31/03/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #245915

Eurasie et Hongrie - Entretien avec Claudio Mutti

Eurasie et Hongrie

Entretien avec Claudio Mutti

Source:  4pt.su


Claudio Mutti est le rédacteur en chef d'Eurasia, Rivista di studi geopolitici et un éminent chercheur en folklore d'Europe centrale, y compris le folklore hongrois. Nombre de ses études sont disponibles en hongrois. Il est un excellent traducteur italien du penseur traditionaliste hongrois Béla Hamvas. Son recueil d'essais, Alberi (=Arbres), a été publié il y a quelques mois, traduit par Claudio Mutti.

- La traduction italienne de la nouvelle loi fondamentale hongroise a récemment été publiée sur le site de l'édition en ligne d'Eurasia. Selon ses rédacteurs, les changements politiques actuels sont également significatifs à certains égards. Comment voyez-vous l'évolution de la vie politique hongroise ?

- Après l'entrée en vigueur de la nouvelle Constitution, certaines forces politiques et idéologiques soutenues par le pouvoir bancaire occidental ont lancé un procès éhonté contre la Hongrie, créant ainsi des sentiments eurosceptiques ou europhobes au sein du peuple hongrois. Cette situation pourrait inciter les Hongrois à regarder ailleurs, et même le Washington Post envisage la possibilité que la Hongrie devienne un bastion russe. En tout état de cause, la Hongrie a la possibilité d'établir une relation constructive avec le noyau eurasien, né de l'alliance russo-biélorusse-kazak, qui inclura bientôt le territoire de l'Ukraine. La Hongrie pourrait jouer un rôle de premier plan en Europe dans la construction d'un nouvel ordre eurasiatique.

Q - Comme nous le savons, le folklore hongrois et d'Europe centrale est au cœur de vos recherches. Comment en êtes-vous venu à vous y intéresser ?

- Alors que j'étudiais la langue hongroise et l'histoire de la littérature à l'université, j'ai commencé à m'intéresser aux chansons folkloriques hongroises. Cela m'a été inspiré par les écrits de Guénon et de Coomaraswamy, qui soutenaient que la mémoire du peuple conservait, même si ce n'était que de manière partielle et résiduelle, des éléments issus de formes traditionnelles, comme les fées et les déesses des contes de fées. La tradition ethnographique hongroise conserve des thèmes et des symboles d'origine chamanique, qui remontent à la période précédant la conquête et à une vaste aire culturelle eurasienne. Le cas du folklore roumain est analogue, comme le souligne Mircea Eliade, avec ses racines dans un univers de valeurs spirituelles anciennes qui sous-tend l'unité fondamentale non seulement de l'Europe, mais aussi du territoire qui s'étend du Portugal à la Chine.

- Vous êtes un éminent défenseur de la vision eurasienne du monde, qui est inextricablement liée à la politique antimondialiste et anti-impérialiste (anti-américaine). Veuillez clarifier pour nous certains concepts sur cette question.

- Les conditions d'une vision eurasienne ont déjà été énoncées par Mircea Eliade lorsqu'il nous rappelle qu'il existe une unité fondamentale non seulement au sein du territoire européen, mais aussi dans la zone allant du Portugal à la Chine et de la Scandinavie à Ceylan. Sur le plan géopolitique, ce concept correspond au projet de relier les "grands espaces". Dans ce cadre, le continent eurasiatique est structuré comme suit: le grand espace russe, le grand espace extrême-oriental, le grand espace indien, le grand espace islamique et le grand espace européen. Certains de ces méga-espaces sont déjà regroupés autour d'un "pôle géopolitique" (comme la toute nouvelle Union eurasienne), tandis que d'autres n'ont pas cette unité ou cette indépendance politique et militaire, que ce soit partiellement ou totalement. C'est le cas de l'Europe, qui entretient des liens étroits avec les États-Unis d'Amérique au sein de l'OTAN. Et en même temps, ses dirigeants politiques, en coopérant avec eux, ne peuvent exprimer qu'une unité économique et financière précaire.

- Dans quelle mesure considérez-vous que la stratégie géopolitique et la vision du monde décrites ci-dessus sont compatibles avec l'extrême-droite ou l'ultra-droite ? Dans quelle mesure y êtes-vous opposé ?

- L'extrême droite européenne est un mélange de tendances contradictoires. Entre 1945 et 1989, elle a cherché son principal ennemi dans le communisme et a pris position en faveur de la soi-disant "défense de l'Occident", de sorte qu'elle s'est automatiquement déclarée solidaire de l'impérialisme américain. Après la chute du communisme, l'extrême droite européenne a trouvé un nouvel ennemi à l'Est et au Sud, a concentré presque toute son énergie sur les émigrants et a ensuite lancé une campagne contre la "menace islamique" ou le "péril jaune". Valorisant inconditionnellement la "race blanche", une partie de l'extrême droite est condamnée à jouer un rôle de pion sur l'échiquier du "choc des civilisations". D'autres groupes, dans leur régression, sont passés du nationalisme mesquin au localisme, et d'autres encore ont été paralysés dans le carnaval du néo-spiritualisme ou le carnaval pseudo-païen. Il y a bien sûr des exceptions louables, mais le tableau d'ensemble est désespérant.

Q - Compte tenu des événements récents, quel est l'avenir du Moyen-Orient? Je pense en particulier à la situation en Syrie et en Iran.

R.- L'agression contre l'Iran est depuis longtemps préconisée par le gouvernement sioniste. Elle a commencé par une attaque terroriste contre la Syrie, soutenue et patronnée par les alliés et les forces occidentales. Il s'agit en fait d'une nouvelle phase de la stratégie américaine, qui s'inscrit dans le cadre d'un plan géostratégique élaboré par Nicholas J. Spykman pendant la Seconde Guerre mondiale. Selon lui, les États-Unis d'Amérique doivent contrôler le pourtour extérieur du continent eurasien (Rimland) : des côtes atlantiques et méditerranéennes de l'Europe au Japon et à la Corée, en passant par le Moyen-Orient et le Sud-Est asiatique, les Philippines et Taïwan. Ce n'est qu'en encerclant et en étouffant le "Heartland" eurasien qu'elle pourra conquérir le pouvoir mondial et s'y maintenir fermement. La crise économique actuelle, qui a gravement compromis l'hégémonie unipolaire des États-Unis, les oblige à accélérer le mouvement. En outre, ils ont eu recours à la force militaire dans le passé pour résoudre leur crise économique. Cette fois-ci, nous sommes donc au bord d'une nouvelle guerre mondiale.

Source hongroise:  szentkoronaradio.com

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter