31/03/2024 ismfrance.org  8 min #245898

L'Europe ne veut pas vraiment mettre un terme au génocide à Gaza

Hossam Shaker, 30 mars 2024. L'Europe a-t-elle vraiment cessé de soutenir le génocide, le nettoyage ethnique et la guerre de famine qui ont lieu à Gaza ? Il est clair que des changements se sont produits dans les positions européennes ces derniers temps, par rapport aux mois précédents.

Les responsables européens ont commencé à exprimer une « inquiétude » croissante quant aux conditions humanitaires dans la bande de Gaza et ont récemment mentionné le mot « droit international » dans leurs déclarations concernant la guerre brutale israélienne, après l'avoir auparavant ignoré. Ensuite, l'Union européenne (UE) a appelé pour la première fois à un cessez-le-feu lors du sommet du Conseil européen du 21 mars, finalement après que l'armée israélienne a tué 32.000 civils palestiniens dans la bande de Gaza.

Les positions européennes ont changé, mais très lentement et avec beaucoup de prudence, et le résultat est qu'elles n'ont pas encore quitté le camp du soutien au génocide en cours, à part quelques réserves émises par la Belgique, l'Irlande, l'Espagne, Malte et la Norvège.

Il semble clair que les critiques adressées à la partie israélienne par la plupart des plateformes européennes restent prudentes, le vocabulaire étant soigneusement choisi. Plus important encore, l'Europe ignore le fait que son influence lui donne la capacité de mettre fin immédiatement à la guerre et au génocide si elle en a la volonté politique, par le biais d'un ensemble de sanctions, par exemple, mais qu'elle ne le veut tout simplement pas.

Au lieu de cela, les hommes politiques européens tentent actuellement de donner l'impression qu'ils ne sont pas d'accord avec les horreurs commises par le gouvernement israélien et ses forces contre 2,3 millions de personnes dans la bande de Gaza, mais sans rien faire pour les dissuader. Parce que l'invasion de Rafah ramènera les scènes les plus horribles de la Seconde Guerre mondiale dans le monde des couleurs, l'Europe, tout comme les alliés de Washington, s'oppose clairement à l'invasion de cette zone étroite peuplée de personnes déplacées. Cependant, la plupart des plateformes européennes ne déclarent pas leur opposition à la guerre en cours, malgré toutes les atrocités qui l'ont accompagnée. En effet, les dirigeants israéliens qui ont lancé cette guerre bénéficient toujours de généreux approvisionnements militaires de la part des pays européens, en plus de la poursuite d'accords de partenariat et de coopération mutuels, sans préjudice ni même menace d'être suspendus.

Au lieu de prendre des mesures sérieuses pour mettre fin à cet horrible massacre, les dirigeants politiques européens font croire à leurs citoyens et au monde qu'ils agissent réellement, en parlant beaucoup de la fourniture d'une aide humanitaire et en se montrant préoccupés par l'aggravation de la famine dans la bande de Gaza, sans que cela ne change quoi que ce soit en réalité, ce qui, en fait, l'aggrave. Il y a également de nouvelles déclarations de soutien à la vision politique de la solution à deux États, une volonté de discuter de la reconnaissance d'un État palestinien et de dénoncer les attaques des colons extrémistes en Cisjordanie et peut-être d'imposer des sanctions à leur encontre. Malheureusement, aucun de ces propos ne concerne l'essence de la guerre en cours contre Gaza, qui inclut le génocide, même si l'UE et la plupart des capitales européennes ont évité de prononcer ce mot interdit lorsqu'il s'agit du comportement israélien.

Même si l'Europe impose des sanctions à quelques colons qui attaquent des citoyens palestiniens, elle ignore ce que font l'armée israélienne et ses soldats, qui ne cessent de tuer, terroriser et maltraiter les Palestiniens en Cisjordanie, en plus de leurs atrocités à Gaza. L'Europe accorde l'immunité à l'armée israélienne, à ses officiers et à ses soldats contre toute sanction, voire toute critique explicite. Les critiques portées sur le comportement des colons s'accompagnent toujours d'une insistance claire à exempter l'armée de tout blâme et de toute responsabilité pour les crimes de guerre.

L'histoire se souviendra à jamais que l'establishment politique européen a soutenu dès le premier jour le génocide contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza, sous de multiples formes, à travers un soutien militaire, des encouragements politiques, de la propagande et une aide financière. De plus, ils sont restés indifférents aux objections persistantes du public contre cette implication honteuse. Les dirigeants de guerre aux tendances fascistes évidentes n'auraient pas été capables de mener ce terrible massacre sans cette couverture européenne inébranlable, en plus du soutien américain et occidental en général.

L'Europe politique a soutenu les atrocités à travers un complot rhétorique qui incluait une justification préalable de tout ce qu'une armée pouvait commettre contre des civils. Ils l'ont fait alors qu'ils savaient que l'affaire était liée à une armée d'occupation dont le bilan est rempli de crimes de guerre commis dans la bande de Gaza et ailleurs. En fait, le gouvernement de Benjamin Netanyahu, qui est le gouvernement israélien le plus extrême et le plus raciste depuis sa création, avait déclaré dès les premiers jours son intention de commettre un génocide, un nettoyage ethnique, la famine, la guerre et la destruction totale. Les preuves à cet égard sont bien documentées dans le dossier de l'Afrique du Sud soumis à la Cour internationale de Justice. Pourtant, l'UE et la plupart des capitales européennes sont restées fidèles à un discours unifié, fournissant des excuses pour toutes les atrocités commises par cette armée dans la bande de Gaza, dont la majorité des résidents sont des enfants et des femmes réfugiés.

Les positions européennes n'ont partiellement bougé qu'après des mois d'horribles massacres qui ont atteint un niveau record de victimes civiles palestiniennes. Leur changement partiel s'est produit seulement quelques mois après que la brutale campagne de bombardements israéliens a détruit la plupart des maisons, des hôpitaux et des installations civiles avec des munitions fournies par les industries américaines et européennes et après que la famine à Gaza ait atteint un pic terrifiant et visible aux yeux du monde entier.

Pourtant, les hommes politiques européens se comportent comme s'ils étaient incapables d'agir. Ils continuent de faire de faibles déclarations et des appels diplomatiques à la partie israélienne sans dire à leur peuple et au monde qu'ils peuvent prendre des mesures immédiates, dissuasives et efficaces pour mettre fin au génocide, au nettoyage ethnique et à la famine brutale. Hélas, ils ne le veulent tout simplement pas.

Le test le plus simple du sérieux des positions européennes est de comparer leur position à l'égard de l'occupant israélien avec les mesures punitives prises après l'invasion russe de l'Ukraine. L'UE et d'autres pays européens ont imposé à la Russie des sanctions strictes, étendues et sans précédent depuis le 24 février 2022, en plus des sanctions précédemment imposées après l'annexion de la Crimée en 2014. L'UE a également imposé des sanctions à la Biélorussie et à l'Iran en raison de leur rôle dans le soutien à l'effort de guerre russe.

D'un autre côté, l'UE et d'autres pays européens n'ont pris aucune mesure punitive claire envers Israël, à l'exception de l'imposition de sanctions contre quelques colons. Le plus étrange, cependant, est que l'Europe s'est empressée de punir l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) et les citoyens palestiniens servis par l'agence des Nations Unies, en coupant précipitamment son financement dès que des allégations israéliennes non corroborées ont accusé certains de ses salariés.

En revanche, les hommes politiques européens exemptent toujours l'armée d'occupation israélienne de toute censure, même verbale. Ils choisissent des phrases soigneusement formulées lorsqu'ils commentent les terribles atrocités auxquelles le monde est confronté, comme les massacres aux points de distribution de l'aide, afin que ces atrocités ne soient pas explicitement liées à l'armée israélienne.

L'un des tabous du discours politique dans l'UE et dans les capitales du continent est l'utilisation d'un vocabulaire spécifique pour décrire ce qui se passe. Pendant six mois d'horreurs, des expressions telles que « génocide », « nettoyage ethnique », « atrocités » et « crimes de guerre » n'ont pas figuré dans les commentaires officiels européens, à l'exception de rares exceptions de la part d'hommes politiques non conformistes dans des articles de blog. La question logique qui revient depuis des mois dans les propos des manifestants sur les places européennes est la suivante : combien de victimes supplémentaires vous feraient considérer ce qui se passe comme un génocide ?

L'Europe politique tente désormais de renier l'image du parti soutenant la guerre d'Israël contre le peuple palestinien avec toutes ses atrocités. Il dissimule son implication dans la justification de cette guerre et l'encouragement de la campagne de génocide qui dure depuis des mois, notamment en fournissant de multiples formes de soutien militaire, politique, financier et de propagande de la part de plusieurs pays européens. Mettre fin à la politique de soutien au génocide, à la famine, à la guerre et aux crimes de guerre brutaux a un titre clair : mettre fin aux accords de partenariat et de coopération, imposer des sanctions strictes, interdire la fourniture d'armes et de munitions et lancer une opération humanitaire sérieuse pour mettre fin à la politique de famine programmée. La question demeure : combien de victimes faut-il pour le faire ?

Article original en anglais sur  Middle East Monitor / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter