03/04/2024 reseauinternational.net  4 min #246088

Les perspectives du plan de paix chinois pour l'Ukraine

par Alexandre Lemoine

Il y a un an, la Chine a proposé son plan de paix pour l'Ukraine. Récemment, le représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires eurasiennes, Li Hui, a effectué une tournée européenne pour déterminer si Pékin pourrait agir en tant que médiateur entre la Russie et l'Ukraine. Par des méthodes de diplomatie de la navette, il a cherché à comprendre comment l'attitude en Europe vis-à-vis du conflit ukrainien avait changé et s'il était possible d'organiser des négociations de paix entre Moscou et Kiev.

Rappelons que le plan de paix chinois pour l'Ukraine, qui comprend 12 points,  se résume à ce qui suit : respecter la souveraineté de tous les États ; renoncer à la mentalité de la guerre froide ; mettre fin aux conflits militaires ; entamer des négociations de paix ; éliminer la crise humanitaire ; protéger les populations civiles et les prisonniers ; assurer la sécurité des centrales nucléaires ; réduire le risque stratégique ; garantir l'exportation des céréales ; annuler les sanctions unilatérales ; assurer la stabilité des chaînes de production et d'approvisionnement ; contribuer à la reconstruction post-conflit.

Initialement, le plan de paix chinois a été mal interprété en Occident, affirmant qu'il ne contenait que des «termes généraux». En réalité, le plan de Pékin est un ensemble de principes et d'approches, car la Chine voulait avant tout comprendre comment d'autres pays réagiraient à l'initiative proposée. On suppose qu'il est d'abord nécessaire de parvenir à un consensus sur les principes et les approches générales (les 12 points mentionnés). Ensuite, il est possible d'avancer et de discuter de sujets plus concrets : où, quand et comment les négociations se dérouleront, au cours desquelles on peut discuter d'une feuille de route. Ce n'est pas un hasard si Moscou a perçu certains points comme une base pour les négociations de paix (lorsque Kiev et l'Occident seront prêts pour cela).

La Russie a noté également que les 12 points du plan de paix étaient interconnectés et interdépendants : il est nécessaire de respecter tous les points dans leur intégralité. En d'autres termes, si l'on parle de cesser le feu et de négocier, cela implique également de lever toutes les sanctions contre la Russie.

Le document chinois est construit sur une logique impeccable, du général au particulier. Il établit la cause première du conflit, à savoir l'absence de mécanismes fonctionnels pour assurer la sécurité commune (quand il est impossible d'assurer sa propre sécurité aux dépens des autres).

Selon Moscou, cela ne peut être atteint qu'en s'asseyant à la table des négociations. Or, pas sur les termes de  la «formule de paix» du président ukrainien Volodymyr Zelensky, où les accords sont discutés et élaborés sans la Russie, mais avec sa participation égale, au cours de laquelle, selon le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, la Russie est «prête à garantir les intérêts légitimes de sécurité d'autres participants au processus».

Actuellement, un an après la publication du plan de paix chinois, la question est de savoir si les conditions pour celui-ci ont mûri. Dans ce sens, la tournée européenne du représentant spécial de la Chine pour les affaires eurasiennes, Li Hui, semble avoir porté ses fruits. Les autorités chinoises considèrent la résolution pacifique du conflit en Ukraine comme l'objectif le plus urgent et prioritaire,  a déclaré le représentant spécial lors d'une conférence de presse après son voyage : «Nous espérons un format de coopération internationale qui sera reconnu à la fois par la Russie et l'Ukraine, où toutes les parties participeront sur un pied d'égalité, discutant équitablement de tous les projets proposés».

Lors de la Conférence de Munich sur la sécurité en février 2024, même Volodymyr Zelensky, persuadant le président de la Suisse d'organiser une autre conférence internationale sur l'Ukraine dans le cadre de la promotion de son «plan de paix», semblait d'accord pour inviter la Russie, mais seulement après l'élaboration de certaines propositions par les autres.

Et maintenant, à l'issue de la tournée du représentant spécial, la Chine fait comprendre que cette option est sans perspective, discuter de la résolution pacifique sans la Russie est inutile et Pékin ne participera pas à cela. Cela est compris non seulement en Chine, mais aussi dans d'autres capitales du Sud global, que l'Ukraine et l'Occident essaient d'attirer de leur côté.

Actuellement, la Chine dit qu'elle considère la résolution pacifique en Ukraine comme l'objectif le plus urgent et prioritaire, ce à quoi Kiev, dont les positions de négociation se détériorent de jour en jour, devrait penser avant tout.

source :  Observateur Continental

 reseauinternational.net

 Commenter