16/05/2024 reseauinternational.net  5 min #248688

La grande aventure de Xi Jinping pour garder l'Europe ouverte et solidaire

La visite de Xi Jinping n'a pas rapporté de contrat à la France

par Geopolintel

La visite du chef de l'État chinois en France devait être un évènement pour conclure des accords commerciaux comme en 2019, avec à la clef, 30 milliards pour la filière aéronautique d'Airbus. La rencontre Macron-Xi Jinping de 2024 s'est déroulée de manière non protocolaire en raison de l'opposition du clan occidental et des BRICS. Cette visite du premier pays économique mondial s'est soldée par une maigre signature de 100 millions pour Suez et des promesses de partenariat et un sursis concernant l'application de droits de douane sur les importations de cognac en Chine. Voilà le triste bilan de notre diplomatie avec la Chine qui ne perçoit plus la France comme un acteur majeur de l'économie mondiale.

*

A contrario c'est la France qui a besoin de la Chine pour ses voitures électriques. Pour Bruno Le Maire, notre ministre de l'Économie et de la Transition climatique «l'industrie automobile chinoise est la bienvenue en France». Bruno Le Maire a dû se mettre à genoux pour tenter d'attirer les investissements chinois en France, puisque sa position du 100% électrique doit permettre d'avoir une production de 2 millions de voitures électriques en 2030. «BYD est le bienvenu en France et l'industrie automobile chinoise est la bienvenue en France».

Mais pourquoi Pékin attise-t-il autant de convoitise alors que nous avons nos propres constructeurs ?

La commission européenne s'est penchée sur des subventions automobiles chinoises qui dopent le marché de l'exportation avec des aides publiques illégales de Pékin aux constructeurs chinois. «La Commission est en possession d'éléments de preuve suffisants tendant à montrer l'existence de subventions, d'une menace de préjudice et d'un lien de causalité requis pour l'ouverture d'une enquête». Le dumping de Pékin inclut «la fourniture d'une assurance à l'exportation préférentielle, des réductions et exonérations de l'impôt sur le revenu, une exonération fiscale des dividendes, des remises de taxe à l'importation et à l'exportation, des exonérations et abattements de TVA, ainsi que la fourniture de biens (tels que des matières premières, des intrants, et des composants) et de services par les pouvoirs publics moyennant une rémunération moins qu'adéquate».

Maintenant nous comprenons la présence de la présidente de la commission von der Leyen aux côtés de Macron, il s'agissait de demander des explications sur cette pratique commerciale de la Chine pour s'attribuer des parts de marché européen. «Les marchés mondiaux sont aujourd'hui inondés de voitures électriques chinoises bon marché, dont le prix est maintenu artificiellement bas par des subventions publiques massives». (Ursula von der Leyen)

Selon le FMI, la multiplication des subventions octroyées par les grandes puissances économiques augmente les tensions commerciales mondiales. Les nouvelles subventions telles que la loi sur la réduction de l'inflation (États-Unis), le plan industriel du pacte vert (Union européenne) et la stratégie «Made in China 2025» font craindre une guerre des subventions qui conduirait à un nivellement par le bas. Concernant l'économie subventionnée, la cour des comptes encourage les partenariats public/privé en France et l'augmentation du poids du Conseil européen de l'innovation pour aider les start-ups par le secrétariat général des affaires européennes et la Direction générale des Entreprises (DGE) qui conçoit et met en œuvre les politiques publiques concourant au développement des entreprises. (Thomas Courbe est le directeur de la DGE, il a été a été administrateur élu sur proposition de l'État français du groupe Renault)

Biden a menacé et forcé le président mexicain de refuser 12 milliards de dollars de la Chine pour la construction d'usine de voitures électriques et de batterie.

Le pouvoir économique américain et européen est en danger pour avoir décidé de financer cette politique d'électrification du parc automobile qui a fait perdre 1,3 milliards de dollars au groupe automobile Ford. C'est pareil en Europe ou Stellantis a demandé une subvention de 13 500 euros par voiture au gouvernement italien. La Chine ne fait que répondre aux subventions illégales de l'industrie automobile américaine et européenne, et pourtant la commission juge illégales les subventions chinoises. La guerre qui décidera des vainqueurs ne se situe pas sur le champ de bataille mais dans la puissance économique. Le bloc occidental est largement dépassé par les BRICS qui possèdent avec la Chine, la première puissance mondiale, la troisième avec l'Inde et la quatrième avec la Russie qui ne comptabilise pas dans son PIB ses paiements en cash.

La Chine continue de dominer l'économie mondiale et se permet de nous vendre les ressources essentielles de notre transition zéro carbone pour torpiller le peu d'économie qu'il nous reste. Le coup de grâce de l'économie occidentale viendra quand les oppositions entre l'occident et les BRICS porteront sur le rejet de négociation de contrat sur les matières premières et quand l'Afrique actera son indépendance envers ses anciens colonisateurs.

Pour comprendre comment la France sombre avec sa politique économique achetez et lisez le livre qui sort aujourd'hui «L'État Profond Français» au éditions KA'

source :  Geopolintel

 reseauinternational.net

 Commenter

Se réfère à :

1 article