01/04/2024 euro-synergies.hautetfort.com  7 min #245974

Surmonter la « vallée de la mort »

Surmonter la "vallée de la mort"

Leonid Savin

Source:  geopolitika.ru

À la fin de l'année 2022, le ministère américain de la défense a décidé de créer une nouvelle structure, l'Office of Strategic Capital. Comme il a été indiqué lors de sa création, l'Office devait surmonter la "vallée de la mort", qui a longtemps empêché le Pentagone d'introduire de nouvelles technologies.

La "vallée de la mort" est un phénomène lié à la bureaucratie, lorsque de nouvelles opportunités liées à des technologies innovantes financées par le ministère américain de la défense ne se concrétisent pas en raison de l'incapacité à combler le fossé entre le développement et la mise en œuvre du produit.

La raison de la création de cette structure spéciale est probablement l'échec de la troisième stratégie de compensation (ou de remboursement) annoncée par l'ancien secrétaire américain à la défense, Ashton Carter, en 2015. La puissance militaire croissante de la Chine, associée à ses innovations technologiques, puis l'expérience du conflit ukrainien, ont incité la communauté militaire américaine à revoir sa politique militaire, y compris son travail avec les contractants.

Depuis plus d'un an, le département étudie les problèmes liés à l'écart existant et semble avoir trouvé un moyen de les résoudre. Le 9 mars, le Pentagone a officiellement publié une stratégie d'investissement.

Celle-ci indique que, contrairement à la pratique actuelle qui consiste à utiliser des subventions et des contrats, "la direction se concentre sur des programmes d'investissement en capital pour les investisseurs et les entreprises en utilisant des instruments financiers tels que des prêts et des garanties de prêt. À leur tour, ces programmes d'investissement en capital attirent et dimensionnent les capitaux privés pour qu'ils investissent dans des technologies essentielles... La direction s'appuiera sur les meilleures pratiques de plus d'une centaine de programmes de prêts fédéraux existants".

Cela signifie que le Pentagone devient effectivement un organisme bancaire qui émet des obligations et des prêts pour investir dans un secteur qui l'intéresse.

Et nous ne parlons clairement pas de l'industrie établie qui sert les baleines du complexe militaro-industriel américain - Lockheed Martin, Boeing, RTX (anciennement Raytheon), General Dynamics, Northrop Grumman, L3Harris Technologies LHX et d'autres. (Ils disposent de puissants lobbies à la Maison Blanche, au Département d'État et au Pentagone lui-même, et occupent un créneau important dans la construction de systèmes et de plates-formes d'armement. La coopération avec eux se poursuivra selon un modèle établi).

Nous parlons ici de ce que l'on appelle le pôle de capital-risque, qui est principalement associé à la Silicon Valley. C'est là que sont lancées la plupart des start-ups aux États-Unis, dont certaines se transforment ensuite en méga-entreprises. Aujourd'hui, face à certains problèmes de financement, de rupture des chaînes d'approvisionnement et de la base industrielle, elles ont une bonne occasion de s'appuyer sur l'armée. Bien que l'argent, selon la nouvelle stratégie, provienne principalement des poches des contribuables.

La stratégie prescrit l'algorithme d'actions suivant. 5% des fonds destinés au programme d'investissement sont fournis par un département ou une agence contrôlé par le Pentagone, et le Trésor public donne au bénéficiaire les 95% restants. En même temps, si le promoteur-bénéficiaire se situe dans le créneau des petites entreprises, des fonds d'investissement supplémentaires doublant le montant du prêt gouvernemental sont nécessairement recherchés pour lui.

Au total, il existe 14 domaines dans lesquels des capitaux seront activement attirés pour les besoins militaires. Il s'agit des nanomatériaux et des méta-matériaux, de la biotechnologie, de la bioénergie, de la 5G et des technologies de réseaux radio ouverts, du soutien aux capteurs, de la microélectronique, des technologies d'assemblage, de la science quantique - informatique, sécurité et capteurs -, des batteries et des technologies spatiales.

Apparemment, la décision de créer de tels mécanismes de financement au profit du Pentagone a été précédée par l'expérience des années précédentes.

L'article du Washington Post intitulé "How Silicon Valley Learned to Love America, Drones and Glory" (Comment la Silicon Valley a appris à aimer l'Amérique, les drones et la gloire) rapporte qu'"entre 2021 et 2023, les investisseurs ont injecté 108 milliards de dollars dans les entreprises de technologie de défense qui construisent une gamme d'outils avancés, notamment des missiles hypersoniques, des dispositifs portables qui stimulent la productivité et des systèmes de surveillance par satellite, selon PitchBook, qui prévoit que le marché de la technologie de défense atteindra 184,7 milliards de dollars d'ici à 2027".

L'article mentionne des entreprises innovantes telles qu'Andreessen Horowitz, Anduril, Shield AI, Skydio, qui souhaitent travailler pour l'industrie de la défense américaine. D'autres, comme Apollo Defence, attirent les jeunes talents et souhaitent même inciter les étudiants à créer leur propre entreprise de technologie de défense ou à travailler pour l'une d'entre elles.

D'ailleurs, les rotations du secteur militaire vers le domaine des technologies prometteuses et vice versa sont une pratique courante aux États-Unis. On peut penser à Regina Duncan, qui travaillait depuis 1996 à l'Agence des technologies avancées de défense (DARPA) et qui a rejoint Google en 2012. L'ancien directeur général adjoint d'Apple, Tim Cook, a été nommé à la tête de l'unité d'innovation en matière de défense, sous la responsabilité directe du secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin.

Enfin, on se souvient du contrat passé par le Pentagone avec SpaceX d'Ilon Musk pour fournir aux forces armées ukrainiennes des terminaux de communication Starlink, qui s'est avéré n'être que la partie émergée de l'iceberg.

Comme cela a été récemment révélé, il existait également un "contrat secret" de 1,8 milliard de dollars avec l'Agence nationale de renseignement spatial du Pentagone. Selon certaines sources, les satellites lancés dans le cadre de ce contrat sont capables de suivre des cibles au sol presque partout dans le monde et de transmettre instantanément les données aux responsables des services de renseignement et de l'armée.

Dans le contexte des projets déjà annoncés de lancement de centaines de satellites supplémentaires en orbite terrestre basse dans un avenir très proche, ce double-fond de l'entreprise d'Ilon Musk ressemble à une nouvelle extension des tentacules du Pentagone par le biais des entreprises informatiques. C'est ainsi qu'ils ont procédé précédemment avec Google, Amazon et Facebook (propriété de Meta Corporation, reconnue en Russie comme une organisation extrémiste), en les engageant comme contractants sur un certain nombre de questions spécifiques - de la conduite d'opérations d'information-psychologie au développement de programmes et d'applications informatiques spéciaux.

Mais si l'on prend en compte toute l'histoire de la prise de décision politique aux États-Unis et la base même du système politique connu sous le nom de "triangle de fer" (c'est-à-dire la relation entre les membres du Congrès, la bureaucratie et les groupes d'intérêt), on peut conclure que cette nouvelle symbiose a plutôt été créée dans l'intérêt du capital-risque lui-même. Et il reste à voir si le Pentagone sera capable d'adapter ces innovations à ses propres règles et contraintes ou s'il deviendra l'otage d'un nouveau modèle de relations.

En tout état de cause, cette coopération va militariser les esprits de centaines de petites entreprises et de sociétés qui y verront une opportunité de profit. Et, comme dans le cas de SpaceX, on se demandera toujours si la prochaine entreprise innovante promettant d'améliorer la vie des citoyens ordinaires n'est pas une sorte de sous-traitant du ministère américain de la défense, travaillant principalement pour la machine de guerre américaine.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter