04/04/2024 investigaction.net  14 min #246175

Yaman de Cisjordanie « Pas un Homme libre n'oublie le visage de son bourreau »

Falasteen


(AFP)

Investig'Action a échangé avec Yaman, un jeune Palestinien de 26 ans originaire de Naplouse, sur les conditions de détentions des prisonniers palestiniens.

En préparation de cette interview, vous nous avez indiqué que vous comptiez vous rendre à Jérusalem pour y prier malgré l'interdiction des autorités israéliennes. Comment comptez-vous vous y prendre et avez-vous déjà escaladé le mur avec succès ?

Ça ne sera pas pour tout de suite. À cause des nombreux checkpoints implantés dans toute la Cisjordanie, nous devons planifier minutieusement la manière1 dont nous franchirons le mur de l'apartheid. Le plus souvent, nous escaladons le mur de huit ou neuf mètres de haut et sautons de l'autre côté. Beaucoup de jeunes tombent en martyr à cause des soldats qui nous tirent dessus à balles réelles pour nous empêcher d'escalader le mur, beaucoup d'autres sont blessés ; c'est arrivé à plusieurs de mes camarades.

Pour ma part, j'ai déjà été arrêté trois fois pour avoir escaladé ou tenté d'escalader ce mur. La fois où j'ai été arrêté à la Bab Al-Qattanin2 (Cotton Merchants' Gate) fut la plus violente de mes arrestations.

Que s'est-il passé ?

Les soldats m'ont fait m'agenouiller devant la porte d'entrée de la mosquée, devant les fidèles et les passants. Six des soldats ont commencé à me frapper violemment. Ensuite, ils m'ont menotté, les mains derrière le dos, avec quatre soldats qui me maintenaient au sol.

Puis j'ai été emmené dans le centre de détention Al-Qashla3. Là, ils m'ont forcé à retirer mes vêtements, soi-disant parce qu'ils devaient me fouiller. Puis j'ai été battu une nouvelle fois, pendant trois heures, avant qu'ils ne finissent par m'emmener vers le quartier des Marocains où se sont implantés des colons. En chemin, l'officier m'a averti que si je regardais les colons quand nous traverserions le quartier, les colons deviendraient violents et eux, les soldats, ne les empêcheraient pas de me tuer. Une voiture de police nous attendait là-bas, et nous sommes partis en direction de la prison.

Pendant le trajet, j'ai de nouveau subi des tortures physiques et psychologiques sans compter les insultes que je recevais de la part des soldats.Toute personne qui se fait arrêter se voit, en plus, infliger une amende allant de mille à cent-mille Shekels4. Certains prisonniers sont accusés par l'occupation d'avoir tué des soldats. Des amendes financières s'élevant à des millions de shekels sont donc imposées en guise de compensation aux familles.

Que pouvez-vous nous dire de la situation en Cisjordanie (y compris Jérusalem-Est) depuis le 7 octobre ?

La situation en Cisjordanie, y compris à Jérusalem, a atteint un degré d'oppression que nous n'avons jamais connu auparavant. Entre chaque village il y a des checkpoints militaires ; on ne peut visiter nos familles et nous rendre à notre travail que très difficilement et parfois, pas du tout.

Dans les rues principales, la ségrégation raciale s'est amplifiée, avec, pour prétexte d'assurer la sécurité des juifs. Nous sommes interdits de nous déplacer alors qu'eux ont la liberté de mouvement. Il y a des raids quotidiens dans les quartiers palestiniens où des citoyens sont tués ou arrêtés. Il y a aussi une politique de destructions de maisons, soit parce qu'un membre de la famille se serait engagé dans des actions de résistance contre les sionistes, soit parce que ces maisons se trouvent dans des zones qui ont été désignées zone militaire, ou dans la zone C, selon les lois de l'administration civile sioniste. Des milliers de Dounams de terres palestiniennes ont été confisquées.

le Shabah, les décharges électriques, le lâché de chiens, les tirs sur une zone précise du corps... tout ceci est fait pour faire dire aux prisonniers ce qu'ils veulent entendre.

Depuis le 7 octobre, plus de 8 000 personnes ont été arrêtées et plusieurs centaines tuées en Cisjordanie - sans compter les personnes arrêtées dans la bande de Gaza dont on ne dispose ni du nombre, ni des noms et dont on ne sait même pas si elles sont encore en vie. À cause des missiles lancés régulièrement en Cisjordanie, nous ne savons pas si nous rentrerons le soir, sains et saufs auprès de nos familles, ou en morceaux dans un congélateur. Certaines infrastructures en Cisjordanie, sont délibérément détruites. À chaque incursion, l'armée utilise un bulldozer D9 pour trouer et endommager les rues des quartiers qu'elle envahit.

Quant à Jérusalem, les confiscations de maisons dans les quartiers de Sheikh Jarrah et Silwan par exemple, continuent. Des lois très restrictives  empêchent les Palestiniens de Jérusalem de  se rendre à la mosquée Al-Aqsa, et quand ils le peuvent, ils ne le peuvent que sous certaines strictes conditions.

Quel âge aviez-vous la première fois ou vous avez été détenu et quelles ont été les raisons invoquées par les autorités ?

La première fois où j'ai été arrêté, j'avais 21 ans, l'occupation m'avait alors accusé d'être entré illégalement dans la mosquée Al-Alqsa. J'ai été emprisonné une semaine pendant laquelle j'ai été battu puis libéré grâce à un avocat. Mais je ne veux pas m'attarder sur mon cas, car certaines personnes ont des histoires beaucoup plus touchantes que la mienne. Certains prisonniers palestiniens, comme  Nael Baghouti, ont passé plus de quarante ans en prison.

Quelles sont les tortures physiques pratiquées dans les prisons et centres de détention israéliens ?

Pendant ma détention, ils m'ont frappé très violemment sur différentes parties du corps. Certains prisonniers qui étaient avec moi m'ont dit avoir subi d'autres tortures : le Shabah5, les décharges électriques, le lâché de chiens, les tirs sur une zone précise du corps... tout ceci est fait pour faire dire aux prisonniers ce qu'ils veulent entendre.

Quelle est la torture psychologique la plus grave pratiquée dans les prisons et centres israéliens ?

Parmi les tortures psychologiques les plus graves, les prisonnières palestiniennes sont parfois menacées d'être violées. Pour les hommes, on fait venir la mère du détenu, sa femme ou sa fille dans le centre où il est interrogé, et on menace de la violer devant lui s'il n'avoue pas ce qu'ils veulent.

Quelle trace l'occupation a-t-elle laissé dans votre vie à l'heure actuelle et qu'est-ce qui vous aide à aller mieux ?

Sous l'ombre de l'occupation, rien ne peut aider à aller mieux. Quant aux traces que l'occupation laisse en nous : elle nous laisse la force de continuer à nous battre pour nous, notre patrie, nos lieux Saints, notre terre et nos dogmes.

Dans son livre « Prisonnier de Jérusalem » Salah Hammouri mentionne la solidarité organisée entre les prisonniers palestiniens ; que pouvez-vous nous dire à ce sujet ?

C'est vrai qu'il existe une grande solidarité entre les prisonniers. Lorsque l'on apprend la mort d'un proche de l'un des prisonniers, nous l'entourons tous et tentons de le réconforter. Si un prisonnier meurt, les autres organisent une veillée funéraire en solidarité pour le défunt. En cas de joie, si l'on apprend, par exemple, que la femme d'un prisonnier a enfanté, un bonbon spécial est fabriqué et distribué par les prisonniers en guise de célébration. Les prisonniers tentent de créer la vie à l'intérieur des prisons pour pouvoir coexister le mieux possible avec l'amère réalité qui est leur est imposé.

La détention administrative est une vengeance et une pression psychologique de plus exercée par l'occupation à l'encontre du peuple palestinien.

Avez-vous entendu parler, dans les différents services d'incarcération, d'autres langues que l'arabe et l'hébreu ?

Oui, beaucoup de soldats ont la double nationalité, il y a beaucoup de Français, d'Allemands, d'Italiens, d'Américains et de Canadiens. Il y a aussi des soldats indiens et d'autres... Des statistiques ont été diffusées par une chaine israélienne selon lesquelles environ 29 000 binationaux combattraient, en ce moment même, à l'intérieur de Gaza, en plus de ceux en Cisjordanie occupée et ceux qui travaillent dans les services pénitentiaires. L'officier qui avait mené mon interrogatoire l'une des fois où j'ai été emprisonné était Polonais. C'était un immigré de Pologne venu s'installer en Palestine occupée.

Sur le plan plus juridique, nous savons que les détentions administratives permettent l'incarcération des Palestiniens sans jugement ni procès, pour une période indéterminée et renouvelable. Quand les Palestiniens des territoires occupés bénéficient d'un procès, ils sont toujours jugés par des tribunaux militaires ; quel était votre cas, sur le plan juridique, toutes les fois où vous avez été détenu ?

Je n'ai, jusqu'à maintenant, jamais été détenu administrativement puisque la plupart de mes arrestations étaient dues à mon entrée illégale dans la mosquée Al-Aqsa ou à des publications sur les réseaux sociaux. Mais en ce qui concerne la détention administrative, il y a plus de 5 000 prisonniers qui y sont soumis. Ils ne font l'objet d'aucune accusation légale et n'ont jamais été jugés par des tribunaux dont les juges sont, de toute façon, d'anciens officiers de l'armée d'occupation. La détention administrative est une vengeance et une pression psychologique de plus exercée par l'occupation à l'encontre du peuple palestinien.

Les organisations de défense des droits de l'Homme ont-elles un poids pour améliorer les conditions de vie des Palestiniens dans les prisons israéliennes ?

Aucune organisation de défense des droits de l'Homme, même pas la Croix-Rouge Internationale, n'a d'influence à l'intérieur des prisons. Bien qu'il existe un grand nombre de témoignages qui indiquent que différents types de torture sont pratiqués quotidiennement et systématiquement contre les prisonniers palestiniens, aucune ne rend visite aux prisonniers.

Depuis le début de l'occupation israélienne de Gaza et de la Cisjordanie en 1967, environ 240 prisonniers palestiniens sont morts dans les centres de détentions en raison des tortures physiques qui leur ont été infligés. Les organisations israéliennes des droits de l'Homme ne remplissent pas leur rôle de manière adéquate, car ce qu'elles offrent ne répond pas au minimum requis en termes de droits pour les prisonniers palestiniens. Toutes les formes de services fournis par ces organisations ou par des organisations internationales ne sont qu'une sorte d'anesthésie pour les prisonniers : cela leur donne au moins l'impression que quelqu'un défend leurs intérêts.

Mais concrètement, elles ne peuvent rien faire. Si l'occupation ne respecte pas les résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU ou celles des Nations Unies, à votre avis, respectera-t-elle les demandes d'organisations internationales qui n'ont pas le pouvoir exécutif de contraindre l'occupation à traiter les prisonniers ou les citoyens palestiniens avec respect ?

En quoi la situation des prisonniers palestiniens est-elle différente de celle des prisonniers israéliens ?

Les prisonniers palestiniens sont entassés à douze dans une pièce minuscule. Ils dorment sur les lits en fer avec un matelas très fin et quand il n'y a pas assez de lits, les prisonniers dorment à même le sol. Ils sont traités avec violence et font face à des pratiques arbitraires comme le comptage du matin et du soir, l'heure à laquelle ils pourront faire la promenade et la durée de celle-ci. On leur apporte des repas moisis. De nombreux prisonniers sont tombés malades à cause de la malnutrition et la pollution de l'eau. Les prisonniers israéliens, quant à eux, sont dans des prisons séparés des nôtres, ils ont le téléphone fixe, la télévision, tout le matériel dont ils ont besoin pour se préparer à manger, une cour de promenade leur est réservée, ils ont accès aux machines de sport et à bien d'autres choses.

Qu'est-ce qui prouve, selon vous, que la torture est systémique et politique de l'État d'Israël à l'égard des Palestiniens et pas seulement l'acte de quelques vicieux soldats ?

Parmi les choses qui montrent bien que cette violence est étatique, il y a ce nouveau crime de l'occupation qui a été découvert le 28 mars 2024 dont voici l'histoire : il y a quatre mois, l'armée d'occupation a lancé une vaste opération en prenant d'assaut le camp de réfugiés de Jénine. Son but était d'assassiner « des personnes recherchées ». Elle a bombardé une maison dans laquelle se trouvaient deux jeunes :  Wissam Iyad Hanoun et Muhammad Jamal Al-Zubaidi. L'occupation annonce les avoir assassinées avec un missile et emporte leur corps.

Le 28 mars 2024, plusieurs mois après l'assassinat des deux jeunes et l'enlèvement de leur corps, un infirmier palestinien originaire d'Umm al-Fahm6 et qui travaille à l'hôpital Hadassah Ein Karem (centre hospitalier israélien situé à l'ouest de Jérusalem) y aperçoit, le corps de Wissam. Tout le peuple palestinien savait qu'il était tombé en martyr, mais le 28 mars tous ont appris que son corps était encore dans un hôpital entre les mains de l'occupant.

Est-ce que vous vous rendez compte de la torture psychologique et du choc que c'est, pour une mère de savoir que son fils martyr est toujours dans un congélateur quatre mois après avoir été assassiné ? Le fait de ne pas rendre les corps des martyrs aux familles et toutes ces actions menées par l'occupation sont le résultat des instructions données par les dirigeants israéliens.

Comment certains médecins participent-ils à la torture des prisonniers palestiniens ?

Les médecins participent à la torture en ne donnant pas aux prisonniers palestiniens des traitements complets et curatifs contre leurs maladies, mais juste de quoi les garder en vie un peu plus longtemps. Certains prisonniers souffrent de maladies chroniques comme le cancer ; ils ne reçoivent aucun traitement mis à part des analgésiques ; beaucoup d'entre eux sont morts à cause de cette négligence médicale :  Bassam Al-Sayeh,  Nasser Abu Hamid,  Khader Adnan et bien d'autres.

L'occupation ne peut pas contrôler nos esprits et si elle peut restreindre notre liberté de mouvement, nous continuerons à réfléchir et à inventer de nouveaux moyens pour pratiquer notre liberté de culte et notre liberté d'aller et venir comme et quand nous le voulons.

Vous rappelez-vous encore aujourd'hui, du visage de vos bourreaux ?

Oui, je me souviens très bien d'eux. Il n'y a pas d'Homme libre sur terre qui oublie le visage de celui qui lui a infligé les pires sévices physiques et psychologiques. Des Hommes faisant subir l'injustice à un peuple, qui, comme tout autre peuple, devrait pouvoir vivre en sécurité. Le monde ne sait pas ce que veut dire d'être réveillé au milieu de la nuit par une armée d'occupation qui prend d'assaut votre maison, s'en prend à votre femme et à vos enfants, détruit votre maison sans aucune raison ou tue votre frère.

Ce sont des choses qui ne s'oublient pas, et le jour viendra où cette injustice prendra fin et où l'occupation, avec la permission du Tout-Puissant, disparaitra ; car l'occupation est vouée à disparaitre.

Pourtant vous souhaitez une nouvelle fois braver l'interdit en escaladant le mur ; est-ce aussi pour leur dire, « peu importe ce que vous nous faites, nous sommes libres » ?

Oui, malgré ce qu'il s'est passé, je continuerai d'essayer d'aller à Al-Aqsa. C'est notre terre, notre mosquée et notre cause. Nous ne l'abandonnerons pas même si cela nous coûte notre vie. L'occupation ne peut pas contrôler nos esprits et si elle peut restreindre notre liberté de mouvement, nous continuerons à réfléchir et à inventer de nouveaux moyens pour pratiquer notre liberté de culte et notre liberté d'aller et venir comme et quand nous le voulons.

Avez-vous un site internet, une ONG ou un compte sur les réseaux sociaux à conseiller à nos lecteurs qui veulent en savoir plus sur l'occupation israélienne ?

Le problème est que l'occupation arrête quiconque publie quoi que ce soit sur les réseaux sociaux à propos de l'occupation. Mais je vous recommande le compte suivant d'un jeune palestinien :  instagram.com

Beaucoup de personnes liront cette interview, avez-vous quelque chose à ajouter ?

J'ai tellement de choses à dire sur la vie sous occupation. Ce que vous venez de lire n'est qu'une infime partie de la violence infligée par la puissance occupante aux Palestiniens.

J'ai deux demandes importantes à vous faire, au nom du peuple palestinien :

Premièrement, je vous appelle tous à être solidaires de la cause palestinienne, et à faire pression sur vos gouvernements pour qu'ils arrêtent de soutenir Israël avec des armes et  de la nourriture. Nous sommes des défenseurs de la paix et la lutte que nous menons n'est que pour défendre notre droit à une vie digne.

Et deuxièmement, pour que vous voyiez tout cela par vous-même, je vous invite à visiter la Palestine.

Source :  Investig'Action

Interview menée en arabe le 3 avril 2024 et traduite en français par nos équipes

Notes

* Pour assurer sa sécurité, nous avons choisi d'utiliser le pseudonyme de Yaman plutôt que son nom.

1 Quelques moyens non officiels permettent aux Palestiniens de Cisjordanie de se rendre à Jérusalem : escalader le mur, ou le contourner par les montagnes (plus dangereux et donc moins courant).

2 Bab Al-Qattanin ou la porte des Marchands de Cotton, est l'une des nombreuses portes menant à l'esplanade de la mosquée Al-Aqsa.

3 Le centre de détention d'Al-Qashla est situé à la porte d'Hébron, l'une des portes de la mosquée Al-Aqsa. Les détenus y sont emmenés, puis transférés au centre d'enquête d'Al-Maskobiyya ou en prison, comme celles d'Ofer et de Megiddo.

4 1000 shekels équivalent à peu près à 249 euros

5 Le Shabah (fantôme en arabe) est un type de torture dans laquelle la victime est parfois suspendue par les poignets au plafond.

6  Umm Al-Fahm est une ville palestinienne située dans les territoires de 1948 dans le district de Haïfa.

 investigaction.net

 Commenter