12/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #248439

La grande aventure de Xi Jinping pour garder l'Europe ouverte et solidaire

Un Chinois en Europe

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Xi Jinping en voyage officiel en Europe. Cela n'était pas arrivé depuis longtemps. Et rien que cela devrait faire les gros titres. Car Xi n'est pas seulement le président de la Chine. Il est l'homme le plus puissant que l'Empire céleste ait connu depuis l'époque lointaine de Deng Xiaoping. Et peut-être même depuis Mao.

Bref, un président-empereur.

De plus, il est l'empereur de la puissance qui domine aujourd'hui le commerce mondial. Après avoir dépassé les États-Unis depuis plusieurs années. Sans parler de l'Europe.

Et, maintenant, il se renforce progressivement dans deux autres grands domaines.

La monnaie. Le yuan chinois devient de plus en plus un concurrent du dollar dans les échanges internationaux. Les Saoudiens acceptent désormais la monnaie chinoise en échange de pétrole et de gaz. C'est la même voie que suivent presque tous les pays liés aux BRICS. Les membres effectifs et les aspirants.

Une menace mortelle pour Washington car elle mettrait un terme définitif à sa primauté mondiale.

Ensuite, les forces armées. Qui sont certes encore loin des possibilités américaines. Mais qui peuvent compter sur une force de plus de trois millions et demi d'hommes. De moins en moins liées au vieux modèle de l'armée populaire de masse. Et de plus en plus sur la voie de la haute spécialisation. À commencer par la marine et les unités spéciales aéroportées.

Bref, un invité, ce Chinois, qui mériteraient toutes les marques de respect. A recevoir avec les grands honneurs et un tapis rouge. A traiter avec les gants de la diplomatie la plus subtile. Et au lieu de cela...

Et au lieu de cela, à Paris, première étape du voyage de Xi Jinping, les classes dirigeantes européennes ont démontré leur incapacité à comprendre le monde qui nous entoure.

Car les rencontres avec Macron et von der Leyen ont tourné à la triste farce.

Un choix déjà significatif en soi. Parce que Xi n'a rencontré que le président français et la représentante de l'UE. Il a snobé l'inconsistant Scholz, qui mène l'Allemagne vers un déclin rapide. Et sans même prendre Meloni en considération. Notamment à cause, pensons-nous, de sa décision absurde d'exclure l'Italie du projet de la route de la soie. Je l'avais écrit à l'époque. Ce choix, dicté par Washington, ne serait pas sans répercussions. Les Chinois procèdent froidement. Mais ils ont la mémoire longue. Et ceci... n'est qu'un début.

Macron représente la seule puissance militaire d'importance dans l'UE. Et von der Leyen est considérée comme celle qui dicte la conduite à suivre aux autres gouvernements européens, tous ineptes.

La réunion s'est mal passée. En fait, très mal. Macron a osé ordonner à Xi de cesser de soutenir et d'aider la Russie. Et de s'aligner sur les sanctions occidentales contre Moscou.

Vous pouvez facilement imaginer à quel point l'empereur, habituellement impassible, a été stupéfait.

Mais Xi Jinping a définitivement perdu son sang-froid lorsque l'ineffable duo Ursula/Emmanuel est allé jusqu'à lui dire, sur un ton impérieux, de réduire la production industrielle et les exportations. Pour ne pas nuire aux... normes européennes.

Et c'est là qu'on a vraiment eu l'impression que Xi avait parlé. Et a donné aux deux personnages une dure leçon de politique et de diplomatie.

Après cela, il est parti. Les deux seules autres escales européennes ont été celles de Vucic en Serbie, le plus proche allié de Poutine. Et d'Orban en Hongrie.

Ces choix sont déjà un signal clair.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter