03/04/2024 euro-synergies.hautetfort.com  7 min #246125

Europe 1914 - 2024. Encore des somnambules?

par Anton Giulio De Robertis

Source:  sinistrainrete.info

À la veille de la Première Guerre mondiale, le sentiment dominant en Europe, le "topos", était celui de l'improbabilité de la guerre. Un sentiment que les positions peu scrupuleuses de nombreux dirigeants européens tendent à raviver aujourd'hui.


Ces dernières semaines, on a assisté à un retour sur un livre publié en 2013 par Christopher Clark sur la genèse de la Première Guerre mondiale, Les somnanbules. Eté 1914. Comment l'Europe a marché vers la guerre (The Sleepwalkers. How Europe got to the Great War), dans lequel les dirigeants qui ont mené leur pays à la guerre sont décrits comme des somnambules, c'est-à-dire des acteurs qui ont marché irrésistiblement vers un objectif dont ils n'étaient pas pleinement conscients.

L'étude analyse les dynamiques qui ont conduit au déclenchement de la Grande Guerre par des pays dont les sociétés, jusqu'aux échelons les plus élevés, sont restées liées au topos de l'"improbabilité de la dégénérescence" en un conflit général de la crise austro-serbe, pourtant grave.

Aujourd'hui, la guerre russo-ukrainienne risque de provoquer une dynamique similaire, car pendant toute la seconde moitié du 20ème siècle et les premières décennies de ce siècle, la conviction largement répandue, c'est-à-dire le topos, de l'impossibilité d'un conflit entre puissances dotées de l'arme nucléaire a dominé en raison de l'énormité des destructions qu'il entraînerait et auxquelles même l'hypothétique vainqueur n'échapperait pas.

En conclusion de son analyse de la genèse de la guerre qui a opposé les puissances de l'Entente, la France, la Grande-Bretagne et la Russie, à celle de la Triple Alliance (mais avec la défection de l'Italie) entre l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne, Clark cite une phrase emblématique du topos de l'improbabilité prononcée en 1936, sur le balcon de l'hôtel de ville de Sarajevo, par Rebecca West, leader d'opinion dans le monde anglo-saxon de son époque : "Je ne comprendrai jamais comment cela a pu se produire".

Une phrase qui reprenait, plus de vingt ans plus tard, le sentiment largement répandu dans tous les cercles responsables des puissances qui se sont retrouvées plus tard impliquées dans la guerre.

En fait, cette conviction est restée dominante dans les milieux politiques et militaires de ces pays jusqu'à l'ultimatum de Vienne à la Serbie. Jusqu'à cette date, ces milieux, même après la tentative d'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand, ont conservé leur optimisme quant à l'évolution de la crise et n'ont pas renoncé à la traditionnelle pause estivale ni à la routine des échanges internationaux.

Le chef d'état-major allemand Helmut von Moltke, par exemple, n'a pas interrompu sa cure thermale à Carlsbad; l'empereur Guillaume II est parti pour la Norvège le 21 juillet, en pleine crise, montrant qu'il excluait la possibilité d'une escalade vers un conflit majeur. De même, dans le camp opposé, le président français Poincaré, de retour avec le premier ministre Viviani de sa visite d'État en Russie, trouve déplacé d'avoir rappelé en France quelques unités militaires du Maroc. Le Premier ministre britannique Asquith, quant à lui, consacre tout le mois de juillet à la question de l'Ulster.

Beaucoup moins optimiste, mais développant une vision essentiellement prémonitoire, un observateur extérieur très autorisé tel que le colonel House (photo), conseiller écouté du président américain Wilson, a signalé dès mai 14 que la course aux armements terrestres et navals en Europe conduirait à un conflit (1).

On sait comment la déclaration de guerre à la Serbie et la mobilisation russe ont enclenché une dynamique de mesures militaires que les hauts commandements des deux camps ne pouvaient plus différer, démentant le topos de l'improbabilité qui avait prévalu malgré la poursuite et l'aggravation de la crise austro-serbe. À partir de 1945, après l'utilisation de l'arme nucléaire contre le Japon, une conviction s'est répandue qui s'apparente en quelque sorte à la thèse de l'improbabilité du début du 20ème siècle: c'est le "topos de l'impossibilité" de la guerre nucléaire.

Après les explosions d'Hiroshima et de Nagasaki, cette conviction s'est imposée dans les milieux scientifiques les plus responsables, ainsi que dans les cercles diplomatiques et politiques de haut niveau, pour aboutir à la célèbre déclaration de Reagan et Gorbatchev à Genève en 1985: "la guerre nucléaire ne pouvait pas être gagnée et n'aurait jamais dû être menée".

Dans la crise ukrainienne, le topos qui semble donc vaciller aujourd'hui est celui de l'impossibilité d'un conflit nucléaire, alors même que dès les premiers signes de belligérance, le président américain a exclu toute hypothèse d'intervention directe des forces américaines, précisément pour éviter le déclenchement d'une escalade pouvant conduire à une confrontation nucléaire. La complication de cette position linéaire réside dans les différentes modalités de l'engagement des autres pays de l'OTAN à soutenir l'"Ukraine lésée".

Les formes et les dynamiques de ce soutien ont évolué dans une escalade continue de mesures et de fournitures de moyens qui, de défensives, ont tendu à acquérir progressivement des caractéristiques offensives - avec des développements dont les limites sont déclarées indéfinies - tout comme la réponse russe potentielle reste indéfinie, même si, à plusieurs reprises, Moscou n'a pas exclu de recourir à l'arme nucléaire, en cas de situation extrême.

Mais au-delà du déroulement des opérations sur le terrain et du type de ravitaillement envoyé à Kiev, dans les déclarations de certains dirigeants occidentaux sur le caractère inacceptable de la défaite de l'Ukraine, réapparaît l'attitude de Saint-Pétersbourg en 1914 qui, refusant a priori que la Serbie puisse être écrasée, a donné son feu vert aux mesures qui ont conduit au déclenchement de la Grande Guerre.

Ne pas s'interdire d'aider l'Ukraine à éviter sa défaite, et se réjouir de l'ambiguïté stratégique qui en résulte, implique d'adopter une attitude similaire de la part de l'autre camp, dont la panoplie comprend également l'arme nucléaire. On ne peut donc qu'être soucieux d'éviter que ne s'enclenche le même mécanisme imparable de 1914 qui a poussé les dirigeants européens à entrer en guerre comme des somnambules.

L'hypothèse de l'insertion d'unités militaires des pays atlantiques sur le théâtre de guerre ukrainien accentuerait ce risque, ajoutant une nouvelle pièce à cette guerre mondiale en morceaux dénoncée par le Pontife romain, et risquerait malheureusement de faire converger ces pièces vers un conflit mondial ouvert.

Quelles que soient les tâches que ces contingents pourraient accomplir, si certains d'entre eux tombaient sous le feu des Russes, la situation se présenterait, toujours exclue par le "topos de l'impossibilité": l'affrontement direct entre les forces russes et atlantistes.

À ces risques s'ajoute l'intention de déclencher une véritable course aux armements en Europe. Une dérive qui, déjà au début du 20ème siècle, comme nous l'avons vu, avait conduit un observateur aussi perspicace que le colonel House à prédire avec justesse l'inévitable déclenchement de la guerre, en contradiction flagrante avec l'opinion dominante de l'époque.

Une maxime très répandue veut que "l'histoire soit la maîtresse de la vie". Mais pour que la vie en profite, il faut que les leçons de l'histoire soient comprises par ceux qui sont responsables de notre destin. Pour l'instant, cela ne semble pas être le cas.

Extrait de Pluralia du 22 mars 2024

Note:

(1) Nous savons bien que le "topos de l'improbabilité" a été démenti par la dynamique imparable déclenchée après les mesures militaires de l'Autriche et de la Serbie par la volonté de Saint-Pétersbourg d'empêcher à tout prix la débâcle de la Serbie en lançant la mobilisation de ses forces. Une évolution qui, à son tour, a mis les militaires allemands en position d'imposer, comme indispensable à la sécurité de l'Empire, le déclenchement de mesures préventives similaires. Une dynamique dictée par la stratégie militaire, au-delà du souci de paix des autorités civiles, qui se trouvaient dans l'incapacité de faire des choix inspirés précisément par ce souci.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter