12/05/2024 arretsurinfo.ch  21 min #248424

Usa : Mobilisation des étudiants de la célèbre université de Columbia à New York !

La guerre de Biden contre Gaza est désormais une guerre contre la vérité et le droit de manifester

Par  Jonathan Cook

Le rôle des médias est de détourner l'attention de ce contre quoi les étudiants protestent - la complicité dans un génocide - et de créer une panique morale pour ne pas perturber le génocide.

Alors que des manifestations étudiantes massives se sont rapidement répandues sur les campus des États-Unis la" semaine dernière, et que d'autres ont eu lieu en Grande-Bretagne et ailleurs en Europe, les médias occidentaux ont  donné la vedette à un homme pour arbitrer la question de savoir si les manifestations devaient être autorisées à se poursuivre : le président US Joe Biden.

Les médias de l'establishment ont relayé avec révérence le message du président selon lequel les manifestations étaient violentes et dangereuses, traitant son évaluation comme si elle avait été gravée sur une tablette de pierre.

Biden a  déclaré que les manifestants n'avaient pas "le droit de provoquer le chaos", donnant ainsi le feu vert à la police pour qu'elle intervienne avec encore plus de force afin de dégager les campements.

Cette semaine, Biden a fait monter les enchères plus haut, en suggérant que les manifestations étaient la preuve d'une " montée féroce de l'antisémitisme" aux États-Unis.

Selon les informations, plus de 2 000 manifestants ont été arrêtés après que certains administrateurs d'université - sous la  pression de plus en plus forte de la Maison Blanche et de leurs riches donateurs - ont fait appel à la police locale.

En approuvant l'écrasement de la dissidence, Biden s'est contredit : "Nous ne sommes pas une nation autoritaire où l'on fait taire les gens ou où l'on écrase la dissidence. Mais l'ordre doit prévaloir".

Un petit problème n'a pas été mentionné : Biden n'est pas une partie désintéressée. En fait, son conflit d'intérêts est si gigantesque qu'il pourrait, comme les dégâts à Gaza, être vu de l'espace.

Les étudiants demandaient à leurs universités de retirer tous les investissements des entreprises qui aident Israël à mener à bien ce que la Cour mondiale a qualifié de génocide "plausible" à Gaza. Ces armes sont fournies en grandes quantités, en grande partie grâce aux décisions d'un seul homme.

Yes, Joe Biden.

Joe Biden, violeur de la loi

L'"ordre" que le président US souhaite voir prévaloir est un ordre dans lequel ses décisions de bloquer tout cessez-le-feu et d'armer le massacre, la mutilation et l'orphelinat de dizaines de milliers d'enfants palestiniens ne sont pas remises en cause.

Biden s'est montré si indulgent à l'égard de la destruction de Gaza par Israël que le gouvernement de Benjamin Netanyahu a franchi cette semaine la prétendue " ligne rouge" du président. Israël  a lancé les premières étapes de son assaut final sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, comme il menaçait de la faire depuis longtemps. Quelque 1,3 million de Palestiniens s'y sont réfugiés dans des tentes de fortune.

Biden aurait pu facilement obliger Israël à changer de cap à tout moment au cours des sept derniers mois, mais il a choisi de ne pas le faire, alors même qu'il feignait de s'inquiéter de l'augmentation constante du nombre de morts parmi les civils palestiniens. Ce n'est que sous la pression populaire croissante, alimentée par les manifestations, qu'il a finalement semblé faire une pause sur les livraisons d'armes alors que l'attaque contre Rafah s'intensifie.

La Maison Blanche a  autorisé de vastes livraisons d'armes à Israël, notamment des bombes de 2.000 livres qui ont rasé des quartiers entiers, tuant hommes, femmes et enfants ou les laissant piégés sous les décombres pour qu'ils suffoquent lentement ou meurent de faim.

À la fin du mois dernier, Biden a signé l'octroi à Israël de  26 milliards de dollars supplémentaires provenant de l'argent des contribuables étatsuniens, en majorité sous forme d'aide militaire - juste au moment où  des charniers de Palestiniens tués par Israël étaient mis au jour. Il n'a pu le faire qu'en ignorant de manière flagrante l'exigence de la loi US selon laquelle les armes fournies ne peuvent pas être utilisées d'une manière susceptible de constituer des  crimes de guerre.

Les groupes de défense des droits de l'homme ont  averti à plusieurs reprises l'administration américaine qu'Israël enfreignait régulièrement le droit international.

 On rapporte qu'au moins 20 juristes de l'administration Biden ont signé une lettre selon laquelle les actions d'Israël violent toute une série de lois US, notamment la loi sur le contrôle des exportations d'armes et les lois Leahy, ainsi que les conventions de Genève.

Entre-temps, les enquêtes du département d'État montrent que, même avant que la destruction de Gaza par Israël ne commence il y a sept mois,  cinq unités militaires israéliennes commettaient des violations flagrantes des droits de l'homme des Palestiniens dans l'enclave séparée de la Cisjordanie occupée.

Là-bas, Israël n'a même pas l'excuse unique selon laquelle les abus et les meurtres de civils palestiniens sont de malheureux "dommages collatéraux" dans le cadre d'une opération visant à "éradiquer le Hamas". La Cisjordanie est sous le contrôle de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, et non du Hamas.

Néanmoins, aucune mesure n'a été prise pour mettre fin aux transferts d'armes. Il semble que les lois US ne s'appliquent pas à l'administration Biden, pas plus que le droit international ne s'applique à Israël.

Les sables mouvants de la protestation

En refusant aux étudiants le droit de protester contre l'armement US du génocide plausible d'Israël, Joe Biden leur refuse également le droit de protester contre la politique la plus conséquente de son mandat de quatre ans - et d'au moins les deux dernières décennies de politique étrangère US, depuis l'invasion de l'Irak par les États-Unis.

Et tout cela se produit au cours d'une année d'élection présidentielle.

L'objectif immédiat des étudiants est de mettre fin à la complicité de leurs universités dans le massacre de dizaines de milliers de Palestiniens à Gaza. Mais il y a deux objectifs évidents plus larges.

Le premier est d'attirer l'attention sur les souffrances infinies des Palestiniens dans la petite enclave assiégée. Jusqu'à l'attaque de Rafah cette semaine, le sort de Gaza avait de moins en moins fait la une des journaux, alors même que la famine et les maladies provoquées par Israël ont resserré leur emprise au cours du mois dernier.

Lorsque Gaza fait la une, c'est invariablement sous un angle qui n'a rien à voir avec les massacres et la famine. Il s'agit des détails des négociations interminables, des tensions politiques liées à l'"invasion" israélienne de Rafah, des projets pour le "jour d'après" à Gaza, du sort des otages israéliens ou des angoisses de leurs familles, ou encore de la question de savoir où se situe la limite de la liberté d'expression lorsqu'il s'agit de critiquer Israël.

Le deuxième objectif des étudiants est de rendre politiquement inconfortable le fait que Biden continue à fournir les armes et la couverture diplomatique qui ont permis les actions d'Israël - du massacre à la famine, et maintenant la destruction imminente de Rafah.

Les étudiants ont essayé de modifier la discussion nationale de manière à faire pression sur Biden pour qu'il cesse sa trop flagrante violation de la loi.

Mais ils se sont heurtés au problème habituel : la discussion nationale est largement dictée par la classe politique et médiatique dans son propre intérêt. Et ils sont tous pour la poursuite du génocide, semble-t-il, quoi que dise la loi.

Cela signifie que les médias ont soigneusement recentré l'attention, en traitant exclusivement de la nature des manifestations - et de la menace supposée qu'elles représentent pour "l'ordre" - sans aborder le sujet réel des manifestations.

Dimanche dernier, la directrice du programme d'aide alimentaire des Nations unies, Cindy McCain, a  averti que le nord de Gaza était en proie à une "famine totale" et que le sud n'était pas loin derrière. Des dizaines d'enfants seraient morts de déshydratation et de malnutrition. "C'est l'horreur", a-t-elle déclaré.

Le directeur de l'Unicef a souligné la semaine dernière, quelques jours avant qu'Israël n'ordonne l'évacuation de la partie orientale de Rafah : "Presque tous les quelque 600 000 enfants actuellement entassés à Rafah sont blessés, malades, mal nourris, traumatisés ou handicapés".

Un autre rapport des Nations unies a récemment révélé qu'il faudrait 80 ans pour reconstruire Gaza, sur la base des niveaux historiques de matériaux autorisés par Israël. Dans le meilleur des cas, très improbable, il faudra 16 ans.

Comme toujours, les journalistes de l'establishment ont joué un rôle essentiel pour détourner l'attention de ces horribles réalités.

Les étudiants sont pris dans l'équivalent de sables mouvants : plus ils luttent pour attirer l'attention sur le génocide de Gaza, plus le génocide de Gaza s'évanouit. Les médias se sont emparés de leur lutte comme d'un prétexte pour ignorer Gaza et braquer les projecteurs sur leurs protestations.

"Sentiment d'insécurité"

Le mouvement de protestation des étudiants a été  remarquablement pacifique, ce qui est d'autant plus évident lorsqu'on le compare aux manifestations "Black Lives Matter" qui ont déferlé sur les États-Unis en 2020, avec l'approbation de Biden.

Il y a quatre ans, il y a eu de nombreux épisodes de dégâts matériels, mais cela n'a pratiquement jamais été le cas lors des manifestations étudiantes, qui se limitent principalement à des campements sur les pelouses des campus universitaires.

Au départ, l'idée que les manifestations étudiantes étaient violentes reposait sur une affirmation hautement improbable : les  chants appelant à la libération des Palestiniens de l'occupation ou à l'égalité entre les Juifs israéliens et les Palestiniens étaient intrinsèquement antisémites.

La couverture médiatique devait soigneusement ignorer le fait qu'une grande partie des manifestants sur le campus étaient juifs.

Le récit fabriqué par les médias a ensuite été utilisé à d'autres fins malveillantes. Les juifs sionistes du campus - ceux qui s'identifient à Israël plutôt qu'au mouvement mondial visant à mettre fin à un génocide - se seraient sentis mal à l'aise face aux manifestations. Ou "en insécurité", comme les médias ont préféré le dire.

Dans toute cette hystérie, personne n'a semblé se soucier du sentiment d'insécurité des étudiants juifs antisionistes, ou des étudiants palestiniens et musulmans, après avoir été publiquement qualifiés d'antisémites et de menace à "l'ordre" par le Congrès et leur propre président.

Mais il s'agira bientôt de bien plus qu'un simple conflit de "sentiments". Attisées par les condamnations de Biden et par les pressions politiques et financières sur les universités, les administrations ont pris l'initiative inhabituelle d'inviter les forces de police locales sur leurs campus. Les policiers en tenue anti-émeute se sont rapidement massés contre les étudiants.

Dans un climat politique et médiatique de plus en plus hostile à la liberté académique et au droit de manifester sur les questions d'Israël et de génocide, le personnel universitaire a manifesté son soutien à ses étudiants retranchés.

Au Dartmouth College, dans le New Hampshire, par exemple, une professeure juive, Annelise Orleck,  s'est jointe à ses collègues qui espéraient protéger leurs étudiants en se plaçant entre la police et les campements. Ce schéma s'est répété dans tout le pays.

La police,  a-t-elle déclaré à Democracy Now, était manifestement déterminée à disperser les campements par la force.

Mme Orleck, ancienne directrice du département d'études juives, est l'un des nombreux professeurs aux cheveux grisonnants filmés en train de se faire agresser par la police. Dans son cas, elle filmait les arrestations violentes d'étudiants lorsqu'un policier l'a frappée par derrière. Lorsqu'elle a tenté de se relever, elle a été jetée au sol, coincée avec un genou dans le dos et attachée.

Jill Stein, une autre personnalité juive éminente, et candidate du parti vert aux élections présidentielles de cette année, a également été violemment  arrêtée lors d'une manifestation.

Panique morale

Les médias ont travaillé dur pour rationaliser cet assaut contre des libertés autrefois considérées comme acquises.

Une panique morale - une histoire entièrement fausse sur la "violence" des manifestations sur le campus à l'encontre d'un étudiant juif à Yale - illustre les profondeurs en train d'être atteintes.

La vidéo de l'incident, réalisée par l'étudiante elle-même, la montre en train de se presser contre une marche de protestation sur le campus, probablement dans le cadre de sa propre contre-manifestation en faveur de la poursuite du génocide israélien. À un moment donné, un petit drapeau palestinien effleure son visage.

Les clips de l'artiste vidéo Matt Orfea sur la couverture hystérique qui en résulte seraient hilarants si les enjeux n'étaient pas aussi graves. Une avalanche de gros titres, et de cris horrifiés d'animateurs de TV: "Une étudiante juive poignardé dans l'œil" et "Poignardé parce juif". (YouTube , à voir!)

La véritable histoire, c'est l'investissement des médias dans l'indignation en faveur d'une étudiante - qui, même dans sa propre évaluation, dit que la pire blessure qu'elle ait subie est un mal de tête - pour une confrontation banale lors d'une des dizaines de manifestations sur les campus aux États-Unis.

Si l'industrie des médias avait un tant soit peu de conscience, les journalistes qui se préoccupent d'une étudiante de Yale souffrant d'un mal de tête pourraient se demander si une partie de cette préoccupation ne devrait pas être redirigée ailleurs, comme le réclament les manifestations sur les campus.

Par exemple, vers les dizaines de milliers d'enfants tués par les bombes US et affamés avec l'aide d'un blocus financier US sur la principale agence de secours des Nations unies, l'Unrwa. Ou contre  la destruction par Israël de chacune des 12 universités de Gaza.

Une fausseté similaire était flagrante lors de la couverture des manifestations à l'UCLA, lorsque la police a brièvement fait marche arrière dans son affrontement avec les étudiants. Un groupe masqué d'activistes pro-israéliens - apparemment non inscrits à l'université - a saisi l'occasion pour envahir le campus, lancer des feux d'artifice sur le campement, le démolir et frapper les étudiants.

La police a mis plusieurs heures à intervenir.  Aucun des "contre-manifestants" ne semble avoir été arrêté.

Malgré les preuves claires et filmées de l'attaque contre les étudiants, les médias ont uniformément dépeint l'événement comme un "affrontement" entre deux groupes rivaux de manifestants violents. Dans de nombreux cas, les reportages, y compris ceux de la BBC,  ont insinué que les étudiants - les victimes - étaient à l'origine des "affrontements".

C'est sur la base de ces "fake news" fabriquées de toutes pièces que Joe Biden a pu qualifier les manifestations étudiantes de chaotiques, dangereuses et menaçantes pour "l'ordre".

S'inspirant d'une expression bien connue utilisée par les racistes pour dénigrer le mouvement des droits civiques dans les années 1960, le maire noir de New York s'est joint à d'autres hommes politiques pour affirmer que des "agitateurs extérieurs" étaient à l'origine des manifestations sur les campus.

Pendant ce temps, l'animatrice de CNN, Dana Bash, a exploité le récit fabriqué pour comparer les étudiants à des "nazis".

Lorsque la police est revenue sur le campus de l'UCLA, c'était pour intensifier la répression, en multipliant les arrestations et en tirant des balles en caoutchouc sur les étudiants.

Réactions furieuses

La version britannique de cette fabrication d'une panique morale est également en cours. Le week-end dernier, la police métropolitaine  a arrêté quatre personnes pour avoir déployé ce que la police a qualifié de bannière "soutenant une organisation interdite". Ces quatre personnes, dont un médecin et des parents d'étudiants, manifestaient devant l'University College London en solidarité avec un camp de protestation.

La banderole montrait une colombe blanche - symbole de paix - portant une clé et s'envolant par une brèche dans le mur d'apartheid israélien autour de la Cisjordanie.

Selon certaines informations, la police a affirmé que les quatre personnes étaient des sympathisants du Hamas en se basant sur le fait que le ciel derrière la colombe était d'un "bleu limpide", une référence supposée au ciel limpide le jour de l'attaque du Hamas, le 7 octobre. La police semble ignorer que le ciel est régulièrement d'un bleu limpide au Moyen-Orient.

Selon des témoins, les policiers avaient consulté des contre-manifestants pro-israéliens peu avant de procéder aux arrestations.

La réalité que la classe politique et médiatique s'efforce d'occulter est que certaines universités, plutôt que d'appeler la police, ont laissé les manifestations se dérouler pacifiquement sur leur campus.

Et - ce qui semble être la véritable crainte de la classe politique et médiatique - les manifestants ont également un certain impact sur l'isolement d'Israël ainsi que sur l'opinion publique. Fait extraordinaire, compte tenu de la couverture uniformément hostile des manifestations, suggérant qu'elles sont antisémites,  quatre électeurs américains sur dix continuent à affirmer qu'Israël commettait un génocide, selon un sondage publié cette semaine.

Largement non couvert par les médias, plusieurs universités - dans le but de mettre fin aux manifestations sans violence - ont discrètement  promis de limiter leur complicité dans le génocide israélien. Dans la plupart des cas, leur bonne foi a encore à être mise à l'épreuve.

Sous la pression de 5 000 anciens étudiants qui ont  signé une lettre menaçant de suspendre leurs dons, l'université de Californie Riverside semble avoir accepté de se désinvestir des entreprises ayant des liens avec Israël et de mettre fin aux programmes d'études conjoints avec ce pays.

Cette semaine, le Trinity College d'Irlande, à Dublin,  est parvenu à un accord avec les manifestants qui l'amènera à se désinvestir rapidement des entreprises israéliennes impliquées dans les colonies illégales de Cisjordanie.

Un communiqué de l'université indique que "nous sommes solidaires des étudiants qui sont horrifiés par ce qui se passe à Gaza".

Le Goldsmith's College de Londres a promis une politique d'investissement éthique qui pourrait l'amener à se désinvestir des territoires palestiniens occupés par Israël depuis des décennies. Il a également accepté de créer des bourses d'études pour les Palestiniens vivant sous l'occupation israélienne, qui a pratiquement détruit leur accès à l'enseignement supérieur.

Enfin, Goldsmith's va revoir son adoption de la nouvelle définition très controversée de l'antisémitisme de l'IHRA, qui a fait l'objet d'une promotion agressive de la part du lobby israélien et qui a été largement adoptée par les institutions publiques occidentales.

Paradoxalement, cette définition  brouille intentionnellement la distinction entre les Juifs et Israël - une tactique favorite des antisémites - et a joué un rôle clé en aidant Israël et ses alliés à dénigrer les manifestations contre le génocide en les qualifiant de haine des Juifs.

Les concessions qui ont mis fin aux protestations à Rutgers, l'université d'État du New Jersey, ont inclus des discussions avec les représentants des étudiants sur les investissements dans les entreprises d'armement qui aident Israël à massacrer Gaza, la mise en place d'un cours d'études palestiniennes reflétant un programme d'études juives existant, et l'établissement d'une collaboration à long terme avec une université palestinienne en Cisjordanie, similaire à la relation de Rutgers avec l'université de Tel-Aviv en Israël.

Les concessions qui ont mis fin aux protestations à Rutgers, l'université d'État du New Jersey, ont inclus des discussions avec les représentants des étudiants sur les investissements dans les entreprises d'armement qui aident Israël à massacrer Gaza, la mise en place d'un cours d'études palestiniennes reflétant un programme d'études juives existant, et l'établissement d'une collaboration à long terme avec une université palestinienne en Cisjordanie, similaire à la relation de Rutgers avec l'université de Tel-Aviv en Israël.

Ces concessions minimales ont déjà provoqué une réaction furieuse de la part de 700 et quelques membres de la communauté juive locale. Ils ont accusé Rutgers de "capituler devant les exigences extrêmes d'une foule sans foi ni loi", censée inciter "à la haine et à la violence contre les Juifs et l'État juif".

Le groupe a menacé de mettre l'université à genoux en lui retirant ses "dons et son soutien financier". Entre-temps, les quatre plus grandes fédérations juives du New Jersey auraient exigé une enquête de l'État sur Rutgers.

Le 'livre de recette' de Gaza

En rendant compte des manifestations sur les campus, les médias de l'establishment se sont contentés de reprendre les mêmes recettes bien rodées qu'ils ont utilisé pour couvrir le génocide israélien à Gaza : supprimer le contexte, déformer la chronologie, inverser les rôles de l'agresseur et de la victime, et pousser le message si fort que cela colle bien.

Au cours des sept derniers mois, les médias occidentaux ont effacé le contexte de décennies de violence structurelle israélienne : son occupation agressive des territoires palestiniens et le nettoyage ethnique des communautés palestiniennes pour établir à leur place des colonies illégales de milices juives armées.

Plus spécifiquement encore, ils ont fait disparaître l'emprisonnement et la famine au ralenti de 2,3 millions de Palestiniens à travers un siège de type médiéval de 17 ans à Gaza.

Au lieu de cela, l'attaque d'un jour du Hamas, le 7 octobre, est présentée comme venant de nulle part - de ce ciel bleu limpide. Elle a servi à rationaliser le génocide perpétré par Israël, qui ne cesse de se poursuivre.

Les manifestations étudiantes sont exploitées dans un but similaire. Les médias ont été en mesure d'étendre leur narration, de l'étranger - où chaque Palestinien, même un enfant, peut être dépeint comme un terroriste potentiel - au territoire national - où toute personne s'élevant contre le génocide israélien est considérée comme un probable antisémite.

Des fuites au New York Times  montrent que l'entreprise a effectivement interdit à son personnel d'utiliser des termes tels que "génocide" ou "apartheid" en parlant d'Israël, rendant impossible de nommer la réalité à laquelle sont confrontés les Palestiniens, ou les raisons de la solidarité des publics occidentaux à leur égard.

Il est clair que la politique du Times est  partagée par l'ensemble des médias de l'establishment.

Aujourd'hui, le Congrès s'apprête à faire tomber les mêmes volets de liberté d'expression et de libre pensée sur les citoyens américains. Leurs droits au premier amendement sont en train d'être réduits en miettes pour protéger un pays étranger, Israël, contre les critiques.

Ce mois-ci, la Chambre des représentants a adopté à une écrasante majorité un projet de loi sur la "sensibilisation à l'antisémitisme" qui élargirait une fois de plus la définition de la haine des juifs pour criminaliser les discours critiques à l'égard d'Israël. Les républicains qui ont présenté le projet de loi ont spécifiquement  évoqué l'utilisation du projet de loi contre les manifestations étudiantes qui demandent aux universités de cesser d'investir dans le génocide.

L'objectif est d'étouffer l'expression dans les derniers endroits - les campus et les médias sociaux - où elle existe encore en dehors du consensus imposé par la classe médiadico-politique.

Les politiciens et les médias ne sont pas désintéressés. Ils sont sous l'emprise des intérêts des grandes fortunes, telles que les industries de l'armement, de la surveillance et du pétrole, pour lesquelles Israël est un élément essentiel, à la fois dans la projection de la puissance occidentale au Moyen-Orient et dans la construction d'un récit occidental de victimisation permanente, alors même que l'Occident et ses alliés continuent de détruire la région.

Depuis leurs campus, les étudiants crient aussi fort qu'ils le peuvent que les institutions occidentales sont complices de l'armement d'un génocide, que l'empereur est tout aussi moralement exposé qu'il y paraît. Il est temps de cesser d'écouter ceux qui tentent de tromper notre perception de la réalité. Il est temps de croire nos propres yeux.

 Jonathan Cook

Article original en anglais publié le  10 mai 2024 sur le blog de  Jonathan Cook

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Se réfère à :

1 article