01/04/2024 reseauinternational.net  8 min #245950

Un général polonais meurt au fin fond de l'Ukraine

Varsovie affirme que le militaire est mort de «causes naturelles inexpliquées» tandis que Moscou affirme avoir frappé le centre de commandement de Chasov Yar accueillant secrètement de hauts responsables de l'OTAN. Il est difficile de prétendre comme l'ont fait les Français pour leurs propres «conseillers» transformer un général de brigade en «humanitaire» frappé par les Russes et pour lequel on exigerait des «excuses». Cependant la crise hystérique sur «l'avant-guerre» du dirigeant polonais est aussi un «leurre» comparable à ceux de notre mégalomane Macron. Quand Poutine se défend d'attaquer l'OTAN, il dit la vérité et dans le même temps il manie l'ironie puisque la population russe et une bonne partie de la planète sait à quel point sous la forme traditionnelle (y compris au Vietnam) des «conseillers» y compris pour utiliser les armes abondamment fournies, les USA et l'OTAN ont toujours mené leurs «sales» guerres et continuent sur toute la planète en organisant y compris des «guerres civiles». Mais aujourd'hui où le terrain militaire ne tient plus, où les populations du pays concerné se refusent à la guerre, est-ce que l'on va poursuivre comme au Vietnam, en Afghanistan, en Irak par l'envoi de troupes, cette question est loin de faire l'unanimité. En revanche l'unanimité semble totale en matière de surarmement et de choix de l'économie de guerre dans le parlement français (qui ne dit mot consent) et les résistances à l'envoi de troupes des plus timorées sans parler de l'omerta sur la réalité de «l'engagement» actuel.

Danielle Bleitrach

*

par Stephen Bryen

Avant le début de la contre-offensive ukrainienne, l'importante ville de Bakhmout est tombée aux mains des Russes.  J'ai écrit à l'époque qu'il semblait que les Russes chercheraient également à prendre la ville de Chasiv Yar, mais cela ne s'est pas produit parce que la guerre s'est déplacée vers le sud et la contre-offensive ukrainienne.

Pendant ce temps, un mois plus tard, le soi-disant héros de Bakhmout, Evgueni Prigojine et certaines de ses forces Wagner, ont envahi la Russie dans ce qui ressemblait à une tentative de coup d'État, mais qui a peut-être aussi été programmé pour aider la contre-offensive à grande échelle de l'Ukraine.

La prise de Bakhmout et ce qui s'est passé dans le Donbass se sont transformés en contre-offensive et en menace intérieure pour Moscou. Les forces russes ne se sont pas dirigées vers Tchassiv Yar.

Chasiv Yar a été extrêmement important pendant la bataille de Bakhmout. C'était la source d'approvisionnement pour les troupes envoyées à Bakhmout et pour la rotation des soldats qui y combattaient.

C'était la source d'approvisionnement en munitions, en nourriture et en soutien médical pour l'armée ukrainienne dans la ville. Tchassiv Yar était également le centre de commandement non seulement des Ukrainiens, mais aussi de leurs conseillers militaires occidentaux.

C'est ce dernier rôle qui est redevenu clair au cours de la dernière semaine de mars, lorsque les Russes ont  bombardé avec succès un bunker de commandement profond de six étages à Chasiv Yar le 26 mars.

Selon les Russes, le bunker a été touché par un ou plusieurs missiles Iskander. L'Iskander est un missile balistique à courte portée qui peut opérer à une vitesse hypersonique (Mach 5,9). Il possède différents types d'ogives, y compris des bunker busters qui pèsent entre 1000 et 1500 livres.

À l'intérieur de ce centre de commandement se trouvaient des officiers de très haut rang de l'OTAN, dont certains ont été tués, selon des rapports russes. L'un d'eux était le général de brigade Adam Marczak de l'armée polonaise.

Voici ce qu'on peut lire dans sa biographie :

En 1994, le brigadier-général Adam Marczak est diplômé de l'Académie militaire des forces terrestres de Wroclaw, en Pologne, et est affecté en tant que chef de peloton d'assaut au 10e bataillon d'assaut aérien, qui fait partie de la 6e brigade d'assaut aérien basée à Cracovie.

Au cours des années suivantes jusqu'en 2011, il a occupé successivement des postes au sein de la 6e brigade d'assaut aérien : commandant de la 2e compagnie d'assaut, officier des opérations de la section S3, chef et chef d'état-major de la section S2 et commandant adjoint du bataillon du 16e bataillon aéroporté. En 2011, il a rejoint le commandement des forces d'opérations spéciales polonaises basé à Cracovie en tant que chef adjoint de la division des exercices.

Il a été associé à cette unité militaire jusqu'en 2017 où il a finalement occupé le poste de chef de la Division des certifications et des exercices. En 2017, il prend le commandement de la 25e brigade de cavalerie aérienne à Tomaszow Mazowiecki. De 2020 à 2021, le général de brigade Adam Marczak a occupé le poste de chef de la Division du renseignement et de la guerre électronique au Commandement général des forces armées à Varsovie.

Depuis sa nomination et sa prise de fonction en 2021, il occupe le poste de chef d'état-major adjoint de l'Euroscorps de soutien et d'habilitation. En 2009, il a servi pendant six mois en tant que commandant adjoint du groupement tactique aéroporté de la FIAS en Afghanistan. Il est retourné en Afghanistan pendant deux ans (entre 2015 et 2017) en tant que chef d'état-major de l'OTAN au sein du Commandement de la composante d'opérations spéciales de l'OTAN (NSOCC-A).

La Pologne a annoncé sa mort, qui, selon l'armée polonaise, était due à des «causes naturelles inexpliquées».

Diverses chaînes télégraphiques rapportent que d'autres officiers de l'OTAN ont été tués ou blessés dans l'attaque de Chasiv Yar. Selon ces témoignages, certains blessés ont été évacués à la hâte vers la Pologne. Nous ne connaissons ni les noms, ni les grades, ni la nationalité des personnes tuées ou blessées, à l'exception de Marczak.

De nombreux analystes pensent que les Russes vont bientôt s'emparer de Tchassiv Yar, même si elle est fortement défendue. Les rapports indiquent que les forces russes ne sont qu'à un kilomètre ou deux de la ville, bien qu'elles soient engagées dans des combats féroces alors que les forces ukrainiennes tentent de les repousser.

Il est inhabituel que des officiers militaires de haut rang de l'OTAN soient si proches de la ligne de contact avec l'armée russe. La seule raison pour laquelle ils sont là est un acte de désespoir : une profonde inquiétude que les Russes puissent réussir à passer, mettant en danger l'ensemble des défenses de second rang que l'Ukraine tente de construire pour empêcher l'armée russe de se diriger vers le Dniepr, divisant potentiellement les forces ukrainiennes et mettant en danger Kiev.

Pendant un certain temps, il a semblé que les Russes allaient lancer une nouvelle offensive très importante. La seule question qui se pose est celle de l'objectif d'une opération russe. Certains pensent qu'il s'agirait de prendre Kharkiv, la deuxième plus grande ville d'Ukraine.

Les Russes ont récemment  coupé une partie du réseau électrique de Kharkiv et les forces russes pourraient être envoyées pour attaquer la ville. Mais cela créerait un problème important, car la prise de villes est un processus long et coûteux qui implique toujours des pertes importantes. Les Russes viennent de passer par une très longue bataille pour Avdiivka qui a duré quatre mois. Avdiivka est minuscule par rapport à Kharkiv.

Chasiv Yar et les combats autour de cette ville semblent maintenant être une cible plus importante et immédiate pour les Russes. Le fait qu'il regorge de hauts responsables de l'OTAN indique également qu'il s'agit d'un atout stratégique très important pour les Ukrainiens.

La «nouvelle» stratégie militaire de l'Ukraine, dirigée par son nouveau commandant militaire général, Oleksandr Syrsky, vise à gagner du temps et à retarder toute avancée russe.

Pour ce faire, les Ukrainiens construisent des tranchées, des pièges à chars et d'autres systèmes défensifs renforcés. Dans le même temps, l'Ukraine tente de détourner l'attention de la Russie par des attaques d'artillerie et de bombardement sur des villes russes et des tentatives parallèles d'attaquer la Crimée.

Il y a également eu une  augmentation significative des opérations de l'OTAN en mer Noire, probablement pour aider les Ukrainiens à cibler la Crimée et des cibles à l'intérieur de la Russie. Mais il est peu probable que les diversions changent le caractère principal de la guerre ou forcent les Russes à utiliser leurs forces pour défendre des actifs clés en Crimée, dans le Donbass ou en Russie.

D'ici une semaine ou deux, nous verrons probablement ce qui se passera à Chasiv Yar et si les Ukrainiens pourront tenir la ville et contrecarrer l'avancée russe. Si ce n'est pas le cas, l'OTAN devra trouver une alternative qui pourrait inclure l'ouverture de négociations avec la Russie.

Cela ne plaira pas au président américain Joe Biden ni à son équipe de sécurité nationale, qui préfèrent un combat prolongé en Ukraine. Le chancelier allemand  Olaf Scholz rapporte qu'un certain nombre d'acteurs anonymes de l'OTAN se réunissent déjà pour discuter d'une sorte d'accord négocié, bien que jusqu'à présent, il affirme que les Russes ne sont pas inclus dans le processus.

source :  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter