14/05/2024 mondialisation.ca  4 min #248563

Les États-Unis offrent à Israël des renseignements sur les dirigeants du Hamas en échange d'une opération limitée à Rafah

Par  The Cradle

Une source du Hamas a déclaré à The New Arab que Sinwar "dirige le mouvement sur le terrain", qu'il ne se cache pas dans des tunnels, et qu'il a rencontré des combattants "en surface".

*

Les États-Unis ont offert à Israël des "renseignements sensibles" sur la localisation des dirigeants du Hamas dans la bande de Gaza si ce dernier accepte de ne pas lancer un assaut de grande envergure sur la ville de Rafah, à l'extrême sud de la bande de Gaza, selon un article du  Washington Post daté du 11 mai.

 Selon quatre sources citées par le journal,

Washington "offre à Israël une aide précieuse s'il s'abstient, notamment des renseignements sensibles pour aider l'armée israélienne à localiser les chefs du Hamas et à trouver les tunnels cachés du groupe".

Le Washington Post indique également que les États-Unis ont proposé de construire de vastes campements pour les Palestiniens qui ont déjà fui la ville méridionale assiégée, ainsi que de contribuer à la construction d'infrastructures pour l'acheminement de l'aide à Gaza.

Un autre responsable a déclaré qu'Israël avait assuré aux États-Unis que son armée n'envahirait pas complètement Rafah tant qu'environ 800 000 des plus d'un million de civils bloqués dans la ville n'auraient pas été évacués.

Jeudi, le porte-parole du Conseil national de sécurité américain, John Kirby, a déclaré que les renseignements permettant de localiser les dirigeants du Hamas étaient déjà transmis à Israël.

"Nous pourrions aussi, en fait, les aider à cibler les dirigeants, y compris [le dirigeant du Hamas Yahya] Sinwar, ce que nous faisons d'ailleurs en permanence avec les Israéliens", a déclaré M. Kirby.

L'armée israélienne a pris d'assaut et s'est emparée du poste-frontière de Rafah avec l'Égypte la semaine dernière, dans le cadre d'une opération visant apparemment à faire pression sur le Hamas dans les négociations de trêve en cours. Depuis, elle bombarde la ville sans discrimination, tuant des dizaines de civils, dont des enfants, et provoquant le déplacement forcé de dizaines de milliers de personnes. Les troupes israéliennes pénètrent à présent dans l'est de Rafah.

Israël affirme depuis des mois que Rafah est le dernier bastion du Hamas et promet depuis longtemps une invasion dans cette ville, bien que la branche armée du groupe et d'autres factions restent retranchées dans toute la bande de Gaza. Il a également déclaré précédemment que le chef du Hamas, Yahya Sinwar, se cachait à Rafah.

Le 11 mai, des sources ont déclaré aux médias israéliens que  Sinwar ne se trouve pas à Rafah, mais qu'il se cache dans des tunnels dans la ville de Khan Yunis. Le 24 avril, une source du Hamas a déclaré au New Arab que Sinwar "dirige le mouvement sur le terrain", qu'il ne se cache pas dans des tunnels et qu'il a rencontré des combattants "en surface".

Depuis le début de l'opération à Rafah, la branche armée du Hamas, les Brigades Qassam, affronte avec acharnement les troupes israéliennes dans cette zone, ainsi que dans le nord de Gaza – où Israël affirme que le Hamas s'est regroupé pendant des mois après avoir affirmé qu'il avait été vaincu dans le nord.

Les Brigades Qassam du Hamas ont frappé les forces israéliennes avec des obus de mortier de gros calibre dans le quartier d'Al-Zaytoun le 12 mai, a déclaré le groupe dans un communiqué. Elles ont également pris pour cible les forces israéliennes près du camp de réfugiés de Jabalia, dans le nord.

Dimanche, les Brigades Quds du mouvement palestinien du Jihad islamique (PIJ) ont tiré des roquettes sur des concentrations de l'armée israélienne dans l'est de Rafah.

La nuit précédente, les Brigades Qassam ont lancé des mortiers sur des véhicules israéliens et des rassemblements de troupes à l'est du poste frontière de Rafah.

Lien vers l'article original :

 thecradle.co

Traduction : Spirit of Free Speech

La source originale de cet article est  The Cradle

Copyright ©  The Cradle,  The Cradle, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter