01/04/2024 reseauinternational.net  22 min #245956

L'art de la guerre d'attrition : les leçons de la guerre Russie-Ukraine

par Alex Vershinin

Si l'Occident envisage sérieusement la possibilité d'un conflit entre grandes puissances, il doit examiner attentivement sa capacité à mener une guerre prolongée et à poursuivre une stratégie axée sur l'attrition plutôt que sur la manœuvre.

Les guerres d'usure requièrent leur propre «art de la guerre» et sont menées selon une approche «centrée sur la force», contrairement aux guerres de manœuvre qui sont «centrées sur le terrain». Elles s'appuient sur une capacité industrielle massive permettant de remplacer les pertes, sur une profondeur géographique permettant d'absorber une série de défaites et sur des conditions technologiques empêchant des mouvements terrestres rapides. Dans les guerres d'attrition, les opérations militaires sont déterminées par la capacité d'un État à remplacer les pertes et à créer de nouvelles formations, et non par des manœuvres tactiques et opérationnelles. Le camp qui accepte la nature attritionnelle de la guerre et qui se concentre sur la destruction des forces ennemies plutôt que sur la conquête du terrain a le plus de chances de l'emporter.

L'Occident n'est pas préparé à ce type de guerre. Pour la plupart des experts occidentaux, la stratégie d'attrition est contre-intuitive. Historiquement, l'Occident a toujours préféré les affrontements courts entre armées professionnelles, où le vainqueur remporte tout. Les jeux de guerre récents, tels que la  guerre du SCRS sur Taïwan, ont couvert un mois de combat. La possibilité que la guerre se poursuive n'a jamais été évoquée. C'est le reflet d'une attitude occidentale commune. Les guerres d'usure sont considérées comme des exceptions, quelque chose à éviter à tout prix et généralement le produit de l'incompétence des dirigeants. Malheureusement, les guerres entre puissances voisines sont susceptibles d'être des guerres d'usure, grâce à un large éventail de ressources disponibles pour remplacer les pertes initiales. La nature attritionnelle du combat, y compris l'érosion du professionnalisme due aux pertes, nivelle le champ de bataille, quelle que soit l'armée qui a commencé avec des forces mieux entraînées. Au fur et à mesure que le conflit s'éternise, la guerre est gagnée par les économies et non par les armées. Les États qui s'en rendent compte et qui mènent une telle guerre par le biais d'une stratégie d'attrition visant à épuiser les ressources de l'ennemi tout en préservant les leurs ont plus de chances de l'emporter. Le moyen le plus rapide de perdre une guerre d'usure est de se concentrer sur la manœuvre, en dépensant des ressources précieuses pour des objectifs territoriaux à court terme. Reconnaître que les guerres d'usure ont leur propre art est essentiel pour les gagner sans subir de pertes désastreuses.

La dimension économique

Les guerres d'usure sont remportées par les économies qui permettent une mobilisation massive des armées grâce à leurs secteurs industriels. Les armées se développent rapidement au cours d'un tel conflit, nécessitant des quantités massives de véhicules blindés, de drones, de produits électroniques et d'autres équipements de combat. L'armement haut de gamme étant très complexe à fabriquer et consommant de vastes ressources, il est impératif de disposer d'un mélange haut-bas de forces et d'armes pour remporter la victoire.

Les armes haut de gamme ont des performances exceptionnelles mais sont difficiles à fabriquer, surtout lorsqu'il s'agit d'armer une armée rapidement mobilisée et soumise à un taux d'attrition élevé. Par exemple, pendant la Seconde Guerre mondiale,  les Panzers allemands étaient de superbes chars d'assaut, mais en utilisant à peu près les mêmes ressources de production, les Soviétiques ont produit huit T-34 pour chaque Panzer allemand. La différence de performance ne justifiait pas la disparité numérique de la production. Les armes haut de gamme nécessitent également des troupes haut de gamme. L'entraînement de ces dernières prend beaucoup de temps, un temps qui n'est pas disponible dans une guerre où les taux d'attrition sont élevés.

Il est plus facile et plus rapide de produire un grand nombre d'armes et de munitions bon marché, surtout si leurs sous-composants sont interchangeables avec des produits civils, ce qui permet de produire en masse sans avoir à étendre les chaînes de production. Les nouvelles recrues absorbent également plus rapidement des armes plus simples, ce qui permet de créer rapidement de nouvelles formations ou de reconstituer des formations existantes.

Il est difficile pour les économies occidentales haut de gamme d'atteindre la masse. Pour atteindre l'hyper-efficacité, elles se débarrassent de leurs capacités excédentaires et peinent à se développer rapidement, d'autant plus que les industries de niveau inférieur ont été transférées à l'étranger pour des raisons économiques. En temps de guerre, les chaînes d'approvisionnement mondiales sont perturbées et les sous-composants ne peuvent plus être sécurisés. À ce problème s'ajoute le manque de main-d'œuvre qualifiée ayant de l'expérience dans un secteur particulier. Ces compétences s'acquièrent au fil des décennies et, une fois qu'une industrie est fermée, il faut des décennies pour la reconstruire.  Le rapport interagences du gouvernement américain de 2018 sur la capacité industrielle des États-Unis a mis en évidence ces problèmes. En définitive, l'Occident doit se pencher sérieusement sur la question de la capacité excédentaire en temps de paix de son complexe militaro-industriel, sous peine de perdre la prochaine guerre.

Génération de forces

La production industrielle existe pour être canalisée vers le remplacement des pertes et la création de nouvelles formations. Cela nécessite une doctrine appropriée et des structures de commandement et de contrôle. Il existe deux modèles principaux : l'OTAN (la plupart des armées occidentales) et l'ancien modèle soviétique, la plupart des États se situant entre les deux.

Les armées de l'OTAN sont très professionnelles et s'appuient sur un corps de sous-officiers solide, doté d'une formation et d'une expérience militaires approfondies en temps de paix. Elles s'appuient sur ce professionnalisme pour leur doctrine militaire ( principes fondamentaux, tactiques et techniques) afin de mettre l'accent sur l'initiative individuelle, en déléguant une grande marge de manœuvre aux officiers subalternes et aux sous-officiers. Les formations de l'OTAN jouissent d'une agilité et d'une souplesse extraordinaires qui leur permettent d'exploiter les possibilités offertes par un champ de bataille dynamique.

Dans une guerre d'attrition, cette méthode présente un inconvénient. Les officiers et les sous-officiers nécessaires à l'exécution de cette doctrine ont besoin d'une formation approfondie et, surtout, d'expérience. Il faut des années pour former un sous-officier de l'armée américaine. Un chef d'escouade a généralement au moins trois ans de service et un sergent de section en a au moins sept. Dans une guerre d'attrition caractérisée par de lourdes pertes, on n'a tout simplement pas le temps de remplacer les sous-officiers perdus ou de les former pour de nouvelles unités. L'idée que des civils puissent suivre des cours de formation de trois mois, recevoir des chevrons de sergent et ensuite être censés se comporter de la même manière qu'un vétéran de sept ans est une recette qui mène au désastre. Seul le temps peut générer des chefs capables d'exécuter la doctrine de l'OTAN, et le temps est une chose que les exigences massives de la guerre d'attrition ne donnent pas.

L'Union soviétique a construit son armée en vue d'un conflit à grande échelle avec l'OTAN. Elle devait être en mesure de se développer rapidement en faisant appel à des réserves massives. Tous les hommes de l'Union soviétique ont suivi une formation de base de deux ans à la sortie de l'école secondaire. Le renouvellement constant du personnel enrôlé a empêché la création d'un corps de sous-officiers de type occidental, mais a généré une réserve massive de réservistes semi-entraînés disponibles en temps de guerre. L'absence de sous-officiers fiables a créé un modèle de commandement centré sur les officiers, moins souple que celui de l'OTAN, mais plus adaptable à l'expansion à grande échelle requise par la guerre d'attrition.

Toutefois, à mesure qu'une guerre progresse au-delà d'un an, les unités de première ligne acquièrent de l'expérience et un corps de sous-officiers amélioré est susceptible d'émerger, ce qui confère au modèle soviétique une plus grande flexibilité. En 1943, l' Armée rouge avait mis en place un solide corps de sous-officiers, qui a ensuite disparu après la Seconde Guerre mondiale, avec la démobilisation des formations de combat. L'une des principales différences entre les modèles est que la doctrine de l'OTAN ne peut fonctionner sans des sous-officiers très performants. La doctrine soviétique était renforcée par des sous-officiers expérimentés, mais n'en avait pas besoin.

Au lieu d'une bataille décisive obtenue par une manœuvre rapide, la guerre d'attrition se concentre sur la destruction des forces ennemies et de leur capacité à régénérer leur puissance de combat, tout en préservant la sienne.

Le modèle le plus efficace est un mélange des deux, dans lequel un État maintient une armée professionnelle de taille moyenne, ainsi qu'une masse de conscrits disponibles pour la mobilisation. Cela conduit directement à un mélange haut/bas. Les forces professionnelles d'avant-guerre forment la partie supérieure de cette armée, devenant des brigades de pompiers - se déplaçant de secteur en secteur dans la bataille pour stabiliser la situation et mener des attaques décisives. Les formations de bas de gamme tiennent la ligne et acquièrent lentement de l'expérience, augmentant leur qualité jusqu'à ce qu'elles acquièrent la capacité de mener des opérations offensives. La victoire est obtenue en créant les formations de bas de gamme de la plus haute qualité possible.

L'entraînement et l'expérience du combat permettent de transformer les nouvelles unités en soldats aptes au combat plutôt qu'en bandes de civils. Une nouvelle formation doit s'entraîner pendant au moins six mois, et seulement si elle est composée de réservistes ayant déjà reçu une formation individuelle. Les conscrits ont besoin de plus de temps. Ces unités devraient également compter des soldats et des sous-officiers professionnels issus de l'armée d'avant-guerre, afin de renforcer leur professionnalisme. Une fois la formation initiale achevée, elles ne doivent être engagées dans la bataille que dans des secteurs secondaires. Aucune formation ne doit être autorisée à descendre en dessous de 70% de ses effectifs. Le retrait précoce des formations permet à l'expérience de proliférer parmi les nouveaux remplaçants, car les vétérans transmettent leurs compétences. Dans le cas contraire, une expérience précieuse est perdue, ce qui oblige à recommencer le processus. Une autre implication est que les ressources devraient donner la priorité aux remplacements plutôt qu'aux nouvelles formations, préservant ainsi l'avantage au combat à la fois dans l'armée d'avant-guerre (élevé) et dans les formations nouvellement levées (faible). Il est conseillé de dissoudre plusieurs formations d'avant-guerre (haut de gamme) pour répartir les soldats professionnels entre les formations bas de gamme nouvellement créées, afin d'améliorer la qualité initiale.

La dimension militaire

Les opérations militaires dans un conflit d'attrition sont très différentes de celles d'une guerre de manœuvre. Au lieu d'une bataille décisive obtenue par une manœuvre rapide, la guerre d'attrition se concentre sur la destruction des forces ennemies et de leur capacité à régénérer la puissance de combat, tout en préservant la sienne. Dans ce contexte, une stratégie réussie accepte que la guerre dure au moins deux ans et soit divisée en deux phases distinctes. La première phase va de l'ouverture des hostilités au moment où une puissance de combat suffisante a été mobilisée pour permettre une action décisive. Les changements de position sur le terrain seront limités, l'accent étant mis sur un échange favorable des pertes et sur la constitution d'une puissance de combat à l'arrière. La forme de combat dominante est l'incendie plutôt que la manœuvre, complétée par des fortifications et un camouflage importants. L'armée du temps de paix commence la guerre et mène des actions d'attente, ce qui laisse le temps de mobiliser les ressources et d'entraîner la nouvelle armée.

La deuxième phase peut commencer lorsque l'une des parties a rempli les conditions suivantes.

  • Les forces nouvellement mobilisées ont achevé leur entraînement et acquis suffisamment d'expérience pour devenir des formations efficaces au combat, capables d'intégrer rapidement tous leurs moyens de manière cohérente.
  • La réserve stratégique de l'ennemi est épuisée, ce qui l'empêche de renforcer le secteur menacé.
  • La supériorité en matière de feux et de reconnaissance est atteinte, ce qui permet à l'attaquant de concentrer efficacement ses feux sur un secteur clé tout en empêchant l'ennemi d'en faire autant.
  • Le secteur industriel de l'ennemi est dégradé au point de ne plus pouvoir remplacer les pertes subies sur le champ de bataille. Dans le cas d'une coalition de pays, les ressources industrielles de ces derniers doivent également être épuisées ou au moins prises en compte.

Ce n'est qu'après avoir satisfait à ces critères que les opérations offensives doivent commencer. Elles doivent être lancées sur un large front, en cherchant à submerger l'ennemi en de multiples points par des attaques superficielles. L'objectif est de rester à l'intérieur d'une bulle stratifiée de systèmes de protection amis, tout en étirant les réserves ennemies épuisées jusqu'à ce que le front s'effondre. Ce n'est qu'à ce moment-là que l'offensive doit s'étendre vers des objectifs situés plus profondément dans l'arrière de l'ennemi. La concentration des forces sur un effort principal doit être évitée, car elle donne une indication sur la localisation de l'offensive et permet à l'ennemi de concentrer ses réserves contre ce point clé. L' offensive Brusilov de 1916, qui a entraîné l'effondrement de l'armée austro-hongroise, est un bon exemple d'offensive d'attrition réussie aux niveaux tactique et opérationnel. En attaquant sur un large front, l'armée russe a empêché les Austro-Hongrois de concentrer leurs réserves, ce qui a entraîné un effondrement tout au long du front. Au niveau stratégique, en revanche, l'offensive Broussilov est un exemple d'échec. Les forces russes n'ont pas réussi à imposer leurs conditions à l'ensemble de la coalition ennemie, se concentrant uniquement sur l'Empire austro-hongrois et négligeant les capacités allemandes. Les Russes ont dépensé des ressources cruciales qu'ils ne pouvaient pas remplacer, sans vaincre le membre le plus puissant de la coalition. Pour insister à nouveau sur ce point essentiel, une offensive ne peut réussir que si des critères clés sont remplis. Tenter de lancer une offensive plus tôt se traduira par des pertes sans aucun gain stratégique, jouant ainsi directement en faveur de l'ennemi.

La guerre moderne

Le champ de bataille moderne est un système intégré de systèmes qui comprend divers types de guerre électronique (GE), trois types fondamentaux de défenses aériennes, quatre types différents d'artillerie, d'innombrables types d'aéronefs, des drones d'attaque et de reconnaissance, des ingénieurs de construction et des sapeurs, des formations traditionnelles d'infanterie et de blindés et, surtout, de la logistique. L'artillerie est devenue plus dangereuse grâce à des portées accrues et à un ciblage avancé, ce qui étend la profondeur du champ de bataille.

En pratique, cela signifie qu'il est plus facile de masser des feux que des forces. La manœuvre en profondeur, qui nécessite la massification de la puissance de combat, n'est plus possible car toute force massée sera détruite par des feux indirects avant de pouvoir obtenir un succès en profondeur. Au lieu de cela, une offensive terrestre nécessite une bulle de protection étroite pour parer aux systèmes de frappe ennemis. Cette bulle est générée par la superposition de contre-feux amis, de défense aérienne et de moyens de guerre électronique. Le déplacement de nombreux systèmes interdépendants est extrêmement compliqué et a peu de chances de réussir. Les attaques peu profondes le long de la ligne avancée des troupes ont le plus de chances de réussir à un coût acceptable ; les tentatives de pénétration en profondeur seront exposées à des tirs groupés dès qu'elles sortiront de la protection de la bulle défensive.

L'intégration de ces ressources qui se chevauchent nécessite une planification centralisée et des officiers d'état-major exceptionnellement bien formés, capables d'intégrer de multiples capacités à la volée. Il faut des années pour former de tels officiers, et même l'expérience du combat ne permet pas d'acquérir de telles compétences en peu de temps. Les listes de contrôle et les procédures obligatoires peuvent pallier ces lacunes, mais uniquement sur un front statique moins compliqué. Les opérations offensives dynamiques exigent des temps de réaction rapides, dont les officiers semi-entraînés sont incapables.

Un exemple de cette complexité est l'attaque d'un peloton de 30 soldats. Cela nécessiterait des systèmes de guerre électronique pour brouiller les drones ennemis, un autre système de guerre électronique pour brouiller les communications ennemies et empêcher l'ajustement des tirs ennemis, et un troisième système de guerre électronique pour brouiller les systèmes de navigation spatiale et empêcher l'utilisation de munitions guidées avec précision. En outre, les feux nécessitent des radars de contre-batterie pour vaincre l'artillerie ennemie. La planification est d'autant plus compliquée que les systèmes de guerre électronique de l'ennemi localiseront et détruiront tout radar ou émetteur de guerre électronique ami qui émet trop longtemps. Les ingénieurs devront dégager des chemins à travers les champs de mines, tandis que les drones amis fourniront un ISR sensible au temps et un appui-feu si nécessaire. (Cette tâche nécessite un entraînement poussé des unités de soutien afin d'éviter de larguer des munitions sur les troupes d'attaque amies). Enfin, l'artillerie doit fournir un soutien à la fois sur l'objectif et sur l'arrière de l'ennemi, en ciblant les réserves et en supprimant l'artillerie. Tous ces systèmes doivent fonctionner comme une équipe intégrée, ne serait-ce que pour soutenir 30 hommes dans plusieurs véhicules qui attaquent un autre groupe de 30 hommes ou moins. Un manque de coordination entre ces moyens se traduira par des attaques ratées et des pertes effroyables sans jamais voir l'ennemi. L'augmentation de la taille des formations menant des opérations s'accompagne d'une augmentation du nombre et de la complexité des moyens à intégrer.

Implications pour les opérations de combat

Les tirs en profondeur - à plus de 100-150 km (la portée moyenne des roquettes tactiques) derrière la ligne de front - visent la capacité de l'ennemi à générer une puissance de combat. Il s'agit notamment des installations de production, des dépôts de munitions, des dépôts de réparation et des infrastructures d'énergie et de transport. Les cibles qui nécessitent des capacités de production importantes et qui sont difficiles à remplacer/réparer revêtent une importance particulière, car leur destruction infligera des dommages à long terme. Comme pour tous les aspects de la guerre d'usure, il faudra beaucoup de temps pour que de telles frappes aient un effet, les délais pouvant aller jusqu'à plusieurs années. Les faibles volumes de production mondiale de munitions guidées de précision à longue portée, les actions de déception et de dissimulation efficaces, les stocks importants de missiles antiaériens et les capacités de réparation des États forts et déterminés sont autant d'éléments qui contribuent à prolonger les conflits. Pour être efficace, la superposition des défenses aériennes doit comprendre des systèmes haut de gamme à toutes les altitudes, associés à des systèmes moins coûteux pour contrer les plates-formes d'attaque massives et bas de gamme de l'ennemi. Combinée à une fabrication à grande échelle et à une guerre électronique efficace, c'est la seule façon de vaincre les tirs en profondeur de l'ennemi.

La victoire dans une guerre d'usure est assurée par une planification minutieuse, le développement d'une base industrielle et d'une infrastructure de mobilisation en temps de paix, et une gestion encore plus attentive des ressources en temps de guerre.

Une guerre d'usure réussie se concentre sur la préservation de sa propre puissance de combat. Cela se traduit généralement par un front relativement statique, interrompu par des attaques locales limitées visant à améliorer les positions, et par l'utilisation de l'artillerie pour la plupart des combats. La fortification et la dissimulation de toutes les forces, y compris la logistique, sont essentielles pour minimiser les pertes. Le temps nécessaire à la construction des fortifications empêche tout mouvement de terrain significatif. Une force d'attaque qui ne peut pas se retrancher rapidement subira des pertes importantes dues aux tirs de l'artillerie ennemie.

Les opérations défensives permettent de gagner du temps pour développer des formations de combat de bas niveau, ce qui permet aux troupes nouvellement mobilisées d'acquérir une expérience du combat sans subir de lourdes pertes lors d'attaques à grande échelle. La constitution de formations de combat expérimentées de niveau inférieur génère la capacité de mener de futures opérations offensives.

Les premiers stades de la guerre d'usure vont de l'ouverture des hostilités au moment où les ressources mobilisées sont disponibles en grand nombre et sont prêtes pour les opérations de combat. En cas d'attaque surprise, une offensive rapide d'un camp peut être possible jusqu'à ce que le défenseur puisse former un front solide. Ensuite, le combat se consolide. Cette période dure au moins un an et demi à deux ans. Pendant cette période, les grandes opérations offensives doivent être évitées. Même si les grandes attaques sont couronnées de succès, elles entraîneront des pertes considérables, souvent pour des gains territoriaux insignifiants. Une armée ne doit jamais accepter une bataille dans des conditions défavorables. Dans une guerre d'attrition, tout terrain ne comportant pas de centre industriel vital n'est pas pertinent. Il est toujours préférable de battre en retraite et de préserver ses forces, quelles que soient les conséquences politiques. Combattre sur un terrain désavantageux brûle les unités, perdant des soldats expérimentés qui sont la clé de la victoire. L'obsession allemande pour Stalingrad en 1942 est un excellent exemple de combat sur un terrain défavorable pour des raisons politiques. L'Allemagne a brûlé des unités vitales qu'elle ne pouvait pas se permettre de perdre, simplement pour s'emparer d'une ville portant le nom de Staline. Il est également judicieux de pousser l'ennemi à combattre sur un terrain défavorable par le biais d'opérations d'information, en exploitant des objectifs ennemis politiquement sensibles. L'objectif est de forcer l'ennemi à dépenser des réserves matérielles et stratégiques vitales pour des opérations sans intérêt stratégique. L'un des principaux écueils à éviter est de se laisser entraîner dans le même piège que celui qui a été tendu à l'ennemi. C'est ce qu'ont fait les Allemands lors de la Première Guerre mondiale à  Verdun, où ils prévoyaient d'utiliser l'effet de surprise pour s'emparer d'un terrain clé et politiquement sensible, provoquant ainsi de coûteuses contre-attaques françaises. Malheureusement pour les Allemands, ils sont tombés dans leur propre piège. Ils n'ont pas réussi à s'emparer d'un terrain clé et défendable dès le début, et la bataille s'est transformée en une série d'assauts coûteux de l'infanterie des deux côtés, avec des tirs d'artillerie dévastant l'infanterie attaquante.

Lorsque la deuxième phase commence, l'offensive doit être lancée sur un large front, en cherchant à submerger l'ennemi en de multiples points au moyen d'attaques superficielles. L'objectif est de rester à l'intérieur de la bulle stratifiée des systèmes de protection amis, tout en étirant les réserves ennemies épuisées jusqu'à ce que le front s'effondre. Il y a un effet de cascade dans lequel une crise dans un secteur oblige les défenseurs à déplacer les réserves d'un deuxième secteur, ce qui génère une crise dans ce secteur à son tour. Lorsque les forces commencent à reculer et à quitter les fortifications préparées, le moral des troupes s'effondre et la question suivante se pose : «Si nous ne pouvons pas tenir la méga-forteresse, comment pourrons-nous tenir ces nouvelles tranchées ?» La retraite se transforme alors en déroute. Ce n'est qu'à ce moment-là que l'offensive doit s'étendre vers des objectifs situés plus loin dans les arrières de l'ennemi.  L'offensive des Alliés en 1918 en est un exemple. Les Alliés ont attaqué sur un large front, alors que les Allemands ne disposaient pas des ressources suffisantes pour défendre l'ensemble de la ligne. Une fois que l'armée allemande a commencé à battre en retraite, il s'est avéré impossible de l'arrêter.

La stratégie d'attrition, centrée sur la défense, est contre-intuitive pour la plupart des officiers militaires occidentaux. La pensée militaire occidentale considère l'offensive comme le seul moyen d'atteindre l'objectif stratégique décisif consistant à forcer l'ennemi à s'asseoir à la table des négociations dans des conditions défavorables. La patience stratégique nécessaire pour mettre en place les conditions d'une offensive va à l'encontre de leur expérience de combat acquise lors d'opérations anti-insurrectionnelles à l'étranger.

Conclusion

La conduite des guerres d'usure est très différente de celle des guerres de manœuvre. Elles durent plus longtemps et finissent par mettre à l'épreuve la capacité industrielle d'un pays. La victoire est assurée par une planification minutieuse, le développement d'une base industrielle et d'une infrastructure de mobilisation en temps de paix, et une gestion encore plus minutieuse des ressources en temps de guerre.

La victoire est possible si l'on analyse soigneusement ses propres objectifs politiques et ceux de l'ennemi. La clé consiste à reconnaître les forces et les faiblesses des modèles économiques concurrents et à identifier les stratégies économiques les plus susceptibles de générer un maximum de ressources. Ces ressources peuvent alors être utilisées pour construire une armée massive en utilisant le mélange de forces et d'armes élevé/faible. La conduite militaire de la guerre est déterminée par les objectifs stratégiques politiques globaux, les réalités militaires et les limites économiques. Les opérations de combat sont peu profondes et se concentrent sur la destruction des ressources de l'ennemi, et non sur la conquête du terrain. La propagande est utilisée pour soutenir les opérations militaires, et non l'inverse. Avec de la patience et une planification minutieuse, une guerre peut être gagnée.

Malheureusement, de nombreux Occidentaux ont une attitude très cavalière, pensant que les conflits futurs seront courts et décisifs. Ce n'est pas vrai pour les raisons exposées ci-dessus. Même les puissances mondiales moyennes disposent à la fois de la géographie, de la population et des ressources industrielles nécessaires pour mener une guerre d'usure. L'idée qu'une grande puissance reculerait en cas de défaite militaire initiale est, au mieux, un vœu pieux. Tout conflit entre grandes puissances serait considéré par les élites adverses comme existentiel et poursuivi avec toutes les ressources dont dispose l'État. La guerre qui en résultera deviendra une guerre d'usure et favorisera l'État dont l'économie, la doctrine et la structure militaire sont mieux adaptées à cette forme de conflit.

Si l'Occident envisage sérieusement un éventuel conflit entre grandes puissances, il doit examiner attentivement sa capacité industrielle, sa doctrine de mobilisation et ses moyens de mener une guerre de longue durée, plutôt que de mener des wargames couvrant un seul mois de conflit et d'espérer que la guerre s'arrêtera ensuite. Comme la guerre d'Irak nous l'a appris, l'espoir n'est pas une méthode.

source :  Royal United Services Institute

envoyé par  Mendelssohn Moses

 reseauinternational.net

 Commenter