31/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #245914

Intoxications sondagières

Intoxications sondagières

par Georges FELTIN-TRACOL

À deux mois et demi environ des élections européennes du 9 juin, sondages et enquêtes d'opinion s'accordent sur l'avance de la liste du Rassemblement national (RN) conduite par son président, Jordan Bardella, prise sur la liste de la majorité présidentielle emmenée par Valérie Hayer. Selon les instituts et suivant les jours, l'écart varie entre huit et dix points. En 2019, Bardella devançait la macronienne Nathalie Loiseau de 0,92 point.

Quitte à se tromper, la chronique d'aujourd'hui estime que la différence réelle au soir de l'élection entre le RN et la coalition macroniste sera moindre. Sciemment ou non, les résultats envisagés sur le vote possible induisent en erreur l'opinion. Les électeurs de l'Hexagone ont la mémoire courte. Au moment des élections régionales et départementales des 20 et 27 juin 2021, enquêtes et sondages prévoyaient déjà la victoire du RN dans deux à trois régions ainsi que dans un à deux départements. Dans les faits, aucune collectivité territoriale ne tomba aux mains du parti mariniste. Pis, entre 2015 et 2021, le RN perdit 106 conseillers régionaux et 36 conseillers départementaux. Dans l'un de ses éditoriaux qui ouvrent l'excellent Réfléchir & Agir, Eugène Krampon emploie la formule juste : « Marine Le Pen transforme l'or des sondages en plomb des élections. »

Il est fort possible que ce triste constat se répète au soir du 9 juin. Il faut se rappeler la campagne présidentielle d'Éric Zemmour en 2022. Les premiers sondages le donnaient entre 15 et 18 %. L'un d'eux le mettait même en duel face à Emmanuel Macron ! Au premier tour, l'ancien journaliste du Figaro ne fit que 7,07 %, d'où les sarcasmes permanents de la caste médiacratique. Dommage qu'aucun zemmourien ne leur ait rétorqué qu'en 2002, François Bayrou, ancien ministre et déjà candidat à de nombreuses élections, n'obtenait que 6,84 % des suffrages. Et que dire de Jean-Pierre Chevènement (5,33 %) ? Les partisans d'Éric Zemmour se sont trop fiés aux pronostics sondagiers et à la notoriété obtenue par leur candidat sur Internet et les réseaux sociaux.

Une trop grande assurance risque de jouer un mauvais tour (de scrutin) à Jordan Bardella. Ce dernier et son entourage de consultants peuvent vite prendre la « grosse tête ». Jugeant la victoire acquise, ils peuvent se montrer moins attentifs et commettre des erreurs sur lesquels les plumitifs du Régime fonderont dessus avec le secret espoir de déstabiliser, plus ou moins rapidement, le candidat.

En outre, être en tête dans les intentions de vote constitue en général un sérieux handicap. Les analyses socio-politiques démontrent que le RN bénéficie du socle électoral le plus solide. Toutefois, maints de ses électeurs potentiels demeurent tentés par l'abstention. S'ils entendent que leur chouchou va gagner largement, ils se démotiveront et resteront chez eux, ce qui fragilisera le résultat final. Par ailleurs, Jordan Bardella focalise sur lui l'attention médiatique. Tous ses faits et gestes sont épiés, examinés, commentés… Après un reportage à charge dans « Complément d'enquête » du 18 janvier 2024, une émission du service public télévisé, il est possible de sortir de nouvelles « révélations » croustillantes dans le but de le disqualifier moralement. Collégien, Jordan Bardella prenait sûrement du rab à la cantine sans autorisation préalable ou bien, à la sortie de la crèche, il se ruait sur les petites filles et les autres petits garçons. Bref, des actions inadmissibles qui relèvent du crime contre l'humanité ! 

Disposer d'une grande avance favorise enfin la mobilisation des électeurs anti-RN. Il y a parmi eux les retraités macroniens qui fantasment toujours sur leur « Mozart de la finance » alors que se prépare le suicide assisté presque obligatoire pour cause de rationnement à venir des soins médicaux. Il y a aussi les jeunes formatés aux délires climatistes et inclusifs qui rejouent en toute quiétude un anti-fascisme de bazar et qui considèrent comme pertinent le continuum idéologique entre la macronie et le RN. Fort heureusement, ces détraqués climatiques n'ont pas de liste commune. Leur choix – cornélien - se répartira entre le social-démocrate mondialiste Raphaël Glucksmann, l'éco-belliciste Marie Toussaint, le communiste bobo Léon Deffontaines et l'« Insoumise » Manon Aubry. Ouf !

Dès à présent, un régime à bout de souffle sature l'opinion d'injonctions phobiques dans la pré-campagne électorale à travers des radios et des chaînes télévisées complaisantes. Tout est bon pour propager une peur lancinante : le dérèglement climatique, les risques d'intervention militaire française en Ukraine, de nouvelles pandémies, la multiplication des faillites d'entreprises, une inflation toujours virulente. Le gouvernement dystopique hexagonal parie sur la crédulité des masses désinformées par les relais, officiels ou non, de la communication d'État.

Sondages et enquêtes d'opinion sculptent donc en douceur et hors de toute pression publique l'état d'esprit d'une population fortement à cran. Avant le 9 juin, bien des officines tenteront de brouiller l'image des candidats qui déplaisent ou qui pensent déplaire au Système établi alors qu'ils travaillent en « opposants contrôlés ». Pourtant, les déconvenues tombent si vite surtout quand il s'agit d'élections nationales de « mi-mandat » !

Salutations flibustières !

GF-T

  • « Vigie d'un monde en ébullition », n° 108, mise en ligne le 27 mars 2024 sur Radio Méridien Zéro.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter