02/04/2024 lesakerfrancophone.fr  6 min #246017

Gags and Jibes

Gags et railleries

"Mon cabinet d'avocats se bat actuellement devant les tribunaux pour des élections libres et équitables dans 52 affaires réparties dans 19 États." - Marc Elias, Ninja de la guerre juridique du DNC, qui punit les électeurs.

Par James Howard Kunstler - Le 18 mars 2024 - Source  Clusterfuck Nation

Marc Elias

Avez-vous remarqué la rapidité avec laquelle le problème de l'Ukraine s'est dissipé, évanoui, phhhhttttt ? En tout cas, il a disparu du haut de page des sites web des médias américains. L'idée originale, concoctée par la stratège du département d'État Victoria Nuland, aujourd'hui démissionnée, était de faire de l'Ukraine un problème pour la Russie, mais au lieu de cela, nous en avons fait un problème pour tous les autres, en particulier pour nous, aux États-Unis, car cela ressemblait à une tentative de déclencher la Troisième Guerre mondiale. Aujourd'hui, elle n'est plus là, mais les plans qu'elle a élaborés sont apparemment toujours d'actualité.

Jusqu'à présent, notre Congrès a résisté à l'idée de débourser 60 milliards de dollars supplémentaires pour le projet ukrainien - dont la majeure partie sera blanchie par l'intermédiaire de Raytheon (RTX), General Dynamics et Lockheed Martin - et Joe Biden a donc envoyé au président ukrainien Zelensky quelques bobines de films de Laurel et Hardy. Le résultat a été la farce de la semaine dernière : quatre groupes de troupes ukrainiennes mixtes et de mercenaires provenant de divers membres de l'OTAN se sont faufilés à travers la frontière dans la région russe de Belgorod pour s'emparer d'une installation de stockage d'armes nucléaires pendant que la Russie tenait ses élections présidentielles. Je suppose que cela faisait bien sur l'écran des jeux de guerre.

Hélas, le raid a été un fiasco. Les services de renseignements russes étaient sur le coup comme des petits pains. Les raiders ont rencontré une résistance féroce et se sont repliés sur un champ de mines russe - il s'agissait de la frontière entre Kharkov (Ukr) et Belgorod (Rus) - où ils ont été anéantis. Les élections russes se sont terminées dimanche sans autre incident. V.V. Poutine, qui se présentait contre trois autres candidats issus de partis fractionnés, a remporté le scrutin avec 87 % des voix. Il est apparemment très populaire.

"Joe Biden", lui, ne l'est pas tant que ça, alors qu'il fait semblant de se représenter avec un parti qui fait semblant d'accepter le gag. L'Ukraine est sur les rangs pour devenir le deuxième Afghanistan, un autre embarras flagrant pour l'establishment de la politique étrangère américaine et pour "JB" personnellement. Combien de temps pensez-vous que V. Zelensky se baladera à Kiev comme Al Pacino dans Scarface ?

Cette fois, la pauvre Ukraine assiégée n'aura pas besoin de l'aide de l'Amérique pour préparer un coup d'État. Lorsque cela se produira, comme il se doit, puisque M. Z a presque détruit son pays et que l'argent des États-Unis pour les salaires et les pensions du gouvernement n'est pas arrivé à temps, des pourparlers de paix auront lieu entre ses successeurs et les émissaires de Poutine. Le résultat optimal pour toutes les parties concernées - y compris l'OTAN, que l'alliance le sache ou non - sera une Ukraine démilitarisée, autorisée à essayer à nouveau d'être une nation, bien que dans un état bien moindre qu'avant qu'elle ne devienne un bâton pour les ours aux mains des américains. Elle sera tenue en laisse dans la sphère d'influence de la Russie, où elle réside en fait depuis des siècles, et la vie continuera. C'est ainsi que la Russie a dû, à grands frais, rétablir le statu quo.

Entre-temps, samedi soir, "Joe Biden" s'est présenté au dîner annuel "Gridiron" organisé par l'Association des correspondants de la Maison Blanche, où il a déclaré à la salle de bal des quislings de la communauté des services de renseignement : "Vous rendez possible pour les citoyens ordinaires d'avoir accès à l'information. Vous permettez aux citoyens ordinaires de remettre en question l'autorité sans crainte ni intimidation". Le dîner est traditionnellement l'occasion de plaisanteries et de railleries. Il devait donc s'agir d'un gag, n'est-ce pas ? Essayez d'imaginer le New York Times remettant en question l'autorité. Par exemple, l'autorité du DOJ, du FBI, du DHS et du tribunal fédéral de district de Washington. L'hilarité est immédiate, n'est-ce pas ?

Aujourd'hui, lundi 18 mars 2024, les avocats de l'État du Missouri (et d'autres parties) dans un procès contre "Joe Biden" (et d'autres parties) soutiendront devant la Cour suprême que les agences gouvernementales susmentionnées, ainsi que le département d'État américain, avec l'aide de la Maison-Blanche (et de la plupart des journalistes de la Maison-Blanche), se sont efforcés pendant des années d'empêcher les citoyens ordinaires de remettre en question l'autorité. Par exemple, la remise en question de la farce Covid-19 du ministère de la défense, de l'opération de vaccination du CDC, de la fraude électorale de 2020 du DNC, des expériences Frankenstein de la CIA en Ukraine, de l'"insurrection" du J6, et de bien d'autres histoires imposées aux citoyens ordinaires des États-Unis.

Plus précisément, l'affaire Missouri v. Biden porte sur les efforts déployés par le gouvernement pour contraindre les médias sociaux à censurer toutes les voix qui remettent en question le dogme officiel. L'affaire porte sur la naissance d'un nouveau concept - nouveau pour l'Amérique, en tout cas - connu sous le nom de "désinformation", c'est-à-dire la vérité sur ce que fait notre gouvernement qui ne peut pas être autorisée à entrer dans l'arène publique, ce qui rend très difficile pour les citoyens ordinaires de remettre en question l'autorité. Le gouvernement soutiendra apparemment qu'il n'a pas exercé de contrainte, mais qu'il a simplement essayé de persuader les responsables des médias sociaux de faire telle ou telle chose.

L'un des juges pourrait peut-être demander comment il se fait qu'un avocat en chef du FBI, James Baker, après une brève halte dans un groupe de réflexion à Washington, ait accepté le poste d'avocat en chef de Twitter en 2020. Il s'agit là d'un étrange revirement, n'est-ce pas ? Et les citoyens ordinaires n'en ont généralement pas été informés avant l'automne 2022, lorsque Elon Musk a racheté Twitter et s'est plongé dans ses rouages.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d'abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu'au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter