12/05/2024 reseauinternational.net  7 min #248411

L'agneau impérial : États-Unis, Israël & le rituel de substitution

La guerre est la justification la plus primaire de l'État. Il a un intérêt existentiel à faire la guerre rituellement & à mythifier ses actes à l'aide des techniques narratives les plus convaincantes.

par John Weeks

«Et voici pour vous ces substituts rituels... Qu'ils meurent, mais moi je ne mourrai point» - Les origines de l'écriture cunéiforme de Boghazköi XXIV 5 I 15-16.

La relation entre le United States Imperial Government (USIG) et l'État d'Israël est ce à quoi les enfants disent «beurk !».

Le doyen de la Realist School of Foreign Policy, John Mearsheimer , l'a exprimé de la manière suivante : «Nous avons une relation spéciale avec Israël qui ne ressemble à aucune autre relation entre deux pays dans l'histoire du monde».

Jusqu'à présent, la réalité structurelle profonde de cette relation n'a pas été pleinement saisie. Israël est le principal substitut rituel de l'Amérique.

Le spécialiste américain du classicisme  Gregory Nagy a déclaré : «Le rituel consiste à faire et à dire des choses d'une manière qui est considérée comme sacrée. Le mythe consiste à dire les choses d'une manière qui est également considérée comme sacrée. Le rituel encadre donc le mythe».

Le mythe de l'hégémonie mondiale bienveillante de l'USIG visant à sécuriser la structure de défense établie et à étayer l'ordre international libéral fondé sur des règles est encadré par le rituel le plus aimé de l'USIG : la guerre. Nous, Américains, tuons toujours des nazis dans nos histoires et nous tuons toujours des «nazis» dans nos guerres.

La guerre est  la justification la plus primaire de l'État. L'État a un intérêt existentiel à faire la guerre rituellement et à mythifier ses actes de guerre à l'aide des techniques narratives les plus convaincantes. L'une de ces techniques est le substitut rituel. Selon Nagy : «...le «substitut rituel» doit être compris dans le contexte d'un rituel de purification anatolien qui expulse les impuretés de la personne à purifier et les transfère sur une personne, un animal ou un objet qui sert de substitut rituel. L'acte de transfert des impuretés sur la victime servant de substitut rituel peut être accompli soit en détruisant, soit en bannissant la victime, identifiée comme un autre soi-même».

Le concept de l'«autre soi-même» a un fondement intime et potentiellement érotique. Mais ce n'est que la moitié de la technique narrative : «La proximité intime se double d'une distance aliénante, marquée par les nuisances, qui sépare le roi de son substitut (...) ce substitut rituel est oint d'huile royale, couronné d'un diadème et revêtu des insignes du roi. Puis il est expulsé du territoire du roi et renvoyé dans son propre territoire, de sorte qu'il emporte avec lui les nuisances qui avaient été intimement associées au roi».

Parmi les substitutions rituelles les plus importantes, on peut citer le rituel babylonien du Nouvel An qui consistait à tuer un bouc sacrificiel, le meurtre de rois de substitution par l'Empire néo-assyrien et le jour juif de l'Expiation, où un bouc de substitution (le bouc fugitif ou le bouc émissaire) était expulsé vers des terres désertiques.

La substitution rituelle la plus sublime et la plus puissante en Occident est celle de Jésus-Christ (l'Agneau de Dieu), mais la représentation la plus pertinente de la substitution rituelle pour nous vient du «poème classique, d'action et héroïque » grec «L'Iliade». Ce poème déploie la substitution rituelle dans le cadre du rituel de la guerre. Le héros de l'Iliade, Achille, a un substitut rituel, Patroklos, qui meurt pour lui au combat : «En tant qu'autre moi prêt à mourir pour le moi qu'est Achille, Patroklos atteint un niveau d'intimité inégalé avec le plus grand héros de l'Iliade homérique. Comme nous l'avons vu dans le cas du prisonnier hittite, sur le point d'être expulsé dans un royaume étranger, il doit porter les vêtements du roi, devenant ainsi rituellement intime avec le corps du roi. De même, Patroklos porte l'armure d'Achille lorsqu'il meurt...» [souligné par l'auteur].

Ce qui nous ramène à Israël, en passant par l'Ukraine. Il devrait maintenant être évident que l'Ukraine a servi de substitut rituel à l'USIG. Elle a pris la place de l'USIG dans la guerre, portant  l'armure de l'empire et maniant ses  armes. Et elle a connu le destin tragique de Patroklos.

Bien sûr, il s'agit de la vraie vie. Contrairement à Achille et Patroklos, les États sont incapables d'amour et d'intimité. L'USIG ne se préoccupe absolument pas de l'Ukraine. Mais il a intérêt à utiliser l'Ukraine comme chèvre sacrificielle par procuration.

Selon le colonel de l'armée américaine à la retraite Douglas MacGregor , «Le peuple ukrainien est détruit. L'État est atrophié et en train de disparaître».

Et l'USIG n'est toujours pas rassasié, le Congrès ayant récemment voté en faveur de la poursuite du financement du massacre . L'USIG ne s'arrêtera pas tant que la chèvre ukrainienne ne sera pas complètement démembrée, vidée de son sang et brûlée sur le bûcher à la gloire impériale.

Le journaliste indépendant Aaron Mate l'a joliment exprimé : «Il y a quelque chose de particulièrement sadique à brandir le drapeau d'un pays que l'on est en train de détruire».

Et puis il y a Israël, le substitut rituel le plus parfait qu'un État n'ait jamais eu dans l'histoire de notre humanité. La propagande insiste sur le fait qu'Israël est  «l'allié ultime»,  «le meilleur ami»,  «l'amant» et même  «l'épouse» de l'Amérique. C'est l' «unique démocratie du Moyen-Orient», l' «ultime bastion de la civilisation occidentale», le  «porte-avions» américain et la  «petite Amérique».

Le professeur  Amy Kaplan, de l'université de Pennsylvanie, a écrit : «Des histoires parallèles de colonialisme de peuplement exprimées dans des récits bibliques d'exceptionnalisme ont formé la base de l'identification américaine avec Israël. Les deux nations ont généré de puissants mythes d'origines prophétiques, s'inspirant de la notion de l'Ancien Testament d'un peuple élu destiné par Dieu à prendre possession de la Terre promise et investi d'une mission spéciale dans le monde».

Et bien sûr, Israël est devenu «rituellement intime» avec le corps de l'USIG par le biais de  l'équipement militaire impérial. Pourtant, comme le veut la logique du sionisme, Israël est toujours un autre aliéné.  Parfois, les élites israéliennes  s'en prennent  à  l'Amérique. Il ne fait aucun doute que ces accès puérils résultent de la confrontation de leur psychisme fragile et génocidaire à l'horreur véritable.

Israël n'est pas un bouc émissaire parce qu'il n'y a pas d'échappatoire. C'est un bouc sacrificiel. C'est l'agneau impérial. C'est un vaisseau par procuration destiné à la destruction dans le feu de la guerre. Et si l'USIG reste fidèle à ses principes, cette destruction ne manquera pas de se produire.

source :  Libertarian Institute via  Spirit of Free Speech

 reseauinternational.net

 Commenter