03/04/2024 investigaction.net  7 min #246092

Les acolytes américains du génocide israélien à Gaza

Patrick Martin


(AFP)

Alors que le monde découvrait les images des horreurs d'Al-Shifa, les politiciens américains, eux, participaient à des événements luxueux ignorant délibérément la tragédie en cours à Gaza.

Les scènes de destruction et de mort massives à l'hôpital Al-Shifa, dans le nord de la bande de Gaza, après le retrait des Forces de défense israéliennes (FDI), sont parmi les plus horribles dont le monde ait été témoin depuis la barbarie des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Des centaines de corps jonchent les décombres de ce qui était autrefois le plus grand lieu de guérison de la bande de Gaza. Des témoins décrivent la «puanteur des corps en décomposition» et le fait qu'il faille marcher sur des morceaux de corps pour traverser les décombres.

Israël est engagé dans une guerre d'extermination sans limites. Cette guerre dépend d'un flux ininterrompu d'armes et du soutien financier des États-Unis, de la Grande-Bretagne, du Canada et de l'Union européenne (l'Allemagne en tête), sans lesquels le génocide ne pourrait se poursuivre.

Pendant que ces horreurs se déroulaient, la campagne de réélection de Joe Biden organisait jeudi une collecte de fonds au Radio City Music Hall de New York, où trois présidents démocrates, Bill Clinton, Barack Obama et Joe Biden, ont uni leurs forces pour défendre la politique actuelle des États-Unis.

Des centaines de manifestants étaient à l'extérieur pour montrer leur soutien au peuple palestinien. À l'intérieur, plusieurs personnes ont pu se lever pour dénoncer le génocide israélien et le soutien du gouvernement Biden.

La réponse des trois présidents a été de réaffirmer leur solidarité avec Netanyahou. Biden a déclaré: «Vous ne pouvez pas oublier qu'Israël est dans une position où son existence même est en jeu». Et ce, dans des conditions où l'existence des Palestiniens est anéantie par les bombes et la famine.

Obama a sermonné les manifestants sur la nécessité d'«écouter», c'est-à-dire de se taire et de laisser les bellicistes expérimentés comme lui et Biden prendre les décisions. La majeure partie du public, composée de multimillionnaires ayant payé des sommes colossales pour l'entrée, a applaudi. Les artistes qui ont participé à l'émission (Colbert, Queen Latifah, etc.) ont manifesté leur approbation. Tous se sont couverts de honte.

L'événement du Radio City Music Hall a permis de récolter un montant record de 26 millions de dollars, alors que les démocrates riaient et plaisantaient avec les banquiers et les milliardaires. Trump et les républicains tenteront de dépasser ce chiffre cette semaine lors d'un événement organisé à Mar-a-Lago, la propriété de Trump, par le milliardaire du fonds spéculatif John Paulson. Les deux partis sont des instruments politiques des super-riches, inébranlablement engagés dans la défense du système de profit à l'intérieur du pays et de l'impérialisme américain à l'étranger.

Les sentiments homicides qui enveloppent la classe dirigeante dans son ensemble ont été exprimés la semaine dernière par Tim Walberg, membre républicain du Congrès du Michigan, qui a appelé à une destruction rapide de l'enclave, sur le modèle d'«Hiroshima et Nagasaki», les villes japonaises anéanties par les bombes nucléaires américaines en août 1945.

Biden a fait suivre la collecte de fonds organisée jeudi à Manhattan d'une chasse aux œufs de Pâques organisée lundi sur la pelouse de la Maison-Blanche. Tout le monde s'est manifestement bien amusé. On ne sait pas combien d'enfants palestiniens ont été tués par les bombes américaines pendant l'heure qu'a duré l'événement, mais il est certain qu'aucun œuf n'était disponible pour eux, dans les conditions de famine massive qui règnent à Gaza.

Au milieu de cette frivolité, une escalade massive du conflit au Moyen-Orient était en cours, une attaque aérienne israélienne ayant été dirigée contre l'ambassade iranienne à Damas, la capitale de la Syrie, lundi. L'explosion massive a tué au moins six Iraniens, dont deux hauts responsables de la force Quds, une unité d'élite du corps des gardiens de la révolution iranienne. L'attaque était doublement illégale, puisqu'elle a violé l'espace aérien syrien avant de frapper un bâtiment consulaire iranien, considéré comme un territoire iranien en vertu du droit international.

Des centaines de millions de personnes dans le monde sont révoltées par les images en provenance de Gaza, malgré la censure quasi totale imposée par les grands médias. Elles sont scandalisées par l'escalade des provocations militaires d'Israël et des forces des États-Unis et de l'OTAN dans tout le Moyen-Orient.

L'alignement des présidents démocrates au Radio City Music Hall explique pourquoi les manifestations de masse ont été totalement inefficaces pour changer la politique du gouvernement. Les trois présidents sont identifiés au développement de la politique de guerre de l'impérialisme américain au cours des trois dernières décennies. Clinton (1993-2001) a supervisé une série d'interventions militaires américaines dans l'ex-Yougoslavie, notamment une guerre aérienne de grande envergure contre la Serbie, ainsi que des bombardements en Afghanistan, en Irak et au Soudan.

Obama (2009-2017) a poursuivi les guerres en Irak et en Afghanistan entamées par le républicain George W. Bush, tout en bombardant la Libye et en soutenant les forces islamiques dans ce pays et en Syrie, plongeant les deux pays dans des guerres civiles sanglantes. Il a étendu la poursuite mondiale de la confrontation militaire avec son «virage vers l'Asie», promettant de déplacer la majorité des forces militaires américaines vers la région Asie-Pacifique pour affronter la Chine.

Depuis son entrée en fonction, le principal objectif de Joe Biden a été de déclencher puis d'intensifier la guerre par procuration menée par les États-Unis et l'OTAN contre la Russie en Ukraine, à laquelle le gouvernement a consacré d'énormes ressources financières et militaires. Cette guerre, qui risque de provoquer l'anéantissement nucléaire, s'accompagne désormais d'un soutien total au génocide israélien à Gaza et d'une poursuite de la guerre en Asie, par le biais d'alliances anti-chinoises et d'un ensemble de bases américaines.

Les trois gouvernements démocrates ont utilisé de vagues promesses d'amélioration sociale à l'intérieur du pays, rapidement abandonnées, pour masquer la croissance du militarisme. Clinton s'est présenté comme «l'homme de l'espoir», mais il s'est allié aux républicains pour «mettre fin à l'aide sociale telle que nous la connaissons». Obama, le candidat de «l'espoir et du changement», a utilisé son identité de premier président afro-américain comme couverture pour un sauvetage massif de Wall Street aux dépens de la classe ouvrière. Biden prétendait se battre pour préserver «l'âme de l'Amérique» contre le danger de Trump, mais il a poursuivi la répression frontalière de Trump et démantelé toutes les mesures de protection contre la pandémie de COVID-19.

Une fois de plus, lors des élections de 2024, les syndicats et les groupes de la pseudo-gauche cherchent à étouffer toute lutte indépendante de la classe ouvrière et insistent sur la nécessité de soutenir Biden et les démocrates afin d'empêcher la victoire et la réélection de l'ex-président Trump. Biden est supposément le seul espoir de défendre la démocratie en Amérique, comme si ce criminel de guerre sénile de 81 ans était tout ce qui restait pour s'opposer à la dictature fasciste.

Réagissant au massacre de l'hôpital Al-Shifa et à l'assassinat de responsables iraniens, Joseph Kishore, candidat à la présidence du Parti de l'égalité socialiste, a écrit dans une déclaration :

La classe ouvrière internationale dispose d'un immense pouvoir social et il est nécessaire qu'elle agisse pour mettre fin au massacre. Dans notre campagne électorale pour le Parti de l'égalité socialiste, @jerrywhiteSEP et moi-même avons l'intention de mener une campagne agressive au sein de la classe ouvrière, dans les usines et sur les lieux de travail, afin de relier les luttes qui se développent contre l'exploitation et l'inégalité à une lutte contre le génocide et la guerre impérialiste plus large dont elles font partie.

La réponse nécessaire au génocide à Gaza est la lutte pour le socialisme, pour prendre le pouvoir des mains des oligarques capitalistes et pour réorganiser l'économie mondiale sur la base de l'égalité.

Telles sont les questions posées à la classe ouvrière, aux États-Unis et dans le monde, dans le cadre de la lutte contre les horreurs commises à Gaza.

Source :  World Socialist Web Site

 investigaction.net

 Commenter