12/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #248441

Logiques africaines

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Les Russes arrivent au Niger. Et les Américains s'en vont. Avec une certaine gêne réciproque. Mais aussi avec de bonnes manières. Dans un style militaire de part et d'autre.

La junte militaire nigérienne a pris sa décision. Les Américains quittent la base militaire de Niamey. Et pour conforter son choix, elle a demandé à une milice russe « privée » de prendre leur place. Pour garantir la sécurité contre les groupes djihadistes.

La milice en question est le fameux et tristement célèbre Groupe Wagner. Vous vous en souvenez ? Celui de Prighozin, le « cuisinier » de Poutine. Celle qui devait, selon nos fins analystes, renverser le tsar. Et nous faire gagner la guerre avec la Russie, sans coup férir.

Au lieu de cela, le Groupe Wagner est maintenant en Afrique. Au service des intérêts géopolitiques du Kremlin.

Et, apparemment, elle le fait bien.

La relève de la garde s'est déroulée sans incident. En effet, il semble que les Russes et les Américains se soient salués poliment.

En fait, cet épisode - qui vient de faire surface dans nos actualités - révèle la présence croissante de la Russie en Afrique sahélienne. La Franceafrique, qui s'effrite, perd morceau par morceau. Sans que les Etats-Unis n'aient réussi à concrétiser l'intention peu subtile de remplacer Paris dans le contrôle de la région.

Ce qui, dans la logique de Washington, aurait dû équilibrer et contenir l'expansion de l'influence chinoise depuis le Sud et la Corne de l'Afrique.

Car les Français sont certes des alliés, mais pas toujours fiables.

D'ailleurs, comme le disait Kissinger, être l'ennemi des Etats-Unis est dangereux. Mais être leur ami est mortel.

Mais tout le monde avait compté sans l'aubergiste. C'est-à-dire sans les Africains. Car les cadres militaires des pays de la ceinture subsaharienne ont beau avoir été formés sous l'égide de l'OTAN, ils se révèlent las de toute tutelle. C'est-à-dire de ce néocolonialisme qui les maintient dans une situation séculaire de minorité. Et de misère.

C'est ainsi que le Burkina Faso - fort de la leçon de Sankhara - puis le Mali et le Niger ont rompu avec l'Occident collectif. En chassant les Français. Et en invitant, plus poliment, les Américains à faire leurs valises.

Et voilà que le Sénégal, toujours sentinelle de Paris, voit lui aussi l'ascension démocratique d'un président qui revendique une indépendance totale vis-à-vis de la France.

Et le Congo prend lui aussi ses distances avec Washington. Et fait un clin d'œil à Moscou.

Reste le Tchad. Avec sa forte tradition militaire. Mais même là, les secousses telluriques deviennent plus intenses et plus fréquentes.

Il semble que le rêve de Kadhafi soit en train de se réaliser. La création d'un pôle géopolitique africain dans la région du Sahel. Capable de rivaliser dans le grand jeu géopolitique, avec un rôle autonome. Ce n'est plus une terre de conquête.

Le colonel était, certes, un hurluberlu. Mais il avait une vision à long terme.

Bien sûr, cette nouvelle génération de dirigeants africains, essentiellement militaires, est bien consciente des dangers auxquels elle est confrontée. Le fantôme de Sankhara hante leurs nuits. Et les Russes aussi.

Car la Russie n'a pas d'objectifs coloniaux. Et elle conçoit sa présence croissante en Afrique comme une stratégie pour mettre Washington en difficulté. Et pour souder la relation avec la Chine, qui prend le contrôle des autres régions du continent.

Un jeu extrêmement complexe. Il est difficile de dire comment les choses vont se passer. Ce qui est certain, en revanche, c'est que l'Afrique n'est plus un appendice périphérique du Grand Jeu. Elle en devient l'un des principaux théâtres.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter