03/04/2024 middleeasteye.net  4 min #246096

L'armée israélienne a créé des « zones de mise à mort » où ont été pris pour cible des civils palestiniens non armés

Par  MEE

Les zones de « combat » ou de « mise à mort » conçues par l'armée israélienne à Gaza pour cibler les combattants palestiniens ont tué sans discernement les civils qui y pénétraient

L'armée  israélienne a créé des « zones de mise à mort » qui ont ciblé et tué sans discernement des civils dans la  bande de Gaza, selon un nouveau rapport.

De hauts responsables de l'armée et des soldats ayant servi sur les lignes de front ont  confirmé à Haaretz que les forces  israéliennes avaient tué des civils  palestiniens et ensuite affirmé qu'il s'agissait de terroristes parce qu'ils se trouvaient dans une zone particulière désignée sous le nom de « zone de combat ».

« Il est étonnant d'entendre les rapports après chaque opération concernant le nombre de terroristes tués », a déclaré à Haaretz un officier supérieur du commandement sud de l'armée.

« Pas besoin d'être un génie pour réaliser qu'il n'y a pas des centaines ou des dizaines d'hommes armés qui courent les rues de Khan Younès ou de Jabaliya pour combattre les FDI [Forces de défense d'Israël]. »

Les officiers ont également admis auprès de Haaretz que certains des Palestiniens tués dans ces zones dites de « combat » ou de « mise à mort » étaient peut-être retournés chez eux ou venus chercher de la nourriture alors que les craintes d'une  famine généralisée dans le nord de Gaza continuent de croître.

Les soldats ont expliqué à Haaretz qu'une zone de « combat » était constituée des environs d'une maison abandonnée où un groupe de soldats s'était installé.

Les soldats utilisent ensuite des postes d'observation à l'extérieur de la bande de Gaza pour examiner la zone et déterminer ce qui est considéré comme un danger. Les limites de chaque zone sont toutefois sujettes à l'interprétation du commandant de cette zone spécifique.

« Dès que des personnes entrent [dans la zone de mise à mort], principalement des hommes adultes, l'ordre est de tirer et de tuer, même si cette personne n'est pas armée »

- Un officier de réserve de l'armée israélienne

« Dans chaque zone de combat, les commandants définissent de telles zones de mise à mort », a déclaré un officier de réserve à Haaretz.

« Cela implique de claires lignes rouges que quiconque n'appartenant pas aux FDI ne peut franchir afin que nos forces dans la zone ne soient pas touchées. »

« Dès que des personnes y entrent, principalement des hommes adultes, l'ordre est de tirer et de tuer, même si cette personne n'est pas armée. »

L'absence de discrimination dans les zones de mise à mort de l'armée a également coûté la vie à trois otages israéliens détenus par des groupes palestiniens dans la bande de Gaza.

Les autorités sanitaires locales ont confirmé que les forces israéliennes avaient tué au moins 32 975 Palestiniens dans la bande de Gaza jusqu'à présent depuis le début de la guerre le 7 octobre.

Le 28 mars, Al Jazeera a  diffusé des images montrant que les forces israéliennes avaient tué deux Palestiniens non armés qui retournaient vers le nord de Gaza.

Les images montrent au moins un des hommes palestiniens tués par les soldats israéliens s'approcher des soldats en agitant un drapeau blanc pour montrer qu'ils ne représentent pas une menace.

Un véhicule blindé poursuit alors cet homme avant que les soldats israéliens ne lui tirent dessus, et qu'il ne tombe au sol. Les forces israéliennes utilisent ensuite un bulldozer pour enterrer les deux hommes.

Un porte-parole de l'armée israélienne a déclaré que celle-ci enquêtait sur l'incident et a affirmé que la vidéo d'Al Jazeera avait été modifiée et ne montrait pas le contexte de la situation.

Traduit de l'anglais ( original).

Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et d'autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s'appliquent, veuillez remplir ce  formulaire en anglais. Pour en savoir plus sur MEE,  cliquez ici en anglais.

 middleeasteye.net

 Commenter