup à tout espoir de modération à l'égard des minorités. Des rapports ont également fait état de déplacements forcés et d'expulsions de Hazaras de leurs terres ancestrales, qui ont été données à des partisans des talibans. Ils ont été expulsés des provinces de Daykundi, Uruzgan, Kandahar, Helmand et Balkh dans un délai très court et sans aucun recours légal. En septembre 2021, près de 2800 Hazaras ont été expulsés de 15 villages des provinces de Daykundi et d'Uruzgan. Cette stratégie consistant à prendre de force les terres des Hazaras a toujours été utilisée pour soumettre le groupe. Sous couvert de réformes visant à instaurer un système islamique créé par et pour les talibans, les Hazaras ont également été exclus de la bureaucratie et du système judiciaire du gouvernement. Ils n'ont reçu qu'une représentation symbolique dans la structure politique: Mawlawi Mehdi Mujahid a été le seul Hazara nommé chef des renseignements d'une province centrale lorsque le groupe fondamentaliste a pris le pouvoir. Mujahid a ensuite été tué en août 2022, prétendument pour s'être rebellé contre l'émirat. Le groupe a également pris pour cible les membres de la communauté qu'il considère comme une menace, et des exécutions extrajudiciaires ont été signalées depuis qu'il a usurpé le pouvoir.

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont affecté de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara.

Selon un rapport du secrétaire général des Nations unies, António Guterres, sur la situation en Afghanistan, les talibans se sont rapprochés de différents groupes en rencontrant des représentants de la communauté chiite. Mais ils ont utilisé leur contrôle sur la bureaucratie du pays et sur toutes les autres branches du gouvernement pour exproprier et aliéner les Hazaras. Depuis le 1er janvier, le tristement célèbre ministère de la vertu et du vice du groupe a arrêté des femmes accusées de porter un "mauvais hijab". Ces arrestations ont commencé dans les zones dominées par les Hazaras et ont été perçues par de nombreux dirigeants hazaras comme un ciblage sélectif du groupe.

Les pratiques discriminatoires des talibans, notamment les restrictions imposées aux droits des femmes et à l'éducation, ont touché de manière disproportionnée les femmes de la communauté hazara. Le groupe a détourné l'aide destinée aux Hazaras vers des groupes qui le soutiennent. En outre, l'année dernière, le ministère taliban de l'enseignement supérieur a publié un décret ordonnant le retrait de tous les livres appartenant à la secte chiite ou écrits par des chiites, des salafis et des opposants politiques aux talibans et considérés comme différents de la jurisprudence hanafi. Le groupe a également interdit le mariage entre chiites et sunnites. Même la formation de conseils provinciaux d'oulémas dans plusieurs provinces ne comprenait pas de chiites ou de femmes.

La détérioration des relations entre le Pakistan et l'Afghanistan, due à la menace du Tehreek-i-Taliban (TTP), a également eu un impact négatif indirect sur les Hazaras afghans. Historiquement, les Hazaras se sont réfugiés au Pakistan pour échapper à la répression brutale qui sévit dans leur pays. La décision du gouvernement pakistanais d'expulser les réfugiés afghans du pays en novembre 2023 a mis en danger les Hazaras qui craignaient d'être persécutés dans leur pays. Même après l'annonce du plan d'expulsion, nombre d'entre eux ont été arrêtés et licenciés.

Sous le radar de l'ISKP

Même avant le retour des talibans, les établissements d'enseignement et les maternités des régions à majorité hazara étaient dans le collimateur de l'ISKP. Au fil des ans, des Hazaras ont été attaqués lors de réunions publiques, dans des écoles, des mosquées et des services hospitaliers. En 2018, la MANUA a signalé 19 incidents et, en 2019, 10 incidents au cours desquels l'ISKP a ciblé des chiites. L'intensité des attaques perpétrées par l'ISKP a augmenté après la chute de Kaboul. En octobre 2021, le groupe a pris pour cible la plus grande mosquée chiite de Kandahar, tuant environ 40 personnes. L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur. Selon la MANUA, depuis la prise de pouvoir des talibans, environ 345 Hazaras ont été tués ou blessés au cours des 21 premiers mois. Entre le 1er août et le 7 novembre 2023, l'ONU a recensé huit attaques menées par l'ISKP contre des civils, en particulier des chiites.

L'ISKP a suivi une stratégie consistant à viser simultanément des groupes minoritaires et des cibles de grande valeur.

Le contrôle exercé par les talibans sur le gouvernement et toutes les structures existantes en Afghanistan, ainsi que leur inimitié historique à l'égard du groupe, ont pu inciter des groupes comme l'ISKP à poursuivre leurs attaques et leurs assassinats ciblés contre les Hazaras. De nombreux groupes de résistance y voient un point de convergence entre les talibans et l'ISKP et n'excluent pas la possibilité d'une coordination entre les deux groupes sur cette question.

Afin d'attirer l'attention sur la persécution des Hazaras et d'exhorter la communauté internationale à reconnaître leur "génocide", de nombreuses organisations et activistes se sont rassemblés dans plus de 30 villes du monde entier le mois dernier, exigeant que des mesures soient prises et que les auteurs des attaques contre les Hazaras répondent de leurs actes. Au cours des deux dernières années et demie, le degré d'engagement entre la communauté internationale et les talibans s'est accru. Si les pays ont exhorté le groupe à accroître la représentation des femmes et des minorités ethniques et à répondre aux exigences en matière de gouvernance, de sécurité et d'autres questions, leur influence en termes de pression sur l'émirat pour qu'il se plie à leurs exigences en échange d'une coopération ne s'est pas concrétisée.

Récemment, l'émirat a organisé une réunion de l'initiative de coopération régionale à Kaboul, à laquelle ont participé 11 pays voisins, dont l'Inde, la Chine et la Russie. Les talibans ont utilisé cette plateforme pour définir leur propre discours sur la manière dont ils souhaitent que la communauté internationale s'engage avec eux, en se concentrant sur les liens commerciaux et économiques et sur la sécurité régionale, tandis que les questions relatives à l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Les questions sur l'inclusion des femmes et d'autres groupes marginalisés ont été rejetées. Cette situation marginalisera davantage ces groupes minoritaires, les rendant plus vulnérables à la violence et permettant à l'Émirat islamique de poursuivre ses politiques discriminatoires et sa bureaucratie.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter