12/05/2024 arretsurinfo.ch  44 min #248423

Usa : Mobilisation des étudiants de la célèbre université de Columbia à New York !

Société américaine: Les masques tombent

Par  Ron Unz

Manifestation à Harvard

Les événements frappants dont nous avons été témoins dans la société américaine au cours des derniers mois - et surtout des derniers jours - seront mieux compris si nous prenons en compte une observation astucieuse souvent attribuée  à tort à Voltaire : "Pour savoir qui vous gouverne, il suffit de voir qui vous n'avez pas le droit de critiquer."

Depuis mon enfance, j'ai toujours su que l'activisme politique et les manifestations faisaient partie intégrante de la vie universitaire, le mouvement des années 1960 contre la guerre du Viêtnam représentant l'un de ses sommets, un effort largement loué par la suite dans les manuels scolaires et les médias pour son idéalisme héroïque. Dans les années 1980, je me souviens avoir vu une longue file de cabanes grossièrement construites pour protester contre l'apartheid sud-africain, qui ont occupé pendant des semaines les abords du Harvard Yard ou peut-être du Stanford Quad, et je pense qu'à peu près à la même époque, d'autres cabanes et manifestants de l'UCLA ont maintenu une longue veille pour soutenir les Refusniks juifs de l'URSS. Les manifestations politiques semblaient faire partie des années universitaires au même titre que les examens de fin d'année, et avaient largement remplacé les rituels de bizutage et les farces sauvages des fraternités traditionnelles, de plus en plus vilipendées comme étant politiquement incorrectes par les censeurs sociaux hostiles parmi les étudiants et la faculté.

Depuis une dizaine d'années, le mouvement Black Lives Matter a porté à de nouveaux sommets les protestations des étudiants à l'échelle nationale, tant sur les campus qu'à l'extérieur, souvent associés à de grandes manifestations, des sit-in ou des actes de vandalisme, ce qui a peut-être été favorisé par l'influence croissante des téléphones intelligents et des réseaux sociaux. Pendant ce temps, les médias dominants ont régulièrement fait l'éloge et la promotion de ce "mouvement pour une justice raciale", qui a atteint son apogée après la mort de George Floyd au cours de l'été 2020. Cet incident a déclenché une vague massive de protestations politiques, d'émeutes et de pillages qui ont embrasé quelque 200 villes américaines, la pire agitation urbaine depuis la fin des années 1960. Mais contrairement à ce qui s'était passé à l'époque, la plupart des médias et la classe politique de l'establishment ont farouchement dénoncé toute suggestion de déploiement de la police pour réprimer la violence. En effet, dans de nombreux cas, voire dans la plupart des cas, les forces de l'ordre locales sont restées les bras croisés, alors même que certains de leurs maîtres politiques poussaient des cris d'orfraie : "Coupez -lui les fonds!".

Au cours de ces années, de nombreuses universités se sont retrouvées fortement impliquées dans ces controverses.  Yale a rebaptisé son collège résidentiel Calhoun au début de l'année 2017 et la liste des changements de noms dus aux manifestations de George Floyd en 2020 est si longue qu'elle a  sa propre page  Wikipédia, une liste qui inclut certaines de nos bases militaires les plus célèbres telles que Fort Bragg et Fort Hood. Les attaques verbales, voire physiques, contre les symboles et les statues des présidents et des héros nationaux les plus célèbres de l'Amérique sont devenues assez courantes et ont souvent été relayées favorablement par les médias. George Washington, Thomas Jefferson, Abraham Lincoln, Theodore Roosevelt, Woodrow Wilson et Christophe Colomb ont tous été vilipendés et dénoncés, parfois avec l'appui de l'élite. Un article d'opinion paru dans  le  New York Times demandait que le Jefferson Memorial soit remplacé par une imposante statue de femme noire, tandis que l'un des chroniqueurs réguliers du Times  appelait à plusieurs reprises à ce que tous les monuments en l'honneur de George Washington subissent le même sort. De nombreux observateurs ont fait valoir que l'Amérique semblait presque subir sa propre version de la révolution culturelle chinoise, avec l'affirmation généralisée qu'une grande partie de notre passé historique était irrémédiablement entachée et qu'il fallait donc l'expurger de la place publique.

La plupart de ces manifestations politiques, en particulier celles qui ont eu lieu sur les campus universitaires, ont été largement saluées par ceux qui tenaient les mégaphones des médias comme l'une des plus grandes vertus de la démocratie américaine. Les nombreuses élites qui ont défendu ces bouleversements sociaux et culturels ont affirmé que ces événements démontraient la grande force de notre société, qui autorise librement les attaques publiques les plus féroces contre nos icônes et nos héros nationaux les plus sacrés. Les Américains ont accepté le type d'autocritique brûlante qui n'aurait été autorisée nulle part ailleurs dans le monde.

Cette longue histoire d'autorisation, voire de glorification, des protestations publiques contre les injustices perçues a naturellement été assimilée et prise à cœur par les jeunes étudiants qui ont débuté les cours en septembre 2023. Quelques semaines plus tard, un raid surprise remarquablement audacieux mené par les militants du Hamas de Gaza, assiégée de longue date, a pris les Israéliens au dépourvu et a déjoué les défenses high tech dont la création avait coûté près d'un demi-milliard de dollars. Plusieurs centaines de soldats et d'agents de sécurité israéliens ont été tués, ainsi qu'un nombre équivalent de civils, la plupart d'entre eux ayant probablement succombé aux tirs amis des unités militaires israéliennes prises de panique et à la gâchette facile. Quelque 240 soldats et civils israéliens ont été capturés et ramenés à Gaza comme otages, le Hamas espérant les échanger contre la liberté des milliers de civils palestiniens détenus depuis des années dans les prisons israéliennes, souvent dans de sordides conditions.

Comme à l'accoutumée, les médias grand public, majoritairement pro-israéliens, ont présenté l'attaque de manière extrêmement partiale, sans aucun contexte historique, comme ils le font depuis trois générations. En conséquence, Israël a bénéficié d'un énorme élan de sympathie de la part de l'opinion publique et des élites, qui se sont mobilisées pour lancer une attaque de représailles contre Gaza. En l'espace de quelques jours, notre propre secrétaire d'État,  Antony Blinken, s'est envolé pour Israël en déclarant qu'il venait  "en tant que Juif" et en promettant le soutien indéfectible de l'Amérique en ce moment de crise, des sentiments auxquels le président Joseph Biden et l'ensemble de son administration ont fait écho. Mais les combattants du Hamas et leurs prisonniers israéliens étaient retranchés dans un réseau de tunnels fortifiés et les déloger risquait d'entraîner de lourdes pertes, de sorte que le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et ses conseillers ont décidé d'adopter une stratégie différente.

Au lieu d'attaquer le Hamas, Netanyahou a profité de la vague de sympathie mondiale pour lancer un assaut militaire sans précédent contre les plus de deux millions de civils de Gaza, avec l'intention apparente de tuer un grand nombre d'entre eux et de repousser les autres dans le désert égyptien du Sinaï, ce qui permettrait à Israël d'annexer leur territoire et de le repeupler avec des Juifs. Peu après,  le gouvernement israélien a commencé à distribuer des fusils d'assaut aux colons juifs de Cisjordanie, commandant quelque  24 000 de ces armes automatiques à cette fin. Mettre de tels armements entre les mains de fanatiques religieux ne manquerait pas de conduire à des massacres locaux, prétexte à faire franchir la frontière jordanienne à tous ces millions de Palestiniens. Le résultat final serait la création d'un Grand Israël racialement pur s'étendant "du fleuve à la mer", le rêve de longue date du mouvement sioniste. En cas de réussite, la posture de Netanyahou dans l'histoire juive pourrait être glorieuse, oubliant de ce fait ses nombreux péchés véniels et ses agissements divers.

Alors que les ponts aériens américains fournissaient le flot ininterrompu d'armes indispensables, les Israéliens ont entamé une campagne de bombardements aériens massifs contre la bande de Gaza densément peuplée et ses habitants impuissants. Bien à l'abri dans leurs tunnels souterrains, relativement peu de combattants du Hamas ont été tués, mais les civils de Gaza ont subi des pertes dévastatrices, infligées en grande partie par des bombes d'une tonne, pratiquement jamais été déployées auparavant contre des cibles urbaines. De vastes secteurs de Gaza ont rapidement été transformées en paysages lunaires, avec quelque 100 000 bâtiments détruits, dont des hôpitaux, des églises, des mosquées, des écoles, des universités, des services gouvernementaux, des boulangeries et toutes les autres infrastructures nécessaires au maintien de la vie civile. Après seulement quelques semaines, le Financial Times a rapporté que les destructions infligées à une grande partie de Gaza étaient déjà pires que celles subies par les villes allemandes après des années de bombardements alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

 https://x.com/FT/status/1732684055450091950

Bien que Netanyahou soit strictement laïc, il a joué sur sa base religieuse en déclarant publiquement que les Palestiniens étaient la tribu d'Amalek, que le Dieu hébreu avait ordonné d'exterminer jusqu'au dernier nouveau-né. De nombreux autres hauts dirigeants israéliens ont exprimé des sentiments génocidaires très similaires, et certains des soldats et commandants israéliens les plus zélés sur le plan religieux ont probablement pris ces déclarations au pied de la lettre.

Cette gigantesque soif de sang a été encore attisée lorsque le gouvernement israélien et les propagandistes qui le soutiennent ont commencé à promouvoir les fantasmes d'atrocités du Hamas, tels que des bébés israéliens décapités ou rôtis, des mutilations sexuelles et des viols collectifs. Les médias mondiaux, notoirement pro-israéliens, ont rapporté ces histoires avec crédulité, les utilisant pour faire oublier le gigantesque massacre de civils palestiniens en cours. Pour s'assurer que la couverture resterait unilatérale, les Israéliens ont pris pour cible les journalistes indépendants de Gaza,  tuant quelque 140 d'entre eux au cours des derniers mois, un chiffre aussi élevé que le total combiné de toutes les autres guerres menées dans le monde au cours des dernières années.

Alors que les dirigeants israéliens déclaraient publiquement leurs plans génocidaires contre leurs ennemis palestiniens et que les troupes israéliennes commettaient le plus grand massacre télévisé de civils sans défense de l'histoire du monde, les organisations internationales ont été progressivement soumises à de fortes pressions. Fin décembre, l'Afrique du Sud a déposé un dossier juridique de 91 pages auprès de la Cour internationale de justice (CIJ), accusant Israël de génocide. En l'espace de quelques semaines, les juristes de la CIJ ont rendu une série d'arrêts quasi unanimes soutenant ces accusations et déclarant que les habitants de Gaza couraient le risque sérieux de subir un génocide potentiel aux mains d'Israël, le juge désigné par Israël lui-même, un ancien président de la Cour suprême israélienne, approuvant la plupart de ces verdicts.

Mais au lieu de faire marche arrière, le gouvernement de M. Netanyahou a simplement redoublé d'ardeur dans ses attaques contre Gaza, renforçant le blocus et bloquant les livraisons de vivres en interdisant l'organisation de l'ONU chargée de les distribuer. Les Israéliens pensaient apparemment que la combinaison de la famine, des bombes et des missiles serait le moyen le plus efficace de tuer ou de chasser tous les Palestiniens.

Au cours des derniers mois, j'ai discuté de ces développements malheureux dans une longue série d'articles et la plupart de ces informations ont également été résumées dans deux entretiens avec Mike Whitney :

Au cours des décennies écoulées, ces événements horribles auraient pu passer relativement inaperçus, les gardiens de nos grands médias, majoritairement pro-israéliens, s'assurant que peu ou aucune de ces informations n'atteignent les yeux ou les oreilles des Américains ordinaires. Mais les progrès technologiques ont modifié ce paysage médiatique, puisque les vidéos diffusées sur des plateformes sociales relativement peu censurées, telles que TikTok et le Twitter d'Elon Musk contournent désormais facilement cette censure. Malgré des décennies de souffrance et d'oppression, les Palestiniens de Gaza sont un peuple tout à fait moderne, bien équipé en smartphones, et les scènes filmées ont été partagées dans le monde entier, faisant rapidement d'énormes audiences parmi les jeunes Américains qui comptent sur les réseaux sociaux pour principale source d'information.

Pendant des générations, les étudiants ont été fortement endoctrinés par les horreurs de l'Holocauste, et on leur a répété sans cesse qu'ils ne devaient jamais rester silencieux lorsque des hommes, des femmes et des enfants sans défense sont brutalement attaqués et massacrés. Les images de villes dévastées et d'enfants morts ou mourants qu'ils voyaient maintenant semblaient tout droit sorties d'un film, mais elles se produisaient en temps réel dans le monde réel.

Quelques années auparavant, les administrations Trump et Biden avaient toutes deux proclamé que le gouvernement chinois était coupable de "génocide" contre sa minorité ouïghoure, malgré l'absence de toute preuve qu'un nombre significatif d'Ouïghours avaient été blessés, et encore moins tués. Selon ce critère, la destruction totale de Gaza et le massacre massif ou la famine délibérée de millions de ses habitants constituaient manifestement un énorme "génocide". En quelques semaines, des étudiants activistes de tous les campus universitaires ont repris les protestations et commencé à organiser des marches et rassemblements publics contre l'horrible massacre qu'Israël était en train de commettre.

Trois ans plus tôt, un criminel notoire nommé George Floyd était  mort d'une overdose lors de sa garde à vue, et une simple vidéo très trompeuse de ses derniers instants a provoqué la plus grande vague de protestations publiques américaines depuis la fin des années 1960. Il n'est donc pas surprenant que la diffusion à grande échelle de centaines ou de milliers de vidéos montrant des enfants gazaouis morts et mutilés ait inspiré un puissant mouvement de protestation. Mais cette fois, au lieu d'être loués pour leur engagement humanitaire, ces étudiants - et les administrateurs de l'université qui ont autorisé leurs protestations - ont été férocement attaqués et punis,  comme je l'ai décrit à l'époque :

"Avec les images graphiques des quartiers dévastés de Gaza et des enfants palestiniens morts si répandues sur Twitter et d'autres réseaux sociaux,  les sondages ont révélé qu'une majorité de jeunes Américains soutiennent maintenant le Hamas et les Palestiniens dans leur lutte permanente contre Israël. C'est un revirement marquant par rapport à l'opinion de leurs parents, modelée par des générations de reportages majoritairement pro-israéliens diffusés à la télévision, au cinéma et dans la presse écrite, et cette tendance ne peut que se poursuivre maintenant qu' Israël est poursuivi devant la Cour internationale de justice par l'Afrique du Sud et 22 autres pays, accusés d'avoir commis un génocide dans la bande de Gaza.

Conséquence de ces forts ressentis de la jeunesse, des manifestations anti-israéliennes ont éclaté dans bon nombre de nos universités, indignant de nombreux donateurs milliardaires pro-israéliens. Presque immédiatement, certains de ces derniers ont lancé  une sévère campagne de représailles, de nombreux chefs d'entreprise déclarant qu'ils mettraient définitivement sur la liste noire de leurs futures opportunités d'emploi tout étudiant soutenant publiquement la cause palestinienne, soulignant ces menaces par une vaste campagne de"traçage"à Harvard et dans d'autres établissements d'enseignement supérieur élitistes.

Il y a quelques semaines, nos élus, uniformément pro-israéliens, sont entrés dans la danse, appelant les présidents de plusieurs de nos universités les plus prestigieuses - Harvard, Penn et MIT - à témoigner devant eux au sujet d'un prétendu"antisémitisme"sur leurs campus.  Les membres du Congrès ont sévèrement sanctionné ces responsables pour avoir autorisé des activités anti-israéliennes, les accusant même d'autoriser des appels publics au"génocide juif"sur leurs campus.

Les réponses de ces dirigeants d'université soulignaient leur soutien à la liberté d'expression politique, mais elles ont été jugées si dérangeâtes par les donateurs pro-israéliens et leurs alliés des médias grand public que d'énormes pressions ont été exercées pour les démettre de leurs fonctions. En l'espace de quelques jours, la présidente de Penn et le président du conseil d'administration qui la soutenait  ont été contraints de démissionner, et la première présidente noire de Harvard a  subi le même sort, les groupes pro-israéliens ayant publié  des accusations de plagiat universitaire systématique pour la contraindre à quitter ses fonctions.

Je n'ai connaissance d'aucun cas antérieur où le président d'une université américaine d'élite ait été démis de ses fonctions aussi rapidement pour des raisons idéologiques, et deux exemples successifs en l'espace de quelques semaines témoignent d'un développement absolument sans précédent, avec d'immenses implications pour la liberté académique."

La plupart de ces étudiants ont été absolument stupéfaits par de telles réactions. Pendant des décennies, eux et leurs prédécesseurs ont librement protesté pour un large éventail de causes politiques sans jamais rencontrer ne serait-ce qu'une once de représailles aussi vicieuses, sans parler d'une campagne organisée qui a rapidement forcé la démission de deux des présidents de l'Ivy League ayant autorisé leurs protestations. Certaines de leurs organisations étudiantes ont été immédiatement interdites, et les futures carrières des manifestants sévèrement menacées, mais les images abominables en provenance de Gaza ont continué d'arriver sur leurs smartphones. Comme l'a expliqué Jonathan Greenblatt, de l'ADL, lors d'un appel téléphonique qui a fait l'objet d'une fuite,  "nous avons un problème majeur avec TikTok".

En effet, une avalanche d'images choquantes ont continué à illustrer les agissements des Israéliens. Des foules d'activistes israéliens ont bloqué régulièrement le passage des camions de d'aide humanitaire et, en l'espace de quelques semaines, de hauts fonctionnaires de l'ONU ont déclaré que plus d'un million de Gazaouis étaient au bord d'une famine mortelle. Lorsque les habitants de Gaza, désespérés et affamés, se sont rués sur l'un des rares convois de nourriture autorisés à passer,  l'armée israélienne a abattu plus d'une centaine d'entre eux lors du  "massacre de la farine", et des évènements similaires se sont répétés par la suite. Toutes ces horribles scènes de mort et de famine délibérée ont été diffusées dans le monde entier sur les réseaux sociaux, certains des pires exemples provenant des récits de soldats israéliens enjoués, comme  cette vidéo du cadavre d'un enfant palestinien dévoré par un chien affamé. Une autre image montre  les restes d'un prisonnier palestinien ligoté écrasé par un char israélien alors qu'il était encore en vie. Selon une organisation européenne de défense des droits de l'homme,  les Israéliens utilisent régulièrement des bulldozers pour enterrer vivants un grand nombre de Palestiniens. Des fonctionnaires de l'ONU ont signalé la découverte de  fosses communes près de  plusieurs hôpitaux, où les victimes ont été retrouvées ligotées et déshabillées, exécutées par balles. Comme l'a souligné Andrew Anglin sur Internet, le comportement des Juifs israéliens ne semble pas simplement diabolique, mais "diabolique jusqu'à la caricature", tous leurs crimes flagrants semblant inspirés du scénario d'un film de propagande à grand spectacle, mais se déroulant en réalité dans la vraie vie.

Bien que le nombre officiel de morts gazaouis rapporté par nos médias soit resté relativement constant au cours des dernières semaines, il s'agit presque certainement d'une illusion. Au cours du premier ou des deux premiers mois de l'attaque israélienne massive, le ministère de la santé publique de Gaza a tenu des listes très détaillées des victimes, comprenant les noms, âges et codes d'identification, et a régulièrement publié des mises à jour du total, de sorte que ces chiffres semblaient tout à fait fiables. Mais l'assaut israélien a rapidement pris pour cible tous les bureaux du gouvernement et les hôpitaux de Gaza et, début décembre, les fonctionnaires gazaouis chargés de recenser les morts  avaient eux-mêmes été tués ou étaient portés disparus, de sorte que le décompte a naturellement eu tendance à stagner, alors même que les conditions s'aggravaient terriblement pour les habitants de Gaza survivants.

Après moins de trois mois de massacre israélien,  quelque 22 000 Gazaouis avaient été officiellement déclarés morts, mais après plus de sept mois de famine et d'attaques incessantes, y compris la destruction de tous les hôpitaux et installations médicales de Gaza, le décompte officiel rapporté par nos médias ne se monte qu'à environ 34 000, ce qui semble hautement invraisemblable. Début mars, Ralph Nader, figure emblématique du mouvement progressiste, a attiré l'attention sur ce point, faisant remarquer que  le nombre de morts à Gaza devait certainement être massivement sous-estimé, et il a émis l'hypothèse que le nombre réel de morts pourrait déjà avoir atteint 200 000. Bien que ce total m'ait semblé assez élevé à l'époque, le chiffre de Nader a mis en évidence les chiffres ridiculement bas régulièrement cités dans les médias.

 Un récent article à la une du  New York Times a rapporté le cas tragique d'un pharmacien américain d'origine palestinienne vivant dans le New Jersey, qui a personnellement perdu 200 membres de sa famille tués à Gaza, dont ses parents et ses frères et sœurs. Ce simple point de repère indique l'ampleur de la sous-estimation des médias après sept mois d'horreur, et le professeur Jeffrey Sachs, de Columbia, a  suggéré quelque chose de similaire dans une interview récente. Bien qu'il soit impossible d'établir des estimations irréfutables, je pense qu'un bilan de 100 000 morts civils, voire beaucoup plus, semble parfaitement plausible à ce jour.

Ces événements sinistres ont naturellement déclenché une vague continue de protestations étudiantes condamnant Israël pour avoir commis ces crimes monstrueux et notre propre administration Biden pour les avoir soutenus à coups de financements et de munitions. Le professeur John Mearsheimer, de l'université de Chicago, l'un de nos universitaires les plus éminents, un érudit de l'école réaliste à l'esprit très sobre, n'a lors une interview accordée la semaine dernière, guère exprimé de surprise à ce sujet. Après tout, a-t-il souligné, Israël est manifestement un État d'apartheid qui commet actuellement un génocide sous les yeux du monde entier : il fallait donc s'attendre à des protestations politiques sur les campus universitaires.

Tout au long de ces derniers mois, les partisans d'Israël ont régulièrement dénoncé l'anti-sionisme de leurs opposants comme étant antisémite, et ont insisté pour qu'il soit réprimé. En février,  j'ai déjà noté les implications ironiques de leur posture :

"La situation est étrange, et mérite une analyse et une explication approfondies. Le terme"antisémitisme"signifie simplement critiquer ou ne pas aimer les Juifs et, ces dernières années, les partisans d'Israël ont appelé, avec un certain succès, à ce que le terme soit étendu pour englober également l'anti-sionisme, c'est-à-dire l'hostilité à l'égard de l'État juif."

Mais supposons que nous concédions ce dernier point et soyons d'accord avec les militants pro-israéliens pour dire que l'"antisionisme" est effectivement une forme d'"antisémitisme". Au cours des derniers mois, le gouvernement israélien a brutalement massacré des dizaines de milliers de civils sans défense à Gaza, commettant le plus grand massacre médiatisé de l'histoire du monde, ses principaux dirigeants utilisant un langage explicitement génocidaire pour décrire leurs plans pour les Palestiniens. Le gouvernement sud-africain a d'ailleurs soumis à la Cour internationale de justice un dossier juridique de 91 pages répertoriant ces déclarations israéliennes, incitant les juristes à statuer à la quasi-unanimité que des millions de Palestiniens risquaient d'être victimes d'un génocide aux mains d'Israël.

De nos jours, la plupart des Occidentaux affirment considérer le génocide sous un angle résolument négatif. Cela ne les oblige-t-il pas, par syllogisme, à embrasser et à approuver l'"antisémitisme" ? Il est certain qu'un habitant de la planète Mars serait très perplexe face à cet étrange dilemme et aux contorsions philosophiques et psychologiques qu'il implique.

Il est assez surprenant que les élites dirigeantes très "politiquement correctes" de l'Amérique et du reste du monde occidental soutiennent sans conteste l'État d'Israël racialement exclusif, alors même qu'il massacre un nombre considérable de femmes et d'enfants et s'efforce d'affamer à mort quelque deux millions de civils dans le cadre d'un déchaînement génocidaire sans précédent. Après tout, le régime bien plus modéré et circonspect de l'Afrique du Sud de l'apartheid a été universellement condamné, boycotté et sanctionné pour la moindre parcelle de ces méfaits.

 American Pravda: Gaza, le pouvoir juif et l'Holocauste, Ron Unz, le 19 février 2024

Un tournant décisif a peut-être eu lieu le 17 avril lorsque la présidente de l'université de Columbia,  Minouche Shafik, elle-même d'origine égyptienne, a été passée au crible par une commission du Congrès pour avoir autorisé des manifestations anti-israéliennes sur son campus. Ses interrogateurs ont affirmé qu'il s'agissait d'actes "antisémites", et que certains étudiants juifs de Columbia "ne se sentaient plus en sécurité", un constat désastreux semblant l'emporter sur la liberté d'expression et la liberté académique.

Shafik n'était peut-être pas d'accord avec ces arguments, mais elle se souvenait certainement que quelques mois auparavant, ses homologues de Harvard et de Penn avaient tous deux été sommairement expulsés pour avoir donné les mauvaises réponses, et elle ne souhaitait pas partager leur sort. Elle a donc fermement promis d'éradiquer tout antisémitisme public dans son université et, peu après, une centaine de policiers anti-émeutes casqués de la ville de New York ont été invités sur le campus à écraser les manifestations et arrêter les manifestants, en les accusant principalement d'"intrusion", une accusation plutôt étrange étant donné qu'il s'agissait d'étudiants inscrits dans l'enceinte de leur propre campus.

Ce type de répression policière sévère et diligente semble presque sans précédent dans l'histoire moderne des manifestations politiques universitaires. Dans les années 1960, la police a été appelée dans quelques cas épars pour arrêter des manifestants militants qui avaient saisi et occupé des bureaux administratifs à Harvard, paradé avec des armes à feu à Cornell ou incendié un bâtiment du campus à Stanford. Mais je n'ai jamais entendu parler de manifestants politiques pacifiques arrêtés dans l'enceinte de leur propre université simplement en raison du contenu de leur discours politique.

Bien que la répression à Columbia exigée par les membres du Congrès ait été manifestement destinée à réprimer les protestations sur les campus américains, elle a produit, comme on pouvait s'y attendre, l'effet inverse. Les scènes de policiers anti-émeute casqués arrêtant des étudiants pacifiques sur leur propre campus sont devenues virales sur les réseaux sociaux, inspirant une vague de protestations similaires dans de nombreuses autres universités à travers le pays, avec des arrestations policières qui ont rapidement suivi dans la plupart des endroits. Selon les derniers chiffres,  quelque 2 300 étudiants ont été arrêtés dans des dizaines d'universités.

Les actions de la police de l'État de Géorgie à l'université Emory ont été particulièrement scandaleuses, et  un tweet contenant un extrait de l'un de ces incidents a déjà été bénéficié de quelque 1,5 million de vues. Carolyn Frohlin, 57 ans, professeur titulaire d'économie, s'est inquiétée de voir l'un de ses propres étudiants se faire plaquer au sol et s'est approchée de lui, avant d'être brutalement elle aussi projetée au sol, menottée et arrêtée par deux officiers corpulents pilotés par un sergent. Le présentateur de CNN, Jim Acosta, a été  totalement choqué lorsqu'il a rapporté cette histoire.

Des scènes encore plus violentes se sont déroulées à UCLA, où un campement de manifestants pacifiques a été violemment attaqué et battu par une foule de voyous pro-israéliens sans aucun lien avec l'université, mais armés de barres, de battes de base-ball et de feux d'artifice, faisant des blessés graves. Une professeure d'histoire  a fait part de son indignation face à la police restée spectatrice pendant que les étudiants de l'UCLA étaient attaqués par des étrangers, avant d'arrêter quelque 200 d'entre eux. Selon des journalistes locaux,  ces agressions ultra violentes ont été organisée et payée par le milliardaire pro-israélien Bill Ackman.

Je n'avais encore jamais entendu parler d'une bandes organisées de voyous extérieurs autorisées à agresser violemment des étudiants manifestants pacifiques sur leur propre campus, ce qui me rappelle davantage les dictatures turbulentes d'Amérique latine. L'exemple qui me vient à l'esprit pourrait être la tristement célèbre "Hard Hat Riot" de 1970 à New York, au cours de laquelle des centaines d'ouvriers du bâtiment pro-Nixon ont affronté un nombre similaire de manifestants anti-guerre dans les rues du sud de Manhattan, un incident si tristement célèbre qu'il fait l'objet d' une page  Wikipédia.

Toutefois, une analogie quelque peu différente, mais beaucoup plus proche dans le temps, pourrait exister. Après le lancement par Donald Trump de sa campagne présidentielle au succès inattendu, les intervenants de droite pro-Trump invités sur les campus universitaires ont été régulièrement harcelés et agressés, ainsi que leur public, par des foules d'antifas violents, nombre d'entre eux ayant apparemment été recrutés et payés à cette fin.

Les conservateurs ont donc commencé à organiser leurs propres groupes, tels que les Proud Boys, afin d'assurer leur protection physique. Des affrontements violents ont eu lieu à  Berkeley et dans d'autres universités, tandis que des émeutes antifa similaires à Washington ont perturbé l'investiture de Trump. D'après mes souvenirs, la plupart des organisateurs et des bailleurs de fonds de ces groupes antifa dangereux semblaient être juifs. Il n'est donc pas surprenant que d'autres dirigeants juifs aient commencé à employer des tactiques très similaires pour réprimer différents mouvements politiques qu'ils considèrent comme indésirables.

Il y a quelques années,  un ancien haut responsable de l'AIPAC s'est vanté auprès d'un journaliste qu'en écrivant n'importe quoi sur un coin de serviette de table, il pouvait obtenir dans les 24 heures la signature de 70 sénateurs pour l'approuver, et le pouvoir politique de l'ADL [Anti-Defamation League, organisation américaine non gouvernementale dont le but premier est de soutenir les Juifs contre toute forme d'antisémitisme et de discrimination] est tout aussi redoutable. Il n'est donc guère surprenant que la semaine dernière,  la Chambre des représentants ait adopté à une écrasante majorité bipartite (320-91) un projet de loi élargissant la signification de l'anti-sionisme à l'antisémitisme dans les politiques anti-discriminatoires du ministère de l'éducation, en codifiant les définitions utilisées dans nos lois sur les droits civils pour qualifier ces idées de discriminatoires.

Bien que n'ayant pas cherché à lire le texte,  l'intention évidente est de forcer les universités à éliminer des communautés universitaires des activités aussi nocives que les manifestations anti-israéliennes, sous peine de perdre les financements fédéraux. Il s'agit là d'une attaque en règle contre la liberté académique et la traditionnelle liberté d'expression et de pensée des États-Unis, qui pourrait inciter d'autres organisations privées à adopter des politiques similaires. De manière particulièrement ironique,  la définition de l'antisémitisme utilisée dans le projet de loi couvre clairement des passages de la Bible chrétienne, de sorte que les législateurs républicains ignorants et hypocrites ont maintenant approuvé sans réserve l'interdiction de la Bible dans un pays où 95 % de la population est de confession chrétienne.

Même si je doute que nous assistions à des arrestations qui résisteraient à une contestation juridique, une fois que les idées polémiques seront de plus en plus bannies de tous les lieux respectables, une grande partie du public, peut-être même certains agents des forces de l'ordre déboussolés, pourront vaguement commencer à supposer qu'elles sont en fait devenues illégales.

Bien qu'elle n'ait reçu qu'une très faible couverture médiatique, les implications de cette proposition de loi sont incontestablement dramatiques. En termes simples, l'"antisémitisme" est défini comme l'aversion ou la critique à l'égard des Juifs et l'"antisionisme" également, concernant l'État d'Israël. Ainsi, l'interdiction potentielle de toute critique des Juifs ou d'Israël constitue assurément une évolution juridique majeure de notre société.

Cette répression massive de toute opposition politique au sionisme par un éventail de moyens légaux, quasi-légaux et illégaux n'a guère échappé à l'attention de divers critiques indignés. Max Blumenthal et Aaron Mate sont de jeunes progressistes juifs très critiques à l'égard d'Israël et de son offensive actuelle contre Gaza. Dans leur dernière vidéo diffusée en direct, un jour ou deux avant le vote du Congrès, ils affirment que les sionistes constituent la plus grande menace pour la liberté des Américains et que notre pays est "sous l'occupation politique" du lobby israélien.

Ils n'étaient peut-être pas conscients du fait que leur condamnation énergique était étroitement liée à l'une des phrases les plus célèbres de l'extrême droite de ces cinquante dernières années, qui condamnait le système politique américain existant comme n'étant rien d'autre qu' un ZOG, un  "gouvernement d'occupation sioniste". Avec le temps, une réalité factuelle évidente s'impose peu à peu, quelles que soient les positionnements idéologiques.

Malgré cela, je pense que l'adoption de ce projet de loi controversé de la Chambre des représentants a peut-être été une erreur stratégique majeure pour les forces pro-israéliennes, l'ADL et les autres groupes juifs qui l'ont soutenu. Les Juifs ne représentent qu'environ 2 % de la population américaine et, au cours des dernières générations, nombre de leurs organisations semblent avoir mené une campagne extrêmement fructueuse pour prendre le contrôle des rouages clés de notre société, exigeant cependant que leur pouvoir et leur influence croissants restent invisibles. Toutefois, le soutien politique américain systématique et constant au massacre des Palestiniens par Israël a sensibilisé certains secteurs de notre population et cette tentative législative visant à rendre illégales les critiques à l'égard des Juifs et d'Israël pourrait avoir un impact similaire. Des points de vue qui ne circulaient auparavant que dans des cercles marginaux extrêmes pourraient maintenant bénéficier d'une bien plus large audience.

Ainsi,  le dessinateur Scott Adams est devenu un commentateur populaire dans les cercles conservateurs et anti-Woke et il vient de publier un brûlot dénonçant la législation proposée, s'apparentant en cela à des personnalités bien plus extrêmes.

 https://x.com/FarAwayAndCozy/status/1786553954400149801

Au cours des premières décennies du XXe siècle, l'immense empire russe ne comptait qu'environ 4 % de Juifs, mais après la prise du pouvoir par les bolcheviks, majoritairement juifs, les principaux dirigeants politiques de ce pays se sont retrouvés à une écrasante majorité au sein de cette seule ethnie. Ce décalage considérable et flagrant entre les gouvernés et les gouvernants a naturellement suscité beaucoup d'hostilité dans le public, et les bolcheviks ont réagi à ce problème en proscrivant l'antisémitisme, sous peine d'être parfois exécutés sommairement.

Les groupes juifs américains ne disposant pas d'un pouvoir exécutif aussi étendu, ils ont été contraints de recourir à la dissimulation et à la manipulation politique pour parvenir à leurs fins, et il se peut qu'ils soient allés beaucoup trop loin avec ce dernier effort législatif visant à rendre toute critique illégale. Il se peut que de plus en plus de gens commencent à prêter plus d'attention aux décisions politiques apparemment inexplicables prises par un grand nombre de nos élus, tout en constatant que les hauts responsables de notre gouvernement sont étrangement représentés. Sur ce dernier point, l' un de mes articles de 2023 soulignait l'évidence :

"Prenons l'exemple des figures emblématiques de l'actuelle administration Biden, qui jouent un rôle crucial dans la détermination de l'avenir de notre pays et du reste du monde. La liste des départements ministériels a proliféré depuis l'époque de Washington, mais supposons que nous nous limitions à la demi-douzaine de ministères les plus importants, dirigés par les personnes qui contrôlent la sécurité nationale et l'économie, et que nous y ajoutions les noms du président, du vice-président, du chef de cabinet et du conseiller à la sécurité nationale. Bien que la "diversité" soit devenue la devise sacrée du parti démocrate, les antécédents de la poignée de personnes qui dirigent notre pays semblent étonnamment peu diversifiés, surtout si l'on exclut les deux figures de proue politiques qui se trouvent tout en haut de l'échelle.

Le président Joe Biden (belle-famille juive)

La vice-présidente Kamala Harris (épouse juive)

Le chef de cabinet Jeff Zients (juif), qui remplace Ron Klain (juif, Harvard)

le secrétaire d'État Antony Blinken (juif, Harvard)

Secrétaire au Trésor Janet Yellen (juive, Yale)

Secrétaire à la défense Lloyd Austin III (noir)

Procureur général Merrick Garland (juif, Harvard)

Conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan (Gentil Blanc, Yale)

Directrice du renseignement national Avril Haines (juive)

Secrétaire à la sécurité intérieure Alejandro Mayorkas (juif)"

Curieusement, bien que la situation politique actuelle de l'Amérique ait pu alerter certaines personnes bien informées de la première moitié du siècle dernier, elle ne les aurait probablement pas surprises. Il y a cinq ou six ans, j'ai lu un livre fascinant du professeur Joseph Bendersky, un historien universitaire spécialisé dans les études sur l'Holocauste et l'histoire de l'Allemagne nazie.  Selon moi à l'époque :

"Bendersky a consacré dix années entières de recherche à son livre, explorant de manière exhaustive les archives du renseignement militaire américain ainsi que les documents personnels et la correspondance de plus de 100 personnalités militaires et officiers de renseignement de haut rang.  "The Jewish threat" ["La menace juive"] compte plus de 500 pages, dont quelque 1 350 notes de bas de page, les sources d'archives énumérées occupant à elles seules sept pages entières. Son sous-titre est"Anti-Semitic Politics of the U.S. Army"(Politique antisémite de l'armée américaine) et il démontre de manière extrêmement convaincante que, pendant la première moitié du XXe siècle et même après, les hauts gradés de l'armée américaine, et en particulier du renseignement militaire, ont fortement adhéré à des notions qui seraient aujourd'hui universellement qualifiées de"théories du complot antisémite".

En d'autres termes, les chefs militaires américains de ces décennies étaient largement convaincus que le monde était confronté à une menace directe de la part de la juiverie organisée, qui avait pris le contrôle de la Russie et cherchait de la même manière à subvertir et à dominer l'Amérique et le reste de la civilisation occidentale.

Dans ces cercles militaires, on croyait fermement que de puissants éléments juifs avaient financé et dirigé la révolution bolchevique en Russie et qu'ils organisaient ailleurs des mouvements communistes similaires visant à détruire toutes les élites païennes existantes et à imposer la suprématie juive en Amérique et dans le reste du monde occidental. Si certains de ces dirigeants communistes étaient des"idéalistes", de nombreux participants juifs étaient des opportunistes cyniques, cherchant à utiliser leurs partisans crédules pour détruire leurs rivaux ethniques et ainsi s'enrichir et accéder au pouvoir suprême. Bien que les agents des services de renseignement en soient progressivement venus à douter de l'authenticité des"Protocoles des Sages de Sion"[texte inventé de toutes pièces par la police secrète du tsar et publié pour la première fois en Russie en 1903. Ce faux se présente comme un plan de conquête du monde établi par les Juifs et les francs-maçons], la plupart d'entre eux estimaient que ce célèbre ouvrage fournissait une description raisonnablement précise des plans stratégiques des dirigeants juifs visant à subvertir l'Amérique et le reste du monde et à instaurer le pouvoir juif.

Bien que les affirmations de Bendersky soient certainement extraordinaires, il fournit une énorme quantité de preuves convaincantes pour les étayer, citant ou résumant des milliers de dossiers déclassifiés des services de renseignement, et étayant son argumentation en s'appuyant sur la correspondance personnelle de nombreux officiers impliqués. Il démontre de manière concluante qu'au cours des années mêmes où Henry Ford publiait sa série controversée The International Jew, des idées similaires, mais beaucoup plus tranchantes, étaient omniprésentes au sein de notre propre communauté du renseignement. En effet, alors que Ford se concentrait principalement sur la malhonnêteté, les malversations et la corruption des juifs, nos professionnels du renseignement militaire considéraient les juifs organisés comme une menace mortelle pour la société américaine et la civilisation occidentale en général. D'où le titre du livre de Bendersky.

Prenons un peu de recul et replaçons les conclusions de Bendersky dans leur contexte. Nous devons reconnaître que pendant la majeure partie de l'époque couverte par ses recherches, le renseignement militaire américain constituait la quasi-totalité de l'appareil de sécurité nationale des États-Unis - l'équivalent de la CIA, de la NSA et du FBI réunis - et était responsable à la fois de la sécurité internationale et de la Sécurité intérieure, bien que ce dernier portefeuille ait été progressivement pris en charge par l'organisation en expansion de J. Edgar Hoover à la fin des années 1920.

Les années de recherche diligente de Bendersky démontrent que pendant des décennies, ces professionnels expérimentés - et nombre de leurs généraux commandants - étaient fermement convaincus que des éléments majeurs de la communauté juive organisée complotaient impitoyablement pour prendre le pouvoir en Amérique, détruire toutes nos libertés constitutionnelles traditionnelles et, en fin de compte, dominer le monde entier.

Je n'ai jamais cru à l'existence des OVNI en tant que vaisseaux spatiaux extraterrestres, rejetant toujours ces notions comme des absurdités ridicules. Mais supposons que des documents gouvernementaux déclassifiés révèlent que, depuis des décennies, la quasi-totalité des officiers supérieurs de l'armée de l'air sont absolument convaincus de la réalité des OVNI. Pourrais-je continuer à refuser d'envisager de telles possibilités ? À tout le moins, ces révélations m'obligeraient à réévaluer radicalement la crédibilité probable d'autres personnes ayant fait des déclarations similaires au cours de la même période".

Ces points de vue ont également été pleinement exprimés dans les livres et mémoires ultérieurs d'anciens officiers du renseignement militaire de premier plan, tels que les professeurs John Beaty et Revilo Oliver.

 American Pravda : Les secrets du renseignement militaire, Ron Unz, le 10 juin 2019

Lorsque nous sommes confrontés à un gouvernement dirigé par des individus qui semblent être limités en termes d'indépendance politique, il vaut la peine de spéculer sur les moyens par lesquels ces dirigeants nominaux sont contrôlés. Il y a plusieurs années,  j'ai évoqué quelques indices forts de ces méthodes possibles, expliquant peut-être certaines décisions politiques étranges, ou certains revirements bizarres qui, autrement, pourraient sembler si déconcertants.

Aujourd'hui, lorsque nous examinons les principaux pays du monde, nous constatons que, dans de nombreux cas, les dirigeants officiels sont également les dirigeants réels : Vladimir Poutine mène la danse en Russie, Xi Jinping et ses collègues du Politburo font de même en Chine, etc. Toutefois, en Amérique et dans certains autres pays occidentaux, cela semble être de moins en moins le cas, les hauts responsables nationaux n'étant que des hommes de paille séduisants choisis pour leur attrait populaire et leur malléabilité politique, une évolution avec de possibles conséquences désastreuses pour les nations qu'ils dirigent. À titre d'exemple extrême, un Boris Eltsine ivre a librement autorisé le pillage de toute la richesse nationale de la Russie par la poignée d'oligarques qui tiraient ses ficelles, entraînant un appauvrissement considérable du peuple russe, et un effondrement démographique presque sans précédent dans l'histoire moderne en temps de paix.

Un problème évident lié à la mise en place de dirigeants fantoches est le risque qu'ils tentent de couper leurs ficelles, comme l'a fait Poutine qui a rapidement évincé et exilé son oligarque protecteur Boris Berezovsky. L'un des moyens de minimiser ce risque consiste à choisir des marionnettes si drastiquement compromises qu'elles ne ne seront jamais en capacité de se libérer, sachant que les charges d'autodestruction politique enfouies au plus profond de leur passé pourraient facilement être déclenchées si elles cherchaient à prendre leur indépendance. J'ai parfois plaisanté avec des amis sur le fait que le meilleur choix de carrière pour un jeune politicien ambitieux serait peut-être de commettre secrètement un crime monstrueux et de s'assurer que les preuves de sa culpabilité se retrouvent entre les mains de certaines personnes puissantes, ce qui lui assurerait une ascension politique rapide.

 American Pravda : John McCain, Jeffrey Epstein et le Pizzagate, Ron Unz, le 29 juillet 2019

De plus en plus d'Américains réfléchis prennent conscience que, sur tant de questions importantes, nos deux principaux partis politiques ressemblent souvent aux ailes séparées d'une seule entité politique, parfois qualifiée d'"uniparti". J'ai évoqué ce phénomène inquiétant dans les derniers paragraphes de  mon premier article sur  American Pravda :

"La plupart des Américains qui ont élu Barack Obama en 2008 considéraient leur vote comme une répudiation totale des politiques et du personnel de l'administration précédente de George W. Bush. Pourtant, une fois entré en fonction, les choix cruciaux d'Obama - Robert Gates à la Défense, Timothy Geither au Trésor et Ben Bernanke à la Réserve fédérale - étaient tous des hauts fonctionnaires de Bush, et ont poursuivi sans heurts les renflouements financiers impopulaires et les guerres à l'étranger entamés par son prédécesseur, produisant ainsi ce qui équivalait à un troisième mandat de Bush.

Prenons le point de vue fascinant de Boris Berezovsky, récemment décédé, qui était autrefois le plus puissant des oligarques russes et le maître des marionnettes du président Boris Eltsine à la fin des années 1990. Après avoir pillé des milliards de richesses nationales et élevé Vladimir Poutine à la présidence, il est allé trop loin et a fini par s'exiler. Selon le New York Times,  il avait prévu de transformer la Russie en un faux État bipartite - l'un social-démocrate et l'autre néoconservateur - dans lequel des batailles publiques passionnées seraient menées sur des questions symboliques qui divisent, tandis qu'en coulisses, les deux partis seraient en réalité contrôlés par les mêmes élites dirigeantes. Les citoyens étant ainsi divisés en permanence et le mécontentement populaire étant canalisé en toute sécurité dans des impasses dénuées de sens, les dirigeants russes pourraient conserver pour eux-mêmes une richesse et un pouvoir illimités, sans que leur règne ne soit vraiment menacé. Compte tenu de l'histoire de l'Amérique au cours des deux dernières décennies, nous pouvons peut-être deviner où Berezovsky a eu l'idée d'un plan politique aussi astucieux."

Il y a quelques mois, un jeune militaire du nom d'Aaron Bushnell, issu d'un milieu chrétien, a été tellement bouleversé par l'implication active de son pays dans ce qu'il considérait comme le crime suprême de génocide qu' il s'est immolé par le feu, et est mort en signe de protestation, un événement certainement sans précédent dans l'histoire des États-Unis et extraordinairement rare ailleurs dans le monde. Bien que l'histoire ait rapidement disparu de nos médias, la couverture sur les réseaux sociaux mondiaux a été énorme, et pourrait avoir des conséquences durables.

Après avoir évoqué ce tragique incident, le sort funeste des Palestiniens de Gaza pourrait finalement être considéré comme ayant joué un rôle similaire. Leur massacre pourrait avoir soudainement révélé au grand jour les dirigeants américains longtemps cachés, à la fois à notre propre peuple et au reste du monde.

Pour des raisons similaires, je pense que les dizaines de milliers de morts de Gaza n'ont pas perdu leur vie en vain. Au contraire, leur calvaire a dominé les médias internationaux au cours des cinq derniers mois, révélant de manière concluante au monde entier la faillite morale du système international qui les a condamnés à ce terrible fléau.

Des centaines de millions de personnes dans le monde ont probablement commencé à se poser des questions qu'elles n'auraient jamais envisagées auparavant. Je soupçonne les responsables de la destruction de Gaza de regretter le jour où ils ont contribué à ouvrir des portes qu'ils auraient finalement préféré garder hermétiquement closes.

Ron Unz

Article original en anglais publié le 6 mai 2024 sur  Unz.com

 arretsurinfo.ch

 Commenter