15/05/2024 reseauinternational.net  4 min #248626

L'Occident tentera de nouvelles déstabilisations en Afrique, mais subira de nouvelles défaites

par Mikhail Gamandiy-Egorov

Il est aujourd'hui essentiel à comprendre que l'affrontement entre les partisans de l'ordre multipolaire international contemporain et les nostalgiques de l'ère unipolaire révolue prend une tournure réellement globale et dépasse de très loin ce que l'establishment représentant une évidente minorité planétaire veut bien avouer. L'Afrique, en qualité de grand continent dans lequel les forces soutenant la multipolarité continuent à renforcer leurs positions, gardera fort vraisemblablement un rôle important dans ces dynamiques et orientations.

En effet, l'affrontement désormais global entre les forces qui défendent et promeuvent l'ordre multipolaire contemporain d'une part, et les vestiges de l'unipolarité de l'autre, dépasse le cadre de l'Ukraine et du Moyen-Orient, bien qu'il s'agisse effectivement des deux fronts majeurs et les plus médiatisés. Le fait est que dans le cadre de ces événements, le continent africain joue un rôle de premier plan. Aussi bien en termes des processus internes, propres aux pays ayant clairement choisi la voie panafricaine, en opposition aux forces néocoloniales occidentales et ceux qui les servent, ainsi qu'en ce qui concerne le cadre justement propre à la poursuite du renforcement de l'ordre international appelé multipolarité.

Malgré  les innombrables échecs subis sur le continent africain, aussi bien dans le cadre d' événements récents qu'un peu plus lointains, l'axe de la minorité planétaire et des nostalgiques de l'unipolarité compte s'accrocher jusqu'au bout afin de tenter à pouvoir  réimposer son diktat néocolonial aux nations africaines. Ce qui était d'ailleurs parfaitement prévisible les connaissant si bien.

En ce sens, NIGER LE PREMIER MINISTRE ACCUSE LE BÉNIN ET LA FRANCE DE VOULOIR DÉSTABILISER SON PAYS EN SÉANCE récentes des autorités du Niger à l'endroit du Bénin et du régime hexagonal à vouloir déstabiliser leur pays confirment un peu plus le dernier point mentionné. Néanmoins et fort vraisemblablement, ce ne sera qu'un énième échec pour les forces nostalgiques du diktat unipolaire. Le tout au moment où les pays membres de l'Alliance des États du Sahel (AES) ont véritablement pris  leur destin en main.

Toujours dans le cadre de la région du Sahel, il est important de noter que l'axe occidental en Afrique, représenté principalement par le régime washingtonien et son vassal hexagonal, sera très possiblement confronté à de nouveaux défis dans un avenir proche. Y compris au Tchad, pays longtemps considéré comme un allié important pour Paris dans la région sahélienne et à l'échelle continentale africaine. En effet, les derniers événements dans ce pays important d'Afrique centrale et de la zone sahélienne, y compris dans le cadre des récentes élections présidentielles, démontrent que l'Occident peut subir un rejet, à l'instar de ce qu'il a déjà subi dans d'autres pays africains. Le tout d'autant plus que la société civile tchadienne est fort loin d'apprécier dans sa large majorité la présence militaire hexagonale et occidentale sur son sol.

Face à cela, les défis pour les régimes occidentaux restent et resteront fort nombreux. Aussi bien dans la région très importante du Sahel, qu'à l'échelle de tout le continent africain. La minorité occidentale prétend toujours vivre dans l'illusion d'une capacité à régir les relations internationales et à imposer ses intérêts néocoloniaux à l'échelle mondiale. Mais cela ne correspond définitivement plus à la réalité. Encore une fois et dans le cadre de l'affrontement majeur de l'ère contemporaine, entre l'ordre multipolaire international d'un côté, et les vestiges du néocolonialisme et de l'unipolarité de l'autre, les nostalgiques d'une ère révolue auront à subir de nombreuses autres désillusions et des échecs totalement évidents.

 Mikhail Gamandiy-Egorov

source :  Observateur Continental

 reseauinternational.net

 Commenter