03/04/2024 lesakerfrancophone.fr  4 min #246060

Ukraine. Quand les experts militaires ne savent pas lire les cartes


Par  Moon of Alabama− Le 2 avril 2024

Personne ne s'attend à ce que les fonctionnaires occidentaux soient bien informés, surtout pas en ce qui concerne les faits. Mais certains d'entre eux dépassent même les attentes les plus modestes que l'on puisse avoir - et pas dans le bon sens.

Prenons l'exemple de  cet article d'Evelyn N. Farkas, publié il y a deux jours :

 L'Ukraine n'est pas en train de perdre ; l'aide américaine doit continuer - The Hill, 31 mars 2024
La faction du Congrès qui s'oppose à l'aide à l'Ukraine partage un point de vue commun avec le Kremlin : l'Ukraine est de toute façon en train de perdre la guerre contre la Russie. De retour d'Ukraine, où j'ai rencontré de hauts responsables ukrainiens et participé à une conférence sur la sécurité, j'ai trouvé des preuves substantielles du contraire.

Mme Farkas n'a fait que s'entretenir avec des partisans de l'Ukraine à Kiev. Elle a mis par écrit ce qu'ils ont affirmé et essaie maintenant de vendre cela comme étant la réalité. Elle pense qu'elle est qualifiée pour le faire parce qu'elle a occupé un poste élevé au sein du ministère américain de la défense :

Evelyn N. Farkas est directrice exécutive de l'Institut McCain et ancienne secrétaire adjointe à la défense pour la Russie, l'Ukraine et l'Eurasie.

Cela prouve toutefois qu'elle est extrêmement mal informée et qu'elle n'est absolument pas qualifiée pour porter un quelconque jugement :

Si les Ukrainiens ne se réjouissent guère d'une nouvelle offensive russe au printemps ou à l'été, ils estiment qu'elle est probable. Les fonctionnaires que nous avons rencontrés ont expliqué que Poutine a besoin de montrer des progrès, une sorte de victoire pour justifier une nouvelle mobilisation et, enhardi par ses fausses élections, il est susceptible d'agir sur le terrain et d'essayer une fois de plus d'ouvrir un corridor terrestre vers la Crimée. Mais de telles décisions risquent de semer les germes d'une dispersion des troupes.

Le corridor terrestre entre la Crimée et le reste de la Fédération de Russie a été établi au début du mois de mars 2022, moins de deux semaines après le début de la phase actuelle de la guerre.

À l'époque, même les cartes de l'Institut néoconservateur pour l'étude de la guerre l'indiquaient :

 Agrandir

Les cartes du ministère français de la Défense le confirment :

 Agrandir

Ce corridor terrestre existe depuis lors et n'a jamais été coupé. La "contre-attaque" ukrainienne de l'été dernier était censée le faire. Elle a échoué. Pendant ce temps, la Russie a renforcé ce territoire et augmenté sa valeur en construisant une nouvelle voie ferrée (rouge) le long de la côte de la mer d'Azov, ce qui raccourcira considérablement la liaison ferroviaire le long du corridor.

 Agrandir

Les militaires ukrainiens n'apprécient pas cette situation et tenteront de  détruire la nouvelle ligne (traduction automatique) :

L'Ukraine promet également de s'attaquer à la voie ferrée que la Fédération de Russie construit depuis plus d'un an le long de la mer d'Azov, dans le territoire occupé de l'Ukraine. Cela peut poser un sérieux problème, estime Kirill Budanov, chef de la direction principale des renseignements du ministère ukrainien de la défense.

"Le processus de construction est presque terminé, ce qui peut nous poser un sérieux problème", a déclaré Budanov, précisant que l'armée ukrainienne se prépare déjà à lancer des frappes sur la voie ferrée. "Nous avons de l'expérience en la matière, et c'est beaucoup plus facile que pour le pont de Crimée", a déclaré Budanov.

La dernière opération de Budanov, l'incursion du mois dernier en Russie en direction de Belgograd, a été un grave échec. Les troupes impliquées ont subi des pertes extrêmement élevées.

Les militaires russes s'attendent à voir surgir des saboteurs le long de la nouvelle ligne de chemin de fer et sauront comment s'en occuper. Elle dispose également de ses propres troupes ferroviaires qui peuvent réparer les dommages causés aux lignes de chemin de fer en moins de temps qu'il n'en faut pour les saboter.

Quant à Farkas, on se demande vraiment comment une telle erreur a pu échapper à la stagiaire qui a rédigé cet article, à ses propres yeux, ainsi qu'à ceux des rédacteurs en chef de The Hill qui l'ont soi-disant relu avant qu'il ne soit publié.

Cela en dit long sur la qualité des analyses émanant de Washington DC - et pas dans le bon sens.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter