02/04/2024 lesakerfrancophone.fr  7 min #246019

La mission de Kuleba en Inde fut un succès mitigé

Par M.K. Bhadrakumar - Le 30 mars 2024 - Source  Indian Punchline


Les entretiens du ministre ukrainien des affaires étrangères, Dmytro Kuleba, à New Delhi vendredi se sont essentiellement résumés à des réunions avec seulement deux responsables indiens : son homologue indien S. Jaishankar et le conseiller adjoint à la sécurité nationale Vikram Misri. Le Premier ministre Narendra Modi n'a pas reçu Kuleba. Dans l'ensemble, le pays hôte a adopté une  approche discrète de sa visite.

Comme le fantôme de Banquo lors du banquet de Macbeth pour les thanes écossais dans la pièce de Shakespeare, l'horrible attentat terroriste contre l'hôtel de ville Crocus de Moscou le 22 mars a quelque peu dramatisé la visite de Kuleba.

Dans cette situation d'urgence, l'équilibre et la dignité avec lesquels Jaishankar a joué le rôle de l'hôte imperturbable ont été remarquables. Contrairement à Macbeth, qui fut si bouleversé que les thanes furent priés de partir et décida lui-même de rendre visite aux sorcières le lendemain, Jaishankar est un diplomate accompli, bien que le terrorisme transfrontalier - en particulier la variante parrainée par l'État - soit un sujet extrêmement sensible pour les Indiens.

Dès que la nouvelle de Crocus City Hall est parvenue à Jaishankar, alors qu'il était en transit à Singapour dans le cadre d'une tournée de l'ANASE, il s'est  exprimé sur les relations profondes qu'entretient l'Inde avec la Russie. Jaishankar a souligné les raisons pour lesquelles l'Inde devrait envisager ses relations avec la Russie de son point de vue.

"Alors, dites-moi si la Russie nous a aidés ou nous a fait du tort ? À des moments cruciaux, la Russie a-t-elle contribué ou fait obstruction ? À l'avenir, y a-t-il des avantages à tirer de la Russie, ou n'y aura-t-il que des dommages ?" a demandé M. Jaishankar.

Il a ajouté : "Si je fais mes calculs à partir de mon point de vue et de mon expérience, j'obtiendrai la réponse. Dans le cas présent, la réponse est que la Russie est un pays avec lequel nous avons toujours entretenu des relations positives. L'Inde et la Russie ont toutes deux pris soin de veiller aux intérêts de l'autre. Je pense donc que nous devrions avoir cette confiance pour aller de l'avant".

En effet, les remarques de Jaishankar ont donné le ton à la visite de Kuleba une semaine plus tard. Le moment choisi pour la visite de Kuleba était quelque peu décousu. Alors qu'il s'entretenait à Delhi, on apprenait de Moscou que les enquêteurs russes sur l'incident du Crocus City Hall étaient sur le point d'étayer les preuves de la complicité de nationalistes ukrainiens dans l'incident. Vendredi, ils ont rassemblé les preuves que les auteurs de l'attentat ont été payés en crypto-monnaie.

La mission de Kuleba visait principalement à rallier l'Inde à un probable "sommet de la paix" qui se tiendrait en Suisse au cours de l'été et qui s'appuierait sur la "formule de paix" proposée par le président Vladimir Zelensky en novembre 2022, appelant notamment au retrait des forces russes de ses nouveaux territoires du Donbass, des oblasts de Zaporozhye et de Kherson, ainsi que de la péninsule de Crimée. Avant l'arrivée de Kuleba à Delhi, Zelensky a appelé le Premier ministre Narendra Modi pour l'exhorter à participer au "sommet de la paix". La réponse de Modi s'est toutefois limitée à réaffirmer le "soutien constant de l'Inde à tous les efforts visant à instaurer la paix et à mettre fin au conflit dès que possible".

Ce qui est curieux dans ce sommet de la paix, c'est le plan de jeu de l'Occident qui consiste à tenir la Russie à l'écart, même si les représentants des pays civilisés élaborent un plan de règlement et ne font part de leur décision à Moscou qu'ensuite. L'idée est d'isoler la Russie.

Le hic, c'est que Zelensky a impétueusement promulgué une loi qui lui interdit expressément de participer à des pourparlers de paix avec la Russie. Il a fait cela apparemment pour apaiser les États-Unis et le Royaume-Uni ! D'autre part, l'Ukraine se trouve aujourd'hui dans une position beaucoup plus faible. L'Occident n'est plus convaincu que la Russie peut être vaincue dans la guerre.

La formule de paix de Zelensky ne fait pas recette dans les pays du Sud. C'est là que la participation de la Chine et de l'Inde au sommet prévu en Suisse est considérée par l'Ukraine et ses mentors occidentaux comme un "changement de donne" potentiel.

L'Inde s'est associée au processus lors des réunions précédentes en Arabie saoudite et en Turquie, mais cela n'a pas marqué de changement dans la position indienne sur la question de l'Ukraine en tant que telle. L'Inde suit de près les pas de la Chine dans de tels numéros de trapéziste et elle a déjà fait savoir qu'elle envisageait de participer au prochain sommet pour la paix, tout en ajoutant une mise en garde selon laquelle toutes les parties intéressées, y compris la Russie, doivent être impliquées dans la résolution de la crise ukrainienne. Delhi imitera probablement la position de Pékin.

Lors de son séjour à Delhi, Kuleba a fait preuve d'une retenue inhabituelle sur le terrain interdit des relations entre l'Inde et la Russie. Mais des éclairs de son esprit acerbe se sont manifestés lors d'une autre  interview avec le Financial Times, un journal qui, en tant qu'observateur avisé de la politique du DC, sait qu'il est exceptionnellement proche de l'administration Biden.

Kuleba a ouvertement contesté les remarques de Jaishankar à Singapour en déclarant au FT que "la coopération entre l'Inde et la Russie est largement basée sur l'héritage soviétique. Mais ce n'est pas un héritage qui sera conservé pendant des siècles ; c'est un héritage qui est en train de s'évaporer".

Pour faire bonne mesure, Kuleba a ajouté : "Les relations sino-russes devraient faire l'objet d'une attention particulière de la part de l'Inde, compte tenu de ses prérogatives en matière de sécurité nationale." Ces remarques gratuites trahissent un sentiment de frustration.

Certes, le FT a noté que « Kiev a lutté pour gagner la sympathie de l'Inde et de nombreux autres pays de ce qu'on appelle le Sud global. Ces États ont pour la plupart évité de prendre parti dans une guerre qu'ils considèrent comme l'affaire des nations riches et dont ils ont payé le prix économique en perturbant le commerce et en augmentant les coûts. »

Les pressions exercées par les Ukrainiens en faveur d'un rééquilibrage potentiel des liens entre New Delhi et Moscou ont peu de chances d'être acceptées dans un pays qui s'enorgueillit de sa politique étrangère indépendante et qui entretient des relations étroites avec la Russie depuis des décennies... Au début du mois, le Premier ministre Narendra Modi a adressé ses "chaleureuses félicitations" à Poutine après sa réélection à l'issue d'une course que l'opposition n'a pas eu la possibilité de contester de manière significative.

Il n'en reste pas moins que Delhi pourrait envoyer un représentant au sommet en Suisse, mais qu'il est peu probable qu'il modifie sa position initiale sur la nécessité de résoudre le conflit sur une base bilatérale. Ainsi, le représentant de Delhi, tout en enregistrant sa présence en Suisse, gardera les yeux et les oreilles ouverts, mais ne signera rien qui touche aux sensibilités et aux préoccupations essentielles de la Russie.

Néanmoins, Kuleba peut se targuer d'avoir réussi sa mission à Delhi dans la mesure où il peut interpréter la participation indienne au sommet comme l'élevant au rang d'événement de grande envergure impliquant également le monde non occidental.

Delhi est parfaitement conscient de la forte probabilité d'une escalade de la guerre en Ukraine à la suite de l'attentat terroriste contre le Crocus City Hall de Moscou. L'administration Biden se désintéresse singulièrement de tout pourparler de paix avec la Russie - du moins, pas avant les élections de novembre.

C'est ce qui ressort de l'allusion alléchante faite jeudi par le président des chefs d'état-major des armées américaines, le général C.Q. Brown, selon laquelle la fourniture à l'Ukraine de missiles ATACMS à longue portée pouvant atteindre Moscou ne signifierait pas nécessairement le franchissement de la "ligne rouge" du Kremlin.  Selon le magazine Defense One, la réaction discrète de la Russie à une série d'attaques ukrainiennes récentes à l'intérieur du territoire russe a enhardi le Pentagone à tirer une conclusion aussi audacieuse.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter