15/05/2024 reseauinternational.net  8 min #248632

En Direct : défilé du Jour de la Victoire sur la Place Rouge de Moscou

La commémoration du Jour de la Victoire, pourquoi les élites occidentales veulent oublier

par Strategic Culture Foundation

De nombreux citoyens ordinaires du monde entier, y compris aux États-Unis et en Europe, se joignent à la Russie pour honorer comme il se doit le jour de la Victoire.

L'historien russe Roman Shumov a bien saisi la signification sublime du jour de la Victoire. Il a  écrit cette semaine : «Pour les Russes, le 9 mai n'est pas seulement la célébration d'un triomphe militaire, c'est la célébration de la victoire sur la mort».

Cette semaine, la Russie et les pays alliés ont célébré le Jour de la Victoire avec la splendeur et le respect habituels sur la Place Rouge de Moscou. Dans toute la Russie, et à plus petite échelle dans d'autres pays européens, des commémorations ont eu lieu en l'honneur des soldats et des civils qui ont donné leur vie pour vaincre l'Allemagne nazie en mai 1945.

Lorsque l'Allemagne nazie s'est officiellement rendue le 9 mai, le peuple de l'Union soviétique a consenti le sacrifice le plus atroce et le plus crucial pour remporter la victoire. Il n'existe pas encore de chiffre exact, mais on estime que 27 à 30 millions de citoyens soviétiques sont morts au cours de la Grande Guerre patriotique (1941-45). Sur ce total, environ 10 millions étaient des soldats de l'Armée rouge, les autres étant des civils qui sont morts dans des souffrances inimaginables dues à la violence et aux privations. C'est grâce à leur sacrifice collectif et à leur héroïsme face à la barbarie que le Troisième Reich nazi a finalement été vaincu. Il n'est que justice que la bataille de Berlin ait été le dernier baroud d'honneur du régime hitlérien et que le hissage du drapeau soviétique sur le Reichstag ait été le moment emblématique du triomphe.

La contribution des soldats volontaires américains, britanniques et d'autres pays occidentaux à la défaite de l'Allemagne nazie n'a pas été négligeable. Mais le «second front» qui s'est ouvert avec le débarquement de Normandie en juin 1944 est ridiculement exagéré par Hollywood et la propagande narcissique occidentale intéressée. Les débarquements du jour J, longtemps retardés, n'étaient qu'une partie relativement complémentaire des dégâts massifs que le peuple soviétique avait déjà infligés sur le front de l'Est à partir de juin 1941. Entre 80 et 90% des pertes militaires allemandes sont dues à de nombreuses batailles phénoménales, de Stalingrad à Koursk, d'Odessa à Kiev, et bien d'autres encore.

La défaite de l'Allemagne nazie n'est pas seulement un incroyable triomphe militaire, c'est une victoire sur la mort, et pas seulement pour les Russes, mais pour l'humanité tout entière. La Seconde Guerre mondiale a été l'événement le plus grave et le plus odieux des derniers siècles, voire des deux derniers millénaires. Le génocide industrialisé de millions de civils, le bombardement de villes et le largage de bombes atomiques sur des innocents ont fait entre 70 et 100 millions de morts. La destruction de la vie a été sans précédent.

On peut dire que la Seconde Guerre mondiale est l'événement le plus catastrophique et le plus maléfique de l'histoire de l'humanité. Par conséquent, la victoire sur les auteurs de ces crimes devrait également être élevée au rang d'événement libérateur le plus important. Et il ne faut jamais oublier que c'est au peuple soviétique que revient l'honneur d'avoir largement assuré cette victoire pour l'humanité.

Il convient également de rappeler que la Seconde Guerre mondiale et le régime nazi ne sont pas le fruit d'un mystérieux hasard. C'était le point culminant de la politique, de l'économie et de la rivalité impérialistes. L'Allemagne nazie a été construite par le capital occidental dans les années 1930, lors de l'effondrement du capitalisme occidental, pour servir les intérêts impériaux de destruction de l'Union soviétique et de toute alternative socialiste émergente.

Certes, les puissances occidentales ont fini par se ranger du côté de l'Union soviétique (tard dans la guerre, il convient de le noter), mais cette alliance de guerre n'était que le fruit d'un bricolage visant à éliminer un régime nazi perçu comme un régime voyou qui s'était développé pour mettre en danger les intérêts occidentaux. En d'autres termes, l'implication des élites occidentales dans la Seconde Guerre mondiale était une question d'opportunité, et non une nécessité impérative fondée sur des principes. La preuve en est la trahison ultérieure et soudaine des puissances occidentales qui se sont montrées hostiles à leur allié de guerre soviétique dès la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de la Guerre froide au cours de laquelle les puissances occidentales ont recruté des vestiges nazis pour lutter secrètement contre l'Union soviétique. Certaines des premières recrues de la CIA et du MI6 britannique étaient des fascistes ukrainiens et baltes qui avaient collaboré avec le régime nazi.

Aujourd'hui, la Russie rend un hommage sincère aux innombrables héros qui ont vaincu l'Allemagne nazie et libéré l'Europe du fascisme. Il est révélateur qu'au fil du temps, les États-Unis et l'Europe n'observent qu'un silence officiel honteux sur cet événement historique. Il est frappant de constater qu'il n'y a pratiquement aucune célébration officielle de la victoire du 1er mai en Occident. Les raisons de ce silence occidental sont de plus en plus claires, bien qu'infâmes.

Lors de la cérémonie du Jour de la Victoire à Moscou, le président russe Vladimir Poutine a eu raison de reprocher aux puissances occidentales de «déformer la vérité» au sujet du conflit le plus important de l'histoire.

Les élites occidentales et les médias qu'elles contrôlent refusent de reconnaître le rôle inimitable de l'Union soviétique dans la défaite de l'Allemagne nazie. Ils sont aveuglés par la russophobie et leurs objectifs de propagande visant à diaboliser la Russie.

Par nécessité, les élites occidentales doivent également enterrer la vérité historique selon laquelle la Seconde Guerre mondiale est née d'un conflit impérialiste. L'Allemagne nazie n'était pas seulement motivée par sa haine fanatique des juifs, des Slaves et du communisme, mais aussi par la conquête coloniale des ressources d'autrui.

Il s'agissait d'un accaparement de terres, tout comme les puissances occidentales exploitent aujourd'hui encore l'Afrique et les pays du Sud pour leurs ressources. Un exemple est l'occupation illégale de la Syrie par les troupes américaines, qui font sortir des camions de pétrole de ce pays arabe pour enrichir les compagnies pétrolières américaines et Wall Street.

Les mêmes objectifs coloniaux qui sous-tendaient le Reich nazi continuent de conduire les guerres engendrées par les États-Unis et leurs alliés occidentaux. Toutes les guerres dans lesquelles ces puissances se sont engagées au cours des huit dernières décennies, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, sont motivées par des calculs et des convoitises impérialistes, même si elles sont dissimulées par des mensonges scandaleux tels que la défense de la démocratie ou des droits de l'homme. Dans son discours du jour de la Victoire, Poutine a mis le doigt sur le problème en déclarant que l'ordre mondial hégémonique occidental est un ordre de privilèges coloniaux élitistes qui sont dissimulés par l'incitation aux conflits et aux tensions intestines.

Les États-Unis et leur cabale de partenaires occidentaux doivent déformer non seulement les origines de la Seconde Guerre mondiale, mais aussi celles de toutes les guerres qui ont suivi. Car au cœur de toutes les guerres des temps modernes se trouve le mal de la conquête de type colonial.

À cette fin, il est tout à fait approprié, voire déplorable, que les puissances occidentales officielles n'aient ni le temps ni l'envie de célébrer le Jour de la Victoire. Bien sûr, elles ne le supportent pas. Car le faire de manière sincère reviendrait à exposer leur propre culpabilité, non seulement dans la guerre la plus odieuse de l'histoire, mais aussi dans les nombreuses autres qui l'ont suivie. C'est pourquoi ils doivent falsifier la Seconde Guerre mondiale, la victoire soviétique et la guerre actuelle de l'OTAN en Ukraine.

Steve Rosenberg, le pompeux hacker de la BBC, frauduleusement appelé rédacteur en chef de la BBC pour la Russie, qui a  écrit avec une vanité désobligeante sur l'événement du Jour de la Victoire à Moscou, n'a pas manqué de nous faire rire : «Dans la Russie d'aujourd'hui, les autorités ne se contentent pas de se souvenir du passé. Elles l'instrumentalisent pour tenter de justifier le présent».

La circonstance la plus révélatrice aujourd'hui est que les États-Unis et leurs laquais impériaux de l'OTAN sont en train d'armer un régime néonazi en Ukraine qui vénère le Troisième Reich et ses crimes génocidaires. Une autre circonstance cohérente est que les mêmes puissances occidentales (qui se qualifient fantaisistement de démocraties) soutiennent pleinement un génocide contre le peuple palestinien par un régime sioniste fasciste conçu en 1948 comme un bâtard du colonialisme occidental qui se sert de l'holocauste juif comme d'un proxénète.

Cette semaine, le ministre britannique des Affaires étrangères, Lord [sic] David Cameron, a tenté de se donner des airs d'Église et de présage en  avertissant dans un discours que «de Tallinn à Varsovie, de Prague à Bucarest, un froid s'est une fois de plus abattu sur le continent européen».

Quelqu'un devrait dire à Cameron, qui est le riche descendant de marchands d'esclaves britanniques, que le refroidissement qu'il imagine pourrait avoir un rapport avec la fourniture par la Grande-Bretagne aux néonazis ukrainiens de missiles à longue portée qui, selon Cameron, devraient être dirigés vers la Russie.

Aujourd'hui, les États occidentaux ne cessent de prendre la forme fasciste qu'ils ont toujours eue en réprimant les manifestants pacifiques contre le génocide à Gaza et en armant un régime nazi en Ukraine.

La célébration du Jour de la Victoire par la Russie est incomparable dans sa signification avec toute autre date historique de l'histoire moderne. À l'heure où les États occidentaux sombrent dans le fascisme, il est plus important que jamais de célébrer et de comprendre pleinement la signification contemporaine de cet événement. De nombreux citoyens ordinaires du monde entier, y compris aux États-Unis et en Europe, s'unissent à la Russie pour honorer comme il se doit le jour de la Victoire.

C'est pourquoi les élites et les dirigeants occidentaux préfèrent oublier l'histoire. Elle est en train de les rattraper et d'exposer leur criminalité.

source :  Strategic Culture Foundation

 reseauinternational.net

 Commenter