06/04/2024 2 articles reseauinternational.net  9 min #246311

Le Mécanisme : comment l'«ordre» fondé sur des règles inventées sombre dans la sauvagerie

🇬🇧

par Pepe Escobar

Les Européens ne pourront jamais reproduire la machine à blanchir l'argent éprouvée de l'Hégémon.

«L'ombre terrible d'une puissance invisible
Flotte bien qu'invisible parmi nous, visitant
Ce monde varié avec une aile aussi inconstante
Comme les vents d'été qui se faufilent de fleur en fleur.
Comme les rayons de lune qui, derrière une montagne boisée, tombent en pluie,
Il visite d'un regard inconstant
Chaque cœur et chaque visage humain ;
Comme les teintes et les harmonies du soir, - Comme les nuages dans la lumière des étoiles, largement répandus, - Comme le souvenir d'une musique enfuie, - Comme tout ce qui, par sa grâce, peut être
Chère, et pourtant plus chère pour son mystère
».

Shelley, «Hymne à la beauté intellectuelle»

Alors que l'Organisation de la Terreur de facto de l'Atlantique Nord célèbre son 75ème anniversaire , portant la devise de Lord Ismay à des sommets toujours plus élevés («garder les Américains à l'intérieur, les Russes à l'extérieur et les Allemands à terre»), cet épais morceau de bois norvégien se faisant passer pour le secrétaire général a présenté une joyeuse «initiative» visant à créer un fonds de 100 milliards d'euros pour armer l'Ukraine au cours des cinq prochaines années.

Traduction, en ce qui concerne le front financier crucial de l'affrontement OTAN-Russie : sortie partielle de l'Hégémon - déjà obsédé par la prochaine guerre éternelle contre la Chine ; entrée de la bande hétéroclite de chihuahuas européens en haillons, désindustrialisés, tous très endettés et pour la plupart embourbés dans la récession.

Quelques QI supérieurs à la température ambiante moyenne au siège de l'OTAN à Haren, à Bruxelles, ont eu l'audace de se demander comment trouver une telle fortune, étant donné que l'OTAN n'a aucun moyen de pression pour lever des fonds parmi les États membres.

Après tout, les Européens ne seront jamais en mesure de reproduire la machine à blanchir l'argent éprouvée de l'Hégémon. Par exemple, en supposant que l'enveloppe de 60 milliards de dollars proposée par la Maison-Blanche à l'Ukraine soit approuvée par le Congrès américain - ce qui ne sera pas le cas - pas moins de 64% du montant total n'atteindront jamais Kiev : ils seront blanchis au sein du complexe militaro-industriel.

La situation est encore plus dystopique : Bois Norvégien, le regard robotisé, les bras ballants, croit réellement que son projet n'impliquera pas une présence militaire directe de l'OTAN en Ukraine - ou pays 404 ; ce qui est déjà un fait sur le terrain depuis un certain temps, indépendamment des crises bellicistes du Petit Roi à Paris (Peskov : «Les relations Russie-OTAN ont sombré dans la confrontation directe»).

Associez maintenant le spectacle des Looney Tunes mortels sur le front de l'OTAN avec les performances du porte-avion de l'Hégémon au Moyen-Orient, portant constamment son projet de génocide par abattage et famine à l'échelle industrielle à Gaza à des sommets indescriptibles - l'holocauste méticuleusement documenté regardé dans un silence contorsionné par les «dirigeants» du Nord global.

Le rapporteur spécial des Nations unies, Francesca Albanese, a bien résumé la situation : l'entité psychopathologique biblique «a intentionnellement tué les travailleurs du WCK pour que les donateurs se retirent et que les civils de Gaza puissent continuer à être affamés tranquillement. Israël sait que les pays occidentaux et la plupart des pays arabes ne bougeront pas le petit doigt pour les Palestiniens».

La «logique» qui sous-tend l'attaque délibérée en trois temps du convoi humanitaire clairement signé par des travailleurs qui luttent contre la famine à Gaza était de faire disparaître des informations un épisode encore plus horrible : le génocide au sein d'un génocide de l'hôpital Al-Shifa, responsable d'au moins 30% de l'ensemble des services de santé de la bande de Gaza. Al-Shifa a été bombardé, incinéré et plus de 400 civils ont été tués de sang-froid, dans plusieurs cas littéralement écrasés par des bulldozers, notamment des médecins, des patients et des dizaines d'enfants.

Presque simultanément, le gang de la psychopathologie biblique a complètement éviscéré la convention de Vienne - ce que même les nazis historiques n'ont jamais fait - en frappant la mission consulaire/résidence de l'ambassadeur d'Iran à Damas.

Il s'agissait d'une attaque au missile contre une mission diplomatique bénéficiant de l'immunité, sur le territoire d'un pays tiers, contre lequel le gang n'est pas en guerre. Et pour couronner le tout, le général Mohammad Reza Zahedi, commandant de la Force Quds du CGRI en Syrie et au Liban, son adjoint Mohammad Hadi Hajizadeh, cinq autres officiers et dix personnes au total ont été tués.

Traduction : un acte de terrorisme, contre deux États souverains, la Syrie et l'Iran. L'équivalent de la récente attaque terroriste contre l'hôtel de ville de Crocus à Moscou.

L'inévitable question résonne aux quatre coins des terres de la Majorité mondiale : comment ces terroristes de facto peuvent-ils s'en tirer, encore et encore ?

Le nerf du totalitarisme libéral

Il y a quatre ans, au début de ce que j'ai appelé plus tard  les Années folles, nous commencions à assister à la consolidation d'une série de concepts entrelacés définissant un nouveau paradigme. Nous nous familiarisions avec des notions telles que le coupe-circuit, la boucle de rétroaction négative, l'État d'exception, la nécropolitique et le néofascisme hybride.

Alors que la décennie avance, une double lueur d'espoir peut au moins atténuer notre détresse : le mouvement vers la multipolarité, mené par le partenariat stratégique Russie-Chine, avec l'Iran jouant un rôle clé, le tout couplé à l'effondrement total, en direct, de l'«ordre international fondé sur des règles».

Pourtant, affirmer que la route sera longue et sinueuse est la mère de tous les euphémismes.

Alors, pour citer Bowie, l'ultime et regretté esthète : Où en sommes-nous maintenant ? Prenons cette  analyse très pointue de Fabio Vighi, de l'université de Cardiff, et poussons-la un peu plus loin.

Quiconque applique une pensée critique au monde qui nous entoure peut sentir l'effondrement du système. Il s'agit bien d'un système fermé, que l'on peut facilement définir comme un totalitarisme libéral. Cui bono ? Les 0,0001%.

Rien d'idéologique là-dedans. Suivez l'argent. La boucle de rétroaction négative déterminante est en fait la boucle de la dette. Un Mécanisme criminellement antisocial maintenu en place par - quoi d'autre - une psychopathologie, aussi aiguë que celle dont témoignent les génocides bibliques au Moyen-Orient.

Le Mécanisme est mis en œuvre par une triade.

1. l'élite financière transnationale, les superstars des 0,0001%.

2. juste en dessous, la couche politico-institutionnelle, du Congrès américain à la Commission européenne (CE) à Bruxelles, ainsi que les «leaders» de l'élite compradore à travers le Nord et le Sud mondial.

3. l'ancienne «intelligentsia», aujourd'hui essentiellement composée d'employés des médias et des universités.

Cette hypermédiatisation institutionnalisée de la réalité est en fait le Mécanisme.

C'est ce Mécanisme qui a contrôlé la fusion de la «pandémie» préfabriquée - avec l'ingénierie sociale pure et dure vendue comme «confinements humanitaires» - en, une fois de plus, des guerres éternelles, du Projet Génocide à Gaza à l'obsession de la russophobie/culture de l'annulation intégrée dans le Projet Guerre par procuration en Ukraine.

Telle est l'essence de la normalité totalitaire : le projet d'humanité des «élites» de la Grande Réinitialisation de l'Occident collectif, épouvantablement médiocres et autoproclamées.

Les tuer en douceur avec l'IA

L'interconnexion directe et vicieuse entre l'euphorie techno-militaire et le secteur financier hyperinflationniste, désormais sous l'emprise de l'IA, est un vecteur clé de l'ensemble du Mécanisme.

C'est ainsi qu'apparaissent des modèles d'IA tels que « Lavender», testés sur le terrain dans le laboratoire du champ de bataille de Gaza. Littéralement : l'intelligence artificielle programme l'extermination des humains. Et c'est ce qui se passe, en temps réel. Il s'agit du projet «Génocide par l'IA».

Un autre vecteur, déjà expérimenté, est intégré dans l'affirmation indirecte de Toxic Medusa de la CE Ursula von der Lugen : il s'agit essentiellement de la nécessité de produire des armes comme des vaccins Covid.

C'est le cœur d'un plan visant à utiliser le financement de l'UE par les contribuables européens pour «augmenter le financement» de «contrats conjoints pour les armes». Il s'agit là d'une conséquence de la campagne de von der Lugen en faveur des vaccins Covid, une gigantesque escroquerie liée à Pfizer pour laquelle elle est sur le point de  faire l'objet d'une enquête et d'être exposée par le Parquet européen. Voici  ce qu'elle a dit à propos de l'escroquerie sur les armes : «Nous l'avons fait pour les vaccins et le gaz».

Appelons cela la militarisation de l'ingénierie sociale 2.0.

Au milieu de toute cette action dans ce vaste marécage de corruption, l'agenda de l'Hégémon reste tout à fait évident : maintenir son hégémonie militaire, principalement thalassocratique, qui s'amenuise, quoi qu'il arrive, comme base de son hégémonie financière ; protéger le dollar américain ; et protéger ces dettes incommensurables et impayables en dollars américains.

Et cela nous amène au modèle économique sordide du turbo-capitalisme, tel qu'il est vendu par les valets médiatiques de l'Occident collectif : la boucle de la dette, l'argent virtuel, emprunté sans arrêt pour faire face à l'«autocrate» Poutine et à l'«agression russe». Il s'agit d'un sous-produit clé de l'analyse brûlante de Michael Hudson sur le syndrome FIRE («finance-assurance-immobilier»).

L'Ouroboros intervient : le serpent se mord la queue. La folie inhérente au Mécanisme conduit inévitablement le capitalisme de casino à recourir à la barbarie. Une barbarie pure et simple, du type Crocus City Hall et Projet Gaza Génocide.

Et c'est ainsi que le Mécanisme engendre des institutions - de Washington à Bruxelles, en passant par les hubs du Nord global et la génocidaire Tel-Aviv - réduites à l'état de tueurs psychotiques, à la merci de la Grande Finance/FIRE (oh, quelles fabuleuses opportunités immobilières en bord de mer disponibles dans la «vacante» Gaza...).

Comment échapper à une telle folie ? Aurons-nous la volonté et la discipline de suivre la vision de Shelley et, dans «cette sombre et vaste vallée de larmes», d'invoquer l'esprit transcendant de la beauté - et de l'harmonie, de l'équanimité et de la justice ?

 Pepe Escobar

source :  Strategic Culture Foundation

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants
07/04/2024 dedefensa.org  3 min #246349

Le Mécanisme : comment l'«ordre» fondé sur des règles inventées sombre dans la sauvagerie

L'humeur tragique de Pépé

[• Pépé Escobar donne une vision générale de la GrandeCrise qui secoue le monde. • Vision tragique, désespérée par certains aspects.• Nous ne pouvons échapper à ces terribles avatars de l'humeur qui rhytment la lutte.]

Nous avons choisi de publier ce texte de Pépé Escobar, qui est une des plumes les plus assidues et les plus suivies de la dissidence depuis si longtemps, - bien plus d'une décennie, peut-être de deux décennies et au-delà ? Nous l'avons naturellement suivi au travers de ces divers canaux de publication et l'avons rarement, sous doute jamais perçu, sous sa plume, aussi tragique, aussi désespéré par instant.

Se réfère à :

1 article